Le monopole de l'App Store va passer devant la Cour Suprême

Florian Innocente |

La Cour Suprême aux États-Unis a accédé à une requête d'Apple pour étudier ses arguments dans une plainte pour abus de monopole, elle concerne l'App Store.

Les plaignants estiment qu'Apple profite d'une situation de monopole puisqu'il est impossible pour les propriétaires d'un appareil iOS d'obtenir des apps en dehors de l'App Store. En outre, les éditeurs des apps qui y sont vendues sont astreints au reversement à Apple de 30 % du prix, ce qui joue sur les tarifs.

Si tel n'était pas le cas et que d'autres plateformes de distribution d'apps étaient disponibles, les consommateurs pourraient en sortir gagnants avec davantage de concurrence sur les prix. Apple a toujours expliqué que le mode de fonctionnement de son App Store assurait un niveau de sécurité élevé pour ses utilisateurs en limitant les risques de présence de malwares et autres.

La plainte fut d'abord rejetée en 2013 par une cour d'Oakland en Californie, au motif que ce sont les développeurs qui doivent s'acquitter de ce surcoût de 30 % du prix de vente, pas le client final. En 2017, en appel, un juge de San Francisco a relancé le dossier en considérant au contraire qu'Apple s'adressait directement aux consommateurs au travers de ses iPhone vendus avec l'App Store (lire La justice va-t-elle forcer le jardin fermé de l'App Store à s'ouvrir ?).

Apple est soutenue dans ce dossier par le Département de la justice. La Cour Suprême étudiera la question en octobre prochain, au mieux et son avis sur le sujet intéressera plusieurs autres plateformes similaires à celles d'Apple, chez Google ou Amazon.

Source
Tags
avatar Nesus | 

Ça va être tellement bike le store alternatif où on pourra pirater les apps des devs de l’appstore

avatar Nesus | 

Ça va être tellement bien le store alternatif où on pourra pirater les apps des devs de l’appstore

avatar byte_order | 

@Nesus
Apple Music n'est pas la seule plateforme de distribution de flux de musique.
C'est pas pour autant que Spotify, Deezer, Qobuz etc se font forcément pirater leur contenu.
Si !?!

Je ne vois pas ce justifie de croire que seul Apple soit capable de proposer un magasin d'applications iOS qui soit sécurisé pour empêcher le piratage des apps proposées dans ces magasins !

Est-ce que Amazon se fait piraté ses films sur Amazon Prime ? Parce que bon, y'a Netflix quoi.

Est-ce que Valve se fait piraté ses jeux vidéo sur Steam ?
Est-ce que les jeux pour console vendus sous boite se font systématiquement piraté !?
Parce que bon, y'a le Xbox Store, le PS Store, le Nintendo Store, donc le reste, forcément, c'est forcément ouvert en grand aux pirates ?

Bref.
Depuis quand la concurrence est mauvaise pour la sécurité !?
En pratique, c'est même le contraire : toute concentration de la sécurité sur un point central constitue un point de faiblesse au conséquence bien plus grave.

La diversité des solutions offre une bien meilleure résilience.

avatar iPop | 

@byte_order
Je ne vois pas ce justifie de croire que seul Apple soit capable de proposer un magasin d'applications iOS qui soit sécurisé pour empêcher le piratage des apps proposées dans ces magasins !

Non, bien sur mais ca tirerait la qualité vers le bas, tout comme Android. Les dev ne ferait qu’en fonction du plus grand nombre, ou selon. Non ?

avatar bibi81 | 

Non, bien sur mais ca tirerait la qualité vers le bas

Non, au contraire. Apple pourrait justement ne sélectionner que les apps de qualité et laisser les autres apps aux stores alternatifs.

avatar iPop | 

@bibi81

Qui serait forcément moins cher avec sa clientèle qui aurait forcément de vieux téléphone. Le dev serait forcé d’éditer pour ces systèmes, on assisterait à une fragmentation du système.

avatar bibi81 | 

Le dev il fait ce qu'il veut. Si il ne veut supporter qu'une seule version de smartphone, il le peut. Il n'y a pas de loi qui l'oblige à tout supporter et à publier sur tous les stores !

avatar C1rc3@0rc | 

@byte_order

«Apple Music n'est pas la seule plateforme de distribution de flux de musique.
C'est pas pour autant que Spotify, Deezer, Qobuz etc se font forcément pirater leur contenu.»

