Infowars : Apple ne retirera pas l'app sauf en cas de violation de ses règles

Florian Innocente |

Apple a décidé de laisser disponible sur l'App Store l'application Infowars Official dès l'instant où son contenu n'enfreint pas les règles autorisant sa présence sur la plateforme de téléchargement.

Apple a déclaré à BuzzFeed qu'elle n'entendait pas supprimer l'app sauf entorse à ses directives :

Nous soutenons fermement tous les points de vue exprimés sur l'App Store, à condition que les applications respectent les utilisateurs ayant des opinions différentes et respectent nos directives, garantissant ainsi que l'App Store constitue une plateforme sûre pour tout le monde.

L'app InfoWars et Alex Jones

Et d'ajouter dans la foulée qu'elle « continue de surveiller les applications en cas de violation de [nos] directives, et si nous trouvons du contenu qui viole nos directives et qui nuit aux utilisateurs, nous supprimerons ces applications de la plateforme comme nous l’avons fait précédemment. ». Google a offert la même explication pour le maintien en ligne de la version Android de l'app.

Le contenu généré par le site Infowars du conspirationiste Alex Jones pourrait tomber sur le coup de l'article [1.1.1](Defamatory, discriminatory, or mean-spirited content, including references or commentary about religion, race, sexual orientation, gender, national/ethnic origin, or other targeted groups, particularly if the app is likely to humiliate, intimidate, or place a targeted individual or group in harm’s way. Professional political satirists and humorists are generally exempt from this requirement.) des règles de présence sur l'App Store.

BuzzFeed avance une explication sur cette différence de traitements entre les [podcasts](iTunes n'hébergeait pas ces podcasts à proprement parler, ils se contentait de les référencer.) d'InfoWars et l'app.

Sur la page du podcast, les contenus des épisodes étaient largement détaillés, avec tout ce qu'ils pouvaient receler de contestable. Dans le cas de l'app, il n'y a rien de tel sur la page de présentation. Quant au contenu de l'app, il est sans cesse renouvelé, autrement dit, Apple n'agira que si elle prend l'éditeur de l'app en flagrant délit de violation de ses règles.

avatar tbr | 

J’ai du mal à comprendre l’attitude d’Apple.

Ce type reste tout de même l’ordure qu’il est, nonobstant ce qu’il véhiculerait de « parfaitement... honnête » sur l’un de ses apps iOS.

Malheureusement, il n’est pas en France... il aurait été promptement condamné.

avatar Fabricius | 

@tbr

Promptement condamné ? Puis vite fait pardonné... c’est ça aussi la France des puissants :(

avatar anonx | 

@tbr

Comme on fait avec nos lieux de cultes radicaux etc... ainsi que les multi condamnés fichés qui récidivent (même pas français parfois) etc... ou pedophiles ou ou ou....

Laul3

avatar Steve Molle | 

@tbr

Bien moins promptement que Benalla ?

Non je deconne.

Ce chauvinisme mal placé et aveugle est à vomir.

avatar Ze_misanthrope | 

Par contre ils bannissent les applications de news Android... Super politique..

avatar warmac33 | 

Exactement la réflexion que je me suis faite ! Rien que ça me fait boycotter iOs.
Mais il ne faudrait pas que les soldats d'Apple aient connaissances du monde extérieur, des fois que ça leur donnerait idée de sortir de 1984...

avatar Espcustom | 

Ce beau pays qu’est les États-Unis...

avatar rikki finefleur | 

Disons qu'en france depuis quelques années tu n'as plus le droit d'avoir d'opinions différentes..

Franchement il existe encore des pays ou la liberté d'opinions existe , ce qui n'est plus le cas ici.

avatar Seb42 | 

@rikki finefleur

Ah bon, tu peux nous expliquer qu’est ce qu’il te pousse à dire cette ânerie ?

avatar rikki finefleur | 

L'auto censure, et les multiples procès.
Et si tu ne vois pas de différence de libertés entre les années 90 -2000 et now achetes toi des oreilles.
Coluche serait condamné de façon multiple..

Dernièrement , attention le gars a fait une blague de mauvais gout à la télé sur la gente féminine , virée.. après 20 ans de boite..
Allez hop..
Donnez nous un dictionnaire sur quoi on peut avoir des idées et sur les blagues à faire ou pas.

