Abonnements in-app : Apple en abus de position dominante ?

Nicolas Furno |

Apple a présenté hier ses plans concernant les abonnements liés aux applications iOS : l'entreprise récupère 30 % de l'abonnement quand il est souscrit à l'intérieur d'une application (abonnements in-app)  ; si l'abonnement a été souscrit à l'extérieur de l'application, Apple ne touche rien dessus (lire : Abonnements : Apple répond à la presse). Ces nouvelles conditions répondent à une partie des attentes, mais elles ne font pas le bonheur de tout le monde.

Plusieurs éditeurs de contenu ont indiqué fait part de leur mécontentement depuis l'annonce d'Apple, à commencer par Rhapsody, service payant d'écoute de musique en streaming uniquement aux États-Unis. Jusque-là, les abonnements étaient tous souscrits en dehors de l'application, sur le site de Rhapsody. Avec les nouvelles conditions d'Apple, l'application doit supprimer les liens vers l'abonnement externe et surtout proposer des offres équivalentes directement dans l'application. Impossible selon le service d'écoute qui précise réfléchir à une réponse "commerciale et légale".

Le Wall Street Journal a de son côté interrogé des spécialistes des lois américaines sur l'antitrust. Tout le débat porte sur la situation d'Apple et de sa tablette : si l'iPad est considéré comme étant en position dominante, alors Apple peut être jugée pour un abus de cette position en imposant aux éditeurs de passer par les abonnements in-app. Reste que prouver qu'Apple est en position dominante est aujourd'hui complexe : les tablettes ne sont pas le seul moyen d'accéder au contenu et même si l'iPad domine le marché des tablettes, il ne domine pas le marché des contenus. Il faudrait qu'Apple domine dans les abonnements numériques pour qu'une procédure antitrust puisse être sérieusement envisagée.

via AppleInsider


avatar valentinnb | 
Apple baisse sa marge à 15%. L'Etat français et l'UE revoit leur politique sur le TVA appliqué sur les contenus numériques. Tout le monde est content.
avatar McMoy | 
Apple a fixé des règles, la presse n'a pas eu son passe droit, elle n'est pas contente. Si pour la presse la commission de 30% n'est pas viable, qu'elle n'y reste pas. A croire que tout l'avenir de la presse se limite à l'iPad. Quant à ceux qui pensaient qu'Apple aurait du renvoyer l'ascenseur à la presse qui a fait des articles élogieux sur l'iPad, ça fait peur. La presse n'avait pas à faire l'article de l'iPad dans le but ou dans l'espérance de quelque chose en retour, car c'est totalement hors de son rôle, d'un point de vue déontologique c'est honteux car totalement partial. Mais rien d'étonnant venant d'un bizness (la presse) qui a depuis bien longtemps vendu son âme. D'ailleurs, le fait qu'elle abuse de son pouvoir pour influencer l'opinion en sa faveur confirme encore cet état de fait.
avatar Minileul | 
C'est exactement ça. La presse veut utiliser la plateforme à ses conditions !!! Ca c'est assez douteux...
avatar Muse_WTF | 
Non, la presse veut pouvoir lutter à armes égales avec un acteur en position dominante. Rien de plus. Il est scandaleux que les abonnements "hors iDevices" soient affectés par l'iPad... Mais bon, les fidèles dévots que vous êtes semblent s’accommoder de ce système à la limite du totalitaire. Bien vous en fasse !
avatar McMoy | 
Mais ils peuvent aller ailleurs tu sais, le marché des tablettes n'est pas un marché incontournable aujourd'hui, iPad inclus. Apple est en position dominante sur un marché encore non rentable pour la presse numérique, un marché qu'Apple a lancé il y a moins d'un an et dont la concurrence à présenté des dizaines de produits pour l'année en cours.