Pas faux mais derriere l'edition musicale y a des requins terribles. Si tu es un chihuahua tu va pas aller piquer la nourriture d'un pitbull affamé...

Au niveau des applications, y a quelques gros éditeurs, mais beaucoup de petites structures voire des indépendants.
Ceux qui vont pirater, vont le faire dans l'underground. Autrement y a les usines en chines et en inde de copistes, et la pas grand choses a faire.

Et puis pirater pour des produits Apple... trop peu de PDM, trop de controles, trop de contrainte.

Faire du logiciel pour Mac, faut avoir les reins tres solides et pas se rater. Le marché est minuscule et les risques sont majeurs.
Et c'est meme pas forcement rentable.

Sur iOS, c'est un peu different, mais la aussi faut pas se rater.
80% des benef sont fait par des grosses structures, qui ont les moyens d'avoir de bons avocats et enqueteurs.
Pirater un indie iOS, c'est le voleur qui pille le clodo... rarement il va tomber sur un manteau rempli d'argent.

Le plus gros risque avec des store indépendant c'est juste le controle de securisation.
L'AS permet pas de securiser a 100%, mais on peut etre a peu pres certain qu'avec des stores tiers on verrait les malware se multiplier.
La données du profile social et consommateur du client Apple a beaucoup de valeur...

avatar byte_order | 

> L'AS permet pas de securiser a 100%,

Non.
C'est le processus de validation de conformité qui le permet.
A l'instar de ce que font Sony, MS ou Nintendo avec les jeux vidéo.
Ou un organisme de vérification sanitaire dans les produits alimentaires.

Croire que c'est l'unique magasin qui apporte, simplement parce qu'il est le seul possible, la sécurité, c'est comme croire qu'une maison avec une seule porte d'entrée ne sera jamais cambriolée.

Y'a aucune raison technique de lier processus de certification et distribution.
A part pour en tirer parti financier, évidement.

> mais on peut etre a peu pres certain qu'avec des stores tiers
> on verrait les malware se multiplier.

Les multiples dépôts RPM, Debian et autres pour logiciels open source prouvent qu'avec quelques mécanismes simples, cela n'a rien d'une certitude.

C'est au niveau de la certification du produit distribué que cela se gère, pas au niveau de la mise en rayon.

Et d'ailleurs, il suffit de voir les malwares sur le MAS pour s'en convaincre, alors qu'il y a une multitude d'autres vecteurs de distribution d'applications pour macOS, la store du Mac censé apporter plus de sécurité grace a ce prétendu bienfait de l'intégration verticale comporte pas mal de malwares lui aussi...

Arretons de confondre processus de distribution exclusif et certification, ils ne sont nullement synonymes ni automatiques.
C'est toujours le même argument de la sécurité pour justifier de confier tout à un seul acteur, devenu juge et partie ce faisant, et sur lequel personne n'a de contrôle.

Qui contrôle celui qui contrôle tout !?

Encore une fois, avec cette même logique, pourquoi ne pas accepter que seuls les sites ayant in certificat signé par Apple sont visitables par Safari !?
Pourquoi accepter de faire confiance à DigiCert, LetsEncrypt et autres, finalement, si tout doit être contrôler par un seul acteur, à la fois distributeur, douanier, censeur et fabriquant !?

avatar C1rc3@0rc | 

@byte_order |

«Arretons de confondre processus de distribution exclusif et certification, ils ne sont nullement synonymes ni automatiques.»

Tu as parfaitement raison de mettre en evidence cela.
Le probleme c'est qu'Apple introduit une confusion, amalgamant app store et certification et je me place dans cette realité.

On voit d'ailleurs que l' app store a des biais, a commencer par la faille de signature remontant aux applications "mixte".
L'autre biais c'est la modification des app tiers par Apple pour compenser les changement dans les API.
Un truc de base c'est la generation de "l'empreinte" de l'application (la checksum). Qui n'est pas exploitée correctement avec l'app store et qui n'est pas utilisable par les developpeurs via un processus de certification d'Apple

On pourrait imaginer par exemple qu'Apple offre un serveur d'empreintes, le developpeur soumettant son applications finie a Apple, et l'OS verifiant la checksum au moment de l'installation. Si la checksum enregistrée sur le serveur d'Apple ne correspond pas a celle calculée par l'OS, pas d'installation. Ce serait simple et efficace et permettrait plusieurs canaux de distribution.

