Bolloré aurait mis au placard son "Netflix européen"

Florian Innocente |

Le projet d’un “Netflix européen” a été remisé dans un placard en attendant des jours meilleurs, affirme Libération. Ce projet aurait dû être dévoilé ce mois-ci. D’après les sources du quotidien, ce service de SVOD ne compte plus au rang des priorités de Vincent Bolloré.

L'homme d'affaires espérait créer cette plateforme avec l’appui de ses marques CanalPlay en France et Watchever en Allemagne, et obtenir la participation du groupe Mediaset de Berlusconi en Italie ainsi que de Telefonica en Espagne (Vivendi en possède 1%). Une naissance contrariée par la décision de fermer Watchever, malmené sur son marché par ses concurrents dont Netflix, et une brouille avec Mediaset.

Bolloré aurait donc remisé à plus tard ses ambitions européennes au vu des investissements nécessaires, qui se chiffrent en centaines de millions d’euros. L’heure est plutôt aux économies pour la branche audiovisuelle de Vivendi.

Le groupe a décidé fin août d’un plan de réduction des coûts de 300 millions pour le groupe Canal+, dont 80 à 90 millions dès cette année. 500 000 abonnés sont partis depuis le printemps 2015 et la prise de contrôle musclée de Vincent Bolloré. La décision de SFR d’écarter CanalPlay de ses box, au profit de Zive, n’a rien arrangé.

Netflix accumule du contenu

Netflix est un redoutable concurrent en France, grâce à une offre en contenus qui ne cesse de grossir face à celle de CanalPlay. L’américain peut compter sur ses productions, et sa très forte présence à l’international est un atout dans les négociations pour obtenir des exclusivités.

Le dernier comparatif des catalogues de Netflix, CanalPlay et Zive/SFR (réalisé tous les deux mois) montre l’avance prise par l’américain (sont exclus les dessins animés et séries de deux épisodes).

Au dernier pointage réalisé au début août, Netflix disposait de 224 séries (190 exclusives) contre 113 pour CanalPlay (70 exclusives) et 37 à peine chez Zive (13 exclusives). Netflix peut ainsi proposer à ses abonnés 70 % des séries disponibles en SVOD en France.

Cliquer pour agrandir

La progresssion depuis avril 2015, date du début de ces comparatifs, est plus éclairante encore. Netflix a doublé son nombre de séries, alors qu’il est resté stable sur CanalPlay (avec quelques variations à la baisse) et que Zive a évolué à la hausse mais timidement (24 séries au printemps 2015).

Cliquer pour agrandir

Cependant, tempère l’auteur de ces calculs, le taux de rotation des séries est très élevé chez CanalPlay. En clair, si l’on a le temps de rester scotché devant son téléviseur pour les avaler à toute vitesse, il y a tout de même de quoi s’occuper. Reste que sur la durée, Netflix a tout du rouleau compresseur.

avatar iPop | 

Les clients se barrent, c'est peut être l'heure d'investir dans quelque chose de nouveau ? Et bien non, faisons des économies. Belle mentalité, tant pis.

avatar Mathias10 | 

@iPop :
s'il taille dans les fonctions supports cela n'est pas grave du tout et au contraire cela est nécessaire pour le groupe.
De façon générale lorsque tu veux rendre compétitif une entreprise tu dois la rationnaliser afin de faciliter tous les Process en internes, économiser pour mieux investir ensuite et rendre les collaborateurs ultra efficaces.

Peut-être as-tu plus d'informations que nous sur le sujet...

avatar adixya | 

Blah blah blah si tu veux rendre compétitif une entreprise tu dois avant tout avoir beaucoup de clients et pour cela il faut évidemment faire des choses qui leur plaise...

avatar Tiberius | 

Je ne sais pas si ce sont des manques de moyens ou d'ambition, mais les géants américains ne se posent pas ce genre de question. Ils foncent.