Avant de traiter les autres d’âneries je te conseille de revoir les nuls sur canal par exemple... ou des sketchs de coluche... et tu me diras si la liberté d'expression a augmenté entre temps ou est désormais sévèrement réprimé.

avatar Espcustom | 

@rikki finefleur

Si, tu as le droit en France ...sauf que c’est de moins en moins accepté. Après, liberté d’expression ok, mais si c’est pour déblatérer des conn***** sans nom, a quoi bon?

avatar marenostrum | 

ce que tu appelles connerie, n'en est pas pour un autre. si t'en as peur d'une connerie, ça veut dire que ce n'est pas une. c'est la vérité qui tue, dit le proverbe, et pas la connerie.

avatar anonx | 

Les USA ont pas d'autres chats à fouetter ?

Me vient à l'esprit... par exemple, les opiacés (prescrit par les médecins en plus et dont les gens deviennent accro) qui tuent plus de personnes que les armes et accidents de voiture réunis..

Le fentanyl et cie qui butent sans critère de sélection (population, argent, age...)

Apple and co s'occupe de quoi franchement ? À part de leurs comptes en banque virtuel qui servent à rien ? 😂

avatar jerry75 | 

Je n’avais jamais entendu parler de cette app ...

avatar anonx | 

@jerry75

Par contre red et 🏳️‍🌈 ...

Niveau hypocrisie on en est où là ??

avatar YAZombie | 

Ben avec tes commentaires on peut vraiment se demander: niveau sottise on en est où là?
Ou alors il va falloir que tu nous expliques dans le détail en quoi Google, Apple et les autres sont parties prenantes dans la crise des opiacés. Il me semble que ça a plus à voir avec un problème sanitaire, donc les entreprises pharmaceutiques et les assurances, et les états, en particulier l'état fédéral (NIH, etc.)… et on attend toujours les actions du ConMan sur ce point mais… que viennent faire les GAFA dans cette histoire?
Accessoirement, j'imagine que, bien sûr, tu t'es renseigné sur les actions que ces entreprises ont pu mettre en œuvre à leur niveau contre les problèmes que tu cites?…

avatar fte | 

@anonx

"Les USA ont pas d'autres chats à fouetter ? "

Whataboutisme.

On ne peut pas tous fouetter les mêmes gros chats, et si plus personne ne fouette les petits chats, on sera très vite envahi de petits chats et notre monde sera un enfer avec des poils partout.

avatar anonx | 

@fte

Certaines vérités sont et doivent être cachées... c'est ce que la censure m'inspire 😌

avatar YAZombie | 

@anonx:
1/ en quoi les "vérités" sont cachés? La crise des opiacés est connue, et Jones ne parle pas de ça d'une manière rationnelle - c'est tout de même un type qui a dit que le gouvernement mettait des substances dans l'eau pour les rendre gay hein
2/ il n'y a pas de censure:
- Jones a tout à fait le loisir de diffuser ses éructations par d'autres canaux, dont son propre site web,
- la liberté d'expression des plateformes en question n'a pas à être limitée par celle de Jones: c'est lui qui a accepté, de son plein gré, les CGU des plateformes, il est a violées, les plateformes sont dans leur droit à la fois juridiquement et moralement. À moins bien sûr que tu estimes que la liberté d'expression des Google, Facebook doive être limitée? Et la responsabilité qu'ils pourraient partager si les éructations de Jones mènent encore un dingue à tirer des coups de feu dans un autre restaurant, ils doivent la prendre?
Bref, faut un peu se réveiller pour arrêter de dire des sottises.

avatar byte_order | 

@YAZombie
> À moins bien sûr que tu estimes que la liberté d'expression des Google, Facebook
> doivent être limitée?

La leur, non.
Mais la régulation de leur contrôle, énorme compte-tenu de l'audience mondiale cumulée des plateformes de diffusion des GAFA, sur la liberté d'expression de chacun, par contre, oui.
Ils sont largement plus en capacité d'appliquer unilatéralement une censure de facto, sans autre forme de procès - au sens du droit - que les médias traditionnels, dont beaucoup sont tout autant privés.

