E Ink Gallery : un écran à 50 000 couleurs pour rivaliser avec les écrans LCD et OLED

Anthony Nelzin-Santos |

Avec la troisième génération de la technologie Gallery, E Ink en voit de toutes les couleurs. Cinquante-mille, pour être précis, douze fois plus que les précédentes technologies de l’entreprise américano-taïwanaise qui domine le marché de l’« encre électronique ». « Une avancée significative », assure le CEO Johnson Lee, qui promet une multiplication des liseuses en couleurs.

Un écran Gallery 3. Image E Ink/iGeneration.

La technologie Gallery repose sur la plateforme ACeP, qui combine quatre particules primaires (cyan, magenta, jaune, et noir), à la manière des sous-pixels d’un écran LCD. Bien qu’elle soit capable de reproduire la gamme chromatique, elle restait cantonnée aux usages commerciaux, parce qu’il fallait une dizaine de secondes pour rafraichir l’affichage.

Les liseuses utilisaient plutôt la technologie Kaleido, qui place un filtre coloré au-dessus d’un écran monochrome. Les opérations sont nettement plus rapides, mais la définition de la trame colorée laisse à désirer (100 ppp), et les couleurs sont délavées. Si une poignée de fabricants ont adopté cette technologie, Amazon et Kobo s’en tiennent ostensiblement à l’écart.

Vivlio Color : test de la première liseuse en couleurs avec l’écran E Ink Kaleido

Vivlio Color : test de la première liseuse en couleurs avec l’écran E Ink Kaleido

E Ink veut croire que cela changera avec la troisième génération de la technologie Gallery, qui peut rafraichir l’affichage en 1 500 ms lorsque la qualité est privilégiée, et même 500 ms lorsque la rapidité est privilégiée. La définition atteint 300 ppp, et la saturation des couleurs ne dépend pas de la luminosité, même si l’écran est flanqué d’un système d’éclairage ComfortGaze.

Cette technologie n’apportera rien aux fabricants de blocs-notes, comme ReMarkable ou Boox, qui misent sur la vitesse pour rivaliser avec des tablettes capables de rafraichir leur affichage en 16 ms. Elle pourrait toutefois changer les choses pour les fabricants de liseuses, qui voient le marché du livre numérique stagner, sauf dans le domaine plus coloré des mangas et des bandes dessinées.


avatar dujarrier | 

Bien que ce soit une avancée significative dans le domaine de l’encre electronique couleur (color E-ink), le nombre de couleurs reste encore un peu trop juste et la vitesse de rafraichissement, beaucoup trop longue comparé à ce que les consommateurs sont maintenant habitués avec les écrans LCD et OLED.

Si on fait le parallèle avec l’evolution des ecrans LCD couleur, j’aurai tendance a penser que lorsque le nombre de couleur atteindra 256 000 couleurs ET que le rafraichissement pourra supporter près de 30 images par seconde, ALORS le nombre d’appareils pouvant utiliser cette technologie decollera enormement.

Au vu du rythme des ameliorations de cette technologie (inventée je crois vers 1996 par le MIT), on peut penser que ça pourrait devenir le cas qque part entre 2028 et 2035.

Et a titre personnel, j’attends les ecrans couleurs bi-stable (et les mémoires non volatile bi-stable MRAM) avec une TRES grande impatience !!!

avatar iftwst | 

@dujarrier

Qu’est ce que les écrans bi-stables ?

avatar dujarrier | 

@iftwst

C’est un ecran (memoire) qui conserve son etat lorsque l’electricité est coupé.

Un ecran LCD classique/OLED (et memoire volatile) si on debranche la prise de courant, ils s’eteigne et devienne tout noir (perde leur information)

Un ecran bi-stable (type E-ink, LCD cholesterique,…) et memoire non volatile (type disque dur, Intel Optane Memory, et encore mieux la memoire MRAM (STT-MRAM, SOT-MRAM, VCMA-MRAM,…)) conserve son etat même en l’absence de courant : l’ecran bi-stable affiche toujours l’image, et la memoire non volatile (type MRAM) contient toujours l’information.

Seul le changement d’un etat a l’autre (ex: blanc vers noir, 0 vers 1 pour une memoire) necessite de l’energie (electricité), mais une fois le changement fait, plus besoin d’electricité pour maintenir actif ce changement.

A mes yeux, ces technologies bi-stables sont une brique technologique necessaire pour reellement faire decoller les objets intelligents car cela limite fortement la consommation d’energie pendant les periodes d’inactivité (mais souvent requierent plus d’energie en periode d’activité que les technologies actuelles).

avatar iftwst | 

@dujarrier

Merci !

avatar stefhan | 

@dujarrier

Wow merci pour les explications !

avatar brunnno | 

@dujarrier

Je pense que cette technologie étant réservée aux liseuses, le taux de rafraîchissement ou le nombre de couleurs est moins important que pour un écran de PC.
Perso, si une liseuse met 500ms pour m’afficher la page suivante, je peux m’en contenter.
Le plus urgent à mon sens est le rendu des couleurs (luminosité et contraste) pour les BD et autres documents

avatar dujarrier | 

@brunnno

Non, cette technologie n’est pas réservée aux liseuses.

Ce sont plutot les limitations actuelles de cette technologie qui font que, en l’etat actuel d’avancement de cette technologie, elle est effectivement plus souvent adaptée aux liseuses.

MAIS si cette technologie supportait au moins 256 000 couleurs et aussi environ un taux de rafraichissement de 30 images/seconde, alors cela lui ouvrirait plein, plein, plein d’autres opportunités d’utilisation.

La Livebox 6 d’Orange integre un petit ecran E-ink noir et blanc en façade. On pourrait imaginer qu’avec un meilleur taux de rafraichissement (proche ou superieur a 30i/s) et au moins 256k couleurs, alors l’ecran pourrait être en couleur et affiché les icones en couleur, tout en etant suffisamment fluide poyr être interactif…

avatar idhem59 | 

"La Livebox 6 d’Orange integre un petit ecran E-ink noir et blanc en façade. On pourrait imaginer qu’avec un meilleur taux de rafraichissement (proche ou superieur a 30i/s) et au moins 256k couleurs, alors l’ecran pourrait être en couleur et affiché les icones en couleur, tout en etant suffisamment fluide poyr être interactif…"

Ce qui apporterait... Absolument rien en fait pour un petit écran qui est juste là pour informer du bon fonctionnement du service et permettre deux ou trois interactions rapides comme activer/désactiver le Wi-Fi qui ne demandent ni couleur ni haut taux de rafraîchissement pour que ça fonctionne comme attendu. Pas terrible comme exemple.

avatar Insomnia | 

Ça avance doucement mais sûrement, des que se sera vraiment au point je pourrais passer ma collection de manga et bd

avatar calotype | 

Je suis également l’évolution des écran e-ink qui restent encore peut accessible financièrement par rapport à leur performances.
Mais j’y crois et j’attend plus une évolution sur les très grande tailles plus que du nombre de couleur ou du rafraîchissement, malheureusement je pense que c’est ce qui viendra en dernier.

avatar Lightman | 

Ici, on est en synthèse soustractive quadri CMJK (normal pour cette techno).
Mais 16 niveaux par couleur "primaire", c'est-à-dire 4 bits donneraient 2^4^4 = 65536 couleurs. Non seulement 50000 n'est pas une puissance de 2, mais en plus est inférieur à 4 bits/canal. J'avoue ne pas connaître le fonctionnement technique mais je trouve ça trop faible.

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Lightman : j’ai demandé des précisions à E Ink, qui se contente de dire « over 50,000 », mais le seul chiffre censé est _vraiment_ au-dessus (65 536 effectivement).
avatar nekura | 

Bien que plus confidentielle que les Remarkable et Boox, vous pouvez ajouter la Notéa de Bookeen à la liste des blocs-notes, qui est un très bon produit qui s’est bien amélioré depuis son lancement !

avatar Bounty23 | 

Les mangas étant souvent noir et blanc je ne sais pas si ça changera grand chose :/

avatar mrlupin | 

100ppp ça va l’impression offset d’un journal
C’est 75ppp

CONNEXION UTILISATEUR