Emmanuel Macron flique ses ministres avec une app mobile

Mickaël Bazoge |

On n'en est pas encore à noter les ministres comme des chauffeurs d'Uber. Mais pas loin ! Emmanuel Macron a fait développer sur mesure une application mobile qui lui permet de suivre en temps réel ou quasiment l'avancement des réformes (assurance-chômage, éducation, limitation de la vitesse à 80 km/h…) dans chacun des ministères. L'app présente les résultats sous forme de jauge de remplissage, comme le montre ce tableau de bord dévoilé par BFM :

Le niveau d'avancement de chacune des réformes dans l'Éducation nationale. Il parait que les chiffres sont moins flatteurs dans d'autres ministères. Image BFM TV.

L'app est alimentée par la Direction de la transformation publique qui recueille auprès des ministères les différentes données concernant les chantiers législatifs en cours. Des indicateurs baptisés « objets de la vie quotidienne des Français » ont été définis, dans le cadre d'un processus de « management public parfaitement normal », selon l'Élysée.

Le président de la République entend mettre la pression sur son équipe, comme il l'a fait durant le dernier séminaire gouvernemental du 11 septembre en expliquant avoir « gardé » tous les ministres alors qu'il aurait pu « changer tout le monde autour de la table » ! Pas question pour le moment de rendre cette application disponible pour le grand public, malgré un intérêt pédagogique certain.

Il se murmure que le chef de l'État est mécontent du « travail de terrain » effectué par plusieurs de ses ministres : les résultats de leurs réformes ne se voient pas, ou pas suffisamment. D'où des remontrances de l'exécutif auprès de certains d'entre eux, et cette « mise sous tension » supplémentaire.

Source
avatar umrk | 

Il demande du reporting, c'est tout, et cela s'applique à tout un chacun, pas de quoi en faire un fromage; déçu de MacG, sur ce coup.

avatar Sorabji | 

Un pays n’est pas une entreprise, et ne se gère pas comme une entreprise. La manie de tout quantifier venue des Etats-Unis fait maintenant des ravages au sommet de l’Etat.

avatar Arpee | 

@Sorabji

Développez.

avatar Sorabji | 

@Arpee

Chaque groupe humain organisé a ses spécificités, ses contraintes, ses besoins... Une famille n'est pas une entreprise, qui n'est pas un pays, qui n'est pas la planète toute entière.
Quant à gouverner un pays avec une série aussi restreinte, donc réductrice, d'indicateurs,on prend le risque de passer à côté de la réalité. Par exemple, si le secrétariat d'Etat aux anciens combattants atteint 60% de réalisation de son objectif et le secrétariat d'Etat en charge des politiques de l'emploi aussi, ça ne veut pas dire la même chose: gérer le chômage est plus complexe que de s'occuper des anciens combattants (que je respecte, pas de méprise là-dessus).
Autre exemple: placer 100% de bénéficiaires du RSA à Marne-la-Coquette et 100% à Nanterre, ce n'est pas la même chose: dans un cas, il y en a un seul; dans l'autre, quelques milliers.

avatar raoolito | 

une gestion d eprojet c’est un suivi, çàd que ce n’est pas un flicage au sens gaulo-franço-petainiste du terme, mais un suivi. Si un projet n’avance pas, on demande la raison, si elle est justifiée on demande un ETA pour savoir quand ce sera bon (une estimation). La mandature est de 5 années, les projets sont au moins assez vastes et nombreux et le nombre des etapes est assez enorme. Un gouvernement en exercice est parfaitement logique à demander un outil comme ca. (oui on demande les résultats à chaque élection figurez-vous)

Je me rapproche plutôt de la remarque plus haut : purée de pois ils faisaient comment avant   :D  ?

avatar Sorabji | 

@raoolito

Je suis d'accord avec vous sur ce point, il faut évidemment suivre la mise en œuvre des grands projets, surtout quand ils sont complexes. Mais un projet déployé en entreprise n'est pas de même nature, de même échelle et de même impact qu'un projet national. Je ne parle bien sûr pas de flicage, mais bien de suivi de projet.

avatar Sorabji | 

@raoolito

Et avant la mode du management venue des Etats-Unis vers les années 80, on gérait des pays depuis des millénaires...

avatar raoolito | 

@Sorabji

Obligation de resultat et instantanéité de l'information
Ca c'est tres nouveau, cette app en est une conséquence mais pas de macron, de nous.
Tout ça pour dire que moi personnellement cela ne me choque pas je dirais même que ça va dans le bon sens

avatar Sorabji | 

@raoolito

Ce n'est pas en soi le recours à une app que je critique, mais le fait de céder à une mode où tout doit passer par une app, y compris le gouvernement d'un pays, avec seulement quelques indicateurs. On tire un trait sur toute la complexité du sujet.
Il existe d'autres moyens plus riches et tout aussi immédiats de gérer l'information.

avatar Sorabji | 

@raoolito

Sans compter qu'immédiateté ne rime pas toujours avec efficacité.

avatar raoolito | 

@Sorabji

Suivi ne rime pas du tout avec immédiateté d'après mon expérience, c'est plutot pour ne pas laisser des projets a la traine.
Apres il faut voir ce qui est disponible dans l'app, si ya des commentaires des annotations etc...
La on a une info quasi brut dont on ne sait pas grand chose sinon que tout le monde doit rendre des comptes

avatar bibi81 | 

Et avant la mode du management venue des Etats-Unis vers les années 80, on gérait des pays depuis des millénaires...