Y'a des droits et des devoirs pour les éditeurs de contenu. Ils n'ont pas tous les droits, en particulier en droit français ils ne peuvent pas diffamer sans donner un droit de réponse, par exemple.

La presse et la télévision, à grande majorité privée pourtant et dont l'audience est infiniment inférieur, y sont soumis. Mais les plateformes sociales et éditoriales de l'ère du tout numérique, elles, ne seraient tenus à rien et pourraient faire comme bon leur semble sans avoir à ne justifier de rien !?

Faudra pas s'étonner si de plus en plus d'expressions démocratiques sont manipulées massivement par ces plateformes, volontairement ou involontairement...

avatar YAZombie | 

@byte_order: il y a un vrai problème de logique interne dans ton commentaire, car tu alternes du droit américain, fondé sur le contrat, et le droit français où l'état est beaucoup plus partie prenante. Or on parle en l'occurrence d'une affaire 100% américaine. Du coup ça n'a pas beaucoup de sens de parler d'obligations de la presse et la TV liées aux réglementations françaises…
Tu parles de la régulation de leur contrôle, mais celui-ci EST borné par la justice: si Jones veut contester leurs décisions, il est libre de s'appuyer sur les CGU qu'il a acceptées en utilisant les plateformes en question, pour se porter en justice et contester le retrait de ses contenus.
Bien sûr, là où on peut te rejoindre - mais je nuancerai ensuite - c'est que les plateformes peuvent modifier les CGU à volonté.
Ceci dit, cela pose la question de la hiérarchie des valeurs et de la responsabilité morale mais aussi judiciaire: quand tu sais sans l'ombre d'un doute, comme c'est le cas ici, que le type raconte constamment des bobards sans qu'il s'agisse d'humour ou de sarcasme, et que ses propos mettent en danger la sécurité de gens, considères-tu que les plateformes doivent être forcées à accepter le contenu en question? Puisqu'on parle de contenus extrêmes - c'est le cas hein - et pour donner un autre exemple extrême, penses-tu qu'un journal aurait dû être forcé de diffuser les discours haineux du KKK ou équivalent? Sachant qu'aux US personne n'accepterait que le gouvernement mette la main dans ce panier de crabes - et je suis en l'espèce totalement d'accord -, quelle solution à part que Jones diffuse sur les plateformes qui acceptent de le diffuser?

avatar pommedor | 

"c'est tout de même un type qui a dit que le gouvernement mettait des substances dans l'eau pour les rendre gay hein"

En quoi c'est faux ? Ya bien des femmes qui prennent des hormones pour se masculiniser, pourquoi l'inverse ne serait pas possible afin rendre la population plus docile ? Suffit que le taux de testostérone soit très bas et c'est plus vraiment un homme, un hétéro ou bi à la rigueur, que t'as en face de toi. :)

avatar YAZombie | 

@pommedor: je vais espérer que c'est du (mauvais, surtout "un homme"… étant gay, je t'assure qu'il n'y a aucun doute que je suis "un homme"…) humour - vaguement indiqué par le smiley de fin -, mais tu as conscience que l'orientation sexuelle n'a rien à voir avec les hormones, n'est-ce pas? 🤔️

avatar lermithe95 | 

Ordures ou non , la liberté de dire ce que l’ont pense est vital même si cela est contraire au versions officielles

Pour une foi je suis d’accord avec Apple sur leurs politiques

avatar fte | 

@lermithe95

Sauf que la liberté de dire a ses limites, ce n’est ni de doit être un absolu, tous les absolus sont mauvais.

Les propos racistes ou négationnistes ou diffamants sont illégaux en Suisse et en Allemagne. Certainement dans beaucoup d’autres pays d’Europe.

Je ne suis pas sûr, mais j’espère que c’est illégal d’enseigner à l’école que la terre est plate et a été créée il y a 6500 ans par un grand barbu vindicatif.

Et selon certains juges, le free speech aurait aussi ses limites aux USA.

Dans tous les cas, ce n’est pas aux entreprises de décider de ce qui est free speech ou qui ne l’est pas. Je suppose par contre qu’en tant que shops, ces entreprises ont un devoir de surveillance sur les produits ou contenus qu’elles vendent, et de solliciter la justice si des éléments douteux sont identifiés, puis à la justice de trancher et decider s’il faut ou non retirer le produit ou contenu de la distribution.