avatar Muse_WTF | 
C'est incroyable le nombre de petits soldats sur lequel Apple peut compter ! Les mêmes petits soldats qui auraient hurlé à la "position dominante" si Microsoft avait fait de même. Apple est devenue une véritable plaie. Leur délire de contrôle va beaucoup trop loin et est parfaitement inexcusable. Avec ses iDevices, Apple est, de fait, en position de force vis à vis des éditeurs. Les conditions d'abonnement sont tout simplement scandaleuses. Moi qui suis sur Android, je refuse de payer un abonnement plus cher à quelque chose parce que l'éditeur doit désormais nourrir l'ogre Apple... Parce que les éditeurs augmenteront certainement leurs tarifs pour absorber les 30% de la dime demandée par la Pomme. J'espères qu'une bonne enquête va mettre fin à ces pratiques douteuses. Il suffirait pourtant d'une simple chose : autoriser un store alternatif. Ouvrir à la concurrence... comme n'importe quel terminal, ordinateur : laisser le choix au consommateur de choisir ses sources d'information ou de logiciels. ... m'enfin ! Apple pourra toujours censurer la presse qui ne lui lèche pas les bottes. Après tout, ils ont les plein pouvoir et ça ne semble gêner personne ! Vivement que les gens finissent par s'apercevoir du piège de l'interlocuteur unique.
avatar Oh la belle Pomme | 
On va le remettre une fois (qui sait ce sera peut être un jour compris. Perso, cela fait perpete que je le hurle) : "Il suffirait pourtant d'une simple chose : autoriser un store alternatif. Ouvrir à la concurrence... comme n'importe quel terminal, ordinateur : laisser le choix au consommateur de choisir ses sources d'information ou de logiciels."
avatar Muse_WTF | 
Ouais, mais pour les fanboys, un concurrent est forcément nul et risque de faire exploser l'iDevice par son incompétence. Apple, c'est un véritable rêve Orwelien de manipulation...
avatar Homer Simpson | 
Pour le contenu, c'est justement ce que permet Apple. Chaque éditeur pourra mettre en place sa solution propriétaire.
avatar frezia06 | 
En réalité Apple est sur le fil du rasoir dans cette affaire. Il ne s'agit que d'un marché balbutiant où chacun y va de son intox. Les arguments des uns de dire qu'Apple offre une infrastructure etc ... et que cela vaut 30% ... ouais peut-être et surtout cela dépend de la tournure des évènements. Dans les faits, sans applications et sans la Presse, l'iPad ne vaut RIEN. Donc la présence de la Presse profite à Apple. Surtout si des accords rapides avec les systèmes Android et Windows phone font que cette Presse se retrouve disponible sur ces plateformes sauf sur l'iPad. Dans cette situation, Apple viendra bouffer dans la main de la Presse sinon Apple peut dire adieu à l'iPad. Dans les faits, Apple offre une nouvelle plateforme de diffusion, comme par exemple la télévision. Sans concurrence Apple peut toujours fermer son système et réclamer que l'on paie pour avoir l'honneur de faire fonctionner quoi que ce soit sur l'iPad. Avec la concurrence ce n'est plus pareil et Apple doit convaincre vite sinon c'est la mort. C'est comme si un fabricant de téléviseurs comme Philips réclamait aux producteurs d'émissions de télés 30% de la valeur de l'émission pour passer à travers la petite lucarne qu'elle fabrique.... évidemment cela fait rire. Aujourd'hui les sytèmes Androids et autres concurrents pourraient très bien tuer l'iPad s'ils le souhaitaient, sauf qu'ils se regardent entre eux et se disent que si Apple pouvait gagner de l'argent peut-être qu'on pourrait en profiter aussi. Apple ne tient qu'à un fil ... si demain tous les magazines se trouvent sur Galaxy Tab mais pas sur Apple, si je peux avoir un finder et être libre de mettre des applis et imprimer correctement et simplement alors que c'est pénible sur iPad, eh bien mes 3 iPads iront au placard.