Apres, l'idee de l'app store ne se limite pas a la certification, mais se place du cote client. Apple vise de tres grand public et avait pris comme option le fait de deresponsabiliser le client: un systeme central et unique de distribution evitant a l'utilisateur de devoir chercher ailleurs et de se poser des questions (de securité entre autres).

Dans cette voie, la multiplication des store represente un danger de multiplication de malware.
Ton argument concernant Linux et *nix est juste, mais l'utilisateur est responsabilisé et a un niveau de competence tres different de celui de MacOS et plus encore d'iOS.

avatar fousfous | 

Ça ne veut rien dire de parler de monopole comme c'est uniquement ses produits...
Et d'ailleurs pourquoi ne s'attaquer qu'à Apple?

avatar byte_order | 

> Ça ne veut rien dire de parler de monopole comme c'est uniquement ses produits...

*Ses* ?
Depuis quand les iphones vendus appartiennent encore à Apple ?
Qu'est-ce qui justifie que Apple s'impose entre un propriétaire légitime d'un iPhone et un développeur d'application compatible avec cet iPhone ?

Apple n'est plus propriétaire de l'iphone vendu, et n'est pas non plus propriétaire de l'application développée...

C'est un monopole de distribution.

Cela serait *ses* produits si les idevices en question n'étaient pas vendus, mais loués.

avatar reborn | 

@byte_order

Me semble que la distribution des jeux sur console est controlé par les constructeurs.

iOS n’appartient pas à l’utilisateur. Le matos oui, il peut en faire ce qu’il veut.

avatar r e m y | 

@reborn

Oui mais il n'y a pas qu'un seul magasin (controlé par le constructeur de la console) où tu puisses les acheter.
Il y a un fort contrôle mais Apple a poussé encore plus loin le concept.
On verra ce que la Cour Suprême en pensera.

avatar reborn | 

Pour que les jeux puisse fonctionner sur la console ils doivent etre approuver par le constructeur.

avatar r e m y | 

@reborn

Oui mais ils acceptent que les cartouches ou dvd soient vendus ailleurs que dans leur propre magasin, non? (Quoique, avec les ventes par téléchargement direct sur la console, j'ai un doute... moi j'en suis resté à la GameCube)

avatar byte_order | 

@r e m y
> Quoique, avec les ventes par téléchargement direct sur la console, j'ai un doute...
> moi j'en suis resté à la GameCube)

Microsoft et Sony ont tenté d'imposer effectivement les jeux uniquement dématérialisés, avec évidement l'objectif derrière d'imposer leur magasin donc, et donc leurs conditions.

Les revendeurs physiques ont réagi ainsi, grosso modo, nous ne distribuerons pas de console de jeux qui nous permettent pas de vendre également des jeux vidéo.

Les éditeurs ont répondus grosso-modo : niet.

Le rapport de force n'étant pas le même, Microsoft et Sony, malgré toutes leurs envies évidentes d'installer leur monopole de distribution dans leur écosystème, ont cédé.
Au moins 2 fois.

En ce moment, c'est sur le jeu en ligne inter consoles que cela discutent.
Je ne suis pas persuadé que Square Enix en se moment soit pas en meilleure position de force que Sony sur ce point. Imaginez Sony devoir se privé de Fortnite, alors que ce jeu est dispo partout, de la xbox, pc, mac, android, ios et même bientôt la switch !?

Les développeurs d'apps ios sont des producteurs de lait, pas des producteurs de blockbusters. La distribution abuse toujours des petits producteurs, y'a rien de nouveau là dedans, l'aveuglement de certains est juste un peu long...

avatar IceWizard | 

@remy
"Oui mais ils acceptent que les cartouches ou dvd soient vendus ailleurs que dans leur propre magasin, non? (Quoique, avec les ventes par téléchargement direct sur la console, j'ai un doute... moi j'en suis resté à la GameCube)"

Evidement qu'ils acceptent .. les éditeurs étant obligés de payer un pourcentage commercial aux constructeurs des consoles pour accéder aux SDK. Quel que soit le moyen de distribution les constructeurs de consoles touchent un pourcentage de CHAQUE VENTE !

avatar Yacc | 

@IceWizard

Merci de rappeler les réalités de l’économie du JV que beaucoup ignorent ou veulent ignorer 😎

La grande époque où Sony touchait son obole au pressage du DVD qu’il soit en suisse vendu ou non 😅

avatar byte_order | 

@reborn
> Pour que les jeux puisse fonctionner sur la console ils doivent etre approuver par le
> constructeur.

la certification compatible, oui.
Mais cela n'impose aucunement quoi que ce soit sur la manière de distribuer le jeu, s'il peut ou pas être revendu, échangé, ni n'impose de payer 30% du prix de vente du jeu au constructeur.

