SDK 4.0 : une autre clause fait débat

Arnaud de la Grandière |

Au delà de la fameuse clause 3.3.1 qui empêche la création d'applications autrement qu'avec Xcode (lire : iPhone OS 4.0 : vent de panique pour les SDK alternatifs), les nouvelles règles d'utilisation recèlent une autre surprise. Lors de la présentation d'iPhone OS 4.0, et après avoir dévoilé iAds, Steve Jobs a garanti que les développeurs seraient libres de faire appel à d'autres régies publicitaires.

Bien que les nouvelles règles d'utilisation n'interdisent pas explicitement les régies publicitaires alternatives, elles ne les rendent pas moins impossibles pour autant. Dans le paragraphe 3.3.9, intitulé "Interface utilisateur, collecte de données, lois locales et vie privée", il est stipulé ce qui suit:

« Exception faite du reste du présent contrat, les données de l'appareil ne peuvent être fournies ou dévoilées à une tierce partie sans l'accord préalable écrit d'Apple. En conséquence, l'utilisation de logiciels de tierce partie dans votre application pour collecter et envoyer les données de l'appareil à une tierce partie pour traitement ou analyse est expressément prohibée. »

Sachant que la publicité en ligne n'aurait de raison d'être sans la possibilité d'analyser les connexions, Apple pourrait bien avoir mis un terme à la concurrence d'iAds à mots couverts. Dans le même mouvement, elle a également rendu les choses bien compliquées pour des sociétés d'analyse telles que Flurry. Sans doute Apple ne voit-elle pas d'un très bon œil que sa plateforme puisse être aussi finement décortiquée (sans parler des révélations de nouveaux produits avant l'heure).

Interrogé par All Things Digital, Peter Farago, responsable marketing pour Flurry, se montre circonspect : « Il est trop tôt pour tirer des conclusions. Personne ne panique. Il nous faut mieux comprendre les tenants et aboutissants, et nous dialoguons avec Apple à ce sujet, mais il semble que nous aurons à modifier la manière dont nous faisons la collecte et la distribution d'informations. »

Source : All Things Digital


avatar rick75 | 
Mon seul souhait... c'est de ne JAMAIS me retrouver avec de la publicité pour une application que j'ai payée! De la publicité pour une version de démo (gratuite), OK, c'est normal et de bonne guerre, mais en aucun cas, me balancer de la publicité pour un autre produit pendant que je joue ou que j'utilise une application achetée!
avatar Khobs | 
C'est clair que apple se réserve les meilleurs api, la meilleurs intégration, au dépend des autres. C'est mal. Ils veulent tuer la pub google (admob) sur iPhone. Que ce téléphone ne leur rapporte plus rien.
avatar WalterWhite | 
Qu'ils retire maps et la synchro avec les comptes gmail. Qu'ils impose mobile me. Et voilà tout.
avatar BestMBP | 
Fais chier, j ai un temps imaginer qu'on échapperait a la pub sur l iphone :)! Comment ais- je pu penser ça ...? Deja la pub sur l'appli lemonde.fr commence a m'enerver ...
avatar fred7 | 
La pub m'énerve, prend de la place et ne présente aucun intérêt (entre les sonneries et les scanners à 2 balles)... Sur une app payante, c'est inadmissible ; pour les gratuites, l'iPhone ne pouvait y couper. Il faut être réaliste. Perso, si ça me gêne trop, je vire l'app (cf. "Première"). Le marché de la pub mobile est l'eldorado de demain. Google l'a senti et a créé pour ça Android, Chrome OS, etc... Google est donc un concurrent sur ce segment, d'autant plus qu'ils commercialisent le Nexus et prochainement une tablette. Ca ne m'étonne pas qu'Apple tente de bloquer AdMob : Google ne peut pas vouloir manger comme un glouton et se servir dans la gamelle du voisin. Chacun son assiette ! D'ailleurs d'un point de vue économique, cela n'a rien de choquant : imaginez que Le Monde (support papier mais support au final), publie des pubs payées au Figaro... Inimaginable ; sur un support (app) mobile aussi.
avatar Lou117 | 
Exit aussi les outils (bien pratiques) tels que google analytics dans les applications... :/ Très très chiant tout ça !

CONNEXION UTILISATEUR