avatar Muse_WTF | 
Sans aller jusqu'à parler de tablette, mon Desire HD, avec son grand écran, me permet déjà d'acheter des livres numériques. Je suis libre de choisir la boutique, le prix, etc. Avec un poil plus de concurrence, les éditeurs de presse pourraient proposer des tarifs avantageux, quelque soit le support. Le problème ne se poserai pas si Apple ne gardait pas si jalousement les clés de la porte d'entrée. Vite ! Que la concurrence s'active ! Il est grand temps que le grand public puisse accéder à des offres alternatives, afin de permettre aux éditeurs de ne plus subir les diktats de la Pomme (qui, d'ici là, aura certainement trouvé d'autres vaches à lait, cf Mac App Store)
avatar Homer Simpson | 
Personne, pas même Apple, ne vous empêche d'acheter un livre ailleurs que sur l'AppStore. Si votre livre est dans un format libre comme l'ePub (c'est bien ça que vous voulez, du libre ?), alors vous pourrez le lire sur votre iPad ou iPhone. Vous pouvez même faire vos courses chez Amazon.
avatar mien | 
quand on voit les commentaires de Google sur l'état de son market, sur la trop faible part du payant et l'annonce de l'arrivée d'un système de payement in-app et d'abonnement : on voit clairement qu'Android ne sera pas plus intéressant qu'Ios sur ce sujet.
avatar Muse_WTF | 
Sauf que sur Android, tu peux installer des Markets alternatifs, avec des conditions d'utilisation différentes que celles proposées par Google. C'est la liberté...
avatar Reeeko | 
Apple devrait créer des produits au top, qui se vendraient comme des petits pains grâce a un design et un marketing de TRES bonne facture, une plate forme logicielle stable et performante mais autoriser tout le monde a bénéficier de ceci sans percevoir la moindre contrepartie...pauvre pauvre petite presse maltraitée...
avatar Muse_WTF | 
Oui, ça ne poserait pas de problème sans la position dominante dont jouit l'entreprise. Mais encore une fois, libre à toi de soutenir une entreprise totalitaire. D'autres l'ont fait avec Microsoft au siècle dernier !
avatar Ellipse | 
@empereur_kuzco Franchement, faudrait vraiment arrêter avec cette argument complètement bancal. Parce que si on veut aller par là, qu'attendent donc Orange, Free ou SFR pour ponctionner 30% sur mes achats sur Rueducommerce ou Amazon ! Forcément, j'utilise leurs réseaux ! Et pourtant, installer et maintenir de telles infrastructures coûtent infiniment plus cher (quel euphémisme) que de gérer des micro-transactions sur un magasins d'applications hein. Quant au design et au logiciel stable et performant, le client le paye déjà à l'achat du téléphone et le dev à l'inscription sur l'AppStore. A justifier l'injustifiable, on risque d'ouvrir la boite de Pandore. Ou le retour du feu minitel comme déjà dit plus haut.
avatar Muse_WTF | 
En tous cas, cette affaire m'a inspiré... http://nainsportentnawak.net/2011/02/16/apple-se-met-la-presse-a-dos/ Loin de moi l'idée d'être un hater. Mais j'avoue ne plus reconnaître Apple, l'entreprise iconoclaste anti-1984... qui devient le pire des cauchemars orwelliens !
avatar DoudouOSX | 
@Zep "Vivement que les gens finissent par s'apercevoir du piège de l'interlocuteur unique." Et comment va Google, ton interlocuteur unique de facto? Celui qui te caresses dans le sens du poil en te disant que tout est gratuit dans leur paradis et qui dans ton dos font ce qu'il faut pour que ceux qui sont prêts à payer connaissent tout de tes habitudes et de tes désirs? Chacun son paradis ou son enfer: c'est ça le choix. "En tous cas, cette affaire m'a inspiré... " Tu vois, même toi tu arrives à profiter de la notoriété d'Apple pour te faire d ela pub gratuite.
avatar Muse_WTF | 
Sauf qu'en terme d'utilisation, je n'ai pas que Google comme choix ! J'ai l'Android Store, mais aussi AppBrain, un store alternatif. Pour mes livres, je me fournis dans n'importe quelle boutique en ligne. La plupart des readers savent lire tous les formats. Je ne suis pas bloqué. Bien sûr, ça demande un petit peu de réflexion. Le gentil Apple n'est pas là pour me prendre la main et m'aider. Le gentil Apple n'est pas là pour sortir la carte bleue de ma poche. Mais ça marche ! Je ne comprendrai jamais les chantres d'un système à la limite du totalitaire. Sous prétexte de simplicité et de sécurité, on accepte quasiment n'importe quoi ! Quant à croire qu'Apple n'utilise pas les données géolocalisées, les statistiques de sa régie publicitaire intégrée au système... y a que les cons pour croire qu'elle ne fait pas comme Google ! Honnêtement. Quant à la pub, c'est surtout par fainéantise de faire un copier/coller ici.