Ou peut-être une commission d’éthique indépendante surveillée par une quelconque instance judiciaire à posteriori, pour s’assurer de la légalité des décisions sans pour autant les retarder de trop. Les médecins ou avocats ont leurs instances de surveillance, les distributeurs de contenus devraient avoir la leur (et les développeurs devraient aussi avoir leur comité d’éthique, urgemment, ça éviterait des dérapages à la VW et bien pire). Idéalement avant que les gouvernements n’aient à le faire, sans maîtriser la question.

avatar marenostrum | 

Il font semblant de les interdire les allemands. LOL

avatar fte | 

@marenostrum

LOL?

Ce n’est ni marrant ni réjouissant.

avatar YAZombie | 

@fte, "Je suppose par contre qu’en tant que shops, ces entreprises ont un devoir de surveillance sur les produits ou contenus qu’elles vendent, et de solliciter la justice si des éléments douteux sont identifiés, puis à la justice de trancher et decider s’il faut ou non retirer le produit ou contenu de la distribution".
Ça ne fonctionne pas comme ça en droit américain, où l'état n'est pas une partie dans les rapports commerciaux, c'est le contrat - rendu explicite par les CGU, et accepté par l'utilisation du service - qui est au centre des rapports entre partie (sauf exceptions très limitées comme homicide ou atteinte à l'intégrité de la personne bien sûr). La plateforme peut faire ce qu'elle veut dès qu'il y a violation des CGU. C'est la partie adverse qui peut se porter en justice si elle estime que c'est injustifié ou capricieux.
Mais même sur les fondements je ne suis pas d'accord: les plateformes n'ont pas à servir de canal de diffusion de propos qu'elles estiment orduriers, calomnieux, haineux, ou je ne sais quoi. Elles ont aussi droit à leur liberté d'expression, et la parole de Jones n'est pas censurée, il peut toujours parler et diffuser ses éructations, il doit juste faire le boulot. Rien d'anormal.

avatar fte | 

@YAZombie

"Rien d'anormal."

Certes. Sauf que.

Le problème vient de la portée de ces entreprises. L’audience est énorme, et avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités.

Un petit diffuseur dans son coin sans grande audience peut faire ce qu’il veut avec sa ligne éditoriale et ses CGU.

Mais ces entreprises sont si conséquentes et la "concurrence" peu variée qu’il faut de poser la question de non pas "too big to fail" mais de "too big to decide by itself". Je pense. On approche des corporations du cyberpunk.

avatar YAZombie | 

@fte: sauf que tu ne réponds pas aux questions éthiques, pourtant fort importantes. Quoi, les plateformes doivent diffuser tout ce qui passe? S'il y a un vrai dingue qui tire sur qq'un après avoir écouté Jones, tu crois qu'on ne va pas mettre publiquement leur responsabilité en question? Si ce n'est eux, qui pour décider? Certainement pas la FCC, qui ne s'occupe pas des contenus, et aux US impossible qu'une instance gouvernementale prenne en mains les questions de liberté d'expression puisqu'il en est exclu par le premier amendement (et que les Américains refuseraient de toute façon une telle ingérence, et je les comprends). On pourrait imaginer une association plus ou moins indépendante à la Decodex… mais si tu as lu les "critiques" sur le sujet… 🙄️
Moi je ne vois pas trop une obligation des principaux journaux français de diffuser les thèses de Faurisson ou de David Duke, alors j'ai du mal à voir la différence ici.
J'ajouterais tout de même qu'on parle ici de big contre big.

avatar byte_order | 

@fte
> et de solliciter la justice si des éléments douteux sont identifiés,
> puis à la justice de trancher et decider s’il faut ou non retirer le produit
> ou contenu de la distribution.

Toutafé.

Sauf que le plus souvent, ces entreprises court-circuitent cette étape et appliquent unilatéralement une décision qui, compte tenu de l'audience dont elles jouissent (financièrement), revient de facto à une forte entrave à la liberté d'expression.

Y'a une différence entre le journal local qui vous censure arbitrairement parce qu'il ne partage pas vos opinions et quand ce sont les média qui trustent 80% de l'audience mondial. Les conséquences n'ont clairement pas les mêmes ampleurs.

Quand bien même le discours de ce type me parait exécrable, l'idée qu'un acteur, privé ou public on s'en fout, puisse le priver *sans décision de justice* de 80% de droit d'exprimer son opinion, aussi pourrie soit-elle, me parait très dangereux.

Y'a des limites à la liberté individuelle, mais jusqu'à ce jour ces limites ne peuvent être imposées légalement *que* par la justice. Quand dans les faits les puissants peuvent arriver au même résultat sans avoir besoin d'en passer par la justice, y'a matière à s'alarmer de l'absence de contre-pouvoir à leur puissance.

avatar YAZombie | 

@byte_order, "Sauf que le plus souvent, ces entreprises court-circuitent cette étape et appliquent unilatéralement une décision"
C'est quand même marrant cette manière d'ignorer systématiquement qu'il y a une différence entre droit français et droit américain… C'est volontaire?
Peut-être en criant?
AUX US LE DROIT NE FONCTIONNE PAS DE CETTE MANIÈRE. LES PLATEFORMES SONT MAÎTRES EN LEURS DEMEURES. C'EST JONES QUI PEUT SE PORTER EN JUSTICE S'IL ESTIME QUE LES CONDITIONS DE SON EXCLUSION VIOLENT LE CONTRAT LIÉ AUX CGU.
CE QUE VOUS PROPOSEZ N'A PAS DE SENS DANS LE DROIT AMÉRICAIN. CESSEZ D'ÊTRE FRANCO-CENTRÉ QUAND ON PARLE D'UNE AFFAIRE 100% AMÉRICAINE.
Ça va passer comme ça?

avatar fte | 

@byte_order

Oui.

Je suis convaincu que les professions "d’utilité publique", qui ont un impact particulièrement important sur nos sociétés, doivent s’auto-réguler (le barreau, l’ordre des médecins) ou être régulées. Le premier est beaucoup plus souhaitable que le second.

Quelques nouvelles professions ont gagné une influence considérable, les diffuseurs d’informations en particulier, l’ingénierie logicielle, pour citer les deux principales qui me viennent à l’esprit. Les développeurs ont vraiment très besoin d’un ordre des développeurs, pouvant interdire la pratique de ce métier dans les cas les plus sévères (et l’éthique devrait absolument faire partie des matières enseignées aux jeunes techniciens et ingénieurs logiciel).

avatar rikki finefleur | 

L'ordre des medecins s'auto réguler.
Tu m'as bien fait rire ^^

avatar fte | 

@rikki finefleur

"Tu m'as bien rire ^^"

C’est bon de rire !

Tu expliques, que je puisse rire aussi ?

avatar rikki finefleur | 

Il est bien connu que l'ordre des médecins est d'une transparence totale comme le csm..
A lire l'histoire de la magistrate Deville par exemple.
On va pas s'occuper des requêtes et des plaintes des manants tout de même, faut pas exagérer :) :) on mute..

avatar fte | 

@rikki finefleur

"Il est bien connu que l'ordre des médecins est d'une transparence totale comme le csm.."

Ah. Quand j’évoquais une possible explication, j’avais autre chose en tête que "il est bien connu". M’kay. Je suppose que je rirai avec toi un autre jour du coup.

avatar warmac33 | 

C'est pas moi non plus qui vais rire au sujet de l'ordre des médecins... cet espèce de conglomérat de gens inutiles, qui nous ponctionnent chaque année un véritable impôt au droit de travailler, dont le montant flambe chaque année sans aucune justification, et toujours prompte à laisser certains praticiens faire des choses scandaleuses auxquelles on ne trouve rien à redire...

avatar Bigdidou | 

@warmac33

"laisser certains praticiens faire des choses scandaleuses auxquelles on ne trouve rien à redire..."

Oui, du moment que ça reste dans l'entre-soi feutré de la notabilité de pacotille...
Sans compter à la justice d'exception et donc infamante qui est associée à cet "ordre".

avatar Bigdidou | 

@fte

"Je suis convaincu que les professions "d’utilité publique", qui ont un impact particulièrement important sur nos sociétés, doivent s’auto-réguler (le barreau, l’ordre des médecins) ou être régulées. Le premier est beaucoup plus souhaitable que le second."