Pour en arriver où ?

C'est facile de gérer quand on a un crédit infini !

avatar Memo | 

@Sorabji

Tu as dirigé quel pays deja ?

avatar Sorabji | 

@Memo

Et toi ?

avatar Memo | 

@Sorabji

Moi ca va et toi ?

avatar Sorabji | 

@Memo

Moi ça va et toi ça va ?

avatar bhelden | 

@Sorabji

Moi ça va et vous ça va ?

avatar Gigaflop | 

Outre le mot « app », que vient faire cet article sur un site d’actualité informatique ? Les app mobiles existent depuis quelques lustres déjà et la gestion de projet est un outils bien répandu et reconnu, même pour la gestion de projets d’État.
Quel est l’objectif de Macg en diffusant cet article ?

avatar victoireviclaux | 

@Gigaflop

Faire du clique.

avatar Zara2stra | 

@victoireviclaux

du clique, du clique, oui mais du clique à putes !

avatar AlexG | 

@Gigaflop
Je trouve l'article pertinent sur MacG : le site réunit des articles sur la technologie relative aux terminaux mobiles, et cette application de pilotage au gouvernement est une nouveauté qui utilise cette technologie. C'est donc toujours intéressant.

Par contre, je déteste ces titres putaclic, ça commence sérieusement à me décevoir, car ce n'est pas la 1ère fois que ça arrive. À croire qu'on va en avoir de plus en plus.

avatar gillesb14 | 

@sorabji
C’est justement ce qui ne va pas, la gestion du pays est (était?) une immense gabegie.
Notre chère administration ne sait que demander toujours plus d’impôts pour dépenser plus sans aucun contrôles de l’efficacité de son action qui est presque une insulte a leurs yeux.
J’en ai marre de voir l’argent de mes impôts durement gagné dilapidé par des incompétents .

avatar iPop | 

@gillesb14

Je suis du même avis.

avatar Memo | 

Le kickstarter c’etait pour des articles comme ca 😂

avatar lesurfeurfou | 

Le plus navrant c’est ce besoin d’application. Ils ne se parlent donc pas ?

avatar gabriel.lamon.vs | 

Quand on pilote une organisation de grande taille, rien de surprenant à se créer un Dashboard pour piloter. Conclusion : Non-event !

avatar byte_order | 

@gabriel.lamon.vs
Non, la nouveauté c'est que l'actionnaire de cette startup-nation n'a ni le droit d'exiger une réunion extraodinaire du conseil d'administration ni de virer l'équipe dirigeante avant 5 ans.

La comparaison état / entreprise tombe très vite dès qu'on rappelle (et le pire c'est qu'on doive le faire) que l'actionnaire d'un état, c'est l'ensemble des citoyens.

Montrez moi une seule entreprise où l'actionnaire n'a aucun levier de réorientation de sa stratégie pendant 5 ans...

avatar Achylle_ | 

Le plus inquiétant c’est que le gouvernement semble découvrir le principe de pilotage en.... 2019. 😑

Cherchez pas plus loin :
On met en place un tableau de bord identique au sein de chaque ministère, avec des objectifs clairs pour chacun et hop, pour peu qu’on se mette aussi (soyons fou) à suivre l’évolution de ces indicateurs, on pourrait même réduire nos dépenses publiques super facilement, sans personne pour contredire...

Lol allez on arrête de rêver, ce serait trop beau :-)

avatar dexter | 

@Achylle_

Tu crois qu’ils ont découvert la gestion de projet en développant cette appli mobile ?

avatar Sucrier | 

C’est Big Brother. En est- il de même pour ses opposants politiques ! La démocratie est-elle bafouée en France ?

avatar klouk1 | 

« Bac suppression filières 70 % »
Ouah ca avance, 70% des filières d’enseignement sont supprimées

avatar DahuLArthropode | 

Cette approche chiffrée, qui n’a jamais fonctionné dans l’entreprise, qui y a même produit des catastrophes notables (le Dieselgate par exemple résultait de la pression du management), qui a ensuite été un fléau pour le ministère de l’intérieur, puis pour celui de la santé, frappe maintenant le cœur de l’État. Quelle époque de merde !

avatar corben | 

Moi j’attends l’app qui donne aux Français en temps reel l’argent public dépensé par chaque ministre et les justifications qui vont bien

Par exemple l’intérêt que tel ou tel ministre se précipite sur les lieux d’un drame en avion avec 50 personnes 🙄

avatar Zerwal | 

Je suis content de voir qu’une fois deux plus mes impôts ne servent ! À rien. Ainsi à financer une petite start-up sur les ailes des manuels

Pages

CONNEXION UTILISATEUR