avatar adrianweatherly | 
Quel est le rapport ? Google exploite tes données privées à des fins publicitaires. Il faut donc être vigilant et préventif sur ce sujet. Mais je vais t'apprendre trois choses : - Apple récupère les données personnelles de ton iPhone (quotidiennement grâce à un greffon iOS), iTunes et MobileMe pour sa régie publicitaire iAd ; - Android n'intègre pas d'outil de collecte de données au sein de son architecture (contrairement à iOS donc) ; - Android peut être utilisé sans utiliser ton compte Google (même si l'incitation y est très forte) ; - Google n' aucune main mise ni sur les développeurs/éditeurs ni sur les utilisateurs de la platforme Android (comme n'importe quel OS sauf iOS) ;
avatar titistardust | 
Abonnement depuis l'application = 30 % pour Apple et 70 % pour l'éditeur. Abonnement hors application = 0 % pour Apple et 100% pour l'éditeur. Il est édifiant de lire que l'éditeur perd 30% depuis un abonnement depuis l'App Store : l'App Store lui apporte un abonnement. Point final. Cet abonnement lui rapporte 30% de moins que s'il venait de l'extérieur de l'App Store. À lui de se débrouiller pour faire un maximum de vente hors App Store. Et un abonnement depuis l'AppStore vaut mieux que pas d'abonnement du tout : 70% d'une vente est mieux que 100% de zéro vente.
avatar DoudouOSX | 
Les stores hors l'Android Market sont clairement réservés à des geeks: 90% des utilisateurs d'y auront jamais recours. Pour les libres, je peux aussi lire mes livres achetés ailleurs sur mon iPad: iBook supporte le format ePub ou PDF, pas de soucis. Je préfère le totalitarisme d'Apple à celui (bien caché) de Google: avec Apple, le deal est clair et je suis libre de l'accepter ou pas. Il n'y a pas de totalitarisme puisqu'il est possible d'aller voir ailleurs sans problème: avoir un iPhone est un choix comme avoir un Mac l'était il y a 10 ans. "Quant à croire qu'Apple n'utilise pas les données géolocalisées..." Google vit de ces données: c'est leur seule source de revenu. Pour Apple c'est la cerise sur le gâteau et jamais ils ne vendront leur âme pour ces données. La preuve? La clause des abonnement dont on parle justement et qui interdit aux diffuseurs d'obtenir les infos personnelles dans demander l'autorisation: c'est aussi de l'abus de position dominante et du totalitarisme cette clause selon toi?
avatar Muse_WTF | 
C'est faux... la concurrence existe, mais avouons le : elle ne représente pas grand chose ! En volume de ventes, peut être, mais pas du tout en terme d'applications ou services. La presse s'ajoute à cela désormais. Donc, non. Argument irrecevable. Quant au totalitarisme caché de Google, le deal est non seulement clair, mais la liberté d'utilisation est aussi au rendez-vous. Je ne dis pas que vendre son âme à une régie publicitaire est mieux. Mais à choisir entre la peste le choléra, le choisi l'entreprise qui laisse plus de lattitude aux utilisateurs, aux développeurs... et qui ne censure pas un titre sous prétexte que ça encourage la concurrence ou qu'on voit un bout de nichon !
avatar adrianweatherly | 
Installer un store alternatif ? Il suffit juste de télécharger l'exécutable (APK) sur Internet. Les utilisateurs Apple sont-ils devenus si idiot ? Par contre +1, pour la part de marché sur la publicité, si Apple collecte aussi bien que Google, nul doute que Apple ne vit pas des revenus publicitaire. Par contre il ne faut pas être naïf sur la clause sur les données personnelles c'est probablement pour favoriser iAd.