Et en plus, ils semblerait qu'Amazon Prime Video soit dispo en France (Italie et Espagne aussi je crois, déjà présent UK et Allemagne). Encore un gros concurrent qui arrive.

avatar madaniso | 

@Tiberius :
Pour ce qui est de la disruption ou création de start up, beaucoup d'entreprises sont américaines mais leurs fondateurs viennent du monde entier. En France on manque de structure pour accueillir les start-ups même si ça commence à bouger et puis beaucoup de français de savent même pas comment monter une boîte alors que c'est très simple même en France.
Ensuite sans faire de l'anti américanisme, les USA dominent le monde dans beaucoup de secteurs mais c'est parce qu'à chaque fois qu'on sort les crocs en Europe c'est menace sur menace... Alors on baisse son froc et puis voilà.
C'est pas normal qu'on est que criterio et blablacar en France comme gros projetés

avatar NymphadoraTonks | 

Il y a pas un projet d'incubateur énorme de Niel en France ?

avatar MarcMame | 

@NymphadoraTonks :
La halle freyssinet

avatar NymphadoraTonks | 

@MarcMame :
Merci :)

avatar madaniso | 

@NymphadoraTonks :
Si c'est station F. Mais on aurait pas du attendre qu'un milliardaire nous offre ça pour commencer. On a encore du retard.

avatar NymphadoraTonks | 

@madaniso :
C'est marrant car je viens de regarder une interview d' Henri Seydoux qui dit, au même titre que Niel d'ailleurs, qui faut arrêter de penser à un retard de la France dans l'écosystème des Start up alors qu'il est très bon.
Il parlait également de la zone technologie française, dans le sud, la troisième au monde après la Silicon Valley et la zone israélienne ( je sais plus le nom), propos confirmer par différents acteurs étrangers de la tech.
Je comprend pas un truc: je suis venue faire mes études en France, je te vise pas en particulier, mais c'est pathologique le dénigrement et la mauvaise estime de votre propre pays /peuple. Qu'on soit critique je l'entend bien, mais en France c'est plus de l'auto critique, c'est une auto rabaissement en permanence, à écouter les français tout ce qui viens de France est médiocre et tout ce qui viens de l'étranger est meilleur.
Alors que c'est moi d'être l'avis qui domine à l'étranger. Enfin bon, pas étonnant que vous soyez le peuple le plus triste et pessimiste au monde ( alors que vous êtes parmis les plus privilégiés, enfants gâtés).

avatar NymphadoraTonks | 

@madaniso :
Je suis d'accord, cest pas à un particulier de faire cela, mais on a eu la preuve par le passé que parfois, cest beaucoup mieux que l'état.

avatar baba3 | 

C'est nul car ca aurait été authentiquement patriote, ca aurait permi de créer un contre poids à Netflix

avatar reborn | 

@baba3 :
"authentiquement patriote"
Mouais mais si les gens s'abonne à Netflix c'est avant tout pour son contenu américain.

avatar NerdForever | 

En même temps c'est le gars qui fait tout pour virer ceux qui le critique! ( guignols, petit journal...)
Forcément que sa pensée finit par être un peu stérile à n'écouter personne d'autre que lui...

De plus, il veut tout toujours tout maîtriser... Signe d'une grande fragilité d'adaptation...

Perso, j'ai résilié mon abonnement... Le côté insupportable : on en fait plus pour vous (les abonnés) mais on vous supprime ce (canal ) que vous aimez...

avatar béber1 | 

@NerdForever

je crois surtout qu'il n'a rien compris à la logique des médias en général, et dans ce qui fait l'identité et la spécificité d'une chaine qui fidélise autant qu'elle donne le ton et l'image de tout un groupe.

Il n'a vu ça que comme un créneau de business, qu'on pouvait gérer et dynamiser qu'avec une volonté de hussard

avatar NerdForever | 

@béber1 :
Oui c'est assez étonnant mais ça donne cette impression d'amateurisme...

avatar pat3 | 

Je suis assez insensible aux déboires de Bolloré, mais il faut comprendre que si les boîtes américaines "foncent", c'est parce qu'elles sont très soutenues par l'économie et la culture du capital-risque, ces fameux actionnaires. De très nombreuses start-ups et entreprises américaines développent leur marché à perte avant de trouver la stabilité, à grand coup de levée de fonds.
C'est une culture étrangère à la France, ou même les grandes entreprises privées ne tiennent qu'à grand renfort d'État, et dont les dirigeants font partie du sérail économico-politique qui se connaît souvent depuis les bancs du lycée Louis le Grand.

avatar madaniso | 

@pat3 :
C'est la définition d'une start-up, une entreprise qui a des clients mais qui cherche encore son business model.

avatar Manubzh | 

Mouais Netflix jai fini de visualiser ce qui est bien, mais y a beaucoup de trucs intéressants quand même

avatar Crkm | 

Netflix c'est bien. Bolloré c'est mal.

Franchement, je vois pas comment Bollol peut espérer regagner des abonnés en mettant C+ et les rares émissions présentes encore intéressantes en pièces.

avatar Strophoide | 

On s'en branle de lui.

Bisous.

avatar Pieromanu | 

Disruption de start-up, facilitation de process...emptitude du langage?

avatar iPop | 

C'est hilarant qu'un groupe comme VIVENDI -UNIVERSAL n'arrive pas à monter un truc en Europe.

avatar Tiberius | 

De toutes façons, côté SVOD, en France le concurrent de Netflix c'est CanalPlay, mais le gros soucis de CanalPlay c'est Canal+ !! Si CanalPlay proposait des productions originales, comme le bureau des légendes ou baron noir, peut-être qu'il y aurait davantage d'attrait pour CanalPlay. Sauf que ces séries sont diffusées sur la chaine premium, Canal+.

Et le comble.... c'est que pour la VOD, Canal+ à vendu les droits à ... Amazon Prime Video ! (http://www.hdnumerique.com/actualite/articles/15594-svod-amazon-acquisit...)

Comment voulez-vous que CanalPlay puisse émerger ?

avatar marc_os | 

Intéressant : Vos critères pour juger du succès d'une plateforme face à une autre est le nombre de séries disponibles.
Donc Netflix & Co, c'est essentiellement pour regarder des séries ?
De plus, à entendre mes collègues parler de séries, cette nouvelle façon de décerveller les masses n'a rien à envier à ce que vous appelez la "TV de papa". Le résultat est le même : Tous sont zombifiés devant un écran. Mais la série a un avantage sur les programmes imposés à telle heure : On peut commencer à regarder quand on veut, et quand y en a plus, y en a encore. Alors qu'avec le programme standard, sauf sur qq. chaînes qui ne passent plus que des séries, au bout de deux heures en gros, faut passer à autre chose. Là non on peut enchaîner les épisodes toute la nuit si on veut. Histoire de bien s'abrutir.

avatar iRobot 5S | 

@marc_os :
Actuellement beaucoup de série sont meilleures que la grosse masse de films arrivant dans les cinémas. Films ou la plupart du temps les réalisateurs sont bridés par la compagnie et ne peuvent pas creuser comme ils veulent leurs personnes, à moins de faire des films de 3h. Je prend comme exemple les coupures grossières du dernier Hobbit et de Suicide Squad. Ca se retrouve dans beaucoup d'autres films.

Les séries permettent de faire quelque chose de plus complexe et élaborés. Alors pour l'abrutissement on repassera.

Et puis à cause de la chronologie des médias, Netflix sert beaucoup moins pour les films chez nous que dans d'autres pays.

avatar Tiberius | 

@iRobot 5S

+1 !

Ce que dit marc_os est tout aussi réducteur que ce qu'il critique.

Les séries actuelles n'ont plus rien à voir avec les séries d'il y a quelques années. La qualité est largement supérieure, les scénarios et les personnages bien plus développés. En fait, il faut plutôt les considérer comme des long métrages découpés en épisodes. D'ailleurs, les acteurs et réalisateurs ne s'y trompent pas. Eux qui, il y a quelques années, considéraient les séries TV comme "inférieures au cinéma" sont maintenant partie prenante !

avatar marc_os | 

@ Tiberius
Quoiqu'il en soit, ça permet de garder le peuple à la maison scotché à sa TV.

avatar iRobot 5S | 

@marc_os :
Tu devrais plutôt critiquer les conneries du genre Secret Story et TPMP

CONNEXION UTILISATEUR