iOS : le blocage du suivi publicitaire a des limites qu'Apple semble tolérer

Florian Innocente |

Malgré l'instauration depuis iOS 14 d'une option de refus du suivi des utilisateurs par leurs apps, certains éditeurs dont Facebook ou Snapchat peuvent continuer d'exploiter certaines de ces informations, avec semble-t-il l'accord tacite d'Apple.

Depuis le printemps dernier, iOS 14 puis iOS 15 permettent aux utilisateurs de refuser qu'une app recueille des données personnelles ou des caractéristiques de leur l'appareil en vue de les partager avec des tiers et établir ainsi un profil de leur activité. Profil qui servira à tailler des publicités sur mesure.

iOS 14 : la prochaine bêta va serrer la vis sur le suivi des utilisateurs

iOS 14 : la prochaine bêta va serrer la vis sur le suivi des utilisateurs

Après avoir rué dans les brancards à la perspective de voir leur système publicitaire sérieusement mis à mal par cette mesure, de grands éditeurs comme Facebook ou Snapchat ont pu continuer à se reposer en partie sur ces collectes, quand bien même l'utilisateur les a refusées, explique le Financial Times.

À gauche, l'App Tracking Transparency dans les apps tierces. À droite, la demande d'autorisation de pub personnalisée dans les apps Apple

Apple a communiqué sur cette possibilité de blocage pour les utilisateurs mais, dans les faits, elle semble faire preuve d'une certaine souplesse sur l'interprétation de ses règles. Parmi celles-ci, il en est une qui souligne qu'il est interdit d'utiliser les « signaux » d'un appareil pour tenter d'identifier ce dernier ou son utilisateur.

Ce qui veut dire, à l'inverse, qu'il est envisageable d'exploiter ces mêmes signaux dès lors qu'ils sont rassemblés dans un groupe d'utilisateurs, tous anonymisés, et de proposer à cette cohorte des publicités ciblées.

Snapchat a ainsi déclaré à des investisseurs qu'il avait l'intention de partager les données de ses 306 millions d'utilisateurs — y compris ceux ayant refusé le pistage de son app — avec ses annonceurs pour leur donner une vue plus précise et en temps réel des performances de leurs annonces. Facebook a lui-aussi indiqué qu'il s'était lancé dans un long effort de remise à plat de son infrastructure publicitaire en recourant davantage aux groupes de profils anonymisés.

La position d'Apple face à cette stratégie n'est pas claire — moins que ses publicités sur la question qui sont sans nuances — le groupe n'a pas répondu aux questions du Financial Times, se contentant de réitérer que la vie privée était un point cardinal de sa politique.

Il peut y avoir dans certaines occasions la nécessité de récupérer des informations comme l'adresse IP ou la position pour le bon fonctionnement de l'app en fonction de sa nature.

Mais s'engager dans une voie où cette interdiction de pistage serait appliquée d'une manière trop large et lourde présenterait le risque de mettre à mal certaines des apps les plus populaires de l'App Store. Une perspective qui, par ricochet, ne ferait pas les affaires d'Apple, estiment certains spécialistes interrogés par le quotidien.


avatar Baptiste_nv18 | 

Ah ! On va avoir droit aux commentaires disant que ce que défend Apple par rapport à la confidentialité n’est que du vent ! 🍿 🍿🍿

avatar marenostrum | 

t'en connais beaucoup qui te défendent sans te connaitre et sans intérêts ?

avatar r e m y | 

"'il est envisageable d'exploiter ces mêmes signaux dès lors qu'ils sont rassemblés dans un groupe d'utilisateurs, tous anonymisés, et de proposer à cette cohorte des publicités ciblées."

Ça semble logique qu'Apple accepte cela, vu que c'est ce qu'Apple pratique elle-même en expliquant que travailler sur des cohortes de 5000 personnes minimum garantit la confidentialité pour chacun.

avatar Malouin | 

@r e m y

+1
Je ne vois pas vraiment le problème.
Partager des données anonymes et collectives… Ce n’est pas travailler sur des données personnelles !

avatar Messiha | 

🍿🍿🍿

avatar Tech | 

Avec ou sans la politique d’Apple, s’échapper au traçage publicitaire semble à un combat à temps plein.

avatar Lemon19 | 

@Tech

Ou un combat perdu d’avance.

avatar valcapri | 

Il ne faut pas se voiler la face, non plus, la publicité ciblée continuera d’être là. Et les grands groupes continueront à trouver des stratagèmes pour nous suivre.

Maintenant, je préfère que ce soit avec des données anonymes et dans un groupe de personnes.

Ce qui m’embête plus, c’est la collecte de données personnelles, le profilage complet et la revente de celles-ci comme le permet Facebook.

avatar Ljuba | 

Ils ont raisons de saigner les données des utilisateurs 👍 la plupart ferait pareil.

avatar 0MiguelAnge0 | 

Apple fait exactement la même chose et depuis de lustres: collectee des datas sous formes anonymisés…

On comprend leur laxisme…

avatar Glop0606 | 

C'est intéressant de voire comme l'actualité semble tourner autour des mêmes problèmes... à savoir la concentration et la "régulation" de l'informatique par un petit groupe de sociétés en l'occurence les GAFAM. Il y a ENCORE moulte solutions pour redevenir "indépendant" mais plus le temps passe, plus ce sera difficile. Quand on y pense on pourrait créer une quantité invraisemblable de jobs si l'Europe ou des états décidaient de devenir numériquement indépendant.

avatar softjo | 

Apple protège la vie privée des utilisateurs, tout comme elle protège la liberté d’expression. Aussitôt que le pognon entre en jeux, tout à coup Apple est prête à tout, elle serait même prête à participer à un genocide.

avatar FlodeLibourne | 

Apple ne participe pas à des génocides, faut pas abuser. Il est vrai qu’elle ferme les yeux sur l’éthique et est prête à payer cher pour rester sur les marchés qui l’intéressent (Chine ?)

CONNEXION UTILISATEUR