avatar Muse_WTF | 
Mouais... par pure fainéantise intellectuelle, on choisi la simplicité et la cage dorée... m'étonne pas finalement que le JT de TF1 continue à faire des records d'audience ou que l'autre soit toujours au pouvoir : les gens veulent clairement être déresponsabilisés et pris par la main. ... au secours...
avatar DoudouOSX | 
Quelle rapport avec une quelconque fainéantise intelectuelle? Parce que ne pas être d'accord avec toi c'est forcément qu'on n'a pas assez réfléchi? Et certains osent dire que les gens sont arrigants dans le monde Apple :)
avatar Muse_WTF | 
Mouais... par pure fainéantise intellectuelle, on choisi la simplicité et la cage dorée... m'étonne pas finalement que le JT de TF1 continue à faire des records d'audience ou que l'autre soit toujours au pouvoir : les gens veulent clairement être déresponsabilisés et pris par la main. ... au secours...
avatar Albin22 | 
Marrant... Une collègue m'a dit cet après-midi avoir songé à acheter un mac : elle a un iphone 4 dont elle est ravie et devait changer d'ordi. Elle a finallement pris un vaio, parce que m'a-t-elle dit "sur mac je peux pas mettre ce que je veux, et tout me parait payant", "enfin je connais pas trop mais sur mon iphone c'est déjà chiant alors sur un ordi!". Il y a 5 ans je lui aurais hurlé dessus, aujourd'hui je me suis rappelé que le MAS venait d'arriver et qu'il vallait mieux attendre de voir le prochain lion avant de dire qu'elle a tort... Après l'effet halo des ipod, l'effet vade retro d'iOs?
avatar argh | 
Ouais, enfin ta collègue marche dans le gratuit sur PC et payant sur Mac pourquoi ? Car le piratage est bien plus facile d'accès sur Windows que sur Mac... Il n'y a qu'à regarder les sites **humhum** spécialisés :) Et aussi car (c'est prouvé, cherchez les études sur Internet) les clients Mac, iOS dépensent plus et piratent moins que les Windows, Android et assimilés...
avatar adrianweatherly | 
Je comprends la consternation et l'exaspération de Zep. C'est assez stupéfiant de voir à quel point un individu peut perdre son sens de la critique face à une autorité qu'il considère de confiance. Je pense que ce n'est pas le point Godwin qui va être atteint mais la preuve de l'expérience de Milgram. Ne t'inquiète pas Zep tu n'es pas seul... ;)
avatar RaZieL54 | 
A lire certaines réactions, c'est que l'industrie du divertissement, dont l'edition fait bien partie - faut juste lire les données légales de ces sociétés-, serait un joyeux monde de gentils bisounours, honnêtes et naifs, trompés par la satanique Apple! Regardez donc qui se cache derrière Rhapsody (cf mon post précédent). On hurle à la censure, sous pretexte qu'Apple se prémunit des class actions que ne manqueraient pas de lancer des bandes de pudibonds integristes s'ils venaient a trouver le moindre ado apercevant au coin d'une iApp le centième de ce qu'il voit placardé en pleine rue en 4 par 3 a longueur de trottoir... Comme si les comités de censure nationaux n'existaient pas, comme si tout ouvrage était librement publiable... En France, les aristocrates de l'editions publient ou mettent aux oubliettes selon leurs bons vouloirs, ouvrages et auteurs. Ils font plier Google au pretexte qu'ils vont perdre des rentes sur des ouvrages mêmes plus édités... A oui, qu'ils se définissent de l'aimable et trompeur "ayant-droit" qui fait d'eux des rentiers, car il ne s'agit même pas de droit d'auteurs dans leurs cas... Les hurlements de ces gens la, les barons de l'industrie du divertissement, me rappellent l'echo des arpagons et autres scpapins, aussi injustifiés malgrés leurs fallacieux prétextes que d'une mauvaise foi exemplaire dissimulant bien l'indicible vérité... Ces instances poussent tout de meme le vice et le cynisme à longueur d'éditions en baptisant "information" des faits divers sordides et d'une banalité lamentable réécrits en feuilletons et resservis chaque jours dans un atermoiement sensationnaliste. Et tout ca, pour ramasser de confortables subsides par les encarts qu'ils louent à vil prix aux annonceurs, car oui, le canard d'aujourd'hui se fait le gras sur la publicité dont il est le support et non sur le prix de production de la feuille