Oui, mais la régulation d'un groupe n'est possible que que si chaque membre s'auro-régule et exercent une éthique personnelle à la base, issue de leur formation, leur culture, leur pratique.
On en revient toujours à la même chose : l'éducation, toujours plus d'éducation, encore et encore. C'est la seule chose qui fonctionne, mais ça prend du temps et ça coûte cher. Mais faut pas économiser sur ça.
Tu fantasmes un peu le rôle des ordres, qui sont en réalité le plus petit dénominateur commun des éthiques de la majorité de ses membres. C'est comme ça en médecine.
L'autorégulation est un leurre : s'agit plutôt d'étouffer les choses dans un entre-soi qui fleure bon les années où cet ordre a été fondé, ne l'oublions pas.
Il est indispensable que ces professions "d'utilité publique", comme tu les appelles, soient régulées de l'extérieur, ou avec une participation forte de l'extérieur.
C'est le cas en médecine où le rôle du conseil de l'ordre est devenu mineur (et si tu veux mon avis, heureusement) face aux instances régulatrices (has, ars...), aux associations de patients dont le rôle est heureusement de plus en plus important, aux grandes loi d'orientation (bioéthique.. .).

Je comprends ton idée d'ordre, mais pour bien connaitre ce que devient un ordre, elle est très mauvaise ;)
Les diffuseurs de contenus doivent être régulés par l'usager et des instances extérieures, auxquelles ils doivent en revanche être une large partie prenante, c'est certain.

avatar marenostrum | 

Ça montre que son app n’est pas populaire. Les gens utilisent plus les réseaux sociaux.

avatar anonx | 

@marenostrum

Ça commence par lui mais jusqu'où iront il dans la censure ?

Est ce le rôle d'Apple déjà ?

avatar marenostrum | 

apple agit comme tous les entreprises dans le cadre des lois ou directives de l'état ou ils se trouvent. ils sont obligé de virer quelque chose s'ils reçoivent les recommandations par les instances.
après ils se la jouent, pour ne pas démasquer leur business.

avatar anonx | 

@marenostrum

Je suis ok.

Mais pour certaines "choses" elle ferait mieux de passer par les instances.. elle ne devrait pas avoir ce pouvoir..

avatar YAZombie | 

@marenostrum, "Apple agit comme toutes les entreprises dans le cadre des lois ou directives de l'état où ils se trouvent"
Comme je te l'ai déjà indiqué, il faudrait peut-être se renseigner sur le droit américain, ça t'éviterait de raconter de telles âneries, et à répétition qui plus est. Ce que tu racontes est totalement dénué de sens.
Ce que tu racontes est totalement stupide en soi, et en particulier avec un POTUS qui adore et admire Jones.

avatar byte_order | 

@marenostrum
> ils sont obligé de virer quelque chose s'ils reçoivent les recommandations par les instances.

Est-ce le cas ici ? Quelles recommandations des "instances" est la source de cette obligation de retrait dans le cas présent (iTunes et AppStore), qui abouti étrangement en 2 conséquences totalement opposées : retrait pour l'un, pas de retrait pour l'autre.

avatar marenostrum | 

son application en tout cas peut pas tenir un flux énorme de visites, tandis que Youtube, Facebook, les podcast de Apple peuvent tenir des millions de visites, leurs infrastructures sont énormes.
pour ça le laissent, à mon avis, il est moins dangereux tout seul (avec ses moyens) qu'en utilisant des moyens des autres réseaux.

avatar SIMOMAX1512 | 

Nul doute qu’une personne chez Apple est en charge de cette tâche quotidienne de surveillance de cette app . Et au premier faux pas elle dégage .

avatar marenostrum | 

Il n’est pas téléchargé du tout massivement son app, en plus tu est surveillée directement si tu l’installe , ça peut servir à la police de te cataloguer dans ses registres, et te surveiller facilement.

avatar fte | 

@marenostrum

Sans un mandat de justice justifié, cette surveillance est heureusement totalement illégale dans la plupart des pays civilisés. Ok, pas la France ni les USA ni la Russie ni la Chine.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR