Apple Watch, le test #2 : une bonne montre ?

Nicolas Furno |

La question a de quoi faire sourire, et pourtant elle se pose : l’Apple Watch est-elle une bonne montre ? Elle peut donner l’heure, mais ce n’est qu’une fonction parmi des dizaines d’autres. Et donne-t-elle l’heure aussi simplement et rapidement qu’une montre traditionnelle ? C’est ce que nous allons essayer de déterminer !

Lire l’heure : avantage aux montres traditionnelles

Comme n’importe quelle montre, l’Apple Watch permet de lire l’heure. En levant son poignet, on peut immédiatement connaître l’heure à la minute, voire à la seconde près. Pour autant, si l’on ne considère que cette fonction, la montre d’Apple ne fait pas aussi bien que les montres traditionnelles, et ce pour plusieurs raisons.

La première est aussi la plus simple : l’Apple Watch n’affiche pas l’heure en permanence. Certes, l’écran s’active quand on lève le poignet, mais ce geste ne répond pas à tous les cas de figure. Impossible, par exemple, de poser la montre d’Apple sur le bureau près de vous et de jeter un œil régulièrement pour connaître l’heure : vous devrez d’abord toucher l’écran pour afficher l’information. Pour les étudiants qui pouvaient compter dessus en examen, ce sera un problème, d’autant que les montres connectées vont probablement être bannies.

Certes, il suffit de lever le poignet pour que l’écran de l’Apple Watch s’illumine. Bouger légèrement le poignet en direction de la tête, sans le lever tout à fait, peut même tout à fait suffire. Mais ce geste nécessite un effort supplémentaire par rapport à une montre qui affiche l’heure dans toutes les positions. Sans compter que la détection n’est pas toujours aussi fiable qu’on l’aimerait — allongé, l’Apple Watch a beaucoup plus de mal à détecter que vous voulez l’activer — et surtout que l’écran met une demi seconde à s’allumer.

Ce n’est rien, une demi-seconde, c’est vrai. Mais quand on a l’habitude des montres traditionnelles, toujours actives, ce léger délai peut vite devenir frustrant. On a le temps de voir un écran noir, de se demander si tout va bien ou s’il faut toucher l’écran et quand on veut uniquement connaître l’heure, c’est un petit peu frustrant.

L’autre gros point fort des montres classiques, c’est bien sûr l’autonomie. Les modèles à pile tiennent facilement une année, voire plusieurs et les versions les plus sophistiquées sont même perpétuelles et se remontent ainsi automatiquement à l’utilisation. L’Apple Watch fait pâle figure avec ses 18 heures d’autonomie annoncées et même si on peut saluer l’effort du constructeur pour tenir cette promesse et la dépasser, la batterie sera toujours vide bien avant la montre traditionnelle.

L’Apple Watch dispose bien d’un mode réserve qui désactive toutes ses fonctions, sauf l’affichage de l’heure. Selon Apple, ce mode offre jusqu’à 72 heures d’autonomie, ce qui reste toujours ridicule par rapport à une montre traditionnelle.

Dernier point où l’Apple Watch est désavantagée par rapport à une simple montre : sa complexité. Si votre seul objectif est d’avoir l’heure, une montre qui ne fait que ça aura toujours l’avantage sur le nouveau produit d’Apple (à quelques exceptions près). Il faut dire que le constructeur n’a, bizarrement, rien prévu pour revenir rapidement au cadran. Selon les cas, on peut avoir à cliquer quatre fois sur la couronne digitale pour afficher l’heure : c’est beaucoup.

Personnalisation : avantage à l’Apple Watch (mais…)

Les montres ont adopté des formes très variées et on peut trouver sur le marché des modèles extrêmement différents, tant pour la forme du boitier que pour la manière d’afficher l’heure. Analogique avec des aiguilles, numérique avec des chiffres ou bien encore en affichage binaire, les amateurs de montres ont l’embarras du choix.

Une montre, c’est un boîtier, un bracelet un cadran. Les deux premiers éléments ont été évoqués dans un précédent article et nous ne reviendrons pas en détail sur ce point. On peut quand même noter, sur ce point, que l’Apple Watch est forcément désavantagée face à l’industrie horlogère traditionnelle. Le constructeur a beau avoir créé trois collections et multiplié les options avec plusieurs bracelets, le cadran conserve toujours la même forme et on n’a pas (encore) un choix illimité en matière de bracelets.

En revanche, cette montre connectée reprend l’avantage pour les cadrans. Puisque l’heure s’affiche sur un écran, on peut théoriquement obtenir une infinité de présentations différentes. Dans les faits, l’Apple Watch est toutefois plus limitée, puisque l’on a le choix entre dix cadrans conçus par Apple et que l’on ne peut pas en installer d’autres. À partir de ces dix cadrans, on peut toutefois choisir plusieurs variantes pour multiplier les cadrans affichés sur sa montre et obtenir quelque chose de plus personnel.

L’Apple Watch propose dix cadrans, en voici neuf. Cliquer pour agrandir

Apple a créé des cadrans différents, certains sont très traditionnels, d’autres plus originaux. Il y en a cinq avec des aiguilles et cinq numériques et on peut en changer à tout moment en appuyant fortement sur l’écran. Voici, brièvement, ce que l’on peut choisir.

Cadrans à aiguilles

Cadran « Simple » avec quatre complications.

Les amateurs de montres traditionnelles seront probablement ravis par cette catégorie qui propose en plus cinq styles de cadrans très différents. Commençons par les plus simples avec trois cadrans qui reposent sur une interface assez sobre : « Simple », « Couleur » et « Utilitaire ».

Ces trois modèles diffèrent par des choix typographiques ou par la représentation du cercle à l’intérieur duquel les aiguilles se déplacent, mais ils se rejoignent par la structure générale. Au milieu, l’heure affichée avec les aiguilles et tout autour, des informations supplémentaires que l’utilisateur peut afficher ou non.

De gauche à droite, les cadrans « Couleur », « Simple » et « Utilitaire ».

Il peut ainsi choisir de retirer des informations et obtenir un rendu extrêmement minimaliste (les aiguilles sur un fond totalement noir) ou au contraire afficher le maximum d’éléments. Tous permettent aussi de changer la couleur de la trotteuse et on peut même, pour le cadran « Couleur », modifier la couleur de l’ensemble (et ainsi obtenir un cadran violet).

De fait, même si ces trois cadrans semblent très simples, ils offrent en fait beaucoup d’options. Ce qui permet de multiplier le nombre de cadrans effectivement disponibles et d’afficher l’heure de façon totalement différente.

Les mêmes cadrans, mais avec une présentation très différente. Notez, sur le premier (« Couleur »), l’une des options proposées par l’Apple Watch et empruntées à l’horlogerie traditionnelle : l’affichage d’un monogramme. Par défaut, vos initiales seront affichées, mais on peut choisir jusqu’à quatre lettres dans les réglages.

Les deux autres cadrans à aiguilles sont plus originaux, mais dans deux directions totalement opposées. « Mickey » affiche le personnage mythique créé par Walt Disney et ses bras servent d’aiguilles pour l’heure, tandis que ses pieds battent les secondes. « Chronographe » est directement inspirée par l’horlogerie traditionnelle avec sa fonction de mesure du temps qui occupe la majorité de la place.

Le cadran « Mickey » à gauche et « Chronographe » à droite.

Le cadran « Mickey » ne propose pas beaucoup d’options, en revanche l’autre modèle permet de varier la couleur de fond et obtenir un rendu plus rétro si on le souhaite. Le cadran « Chronographe » a une particularité supplémentaire avec le coin supérieur droit qui est forcément consacré à sa fonction de chronomètre. On peut alors non seulement compter un temps général, mais aussi le temps de chaque tour avec une deuxième aiguille.

Le cadran « Chronographe » dans tous ses états : à gauche, choix de la couleur avec du blanc, au centre la couleur beige et à droite, couleur bleue avec la fonction chronomètre en cours.

Cadrans numériques

Le cadran « Mouvement » avec l’une des méduses de l’Apple Watch.

Si vous préférez afficher l’heure avec des chiffres, Apple propose également cinq cadrans numériques dans sa première version de l’Apple Watch. Là encore, on a des choix variés avec deux modèles visuellement très sobres et trois plus sophistiqués. Et là aussi, les variantes sont très nombreuses.

Commençons par les deux plus sobres : « Modulaire » et « Extra Large ». Ce dernier est le plus simple de tous les cadrans de l’Apple Watch, et pour cause : il se contente d’afficher l’heure en occupant le maximum d’espace à l’écran. Il est parfait pour ceux qui ont des problèmes de vision, ou bien ceux qui cherchent le côté pratique et sobre avant tout. La seule option le concernant est la couleur.

Le cadran « Modulaire » à gauche et « Extra Large » à droite.

Le cadran « Modulaire » est sobre visuellement, mais complexe par la quantité d’options proposées. Le seul élément qui ne bouge pas, c’est l’heure en haut à droite de l’écran. Tout le reste peut-être modifié pour obtenir un cadran totalement épuré (on peut n’afficher que l’heure) ou au contraire avoir beaucoup d’informations. Prochain rendez-vous, météo, cours de la bourse : si vous aimez avoir un maximum de données sous les yeux à chaque fois, c’est le choix à privilégier.

Le cadran « Modulaire » peut changer de couleur et surtout afficher beaucoup d’informations selon ses besoins. À droite, l’interface qui permet de sélectionner les éléments à afficher.

Si vous trouviez les deux cadrans précédents un peu tristes, les trois suivants devraient mieux vous convenir. « Mouvement », « Astronomie » et « Solaire » affichent non seulement l’heure, mais aussi des images animées. Et les trois sont également interactifs : on peut, tout en regardant l’heure, toucher l’écran ou la couronne digitale pour obtenir une alternative ou pour visualiser la même information dans le passé ou le futur.

De gauche à droite, les cadrans « Mouvement », « Astronomie » et « Solaire ».

« Mouvement » est sans doute le cadran qui a demandé à Apple le plus de temps. Il affiche, au choix, un papillon, une fleur ou une méduse et plutôt que d’utiliser des images de synthèse, le constructeur a pris en photo et filmé chaque élément. Un travail de fourmi, mais force est de constater que le résultat est vraiment bluffant. On craignait un peu l’aspect kitsch de ce cadran, mais l’écran Retina semble n’avoir été créé que pour lui, avec ses noirs profonds et ses couleurs vives.

Le cadran « Mouvement » affiche, au choix, des méduses, fleurs ou papillons. À chaque fois que l’écran s’allume ou est touché, on a une image différente.

Les deux autres cadrans, « Astronomie » et « Solaire », exploitent quant à eux la couronne digitale de l’Apple Watch pour modifier le moment affiché. Pour le deuxième, on peut ainsi voir la course du soleil de son lever à son coucher.

Le premier est plus complexe, puisque l’on peut voir la Terre, la Lune ou encore le système solaire quelques heures ou jours avant ou après le présent. Ce n’est pas seulement esthétique, c’est aussi instructif, d’autant qu’Apple a veillé à ce que toutes les informations affichées soient exactes sur le plan scientifique.

Beaucoup d’options, mais…

On pourrait encore passer beaucoup plus de temps à détailler les cadrans de l’Apple Watch et surtout les multiples variantes que l’on peut créer. Chaque variation peut donner lieu à un cadran totalement différent et on a tous passé un petit peu de temps à trouver son cadran idéal. Ce qui n’est pas, finalement, si facile.

Quand on a trouvé la configuration parfaite, on peut la mémoriser pour la retrouver plus facilement. Sur l’Apple Watch, il faut appuyer fortement sur l’écran pour afficher la liste de tous les cadrans et choisir celui que vous voulez afficher. L’ensemble fonctionne assez bien, même si la Pebble offre une solution encore plus simple, notamment pour passer d’un cadran à l’autre (un clic sur un bouton suffit).

On peut modifier les cadrans existants pour en « créer » d’autres, personnalisés. L’Apple Watch permet ensuite de passer de l’un à l’autre… mais on ne peut malheureusement pas modifier l’ordre des cadrans, sauf à les supprimer et les recréer dans le bon ordre.

Toutes ces options sont les bienvenues, mais Apple ne répond pas encore à toutes les attentes des amateurs de montres. Alors que l’on ne peut pas installer d’autres cadrans, les dix conçus par le constructeur sont bien conçus et élégants, mais on est vite limité. Un exemple surprenant : pourquoi, alors que l’écran de l’Apple Watch est rectangulaire, n’a-t-on pas un cadran à aiguilles de la même forme ? Apple ne propose que des cadrans arrondis, alors que les versions rectangulaires sont courantes dans l’horlogerie traditionnelle.

On peut imaginer qu’Apple augmentera le nombre de cadrans lors de futures mises à jour de Watch OS. Peut-être même que les développeurs tiers pourront créer leurs propres cadrans pour enrichir ceux de base, mais en attendant il faut faire avec les dix disponibles au lancement. Certains seront incontestablement déçus, mais il faut aussi reconnaître que les cadrans proposés sont riches en options et que l’on peut passer du temps à les configurer à sa guise.

Fonctions : avantage à l’Apple Watch

Sur ce point, l’avantage est incontestable : l’Apple Watch fait beaucoup plus que donner l’heure ou compter le temps. On n’évoquera pas dans cet article toutes ses fonctions — ce sera l’objet d’un autre papier —, mais on peut lister toutes celles qui ont un rapport avec le temps.

Fonction chronomètre de l’Apple Watch

La montre d’Apple fait office de réveil, de minuteur, de chronomètre, mais elle permet aussi de connaître le jour et la phase de la lune, ou encore de savoir à quelles heures se lève et se couche le soleil. Autant de fonctions que l’on retrouve sur les montres traditionnelles les plus luxueuses, mais avec l’avantage de la connexion. L’heure est toujours synchronisée avec l’iPhone connecté à internet : il est ainsi impossible d’avoir une Apple Watch déréglée.

Si vous voyagez, la montre se règle aussi automatiquement en fonction du fuseau horaire de votre destination. Autant d’avantages que la majorité des montres ne propose pas, sauf quelques modèles plus luxueux, réglées elles aussi automatiquement par un satellite et un GPS. Naturellement, l’Apple Watch reprend le dessus par son lien avec l’iPhone, mais on y reviendra ultérieurement.

Tous les cadrans de l’Apple Watch peuvent être modifiés, a minima pour changer la couleur du texte, mais souvent pour les enrichir avec des fonctions. Apple reprend à nouveau le vocabulaire de l’horlogerie et parle de complications, comme celles que l’on trouve sur les montres analogiques. Affichage de la date et du jour de la semaine, chronomètre, réveil… les options ne manquent pas dans l’horlogerie et Apple s’en est largement inspiré.

Le cadran modulaire affiche le plus de complications : jusqu’à cinq zones sont ainsi disponibles, dont une très grosse au centre (ici, on y affiche la date).

Douze complications différentes sont proposées par l’Apple Watch, la majorité identique à celles que l’on peut retrouver dans les montres, mais quelques-unes sont spécifiques aux montres connectées. Voici la liste exhaustive :

  • Date : affiche la date du jour, éventuellement avec le jour de la semaine et le mois ;
  • Réveils : affiche l’heure du prochain réveil programmé ;
  • Phase de la Lune : en fonction de la phase de la Lune, elle affiche une représentation différente ;
  • Minuteur : déclenche immédiatement un minuteur prédéfini ;
  • Calendrier : affiche le prochain rendez-vous mémorisé dans votre calendrier ;
  • Bourse et météo : affiche, en temps réel, le cours des actions suivies ou la température à votre position ;
  • Activité : résumé circulaire de votre activité du jour ;
  • Chronomètre : déclenche instantanément un chronomètre ;
  • Fuseaux : affiche l’heure n’importe où dans le monde ;
  • Lever/coucher du soleil : indique l’heure à laquelle le soleil se couchera le soir et se lèvera le lendemain ;
  • Batterie : affiche le pourcentage de batterie restante.
Dix des douze complications de l’Apple Watch ; il manque celle dédiée à la batterie. Cliquer pour agrandir

Ces complications permettent non seulement d’afficher plus d’informations sur le même écran, mais elles servent aussi de raccourcis. Si vous ajoutez la complication « Réveils », un tap affiche la liste des réveils utilisés précédemment et on peut en (dés)activer. La complication « Date » affiche la liste de vos rendez-vous, « Météo » ouvre l’application du même nom et les prévisions pour la journée, etc.

Seule la complication « Batterie » ne fait rien, et pour cause : il n’y a pas d’application dédiée et l’information — le pourcentage de batterie restant — est visible immédiatement. Ajoutons que les complications sont toujours affichées, même si elles n’ont plus vraiment de sens. Un exemple : si vous n’avez pas de rendez-vous prévu, le calendrier ne disparaît pas, mais affiche explicitement que vous n’avez rien de prévu.

Les complications servent aussi de raccourcis vers d’autres applications. Ici, quatre exemples avec « Fuseaux » (orange), « Date » (bleu), « Météo » (vert) et « Activité » (jaune).

Avec ces complications que l’on peut changer à n’importe quel moment, l’Apple Watch reprend l’avantage sur ses concurrentes traditionnelles qui sont toujours limitées à leur conception sur le nombre d’informations affichées. Néanmoins, le constructeur a étonnamment bridé cette fonction en ne proposant qu’un nombre limité d’emplacements pour les utiliser.

On ne peut pas placer n’importe quelle complication sur n’importe quel cadran, ni la placer n’importe où sur le cadran. À chaque fois, Apple a choisi les zones où l’on peut ajouter une complication et pour chaque zone, on n’a qu’une liste limitée de complications qui est proposée. De quoi limiter les options… et compliquer un petit peu cette fonction.

Tous les cadrans ne peuvent pas être personnalisés : le cas échéant (comme ici, à droite), le bouton de personnalisation ne sera pas affiché.

Voici le nombre de complications que l’on peut utiliser pour chaque cadran de l’Apple Watch, et les éventuelles restrictions sur celles que l’on peut utiliser :

  • Modulaire : 5 complications, aucune limitation ;
  • Simple : 5 complications, uniquement la date au milieu ;
  • Couleur : 5 complications, uniquement le monogramme au milieu ;
  • Utilitaire : 4 complications, uniquement la date au milieu (avec ou sans le jour de la semaine) ;
  • Chronographe : 4 complications, uniquement la date au milieu (avec ou sans le jour de la semaine), obligatoirement le chronomètre en haut à droite ;
  • Mickey : 3 complications, aucune limitation ;
  • Animation : 1 complication, uniquement la date (avec ou sans le jour de la semaine) ;
  • Astronomie, Solaire et Extra-Large : 0 complication.
Trois cadrans, trois options très différentes : « Animation », « Simple » et « Modulaire » (de gauche à droite).

Certaines restrictions sont logiques : pour « Chronographe », il faut bien un bouton pour déclencher la fonction principale de mesure du temps. Par ailleurs, un cadran comme « Astronomie » contient déjà suffisamment de fonctions et d’icônes dédiées pour qu’il n’y ait pas la place pour ajouter encore des complications.

Néanmoins, d’autres choix sont plus difficiles à comprendre ou justifier. Pourquoi ne peut-on pas afficher plus que la date sur le cadran « Mouvement » ? Il y a largement de la place dans les coins pour en mettre d’autres et la restriction semble n’être qu’un caprice de designer pour ne pas gâcher une interface soignée.

« Couleur », le seul cadran capable d’afficher un monogramme (ici, « NF »).

D’autres fois, les restrictions imposées sont directement inspirées par l’industrie horlogère et n’ont aucun sens sur une montre avec un écran. Pourquoi n’afficher que la date au milieu du cadran ? Pourquoi le monogramme serait limité à quatre lettres, forcément en majuscule ? On aimerait plus de souplesse et moins de skeuomorphisme en la matière.

Outre les complications, l’Apple Watch gère plusieurs fonctions liées aux montres : réveil, chronomètre, minuteur et horloge mondiale. Chaque fonction est associée à une application accessible depuis le nuage d’icônes, mais on peut aussi les utiliser via les cadrans.

Les cinq icônes dédiées aux fonctions de base d’une montre : le cadran au milieu et les quatre applications avec leurs icônes oranges tout sur les côtés et en-dessous.

Réveil

Comme sur l’iPhone, on peut définir un ou plusieurs réveils pour faire sonner la montre à l’heure dite. On retrouve toutes les fonctions liées notamment à la répétition du réveil dans la semaine ou encore la possibilité d’afficher un message différent à chaque fois. On peut également utiliser Siri et demander « Réveille-moi à 7 h » pour créer un réveil plus rapidement.

Le réveil de l’Apple Watch, avec de gauche à droite : la liste des réveils, les réglages d’un horaire et la modification de l’heure (avec la couronne digitale).

Pour réveiller son utilisateur, l’Apple Watch vibre et émet un « ding » assez discret : si vous la gardez au poignet la nuit, la vibration est très efficace. Sinon, les plus gros dormeurs risquent de trouver que c’est un son un petit peu trop faible, mais c’est aussi une bonne manière de se réveiller en douceur.

Par défaut, les réveils enregistrés sur votre téléphone feront aussi sonner la montre. Dans les réglages situés sur l’iPhone, rubrique « Horloge », on peut désactiver ce comportement en décochant l’option « Alertes Push de l’iPhone ».

Chronomètre

Une montre se doit d’avoir un chronomètre (ou plutôt chronographe, pour les puristes) et l’Apple Watch en a un, qui est d’ailleurs très complet. On peut mesurer le temps nécessaire pour n’importe quelle tâche, mais cette fonction est parfaitement adaptée aux courses, avec une mémoire pour chaque tour effectué.

Les quatre présentations disponibles pour le chronomètre de l’Apple Watch : analogique, numérique, graphique et hybride. On peut passer de l’une à l’autre en utilisant Force Touch.

Apple propose quatre modes de présentation différents pour les données. On a un chronographe à l’ancienne, avec des aiguilles, et un très classique, tout numérique. Mais on peut aussi avoir un affichage avec un graphique qui offre un aperçu visuel instantané de la course (on voit si un tour est meilleur ou pire que le précédent). Dernière option, un mode hybride avec des aiguilles décoratives et le graphique.

Le chronomètre n’est pas synchronisé entre l’iPhone et l’Apple Watch.

Minuteur

Vous pouvez définir un minuteur qui fera sonner votre Apple Watch au bout d’un temps défini soit avec l’interface et la couronne digitale, soit avec Siri. Le temps maximal pour un minuteur est de 24 heures. À la fin du décompte, la même sonnerie que le réveil retentit pour le signaler et on a aussi une vibration au poignet.

À gauche, réglage du minuteur avec la couronne digitale (utilisez Force Touch pour activer le mode 24 h) et minuteur en cours à droite).

Comme pour le réveil, les minuteurs de l’iPhone sont automatiquement synchronisés avec la montre. Ce comportement par défaut peut être désactivé comme on l’évoquait plus tôt.

Horloge mondiale

L’Apple Watch reprend la liste de villes sélectionnées dans l’application Horloge de l’iPhone et affiche, sans surprise, l’heure en cours pour chacune. Cette liste est accessible dans l’application dédiée de la montre, ou bien sous la forme d’une complication.

Liste des fuseaux horaires suivis à gauche, avec une représentation de la position de la ville sur le globe terrestre. À droite, détails pour une ville.

On ne peut pas modifier la liste de villes suivies directement sur l’Apple Watch, ni pour en supprimer une, ni pour en ajouter une autre. Tout doit se faire sur l’iPhone associé à la montre.

Conclusion #2

Si votre unique objectif est de connaître l’heure, l’Apple Watch n’est probablement pas le meilleur choix. N’importe quelle montre traditionnelle, à aiguilles ou numérique, vous donnera l’heure plus rapidement et avec autant de précision. La montre d’Apple conserve quelques avantages liés à sa connexion, notamment la faculté de se régler automatiquement où que vous soyez, mais le fait que l’heure ne soit pas lisible en permanence est un point faible rédhibitoire.

Toutefois, l’Apple Watch n’est pas qu’une montre, tout comme l’iPhone n’était pas qu’un téléphone. On trouve de meilleures montres et on trouvait de meilleurs téléphones en 2007, mais Apple joue sur un autre terrain. Si vous achetez ce produit, vous n’obtenez pas vraiment une montre, plutôt un petit ordinateur au poignet qui peut aussi donner l’heure. Et cela change tout…


avatar iDanny | 

Juste 2 remarques sur des termes horlogers :

- quand vous dites "Les modèles à pile tiennent facilement une année, voire plusieurs et les versions les plus sophistiquées sont même perpétuelles et se remontent ainsi automatiquement à l’utilisation." : attention car en horlogerie quand on utilise le terme de "perpétuel" c'est pour qualifier le calendrier d'une montre, qui s'il est perpétuel, saura passer par exemple du 30 avril au 1er mai tout seul, ou connaîtra les années bissextiles. Que ce soit sur une montre à quartz à 15 € ou une mécanique à whatmille € :) Pour ce que vous décrivez, on parle plutôt de technologies de piles rechargeables par capteur solaire placé sous le cadran. Et aussi, on ne peut pas dire qu'une montre à quartz se "remonte", bien sûr, c'est réservé à ses grandes sœurs mécaniques :)

- plus important, quand vous parlez de "fonction chronomètre", attention là c'est l'erreur classique que tout le monde fait (même Apple sur leur site) : il ne faut pas confondre chronomètre et chronographe ! Voilà la différence :
-- un chronomètre, c'est une montre. Étymologiquement, elles sont TOUTES des chronomètres :) [*]
-- un chronographe, c'est une montre avec la complication de mesurer des intervalles de temps + précisément par des boutons de lancement et d'arrêt: c'est ce que le béotien appelle chronomètre, en fait :)

* : sauf si on se réfère à la certification Suisse COSC qui stipule qu'il faut qu'une montre réponde à des critères stricts de précision pour être officiellement appelée "chronomètre".

avatar rikki finefleur | 

idanny
A partir du moment , où le journaliste parle de complication, une fonction issue d'un os électronique , il ne faut pas aller chercher des termes d'horlogerie.

Mais bon au moins on se la pète. Complication c'est mieux que widget.. ou fonction.
On a l'impression de rendre les acheteurs intelligents..

Mon père avait déjà , une seilko il y a 30 ans ou l'on pouvait lire l'heure (!) et avait une fabuleuse complication nommée chronomètre. Un truc dingue.
Enfin a l'époque le journaliste parlait de fonction. Une question de hauteur de pet qui peut faire rire.

avatar huit8 | 

Est-ce-que vous êtes arrivés a regler le cadran "astronomie" sur votre position actuel ?
hormis en faisant tourner le sens du soleil je précise.

Il reste constament sur les USA sur le mien..

avatar Mekhal | 

@huit8 :
Lors du premier allumage de la montre, lors du paramètrage il est demandé si l’on accepte la localisation, tu as bien accepté ?

avatar webHAL1 | 

Personnellement je ne partage pas du tout l'opinion selon laquelle "c'est comme l'iPhone a sa sortie, tout le monde critiquait, mais vous verrez, dans quelques années chaque personne aura une smartwatch à son poignet".

Tout d'abord, si l'iPhone a en effet été parfois décrié après sa présentation, c'était en raison de ses manques (3G, support du Flash, etc.), ou alors de son prix, et non pas pour remettre le concept de smartphone en question. Mais surtout, l'iPhone était là pour remplacer un appareil existant, ce qui n'est pas du tout le cas de l'Apple Watch. Ce n'est que pour des raisons marketing que la Pomme présente son appareil comme une "montre", mais revenir à dire « soyez moderne, remplacez votre montre classique par une Apple Watch ! » revient à demander à une femme si elle souhaite porter une oreillette Bluetooth au lieu de boucles d'oreille. Ça n'a pas toujours été le cas, mais aujourd'hui une montre est à 99% un bijou, ce que l'Apple Watch n'est pas, ou en tout cas quasiment pas.

À mon sens, il faut plutôt rapprocher le lancement de l'Apple Watch de celui de l'iPad. Un appareil apportant un confort supplémentaire, mais qui ne remplace pas un autre existant déjà. Aura-t-il suffisamment d'attraits pour convaincre un large public ? Bien malin qui pourra le dire pour l'instant... Je ne remets pas en question les témoignages de ceux qui disent "adorer leur Apple Watch" (tous comme certains ont été totalement convaincus par l'iPad), mais, qu'on l'ait essayée ou pas, il ne me paraît pas du tout aberrant de ne pas voir l'utilité d'une montre connectée, que ce soit dans sa version actuelle ou même à plus long terme.

Cordialement,

HAL1

avatar Bigdidou | 

@iDanny :
" -- un chronographe, c'est une montre avec la complication de mesurer des intervalles de temps + précisément par des boutons de lancement et d'arrêt: c'est ce que le béotien appelle chronomètre, en fait :)"

Oui, enfin, chronomètre est un synonyme courant de chronographe ; c'est pas moi qui le dit, c'est le Larousse, et au delà de ça l'usage.
La distinction, c'est du domaine technique du spécialiste (professionnel, passionné, peu importe...).
Un exemple : en anatomie, le bras, c'est le segment du membre supérieur situé entre l'épaule et le coude. Il est évident qu'on va pas reprendre tout le monde à chaque fois qu'on utilise le mot bras pour désigner l'ensemble du membre supérieur... Ça serait grotesque, et contredit pas l'usage courant (et la définition courante du dico).
Sinon, je ne pense pas que tu aies voulu être insultant, mais "béotien", c'est franchement très insultant. Tu devrais faire un peu gaffe.
Surtout pour quelqu'un qui se veut aussi pointilleux en ce qui concerne le vocabulaire...

avatar iDanny | 

@Bigdidou :
C'est pas faux.
Mais justement, l'utilisation courante de béotien c'est pour dire "profane" dans un sujet :)

avatar Bigdidou | 

@iDanny :
Ah ?
Bon, alors :D

avatar eVolution | 

Personne pour regretter comme moi l'absence d'affichage des secondes en mode numérique?
Faut-il vraiment afficher des aiguilles pour voir les secondes? (je hais les aiguilles!)

Autre chose: Contrairement à l'opinion générale, l'affichage à aiguilles n'a absolument rien d'analogique, et ce, aussi bien sur cette montre que sur n'importe quelle montre classique et même mécanique!
En effet, il y a toujours un nombre fini de positions d'aiguilles; il s'agit donc bien de systèmes à états "discrets", et non pas "analogiques" pour lesquels la résolution serait infinie et ne serait "floutée" que par le bruit du signal.

Je me garde donc bien d'appeler "analogique" une montre à aiguilles...

avatar Philactere | 

@eVolution :
"En effet, il y a toujours un nombre fini de positions d'aiguilles; il s'agit donc bien de systèmes à états "discrets", et non pas "analogiques" pour lesquels la résolution serait infinie et ne serait "floutée" que par le bruit du signal."

Heuuu non pas vraiment. Un mouvement horloger mécanique est continu. À moins de vouloir enculer les mouches en descendant au niveau atomique ou de l'oscillation du quartz pour les montres à quartz.

avatar iDanny | 

@Philactere :
Si, il a raison.
Même si on a une impression de fluidité avec leur fameuse aiguille des secondes "flottante" (qui est d'ailleurs reproduite sur l'Apple Watch ^^), les montres mécaniques ont bien aussi une fréquence, qui n'est que de quelques Hz contre plusieurs MHz pour le quartz.

C'est d'ailleurs marrant car d'un côté on a une fréquence basse mais qui donne l'impression de fluidité, et de l'autre une fréquence très élevée mais qui est au final "bridée" avec un moteur pas à pas qui fait avancer l'aiguille des secondes toutes les... secondes :) et donne une impression de binarité au mouvement :)

http://www.bellesmontres.com/Magazine/Dictionnaire-horlogerie/alternance-10-12-2012-1548202_813.php

avatar Philactere | 

@iDanny :
OK, au temps pour moi :-)

avatar iDanny | 

@Philactere :
Arf :)

avatar MisterJeanP | 

Je ne conseille à personne de venir à un examen avec une montre connectée car il est tout à fait possible à un surveillant ou à un examinateur de signaler un problème avec un candidat au chef d'établissement. Il y a des fans d'Apple et des geeks dans toutes les professions.

avatar bbtom007 | 

Vivement que la watch marche avec les portiques du métro et sncf !

avatar SugarWater | 

Rien empêche d'avoir une montre à sa main droite et un telephone de dealer lol

avatar Piercy | 

Découvert à l'instant : un double clic sur l'écran "astronomie" affiche la liste des huit planètes du système solaire (mais pas le soleil).

avatar XiliX | 

@Xav852 :
Question débile... doit-on mettre un tshirt Auchan/Leclerc/Carrefour r/v parce qu'on fait des courses là bas ?
Doit-on porter un tshirt Nike r/v parce qu'on porte des chaussures Nike ?

avatar Ipader | 

Pour chaque photo de l'Apple Watch portée, je ne peux m'empêcher de penser que le père a volé le jouet du fils, quelque soit le cadran.

Ça fait montre d'attardé en fait.

PS: Je n'ai rien contre le rédacteur, ça aurait le même effet sur moi...

avatar deeptriloth | 

Finalement le principal dans l'histoire c'est que chacun y trouve son compte !! ;)
Personne n'est obligé de l'acheter cette AW.

Pour ma part, je n'en ai pas l'utilité. Pendant de nombreuses années je n'ai porté aucune montre à mon poignet. Puis j'ai attrapé le "virus" de l'horlogerie. Je porte aujourd'hui de très belles montres. Pas pour avoir l'heure (elle est déjà partout !!) mais comme un bijou.
Certains trouveront ça inutile, c'est exact !! comme une parure de bijoux féminine ;)

J'ajoute que porter un bijou est un choix personnel. La montre pour un homme, c'est comme un bracelet ou un collier pour une femme.
Et finalement cette AW pourrait faire l'affaire ? Oui, mais à condition qu'elle ne soit pas au poignet de plusieurs millions de personnes.

Voilà finalement le plus gros défaut d'Apple aujourd'hui (malgré lui) !! l'uniformisation !!! J'en ai déjà marre de me pointer (avec mon iPhone), en réunion de 20 personnes, pour y compter 18 iPhones ...
Demain ce sera l'AW, puis la iCar, puis ????

Je ne veux pas être un clone. Apple je t'aimais il y a 15 ans, aujourd'hui je commence à te haïr !! :(
Tout ceci est bien dommage.

avatar steinway59 | 

@deeptriloth :
Pas faux! Moi aussi j'adorais l'époque où  était une "communauté" de passionnés...et donc que ça courait pas les rues des utilisateurs apple...mais tout le matos était beaucoup plus cher...et même si j'ai pré commandé l'Apple watch, d'ici la réception en juin j'ai le temps d'annuler et le fait que tout le monde aurait la même montre pourrait être une raison suffisante..

avatar Bruno de Malaisie | 

@DL411 :
Oui. On est pas dans la même gamme de prix.
Breitling B&R etc.
Et on parle de l'Apple Watch à 459 euros. Non ce n'est pas du foutage de gueule.
Ton commentaire était hors sujet ou hors de propos.

avatar Orion | 

Vu que le prix moyen de fabrication est de 84$ elle a le droit d'avoir quelques imperfections.

http://www.01net.com/editorial/653825/apple-watch-la-montre-connectee-ne-couterait-que-84-dollars-a-fabriquer/

avatar Ipader | 

@Orion :
Ca me fait rappeler les bonimenteurs et leur potion miraculeuse, ils font entrer dans la tête des gens que ça a l'air très efficace et utile , ensuite ils peuvent y mettre le prix qu'ils veulent , les gens se jèteront dessus comme des mouches.

avatar Parad0xJ | 

Hi,

Dites c'est une blague ce port caché sur l'Apple Watch ? Port 6 pin, situé sous la coque au niveau de l'attache du bracelet semble t il ?

avatar mitsuaki | 

C'est sympa de comparer avec une montre traditionnelle, mais... le cadran, avantages a l'apple watch ? mouaif. Les cadrans des montres traditionnelles sont travaillés, jouent avec la lumière (cadrans solleillés), ont différentes couches et reliefs, bref... pour moi ce n'est pas vraiment comparable a plein de cadrans affichés sur un lcd de temps en temps quand on regarde l'heure

Pages

CONNEXION UTILISATEUR