Qualcomm donne des gages de bonne volonté

Mickaël Bazoge |

Assailli par les régulateurs partout dans le monde et par ses propres clients (au premier chef Apple), Qualcomm a décidé de donner quelques gages de bonne volonté. L'entreprise américaine assouplit en effet sa politique de licences, raconte Reuters.

Qualcomm commercialise deux « paquets » de licences : le premier, le plus complet, coûte aux constructeurs de smartphones 5% du prix de leurs terminaux. Le second, qui contient des brevets de base essentiels qui permettent aux téléphones de fonctionner sur des réseaux cellulaires, est facturé 3,25% du prix d'un terminal.

La plupart des constructeurs de smartphones souscrivent aux deux paquets afin d'éviter les soucis en justice contre Qualcomm. La nouveauté ici, c'est qu'il est plus facile pour les fabricants sans le sou de se contenter de la suite standard, la moins onéreuse. Cela ne concerne pas a priori Apple ni les autres grands noms de la téléphonie mondiale.

Qualcomm ajoute aussi au lot, et sans frais additionnels, des brevets en lien avec la 5G. Cette générosité pourrait apaiser le courroux des régulateurs, même si cette prodigalité ne tombe pas du ciel : en 2015, Qualcomm était forcé par la Chine de proposer ses brevets standards sur la 3G et la 4G à un taux de 3,25%. Plus de 100 constructeurs ont alors signé pour un tel deal, qui se poursuit donc aujourd'hui.

Si les taux n'ont pas changé, Qualcomm tient à faire savoir qu'il a ajouté de « nouvelles technologies et plus de propriété intellectuelle », déroule Alex Rogers, patron de la division Licences du groupe. Le seuil maximal du prix d'un smartphone au-delà duquel Qualcomm fait porter le maximum de frais de licence baisse également, il passe de 500 $ à 400 $.

Tout cela est censé apaiser les tensions avec Apple, mais aussi avec un autre constructeur important entré en conflit avec Qualcomm — ce larron est anonyme encore, mais on parle beaucoup de Huawei. Avoir sur le dos les numéros deux et trois du marché mondial du smartphone, cela commence sans doute à faire beaucoup pour Qualcomm.


avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

J'ai du mal à accepter que l'on puisse demander un pourcentage et non un fixe.
Ca me parait-être du racket. J'espère qu'il ne s'agit pas de brevets "incontournables".

avatar XiliX | 

@J'en_crois Pas_mes yeux

"J'ai du mal à accepter que l'on puisse demander un pourcentage et non un fixe.
Ca me parait-être du racket. J'espère qu'il ne s'agit pas de brevets "incontournables"."

Exactement...
Je ne vois pas ce qui justifie de faire payer selon le prix. Si on prend le 8/8+, la différence du prix ne concerne aucunement le composant de communication. Le composant et la technologie de communication utilisés sont les mêmes.

Et malheureusement il s’agit des brevets de la technologie incontournable de communication. Mais normalement devrait être encadrés par FRAND.

avatar povpom | 

@J'en_crois Pas_mes yeux

Je ne m'inquiète pas beaucoup pour les grands constructeurs. Ils ont aussi du réfléchir aux mêmes arguments que vous. On parle ici de prix publiques.

CONNEXION UTILISATEUR