La certification de compatibilité, de qualité et la signature d'authenticité, puisqu'on parle de sécurité aussi est ici déconnecté de l'obligation de passer par le magasin du constructeur et ses conditions.

C'est totalement possible, cela marche (on peut vraiment pas dire que le marché du jeu vidéo pour console n'a jamais décolé, hein).
La grosse différence, c'est le rapport de force : les éditeurs de jeux ont bien plus de poids pour faire plier les constructeurs que les développeurs d'apps iOS avec Apple.

C'est la seule raison pourquoi l'AppStore a pu durablement profité d'un monopole imposé.
ici, les développeurs ne sont pas de taille à négocier quoi que ce soit.

Après, faut pas s'étonner de les voir de plus en plus migrer sur du Electron et similaire, sur du freemium et de la pub partout, hein. Quand cela rapporte pas, faut bien trouver de la marge ailleurs, et tant pis si cela fait raler les utilisateurs finaux et le constructeur.

Au final, c'est la nécessité de devoir vivre de la pub plutôt que de la vente d'une app qui détruit petit à petit la qualité initiale de cet écosystème fermé (qui du coup se rapproche de ceux plus ouverts, quelle ironie...).

avatar byte_order | 

@reborn
> Me semble que la distribution des jeux sur console est controlé par les constructeurs.

Non. Il n'y aucune console vendue, passée ou actuelle, où l'on est *obligé* absolument d'acheter forcément via le store du constructeur.
On peut parfaitement acheter des jeux dans des boutiques physiques, les commander sur Amazon, les acheter d'occasion, voir se les prêter gratuitement entre soit.

Essayez donc de faire ça avec une application iOS...

avatar C1rc3@0rc | 

@reborn

«Me semble que la distribution des jeux sur console est controlé par les constructeurs.»

Plus ou moins légalement.
Techniquement par contre, oui.

«iOS n’appartient pas à l’utilisateur. Le matos oui, il peut en faire ce qu’il veut.»

Le matos n'appartient pas a l'utilisateur dans le sens qu'il ne peut pas en faire ce qu'il en veut.
Il faut lire les contrats de vente, c'est édifiant. L'achat définit en fait un usage limité, des responsabilités sur le matériel, mais on n'en a jamais la pleine propriété. Ce sont souvent des clauses abusives mais pour les faire sauter il faut avoir de l'argent et de bons avocats.

Sur le fond de l'histoire, le probleme c'est pas qu'Apple impose son store. L'independant ou les petites structures sont bien mieux traités par l'AS que par n'importe quelles boites d'edition du modele precedent.
L'AS pose un probleme surtout aux gros editeurs qui y voient un concurrent deloyale qui change leurs regles du jeu. Apple represente pour eux le meme danger que celui d'iTunes l'a ete pour le modele de distribution de musique sur CD.

Le probleme pour les independants, c'est pas les 30% ponctionnés par Apple en plus des $100 de detention de compte developpeur.
Le probleme ce sont les regles de validation a geometrie variable, le vol d'idee pratiqué par Apple, l'impossibilité d'installer du soft reellement gratuit et opensource, les restrictions de type de soft et d'usage de techno.
Par exemple un important business dans le secteur "entertainment" technologique, c'est le porno. Or Apple interdit tout contenu de ce type de maniere parfaitement arbitraire. Sachant que l'utilisateur iOS depense plus qu'un utilisateur Android, on comprend que les editeurs de ce secteur veuillent casser le monopole d'Apple pour pouvoir beneficier du pognon des clients iOS.