de chou! Alors pensez bien que les 30% demandé par Apple pour faire vivre sa plateforme, ce sont des cacahuètes, d'autant, qu'avec la dematerialisation, la feuille de chou en question disparaît et son coût du même coup... Donc augmentation du bénéfice par compression des coûts de production, dirait un administrateur de multinationale au bord de l'extase... Et rappelez vous donc des réactions de ces gens la, lors de l'arrivé des groupes allemands et internationaux dans le paysage national, rappelez vous de leurs réactions lors de l'arrivée des gratuits (de toute aussi mauvaise qualité, mais qui se satisfaisaient des revenus publicitaire, eux)! Imaginez, un peu le rififi dans les sales;) des conseils d'administration des ces firmes, lorsqu'un libraire tout penot leurs rapporterait que dédé-plume-d'encre serait venu mettre ses bouquins dans sa devanture et encaissait directement, sans rien leur reverser... Et qu'en plus, dédé, encaissant, vendait aussi les abonnements garantis sous plis discret... Et se faisait payer en plus par jojo-l'affiche auquel il réservait toujours l'encart de choix pour ses annonces... Eh oui, j'inverse les rôles, scandaleux n'est ce pas ! Mais qui donc, de bonne foi, peut réellement croire ces lamentations? L'industrie du divertissement se bat pour conserver un pouvoir hégémonique, unilatéral, violant les lois impunément, bref une position emplie de privilèges féodaux. Ils tremblent de perdre ces fragiles attributs despotiques, alors, ils essayent de faire des exemples populaires, tentant d'inféoder une Apple outrecuidante et a la réussite éclatante. Comme beaucoup l'on dit, rien n'oblige les éditeurs a venir sur iOS, rien n'obligent les éditeurs a venir sur l'AppStore. Ils peuvent faire des WebApp en ne payant rien a Apple. Ils peuvent aller sur Android, Blackberry, HP/WebOS, ou WM7,( qui pour l'instant restent flous sur leurs conditions d'abonnement...) se vendre sur kindle ou meme sur les fabuleuses tablettes d'Orange (qui fait partie des leurs en plus). Ils peuvent même rester sur papier, le nombre de personnes possedant un iBidules etant ridiculement faible en comparaison des volumes de papelards fourgués chaque jours...
avatar adrianweatherly | 
Toutes ces lignes pour nous sortir un charabia sur une théorie du complot bidon où des centaines de métiers sont mis dans le même panier sans aucun rapport avec le sujet... Franchement si c'est pas de la mauvaise fois... Je pense que le monde des ayant-droits a très mal géré le tournant Internet et qu'il n'a pas à être plus soutenu que les autres industries en péril (acier, charbon, ...). Mais il faut arrêter le délire. EDIT : et hop, Google sort sa solution cross plateforme Pass Media sans aucune contrainte à 10%.
avatar Tibimac | 
Excusez moi, mais j'ai lu la news, et les réactions, et... je n'ai toujours rien compris. - Si on s'abonne à un journal via une une in-app, l'éditeur paye une dîme de 30% à Apple, ça j'ai compris. Je n'entre pas dans le débat. - Si on s'abonne à une version électronique d'un journal sur son site (c'est pas la mer à boire), apple touche 0% (le contraire serait curieux...). Maintenant dans ce cas de figure, comment récupère-t-on sur l'iPad la version électronique du journal auquel on est abonné via le net ? Apple autorise-t-il de récupérer ses journaux au travers d'une application (sans possibilité d'abonnement in-app, on est d'accord) ou pas ? Si oui, c'est vraiment faire une tempête dans un verre d'eau. On s'abonne pas tous les jours à pleins de journaux... Et à la limite je préfère. Il me semble qu'on plus a de chances de pouvoir profiter en même temps d'un accès sur le net au journal, voire d'offres combinées d'abonnements avec le journal papier... Et puis ça limite les achats impulsifs, une de mes sales tendances. Si non, on fait comment ? En récupérant le journal sur le net via le mac, puis sur l'iPad via iTunes (ou directement sur iPad via Safari, puis en exportant vers une appli qui permet de le lire) ? Là ça devient effectivement franchement contraignant et peu attractif en particulier pour les quotidiens... C'est vraiment une question posée en toute naïveté. Aucune polémique là dedans.
avatar Tibimac | 
@ MacNomad Merci. J'ai enfin compris. Pour ne pas passer par les in-app, il suffit donc de s'abonner sur le site du journal et on garde le confort de pouvoir télécharger directement la publication dans une application dédiée ? Et si je veux un système tout mâché (bonjour les achats impulsifs...), je passe par une in-app avec l'histoire de 30% payés à Apple par l'éditeur, reporté ou non sur l'acheteur. Mais je garde le choix. Alors, maintenant, c'est l'ampleur de la polémique qui m'échappe un peu, mais je dois passer à côté de quelque chose d'important. La fatigue et la méconnaissance du milieu de l'édition, certainement.
avatar Mousse72 | 
Il reste quand même anormal qu'un journal qui me vendait un abonnement en ligne directement à 75 €, doivent demain me le facturer 100 € sous prétexte de devoir s'aligner sur le prix que le journal est vendu par l'Apple Store pour cause de 30% de majoration au passage... En fait, on va faire payer à tous les lecteurs une partie de la grosse dîme Apple.... Sauf si l'éditeur me propose un coupon de remboursement en retour ???? Est-ce possible la rétro commission pour compenser ??? Comme l'a déjà dit quelqu'un, pourvu que SFR, Orange et Bouygues ne viennent pas réclamer aussi leurs 30% pournmes futurs achats en ligne sous prétexte que c'est guichet unique puisqu'on utilise leurs réseaux.... Et, comme un autre intervenant l'a évoqué, je prie aussi pour que lors d'un changement de matos, Sony ou Panasonic ne me réclament pas aussi 30% de taxe TV sous prétexte que j'utilise leur hardware pour regarder la téloche... 10% à 15%, cela semblerait plus raisonnable du côté d'Apple et le renoncement à ce que doit faire ou non le journal en dehors du store en terme de tarifs... Pour le reste, j'ai du mal à croire que l'usage de mes données personnelles via iAd, la régie pub d'Apple soit plus cool que ceux pratiqués par la Presse... Et il y a plus crucial ! Est-ce qu'Apple me fournira la valise à roulette, le grille-pain, ou le radio-réveil que les offres d'abonnement aux magazines incluent assez souvent ?
avatar Tibimac | 
@MacNomad OK. Donc cette polémique concerne surtout les gros éditeurs/fournisseurs d'une part, et d'autre part les petits auteurs/éditeurs. J'ai compris que tu en étais un, mais tu as beaucoup de collègues, apparemment, dans ces réactions. Pour toi, qui semble être, si j'ai bien compris, dans la catégorie des petits auteurs/éditeurs, c'est avantageux, ou pas ce système Apple ?
avatar Tibimac | 
"Et, comme un autre intervenant l'a évoqué, je prie aussi pour que lors d'un changement de matos, Sony ou Panasonic ne me réclament pas aussi 30% de taxe TV sous prétexte que j'utilise leur hardware pour regarder la téloche..." Heu... Tu es sérieux ? ;-) En plus je vois pas trop le rapport. Moi, ce qui me fait vraiment peur, c'est qu'Ikéa me fasse payer un abonnement pour avoir le droit de m'asseoir sur les chaises que j'ai achetées chez eux. Ouh, là, là... "Est-ce qu'Apple me fournira la valise à roulette, le grille-pain, ou le radio-réveil que les offres d'abonnement aux magazines incluent assez souvent ?" Non, mais on aura peut être le droit à un piano à prouts gratuit (compatible iPad). On pourra plus te reprocher de l'avoir acheté. Tu l'as eu gratuit avec Les Echos.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR