Vers un iPod sans fil ?

vincent absous |

C'est un peu le marronnier des sites de rumeurs. Régulièrement, tel ou tel site revient sur l'iPod sans fil qu'Apple est toujours en train de développer dans ses laboratoires. Cette fois, AppleInsider, très en forme ces derniers temps, prétend, fac-similé à l'appui, qu'Apple a déposé, le 25 avril 2003, un brevet sur un système permettant de diffuser et partager sans fil la musique de l'iPod sur plusieurs récepteurs (tuner, ordinateurs, autre iPod). Quand bien même le dépôt serait avéré, cela ne prouve pas nécessairement qu'Apple prépare vraiment un iPod sans fil. De tels brevets, les sociétés, et Apple la première, en déposent beaucoup. Peu débouchent finalement sur une exploitation industrielle.

Lire les commentaires →

La mode du Podcast

vincent absous |

iPodlounge se lance dans le Podcast. C'est l'occasion de revenir sur ce nouveau petit phénomène. Le Podcast s'appuie, pour son fonctionnement, sur celui des agrégateurs de canaux RSS. On récupère un logiciel, iPodder par exemple ; on entre des adresses de flux XML ; le logiciel se charge de vérifier les nouveautés et, le cas échéant, télécharge les fichiers MP3 (ce n'est généralement pas de la musique, mais bien plutôt un discours) qui sont disponibles. Ces fichiers sont placés dans la bibliothèque d'iTunes de façon à être automatiquement transférés vers l'iPod à la prochaine synchronisation. Le Podcast introduit une nouvelle façon de délivrer du contenu audio et l'on n'est pas loin du blog. Le Podcast est une sorte de blogging audio. Podcast, parmi d'autres sites, référence ainsi les fux disponibles. L'anglais domine encore très largement ce petit monde, mais comme cela a été le cas avec les blogs, on imagine que le contenu francophone ne va pas tarder.

Lire les commentaires →

Un iPod flash en janvier ?

vincent absous |

Pour AppleInsider, un site de rumeurs dont les prédictions sont loin de s'être avérées toujours justes, Apple lancera dans quelques semaines la production d'une nouvelle déclinaison de son iPod. Après l'iPod "normal", l'iPod mini, voici l'iPod flash. Kasper Jade en est sûr et certain. Comme il l'avait fait en janvier dernier avec le mini, Steve Jobs annoncerait le petit nouveau aux premiers jours de l'année 2005, lors du Macworld Expo de San Francisco, un moment important il est vrai dans le calendrier Apple. Quant à la disponibilité effective, le site annonce fin janvier ou février, mais l'expérience du mini, et la pénurie qu'on a connue, incite à la prudence. Le prix, lui, serait en dessous du seuil des 200 $. En revanche, AppleInsider ne s'avance pas trop sur les spécificités techniques de l'appareil, qui proposerait de toute façon une capacité moindre aux autres modèles de la gamme (de 256 Mo à 1 Go). Reste que tout cela doit être lu avec un certain recul.

Lire les commentaires →

Où sont les chaussettes ?

vincent absous |

Mais où sont les chaussettes ? Depuis quelques jours, l'Apple Store américain permet de prendre les commandes de ces étuis un peu particuliers qu'Apple a présentés il y a quelques semaines. En revanche, les différents Apple Store européens ne les proposent pas encore. D'ailleurs, à l'origine, les iPod Socks devaient être disponibles à la mi-novembre. Elles sont maintenant annoncées pour le début du mois de décembre. Apple ne parviendra-t-elle donc jamais à produire à temps ? même des chaussettes ?

Lire les commentaires →

L'iPod vidéo existe, je l'ai vu

vincent absous |

Steve Jobs le répète à qui veut l'entendre : il ne croit pas dans le succès d'un baladeur vidéo. Aussi, l'iPod s'arrête à la photo. Du moins, c'est ainsi que le présente Apple. Pourtant, engadget.com, lui, voit des capacités vidéo au petit baladeur pommé. Il explique en effet comment on peut lire de telles séquences. Bon, ce n'est pas nécessairement facile, mais ça finit par fonctionner. Nul doute que dans ces conditions, on peut être d'accord avec ceux de nos lecteurs qui pensent que le vrai baladeur vidéo d'Apple s'appelle iBook.

Lire les commentaires →

SFR Music Store en décembre

benjamin |

Premier opérateur à investir l'UMTS grand public, SFR présentait mercredi en détail ses offres et services de téléphonie de troisième génération (3G). Dès le mois de décembre, le deuxième opérateur ouvrira ainsi à ses abonnés SFR Music, une boutique de musique en ligne mobile. Concrètement, 50 000 titres seront disponibles au téléchargement, issus de deux majors du disque - dont, évidemment, Universal Music, qui appartient au même groupe que SFR. Les chansons seront téléchargeables directement depuis le combiné, à environ 2€ l'unité (ou 1,5€ dans un pack de 10). À l'utilisateur de choisir, pour le même prix, s'il veut disposer d'une version mobile uniquement, ou pouvant être transférée sur ordinateur. Encodés en AACplus, mais protégés par un système de gestion de droit propre à SFR, les titres seront gravables cinq fois au maximum. Impossible, en revanche, de les lire sur un iPod ou tout autre baladeur.

Pour l'heure, seul le Nokia 6630, l'un des huit combinés 3G de l'offre SFR, est compatible avec ce service. Il autorise par défaut le stockage de 64Mo de musique (soit plus de quatre heures de lecture), extensible par carte flash. Assez agréable à l'usage, l'interface permet de procéder à des classements par liste de lecture. Au final, en dépit d'une prix élevé et d'un catalogue restreint, bien que centré sur les plus grosses nouveautés, SFR espère que sa boutique musicale connaîtra le même succès que son service de téléchargement de sonnerie. Aux États-Unis, sur le même modèle, Apple a signé un accord avec Motorola pour porter iTunes Music Store sur les téléphones portables du numéro deux mondial.

Lire les commentaires →

Recoller les morceaux

vincent absous |

Intéressante question que celle que pose Bernard Miyet dans Libération : qu'est-ce que la musique ? À l'heure d'Internet et de la mondialisation, "la musique peut-elle encore représenter le choix d'un artiste ?" ou "les tuyaux primeront[-ils] sur les contenus ?" Évidemment, la réponse que tout le monde souhaite lire, c'est celle qui met en avant la variété, celle qui réaffirme que la musique, c'est un univers partagé "cousu de mélodies, de moments de grâce et de doute, qui viennent s'inscrire dans une oeuvre, dans une carrière". Le problème, c'est que cela n'est guère compatible avec "le culte du tube", explique l'auteur, qui réaffirme une vérité essentielle, et qu'on ne peut que partager avec lui : "on ne saurait connaître un créateur de musique à travers une seule chanson, de même qu'on ne peut apprécier un romancier en se contentant d'une ligne, fût-elle géniale" (que c'est fatigant de devoir toujours ne connaître Proust que par cette phrase d'ouverture de la Recherche, ce fameux « Longtemps, je me suis couché de bonne heure »). "Chez un grand disquaire, on cherche un CD, alors que sur le Net on cherche un titre". Cela ne peut qu'amener à la consommation "mécanique" de la musique. Pour parvenir à une offre musicale de qualité, explique encore le rédacteur, l'offre légale de musique sur le Net ne peut suffire. Il faut aller plus loin.

Lire les commentaires →

Pages