Hachette : "Apple apparaît comme le chevalier blanc de l'édition américaine"

Florian Innocente |
L'arrivée programmée d'Apple avec son iPad sur le marché du livre électronique a été salutaire si l'on en juge par les propos d'Arnaud Nourry, PDG d'Hachette Livres dans une interview données aux Échos, sur l'état du livre en France, l'arrivée de l'iPad ou encore les relations difficiles avec Google. "Apple apparaît aujourd'hui comme le chevalier blanc de l'édition américaine. D'autant que, malgré sa grande puissance, il n'a jamais cherché à intégrer l'amont, c'est-à-dire la création" observe Arnaud Nourry. Comme d'autres éditeurs, Hachette a tenté de répondre à l'initiative unilatérale d'Amazon qui entendait imposer son Kindle en pratiquant des prix bas sur les ouvrages électroniques (9,99$), quitte à vendre à perte "Cela a été un choc terrible pour les éditeurs. D'autant que Barnes & Noble et tous les autres revendeurs de livres numériques se sont alignés." Devant l'intransigeance d'Amazon, Hachette a contre-attaqué en mettant en balance la fourniture du fichier numérique de ses tout derniers ouvrages avec la renégociation de ces conditions de vente. En septembre dernier, le livre des mémoires de Ted Kennedy fut le premier à inaugurer ce rapport de force, et en décembre Hachette prévint Amazon qu'il en irait ainsi pour tous les livres à venir.
tedkennedymemoire
L'annonce de l'iPad est venue en renfort de cette fronde "Apple vient de redonner des marges de manoeuvre aux éditeurs américains face à Amazon… Lorsque, en janvier, Apple est sortie du bois avec son iPad, nous nous sommes dit qu'il y avait une véritable fenêtre de tir pour rééquilibrer le rapport de force avec Amazon sur cette question du livre numérique." Apple était en effet partisane de la politique dite du mandat d'agent où c'est l'éditeur qui fixe le prix de vente au client (entre 12,99 et 14,99$ pour un nouveau titre, hors best-seller, ou moins s'il est ancien). Désormais la règle est simple, soit le vendeur accepte ce schéma soit il devra patienter un an avant d'obtenir la version électronique. Lors du lancement de l'iPad le 3 avril, Hachette proposera 6000 références sur l'iBookstore d'Apple. En France ce volume pourrait être de l'ordre de 8000 ouvrages, avec des prix qui restent à déterminer, mais qu'Arnaud Nourry espère dans les mêmes eaux qu'aux États-Unis. via Les Échos
avatar ce78 | 
Hachette, 6000 ouvrages à l'ouverture du iBook Store... impressionnant. Normalement cette locomotive va inciter les autres éditeur à emboîter le pas. Et le monde de l'éducation ??? je pense qu'il est énorme si les structures d'enseignement sont adaptées... ce qui est très différent entre l France, les USA ou ici au Québec !!!
avatar Marksanders | 
Payer le même prix que le papier oui s'il y a un vrai effort dans la version numérique comme va le proposer Wired. Dans les guides ou manuels scolaires y'a moyen de faire des choses fabuleuses.
avatar lol51 | 
8000 titres Hachette en France ? Woaw !
avatar rick75 | 
et apple a déjà prévu un pack "10 iPad" pour les écoles!!!! je suis sûr qu'il y a une grosse carte à jouer au niveau de l'education avec l'iPad!!! Cela comment il est utilisé, et si le développement se fait correctement, l'iPad pourrait vraiment remplacer les livres. J'ai peut-être une vision trop futuriste, mais pour les colier, jeune et moins jeune, relier l'aspect educatif et jeux, sur un outil comme l'iPad, me parait une manière très interressante d'apprendre! et quand je vois ma gamine de 3 ans utilisé mon iPhone et jouer avec des jeux (pour enfants) dessus... ça me laisse songeur...

CONNEXION UTILISATEUR