WhatsApp suspend une partie du partage de données avec Facebook en Europe

Stéphane Moussie |

WhatsApp a temporairement cessé de partager les données de ses utilisateurs avec Facebook à des fins publicitaires en Europe. Cette mesure a été prise par le réseau social alors que sa nouvelle politique lancée fin août est sous le feu des critiques sur le Vieux Continent.

Pour refuser le partage de données, il fallait tapoter sur « En savoir plus... » puis décocher la case idoine au moment de l'arrivée des nouvelles conditions de confidentialité.

Le mois dernier, l'Allemagne a ordonné à Facebook de supprimer les données des utilisateurs de WhatsApp qui avaient été déjà récupérées et de stopper cette collecte, au motif que ces 35 millions de personnes n'avaient pas donné leur accord.

Plus récemment, le G29, qui regroupe les « CNIL » européennes, a fait part de son inquiétude sur « la validité du consentement de l’utilisateur, l’efficacité des mécanismes fournis aux utilisateurs pour exercer leurs droits et les droits incombant aux non-utilisateurs de Facebook dans le contexte d’un tel changement de politique de confidentialité » et a demandé à Facebook d'arrêter le partage jusqu'à ce que des garanties puissent être apportées.

Le réseau social s'est donc plié à cette injonction en attendant de trouver un accord avec les autorités de protection des données. Le partage d'informations pour améliorer les services, comme la lutte contre le spam, reste actif pour sa part.


avatar eastsider | 

Mais Qui utilise cette antiquité encore mdr??? ya heytell aussi qui est mis a jour.

avatar MKln | 

@eastsider

+ d'un milliard de personnes il me semble ? :)

avatar adixya | 

Ah ben on peut te retourner la question : qui utilise heytell ?

avatar ET80 | 

@eastsider

Tu en es le développeur??

avatar l3aronsansgland | 

Une association suisse de consommateur avait épluché les conditions de What's App à l'époque de l'entrée en vigueur de cet accord. Il en ressortait que décocher la fameuse case n'empêchait en rien la transmission de son numéro de téléphone, mais prévenait simplement la publicité ciblée.

http://www.rts.ch/info/sciences-tech/7981619-seule-la-suppression-de-whatsapp-evite-les-transferts-vers-facebook.html

avatar alan1bangkok | 

WhatsApp marche très bien chez moi . Pour le reste, peu me chaut !

avatar marc_os | 

Pour ceux qui ne tiennent pas à partager leur données avec FaceBook, ne pas oublier Telegram.

avatar kitetrip | 

Au lieu de Telegram et son système de chiffrement souvent décriés par les spécialistes dans le domaine (ca ne vous étonne pas que de simples journalistes retrouvent des conversations), Snowden recommande Signal, et ça marche très bien.
Après si vous voulez partager votre vie avec Facebook et la NSA c'est votre choix (ah les ignorants qui "n'ont rien à se reprocher"... reprenez vos cours d'histoire !)

avatar marc_os | 

@ kitetrip
Si j'ai un jour utilisé WhatsApp, ce n'était pas pour le chiffrement, mais pour communiquer avec des amis en Espagne qui doivent payer pour chaque SMS envoyé vers un numéro non espagnol. Et de même que je n'utilise les services de Google que quand je ne peux pas faire vraiment autrement, par exemple si un contact a un email gmail, afin de limiter la fuite de mes données vers Google, de même le rachat de WhatsApp par Facebook a été pour moi rédhibitoire.

CONNEXION UTILISATEUR