Bref, le probleme de l'AS, c'est plus le probleme des regles arbitraires et pratiques d'Apple que le principe d'un store unique.

avatar Bigdidou | 

@C1rc3@0rc

"L'achat définit en fait un usage limité, "

Heu, un usage limité pouvant engager la responsabilité du fabricant, mais en dehors de cette responsabilité, je n'ai jamais vu aucune contrat de ventre qui t'interdisait de te servir d'un grille pain comme sextoy ou d'un iPhone comme moule à gaufres.Tu sais juste qu'i faut aller aux urgences et pas au sav en cas de problème.

avatar IceWizard | 

@Bigdoidou
"Heu, un usage limité pouvant engager la responsabilité du fabricant, mais en dehors de cette responsabilité, je n'ai jamais vu aucune contrat de ventre qui t'interdisait de te servir d'un grille pain comme sextoy ou d'un iPhone comme moule à gaufres"

Tu n'as jamais vu de contrat américain, expliquant qu'on ne doit jamais sécher un animal domestique dans un four à micro-ondes ?

avatar Bigdidou | 

@IceWizard

"Tu n'as jamais vu de contrat américain, expliquant qu'on ne doit jamais sécher un animal domestique dans un four à micro-ondes ? "

Qui dégagent la responsabilité du fabricant si tu as envie de le faire, oui j'ai lu que ça existerait.
Mais ça n'a rien à voir avec ce qu'écrit circé qui parle d'un usage limité par le contrat de vente.

avatar fousfous | 

@byte_order

Apple est propriétaire d'iOS, problème réglé.

avatar byte_order | 

@fousfous

et allez, il ressort son argument jouant sur la confusion (la sienne !?) entre la licence d'utilisation de iOS qui est *vendue* avec la propriété du code, qui elle reste évidement chez Apple.

Hors seule la licence, pas son code, permet de l'utiliser dans un iphone/ipad, et ça, c'est bien vendu par Apple.

avatar r e m y | 

@fousfous

Si c'était aussi simple, il y a longtemps que sur Mac on serait obligé d'acheter ses logiciels sur le Mac appStore! (MacOS "appartient" autant à Apple qu'iOS), et Microsoft serait probablement aujourd'hui le seul vendeur de logiciels compte-tenu de la place prise par Windows.

Et pourquoi aller embêter la Cour Suprême des États Unis alors que FouFou vous règle la question en 10 secondes...

avatar byte_order | 

@fousfous
Renault est tout autant propriétaire du logiciel embarqué dans ses véhicules.
C'est pas pour autant qu'il peut s'en servir pour vous obliger à devoir acheter de l'essence *que* dans *ses* stations services, lui permettant d'imposer une taxe de 30% aux producteurs de carburant...

avatar r e m y | 

@fousfous

C'est pourtant bien un monopole quand tu ne peux pas acheter tes apps ailleurs que dans le magasin Apple!
Si Renault obligeait ses clients à ne faire le plein que dans les stations service Renault, ce serait exactement la même chose.

avatar fousfous | 

@r e m y

Ce n'est pas un monopole parce que tu peux aller ailleurs.
Et dans une Renault tu ne peux utiliser que les apps Renault sur l'écran de la voiture...

avatar r e m y | 

@fousfous

Comment tu fais pour aller acheter tes apps iOS ailleurs???

avatar byte_order | 

@fousfous
la fonction principale d'un véhicule, c'est pas d'afficher des trucs sur un écran.
C'est de se déplacer d'un endroit à un autre.
Dans le cas d'une voiture à essence, c'est en consommant de l'essence que cette fonction est possible (essayez sans essence, vous verrez, tout de suite cela marche moins bien).

Pourtant, Renault ne peut pas utiliser l'électronique embarqué ni même la forme de la trappe à essence pour vous contraindre à devoir acheter votre essence, indispensable à sa fonction principale, uniquement dans *ses* stations services.

Par ailleurs, vu que les Renault équipés d'écran permettent d'afficher le contenu de votre smartphone iOS ou Android dessus, NON, les apps sur l'écran de la voiture ne sont pas forcément que celle de Renault, ni même acheté à Renault, ni même *via* Renault.

avatar alfatech | 

@r e m y

"C'est pourtant bien un monopole quand tu ne peux pas acheter tes apps ailleurs que dans le magasin Apple!"

Pareil pour Sony ou Ms concernant l'achat de jeux dématérialisés PS4 ou Xbox pourtant ça ne choque personne

avatar byte_order | 

@alfatech

Peut être parce que l'achat dématérialisé n'est pas *obligatoire* ni *imposé* ?

A chaque tentative de le faire, cela à *justement* fait réagir. A chaque fois. Au point qu'à chaque fois les constructeurs ont reculés.

C'est p"tet pour cela que cela ne choque pas.
Parce que les gens ont encore le choix, et s'en servent.

avatar alfatech | 

@byte_order

"Peut être parce que l'achat dématérialisé n'est pas obligatoire ni imposé ?"

