Dure journée pour Epic au tribunal 🆕

Mickaël Bazoge |

Deuxième round devant la justice californienne pour Apple et Epic Games, qui se bagarrent toujours autour de Fortnite sur l'App Store. Au terme du premier opus de cette saga judiciaire, la juge Yvonne Gonzalez Rogers avait conforté Apple dans sa décision de retirer le battle royale de sa boutique, tout en l'empêchant de bloquer l'Unreal Engine, moteur indispensable pour bon nombre de jeux (lire : Fortnite toujours privé d'App Store, mais pas de blocage possible de l'Unreal Engine).

Epic fête actuellement les 3 ans du mode battle royale de Fortnite (le saviez-vous : il existe un jeu solo !).

L'audience d'aujourd'hui procède d'une demande d'injonction d'Epic contre Apple, l'éditeur souhaitant forcer le constructeur à réintégrer Fortnite dans l'App Store (lire : Fortnite a perdu 60% de ses joueurs iOS). La Pomme n'a jamais fermé la porte au retour du jeu dans sa boutique, pour peu qu'Epic en respecte les règles, tout particulièrement celles qui concernent les achats intégrés. Or, c'est exactement ce que veut éviter l'éditeur…

Une partie du débat du jour a porté sur la réalité du marché iOS pour Epic. Le représentant de l'éditeur durant l'audience a affiné la proportion d'utilisateurs qui jouent (jouaient ?) à Fortnite uniquement depuis un appareil mobile d'Apple : ils seraient maintenant 63%, ce qui représente 71 millions de joueurs qui accèdent ou ont accédé au jeu uniquement via iOS. Et il n'existerait aucun autre moyen d'atteindre ces utilisateurs. La disparition du jeu de l'App Store a donc un impact sérieux, Epic ayant « perdu » ces utilisateurs.

Mais ces chiffres ont été contestés par les avocats d'Apple, qui ont estimé qu'il pouvait s'agir de personnes ayant tout simplement perdu l'intérêt de jouer à Fortnite. Le constructeur oppose un autre pourcentage : moins de 10% des joueurs quotidiens accèdent au jeu via un appareil iOS. De facto, les consommateurs ont donc le choix de la plateforme quand ils veulent jouer à Fortnite puisque 90% d'entre eux s'y adonnent avec un autre appareil. La juge a estimé de son côté que les « jardins fermés » ont toujours existé, que ce soit chez Microsoft, Sony ou Nintendo. Une manière de renvoyer Epic dans ses buts.

Epic est toutefois revenu à la charge avec son argument « historique » qui lui permet de faire le distinguo entre les consoliers et Apple : d'un côté, des consoles vendues à perte, de l'autre des smartphones sur lesquels le constructeur engrange des marges dodues. « Les 30% [demandés par les constructeurs de consoles] sont très différents des 30% d'Apple ».

Cette commission prélevée par Apple a été l'occasion d'une passe d'armes entre la juge et l'avocat d'Epic. La première a énuméré le nombre de plateformes de distribution, aussi bien en ligne que physiques, qui pratiquent ce niveau de commission : Apple bien sûr, mais aussi… à peu près l'ensemble de l'industrie ! Pour la juge, il n'existe aucune preuve de ce qu'avance l'éditeur, à savoir que la ponction d'Apple est trop élevée.

Epic cherche à séparer l'App Store du système d'achats intégrés d'Apple. Si l'éditeur y parvenait, il lui serait plus facile d'arracher la possibilité d'insérer son propre système de paiement. Mais pour Apple, les achats intégrés ne sont qu'une fonction de l'App Store qui « administre la collecte d'une commission. Elle n'a jamais été marketée ou proposée séparément ». En ce sens, ce n'est pas du tout comme PayPal ou Stripe. La juge s'est rangée à cet argument, qui ne voit pas les achats intégrés comme un produit « séparé et distinct » de la boutique.

L'avocat d'Epic appuie sa démonstration en prenant l'exemple d'Uber pour lequel il n'y a pas d'achats intégrés donnant droit à une commission. On paie simplement avec sa carte bancaire. « C'est comme un achat intégré, exception faite qu'Uber n'a pas à utiliser les services d'Apple. Pourquoi ? ». Apple ne prélève sa commission que sur les services virtuels utilisables sur ses appareils (comme l'argent virtuel dans les jeux), pas sur les services physiques de type livraison de courses et de repas, achats de biens comme chez Amazon, etc.

Le paiement direct Epic (en dollars canadiens), pour des V-Bucks moins chers que chez Apple (en dollars américains).

Pendant la brève période durant laquelle il a été possible d'acheter des V-Bucks dans Fortnite avec d'autres systèmes de facturation que celui d'Apple, la moitié des joueurs ont choisi le paiement direct par carte de crédit, précise Epic (il faut rappeler que les V-Bucks étaient vendus moins chers si on les achetait par le biais des systèmes proposés par l'éditeur…). Selon Epic, il existe donc bien une demande pour des mécanismes de paiement alternatifs.

Ce à quoi la représentante d'Apple a répliqué d'une part que les joueurs préféraient toujours payer 7 $ plutôt que 10 $, et que 50% du total des utilisateurs ont préféré continuer à utiliser les achats intégrés de l'App Store, « parce qu'ils ont confiance en Apple pour les protéger et pour protéger leur confidentialité ». La brèche d'Epic dans les conditions d'utilisation de l'App Store reste en travers de la gorge de la juge Yvonne Gonzalez Rogers :

Vous n'avez pas été francs. Vous ne l'étiez pas. [Apple] vous a dit de ne pas le faire, et vous l'avez fait (…) Il y a beaucoup de monde dans le public qui vous considère comme des héros pour avoir fait ce que vous avez fait. Mais ce n'est pas pour autant que c'est honnête. N'essayez pas de me convaincre que vous avez été francs alors que vous ne l'étiez pas.

Apple a une fois encore assuré de sa bonne foi : si Epic retire les systèmes d'achats intégrés alternatifs à celui de l'App Store, Fortnite peut revenir dans l'App Store. Mais l'éditeur n'en veut pas, tout comme il refuse la solution temporaire de la juge de verser la commission de 30% dans un dépôt fiduciaire le temps que l'affaire trouve sa conclusion devant les tribunaux.

L'affaire pourrait se terminer durant un procès avec un jury en bonne et due forme. La juge a indiqué qu'il pourrait se dérouler en juillet prochain. En ce qui concerne l'injonction déposée par Epic pour faire revenir Fortnite sur l'App Store, elle fera connaitre son jugement sous peu.

Mise à jour 30/09 — Epic et Apple se sont entendu pour renoncer à un procès avec jury. Les deux protagonistes préfèrent un procès avec un juge, une procédure qui n'implique donc pas un jury populaire. Cette décision commune ouvre la voie à une procédure juridiquement plus complexe, étant entendu que la décision d'un jury s'impose à toutes les parties (même s'il est toujours possible de faire appel).

Tags
avatar Anarkyst | 

J’ai déjà pris 8 kg et vous me refaites manger du pop-corn 🍿 😩😫😤

avatar Link1993 | 

@Anarkyst

Y'a un confinement qui risque d'arriver en plus ! Va te chercher du raisin à la place ! :p

avatar Anarkyst | 

@Link1993

Ouais t’as raison vive le vin !
(Oups...)

avatar Link1993 | 

@Anarkyst

Prends des graines ! C'est mieux !

Des graines de tournesol ! C'est radioactif en plus ! Parait qu'il y a un potentiel effet d'hormese, donc un peu de radioactivité en plus ne sera que bénéfique ! 😏

avatar Kost91 | 

@Anarkyst

😂😂😂

avatar reborn | 

😄

avatar chamo | 

Epic fail

avatar Hasgarn | 

@chamo

Précisément 😎

avatar JJ59 | 

Quand on veut être kalif à la place du kalif

avatar Hasgarn | 

@JJ59

It is no good 😌

avatar Sindanárië | 

@JJ59

Calife, khalife, caliphe en français
Kalif c’est slovène

avatar JJ59 | 

@Sindanárië

Toit tu doigt pas avoir bokou de potes si tu corrij tout lmonde (ça pique les yeux hein)

avatar klouk1 | 

@JJ59

Kalif
J’ai bien rigolé

avatar David Finder | 

@JJ59

Il passe du temps sur macg, comme toi.
Tu n’as donc pas de potes non plus ?

Tu vois comme ta remarque est stupide ?

Ce qu’il fait de son temps sur macg ne regarde que lui. Tout comme ce que tu y fais pendant le tiens.

avatar JJ59 | 

@David Finder

Ben non j’en ai pas, je fais tro de phautes 🤣

avatar koko256 | 

Cela sent mauvais pour Epic. Je l'ajoute quand même mais je n'y crois pas trop
#freefortnite

avatar Terragon | 

C’était très prévisible! Apple n’a pas inventé la commission de 30%, c’est déjà depuis longtemps un standard pour beaucoup d’entreprises intermédiaires et de services... donc c’est une lutte perdu d’avance!

avatar iftwst | 

Ce n’est pas parce qu’on hurle qu’on a raison.

avatar romainB84 | 

@iftwst

C’est meme souvent quand on hurle qu’on a le plus tort 😂😂!!

avatar YetOneOtherGit | 
avatar tahitibobx987 | 

Logique client américain majoritairement donc iPhone 😉

avatar YetOneOtherGit | 

@tahitibobx987

"Logique client américain majoritairement donc iPhone 😉"

??? 😳

avatar tahitibobx987 | 

@YetOneOtherGit

Mea culpa j’ai mal lue 😅

avatar YetOneOtherGit | 

@tahitibobx987

"Mea culpa j’ai mal lue 😅"

Je ne vois pas ce que tu voulais dire en fait.

avatar tahitibobx987 | 

@YetOneOtherGit

Je pensais que 63% des clients fortnite était sur IOS je me disais que c’était logique vue que le gros des joueurs est américain et le marché américain est majoritairement équipé d’apple

avatar YetOneOtherGit | 

@tahitibobx987

"Je pensais que 63% des clients fortnite était sur IOS je me disais que c’était logique vue que le gros des joueurs est américain et le marché américain est majoritairement équipé d’apple"

Fornite n’existe pas que sur plateformes mobiles iOS et Android, c’est aussi un jeu Console, PC et Mac.

La question fondamentale est de savoir quelle proportion du CA est réalisé sur iOS.

Le nb de comptes ou de joueurs actifs est peu significatif sur un modèle Free2Play.

Ce qui compte c’est : où les joueurs monetisent-ils ?

avatar YetOneOtherGit | 

Avant même que l’affaire soit jugée il semble fort probable qu’EPIC interjette appel de la décision du PI devant le 9° circuit.

Après s’ils n’obtiennent pas gain de cause ce sera la longue bataille et le retour de Fornite sur l’App Store aux conditions d’Apple en attendant la fin des années de procédure.

Il y a quasiment aucune chance qu’EPIC obtienne du PI gain de cause sur les demande où il ils avaient été déboutés lors du TRO et il n’est pas impossible que les mesure conservatoires d’Unreal tombent sur ce jugement.

Wait & See 😋

avatar reborn | 

@YetOneOtherGit

J’ai rien compris, sauf le "wait and see" à la fin

Donc "wait and see" du coup 😄

avatar YetOneOtherGit | 

@reborn

"Donc "wait and see" du coup 😄"

Nous sommes toujours sur une procédure préliminaire visant à limiter les conséquences du conflit pour EPIC le temps que le véritable procès est lieu (plus son appel et sans doute la remontée jusqu’à la cour suprême ce qui prendra des années)

Si jamais EPIC n’obtient pas gain de cause sur ce jugement de PI ils peuvent en faire appel (La juridiction d’appel pour la Californie s’appelle le 9° circuit)

avatar Antara | 

Je trouve l’argument de la juge « La juge a estimé de son côté que les « jardins fermés » ont toujours existé, que ce soit chez Microsoft, Sony ou Nintendo » un peu bancale. Si par pré carré elle entend exclusivité alors oui ça existe mais il s’agit de jeux qui sont développés soit par le constructeur de hardware soit par l’éditeur (Microsoft) ou bien qui ont un contrat d’exclusivité (qui peut d’ailleurs être temporaire)...

avatar YetOneOtherGit | 

@Antara

"Je trouve l’argument de la juge « La juge a estimé de son côté que les « jardins fermés » ont toujours existé, que ce soit chez Microsoft, Sony ou Nintendo » un peu bancale."

Il ne l’est pas, elle acte simplement du fait que les plateformes dont l’accès est contrôlé par leurs fabricants ne sont pas une exclusivité d’Apple, rien de plus et c’est là une vérité factuelle.

avatar occam | 

@YetOneOtherGit

J'ai le vague souvenir d'aucuns, au début de la procédure, venant ici mettre en cause la compétence et la préparation de la juge, si ce n'est son impartialité, quand elle paraissait ne pas se laisser impressionner outre mesure par les déclarations liminaires des avocats d'Apple.
Je gage que vous vous en souvenez aussi, puisque vous y avez répondu en détail.

La tonalité sur ce fil semble avoir changé avec la tournure des événements. Serait-ce trop demander que d'espérer voir les mêmes revêtir leurs sacs rugueux en poil de bouc, répandre des cendres sur leurs têtes, et venir battre leur coulpe ?
On peut toujours rêver, non ? Mais n'était-ce pas la pub d'Apple qui disait, Here's to the ones who dream ?

Par ces temps partisans à outrance, quand l'avenir de la justice aux USA est en balance, ça fait du bien de voir une juge impartiale et compétente qui fait simplement son boulot.

avatar YetOneOtherGit | 

@occam

"La tonalité sur ce fil semble avoir changé avec la tournure des événements. Serait-ce trop demander que d'espérer voir les mêmes revêtir leurs sacs rugueux en poil de bouc, répandre des cendres sur leurs têtes, et venir battre leur coulpe ?"

Hélas improbable 😫

avatar Hasgarn | 

@Antara

Et pourtant.
Prenons Nintendo. Les années Nes et Super Nes ont été très lucratives pour la firme.
Il suffit de se rappeler le carton systématique au lancement du jeu : « Licenced by Nintendo »
C’était leur pré carré et tu rentrais pas sans payer ta dîme

avatar YetOneOtherGit | 

@Hasgarn

"Et pourtant."

Je crois que tu n’imagines pas les niveau de cash que génèrent les grands succès en Free2Play.

Fornite est incomparablement plus profitable que n’importe quel jeu classique.

avatar Hasgarn | 

@YetOneOtherGit

Si j’imagine bien.
Je confirmais que la pratique commerciale existe depuis un bail et a fait les beaux de nombreuses boite avant Apple.

avatar YetOneOtherGit | 

@Hasgarn

"Je confirmais que la pratique commerciale existe depuis un bail et a fait les beaux de nombreuses boite avant Apple."

Le contrôle d’accès c’est une base du business 🤑

Reste à définir s’il y a ou pas abus de la position dominante en droit 😎

avatar Antara | 

C’était peut-être mais c’était il y a 30 ans... aujourd’hui un éditeur n’a pas besoin d’être sous licence Sony ou autre pour développer un jeu et le distribuer sur une plateforme... Les seuls pré carré qui existe restent dans le cas d’exclusivité interne (dev par leur propre studio) ou dans le cas d’un contrat avec un éditeur tiers... Apple n’a pas d’exclusivité de distribution de fortnite...

avatar Hasgarn | 

@Antara

Tu as raison.
C’était le système de l’époque.
Mais je répète : les licences de jeux ont changé mais le principe demeure.
Rien de nouveaux sous le soleil, en réalité

avatar koko256 | 

@Hasgarn

L'argument d'epic : les consoles sont vendues à perte (j'avais acheté une ngage pour avoir un téléphone pas cher à l'époque) et ils se rattrapent sur les jeux alors qu'Apple n'a pas ce souci, me semble intéressant à prendre en compte. Et l'achat de monnaie du jeu est moins ancien que ce système.

Personnellement, je pense qu'un effort sur le prélèvement Apple sur les achats consommables me paraît sensé et je trouve qu'Apple devrait le faire pour casser cet aspect "je vends un pied à 1100€ et des roues à 850€ et si le taux Apple ne plaît pas au développeurs, ils n'ont qu'à faire sans iOS". Et d'ailleurs, pareil pour Google et Nintendo (je ne sais pas combien sont taxés les consommables sur Nintendo d'ailleurs).

avatar Hasgarn | 

@koko256

Apple a d’autres soucis.
Sony, Nintendo ou MicroSoft n’ont pas de magasins avec des employés à payer par exemple.

De plus, avant d’exiger de payer moins, il faudrait connaître les tenants et aboutissants de la pratique de la vente à perte.
Sur le secteur des consoles, je te conseille là lecture de cet article de JV.Com :

https://www.jeuxvideo.com/news/1249761/consoles-et-vente-a-perte-mieux-c...

avatar koko256 | 

@Hasgarn

J'ai lu l'article de JV.com, assez bien détaillé côté juridique. Et ils confirment que "Sur ces 15 dernières années, il semblerait que la majorité de nos consoles de salon aient pourtant été proposées en deçà de leur coût total de conception", légèrement contrebalancé par des analyses commandées par Microsoft et Sony. Mais je ne dis pas qu'Apple doit mettre sa marge à 0, juste qu'elle peut faire un effort sur les achats consommables comme elle l'a fait sur les abonnements. Par exemple 15% une fois 100€ annuels dépassés (mais qui profiterait difficilement au consommateur) ou une remise sur les gros montants qui permettrait d'avoir une plus value quand on achète beaucoup de monnaie virtuelle d'un coup.

avatar Hasgarn | 

@koko256

Ce que je veux t’amener à comprendre, c’est que ça ne sert à rien de demander un truc sans comprendre les tenants et les aboutissants.

YetOneOtherGit détaille plus bas la procédure en cours et en quoi elle est importante.

Le fait est que cette plainte devrait aboutir à une jurisprudence car elle est inédite.

Si tu estimes qu’Apple devrait être plus sympa sur les frais et tout et que le juge valide une telle chose, les retombées seront aussi pour les autres.
Nintendo, Sony, Microsoft, Epic même devront se conformer à cette jurisprudence.

Ce qui signifierait que des entreprises dont la santé financière est complexe lors du lancement d’une machine devront faire une croix sur des bénéfices nécessaires pour renflouer les caisses.

Apple s’en sortira parce qu’ils gèrent la marge de leurs produits et vendent sans perte mais Nintendo, il va leur arriver la même qu’à Sega.
Ou bien ils montent le prix de leur console de 100 ou 200 € pour faire un peu de sous, en risquant d’en vendre moins. Pareil pour Sony et les autres. Pas sûr que le consommateurs y gagne, en passant. La PS6 qui coût le prix d’un petit PC, mouais.

Bref, on peut conjecturer à l’infini et c’est pas notre job.

Le fait est que les implications sont vachement importantes et ne toucheront pas que Apple ou Epic.

J’aimerais dépenser moins, c’est sur, mais si cette économie a des impacts ailleurs, j’aimerais savoir lesquels.

Je pose juste les questions, je ne soutiens pas ce que tu dis, pas parce que je veux défendre Apple, mais parce que je crois qu’on n’a pas saisi toute la complexité du sujet

avatar koko256 | 

@Hasgarn

En fait, j'aimerais juste qu'Apple fasse ce choix de réduire sa marge sur les consommables. Pas que le juge leur impose de la faire (c'est trop précis pour faire l'objet d'une loi il me semble et réduire la marge pour toute l'app store me semble être assez totalitaire). Dans ce cas, il n'y aurait pas de conséquences pour les autres.

Par contre, ce que le juge peut décider qui irait dans le sens d'Epic, c'est d'obliger Apple à autoriser le sideload d'applications, sans pour autant le forcer pour les consoles de jeu au titre que console ≠ téléphone.

avatar YetOneOtherGit | 

@koko256

"Par contre, ce que le juge peut décider qui irait dans le sens d'Epic"

Cela ne marche pas comme ça.

Quand la véritable procédure débutera EPIC demandera que l’abus de position dominante d’Apple contrevenant pour eux aux lois anti-trust US soit reconnus et proposera des mesures à prendre pour remédier à cette situation.

Il y aura en suite sans doute un appel, puis une remontée à la cour suprême.

En cas de jugement favorable sur la position d’EPIC, il y aura une bataille juridique sur les dispositions à prendre pour y remédier entre Apple et EPIC que la justice tranchera.

En bref ce n’est pas la justice qui propose des mesures, elle arbitre entre les positions des deux parties si l’abus de position dominante est reconnu.

avatar koko256 | 

@YetOneOtherGit

Ah OK. Reste à savoir si la nouvelle juge suprême nommée par Trump (si la chambre suit) joue à Fortnite (là, macg mettrait un footnote avec juste "non").

avatar YetOneOtherGit | 

@koko256

"Ah OK. Reste à savoir si la nouvelle juge suprême nommée par Trump (si la chambre suit) joue à Fortnite (là, macg mettrait un footnote avec juste "non")."

Elle n’est pas encore en place il faut encore la validation du sénat😎

Après les juges conservateurs d’inspiration néolibéral ont en général des positions assez permissives par rapport à l’application du Sherman Act.

En gros : beaucoup de disciples de l’école de Chicago considèrent qu’il n’est pas bon pour l’économie et la puissance des USA de brider la puissance des transnationales.

avatar Hasgarn | 

@koko256

A voir comment ça va se passer. Je ne suis pas fan des feuilletons judiciaire à rallonge mais celui-là m’intéresse

avatar YetOneOtherGit | 

@Antara

"aujourd’hui un éditeur n’a pas besoin d’être sous licence Sony ou autre pour développer un jeu et le distribuer sur une plateforme"

Mais il doit toujours passer par la soumission à Sony et par le monopole de distribution de Sony.

Situation fort comparable à celui de l’app store 😎

avatar pacou | 

@Antara

Mais il n’y a pas d’exclusivité pour Apple.

Epic a tout loisir de distribuer son jeu sur toutes les plateformes qu’il veut, même sur console s’il veut (mais il ne veut pas, je suppose).

Seulement Epic veut le beurre (accès à la plateforme de client iOS), l’argent du beurre ( dont il a déjà 70% de l’argent que veulent bien dépenser des joueurs), et peut même la crémière ( en faisant tombé Apple, ils rêvent de la remplacer sur la plateforme développé par Apple).

Pages

CONNEXION UTILISATEUR