Certains jeux et achats in app ne se vendent pas autrement que par les store officiels

avatar byte_order | 

@alfatech

Oui, mais ça c'est un choix de l'éditeur du jeu.
Et il prend le risque que la clientèle qui préfère ne pas passer par le store du constructeur, soit parce que c'est plus cher soit parce qu'il veut pouvoir revendre le jeu sur le marché de l'occasion ou simplement l'échanger avec d'autres amis, que cette clientèle choisisse plutot un jeu d'un autre éditeur qui lui le distribue sous forme physique.

Quand le store est imposé, les éditeurs ne craignent plus cette offre concurrente, et ce sont les clients qui se retrouvent avec une offre biaisée.

La majorité des jeux AAA sont dispo hors du store constructeur, les jeux moins "bankables" sont effectivement (et parfois qu'initialement, le temps de voir) plus souvent disponible que dématérialisés, les coûts minimum pour adresser le marché de distribution physique n'apparaissant pas rentables.

avatar IPICH | 

@r e m y

Est-ce qu'on reproche à Sony d'avoir le monopole sur ses consoles en ne permettant pas de jouer à des jeux nintendo switch dessus?

avatar en ballade | 

@fousfous

Sur Android on peut installer sans passer par le store

avatar sensass | 

Si les plaignants ne sont pas contents ils n'ont qu'à aller chez la concurrence. Ce n'est pas comme s'il n'y avait pas le choix.
Et puis Apple ne force personne à acheter un iPhone.
Du grand n'importe quoi. Quels imbéciles.

avatar r e m y | 

@sensass

Tu sais que si ce monopole tombait, rien ne t'obligerait à aller acheter tes apps ailleurs que chez Apple!
Simplement ceux qui aiment avoir le choix pourraient, eux, aller acheter ailleurs...

avatar fousfous | 

@r e m y

Actuellement si je veux acheter des apps sur le MAS je ne peux pas parce que comme il y a la possibilité de les télécharger ailleurs beaucoup de devs ne se sont pas gêné.
Je perd donc en confort d'utilisation et en sécurité.

avatar r e m y | 

@fousfous

Parce que le fait qu'il n'y ait QUE l'appStore sur iOS te garantit de pouvoir y trouver toutes les applications que tu souhaites?

avatar fousfous | 

@r e m y

Bah oui toutes les apps iOS sont dans le store, au contraire du MAS.

avatar r e m y | 

@fousfous

Non seulement celles acceptées par Apple...
Elle est où l'app iOS Steam Link (pour prendre un exemple récent)?

avatar fousfous | 

@r e m y

C'est grâce au règles d'Apple qu'on a des apps de qualité, donc faut respecter les règles, c'est tout.

avatar r e m y | 

@fousfous

Les apps iOS de qualité sont identiques sur Android.
Tu vas me dire que c'est grâce aux règles imposées par Apple qu'il y a, par contre coups, des apps de qualité sur Android?

avatar fousfous | 

@r e m y

Ah oui en effet les malware cache dans les apps Android sont au même niveau que ce qui est sur l'app store...

avatar byte_order | 

@fousfous
Mais bien sûr, ne soyons pas a une généralisation près.
Aucune app android n'est de qualité équivalente que sur iOS, y'a des malwares dans chaque app android, etc etc.

Et c'est gràce aux règles d'Apple que les chinois ont désormais plus que des VPN de qualité "gouvernementale", que je pense les russes auront bientôt (si c'est pas déjà le cas) un iMessage compatible avec la politique de "lutte contre les opposant...erroristes !" et que cette saleté de Telegram bourré de malwares et de bébés chats tués par des terrorismes aura été banni de la russie (enfin, celle sous iOS).

Et c'est grace à cela aussi qu'on a un support de qualité avec les montres Peeble, des scripts Workflow qui évitent d'utiliser cette infame Google Maps plutôt que Plans,, qu'on peut ne pas payer sans contact avec autre chose que le très concurrentiel (mais sans concurrence autorisée) Apple Pay, qu'on échappe aux autres moteurs web immondes grâce que celui de Safari, un assistant vocale qui refuse de collaborer avec des services de mauvaises qualité comme Spotify...

En fait, la seule application android aussi bien que sur iOS, c'est Apple Music.
Ah ah ah.

avatar ecosmeri | 

@r e m y

Vois avez du courage d'essayer de lui expliquer. 😂😂🤣😂.

C'est peine perdu les gars. Fousfous a toujours raison quand il s'agit d'apple

Pages

CONNEXION UTILISATEUR