Pourquoi les processeurs d’Apple sont-ils les plus rapides ?

Nicolas Furno |

Tous les ans, Apple présente un nouveau système-sur-puce (SoC) mobile comprenant notamment un processeur maison. Et tous les ans, le constructeur améliore encore les performances de ce composant essentiel. La Pomme a encore battu des records cette année, à tel point que l’Apple A11 Bionic des iPhone 8 et de l’iPhone X vient titiller les MacBook Pro sur certaines mesures de puissance.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Cet Apple A11 creuse encore davantage l’écart avec les meilleurs smartphones Android concurrents. Le processeur qui équipe les iPhone 8 et le futur iPhone X est le plus puissant jamais créé par Apple, et c’est aussi le plus puissant tout court dans un appareil mobile. Pourtant, le Snapdragon 835 de Qualcomm que l'on retrouve dans les meilleurs smartphones Android du moment présente de meilleures caractéristiques techniques sur le papier : huit cœurs au lieu de six et une fréquence plus élevée. Or, à l'arrivée, c'est bien le SoC d'Apple qui fait mieux.

Comment expliquer une telle différence et surtout une telle avance ? On fait le point !

Les processeurs d’Apple ont plusieurs avantages techniques

Commençons avec un constat : les processeurs conçus par Apple ont plusieurs avantages techniques à faire valoir par rapport à ceux de Qualcomm, Samsung et les autres. Et le premier avantage est visible à l'œil nu : ils sont plus grands que les autres. En 2016, une étude indiquait que les Hurricane, les deux cœurs puissants à l’intérieur de l’Apple A10, mesuraient 4,18 mm2 soit deux fois plus environ que ce qui se faisait dans le monde Android.

Comparaison de la carte-mère d’un iPhone 7 Plus (en haut) et d’un Galaxy S8+ (en bas). Les SoC sont encadrés en rouge dans les deux cas et on voit bien la différence de taille entre l’A10 d’Apple et le Snapdragon 835 de Qualcomm utilisé par Samsung. Cliquer pour agrandir
Comparaison de la carte-mère d’un iPhone 7 Plus (en haut) et d’un Galaxy S8+ (en bas). Les SoC sont encadrés en rouge dans les deux cas et on voit bien la différence de taille entre l’A10 d’Apple et le Snapdragon 835 de Qualcomm utilisé par Samsung. Cliquer pour agrandir

La finesse de gravure différente justifie parfois un écart, mais pas aussi important. La vraie différence est technique et elle tient dans la quantité de cache processeur utilisée par Apple. Pour faire (très) simple, la mémoire vive (RAM) est trop lente pour ne pas ralentir les processeurs modernes et on utilise de la mémoire extrêmement rapide et directement intégrée aux processeurs pour accélérer les traitements.

Cette mémoire coûte très cher à produire, mais Apple a toujours eu tendance à en utiliser davantage que ses concurrents. L’Apple A11 intègre 8 Mo de mémoire processeur au total, contre seulement 3 Mo pour le Snapdragon 835, le processeur haut de gamme du moment chez Qualcomm. L’écart ne s’est pas creusé récemment, c’est une tendance ancienne : l’Apple A7 sorti en 2013 intégrait à l’époque 5 Mo de mémoire cache, soit plus que les meilleurs processeurs Android actuels.

Image extraite de la vidéo publiée par Android Authority sur le sujet. Cliquer pour agrandir
Image extraite de la vidéo publiée par Android Authority sur le sujet. Cliquer pour agrandir

La différence est encore plus grande quand on distingue les types de mémoire processeur. En plus du cache L2, Apple utilise depuis plusieurs années du cache L3, un petit peu moins cher, un petit peu moins rapide, mais qui permet d’augmenter la quantité de mémoire totale. En comparaison, aucun autre processeur ARM n’est compatible à ce jour avec le cache L3 ! Cela devrait changer en 2018, mais en attendant, Apple a toujours pu compter sur ce surplus de mémoire pour augmenter ses performances.

Au passage, le constructeur a fait un choix très différent avec l’Apple A11. La dernière génération est dépourvue de cache L3, mais dispose d’une énorme quantité (8 Mo, un record sur un processeur mobile) de cache L2, plus rapide et plus chère, à la place. Cela ne veut pas nécessairement dire que les processeurs d’Apple n’utiliseront plus de cache L3 à l’avenir, mais ce choix a sans doute permis d’améliorer encore un petit peu les performances.

Les différents composants identifiés de l’Apple A10 (analyse Chipworks). Cliquer pour agrandir
Les différents composants identifiés de l’Apple A10 (analyse Chipworks). Cliquer pour agrandir

En contrepartie, le coût des SoC conçus par Apple est bien plus élevé que ceux que l’on retrouve dans tous les smartphones Android. Ce choix s’explique simplement : le constructeur de l’iPhone ne cherche pas vraiment à économiser sur ce composant, parce que son prix n’a pas autant d’importance qu’ailleurs.

Le coût de production du SoC n’est pas aussi crucial pour Apple que pour tous ses concurrents. La différence, c’est que l’Apple A11 n’est pas un produit vendu à d'autres constructeurs et soumis à la concurrence du marché, c’est le processeur des iPhone de 2017 et exclusivement ceux-là. Le prix de ce composant est noyé dans le prix du smartphone complet et le constructeur peut se rattraper sur un autre élément pour encaisser le surcoût.

Image TechInsights. Cliquer pour agrandir
Image TechInsights. Cliquer pour agrandir

Un tel scénario n’est pas envisageable dans la majorité des cas pour les constructeurs Android en raison de la multiplicité des acteurs. Sans parler des coûts de recherche et développement qui sont énormes, Apple doit payer quelqu’un d’autre pour fabriquer ses puces (TSMC ou Samsung en général), ainsi qu’ARM qui fournit la plateforme de base des processeurs mobiles.

En comparaison, LG, par exemple, doit acheter un processeur prêt à l’emploi, fabriqué par un tiers, mais aussi conçu par un tiers. Ce dernier doit pour sa part payer la licence ARM, mais il doit aussi être rentable, et ses frais de recherche et développement sont uniquement compensés par la vente du processeur. Pour rester compétitif, il fera des choix différents et économisera sur certains éléments, comme le cache mémoire. Une autre possibilité est de reprendre les processeurs conçus par ARM sans les modifier, comme le fait Apple.

Qualcomm, par exemple, avait créé son propre processeur pour la génération précédente, le Snapdragon 820. En revanche, pour le 835, son plus récent modèle, l'entreprise s'est contentée d'un processeur « semi-custom », probablement pour économiser sur les coûts de recherche et développement.

Apple contrôle le matériel et le logiciel

C’est presque un lieu commun, mais cela ne veut pas dire qu'il faut l'occulter : Apple contrôle autant le matériel que le logiciel, ce qui lui donne un avantage considérable en matière de performances. Déjà, parce que le constructeur peut gagner du temps sur le développement de son système sur puce.

Présentation de la nouvelle puce A11 pendant le keynote de présentation des nouveaux iPhone, en septembre 2017. Cliquer pour agrandir
Présentation de la nouvelle puce A11 pendant le keynote de présentation des nouveaux iPhone, en septembre 2017. Cliquer pour agrandir

Puisque tout est fait en interne, les échanges entre les différentes équipes sont plus faciles et surtout plus rapides. Les ingénieurs qui travaillent sur les processeurs peuvent échanger avec ceux qui développent le système d’exploitation et les uns peuvent demander aux autres d’optimiser tel ou tel point. Pour prendre un exemple, l’Apple A10 était le premier à utiliser deux jeux de cœurs (deux cœurs puissants et deux cœurs économes). Le travail a probablement été mené de front, d’un côté pour faire fonctionner le processeur correctement, de l’autre pour optimiser au maximum iOS dans ce cadre.

En comparaison, les SoC utilisés sur Android sont des produits vendus par une entreprise tierce. Qualcomm n’est pas fermé aux besoins d’Android et des constructeurs, évidemment, mais le dialogue est nécessairement décalé et plus lent. Apple peut non seulement optimiser encore plus et pour un seul usage, mais elle peut aussi le faire plus rapidement.

On peut également souligner qu’Apple doit produire moins de processeurs différents chaque année qu’un acteur généraliste. Un Qualcomm ou un MediaTek doit concevoir divers SoC tous les ans : un pour les flagships Android, mais aussi un ou plusieurs pour les modèles de milieu de gamme, la même chose pour l'entrée de gamme, sans compter les puces spécialisées pour les téléviseurs connectés, d’autres pour les montres, etc.

Conçu en 2014 pour les iPhone 6 et 6 Plus, l’Apple A8 a une longue carrière chez Apple, puisqu’il a été exploité ensuite dans l’Apple TV de quatrième génération et bientôt dans le HomePod. Cliquer pour agrandir
Conçu en 2014 pour les iPhone 6 et 6 Plus, l’Apple A8 a une longue carrière chez Apple, puisqu’il a été exploité ensuite dans l’Apple TV de quatrième génération et bientôt dans le HomePod. Cliquer pour agrandir

Apple crée en priorité un modèle par an qui servira aux iPhone et aux iPad de l’année. Ses « vieux » processeurs servent ensuite aux autres produits : le SoC de la première Apple Watch était dérivé de l’Apple A5, l’Apple TV 4K est alimenté par un Apple A10 et le futur HomePod utilisera un Apple A8. Cela ne veut pas dire que le constructeur ne travaille pas spécifiquement sur ces déclinaisons, mais plutôt que son équipe est concentrée en priorité sur un nombre réduit de modèles.

Il faut noter toutefois qu’Apple a multiplié les puces ARM ces dernières années. Par exemple, la Touch Bar des MacBook Pro est alimentée par un SoC spécifique, même s’il est dérivé du travail des processeurs pour Apple Watch.

Apple a pris de l’avance et la maintient

Cette intégration entre matériel et logiciel, qui s'exprime concrètement par une étroite collaboration entre les concepteurs du processeur et les développeurs du système d’exploitation, explique en grande partie pourquoi Apple est le meilleur dans le domaine. Cupertino a pris de l’avance et a réussi à la maintenir jusqu’à ce jour. Pour comprendre comment, il faut remonter quelques années en arrière.

L’Apple A4, le premier SoC conçu en interne par Apple. Cliquer pour agrandir
L’Apple A4, le premier SoC conçu en interne par Apple. Cliquer pour agrandir

Apple a acheté P.A. Semi, un concepteur de processeurs à basse consommation, en avril 2008, à peine un an après avoir sorti son premier iPhone. Dès le départ, cette acquisition a été présentée comme un moyen de remplacer les processeurs ARM standard par des puces développées en interne. Dans la foulée, le constructeur a obtenu une licence complète auprès d’ARM, l’entreprise qui possède tous les brevets sur ces processeurs mobiles et qui propose des designs. Moins de deux ans après, le premier résultat est visible : le premier iPad embarque un Apple A4, le premier SoC conçu à Cupertino.

À l’époque, les commentateurs étaient surpris : comment Apple peut obtenir une autonomie de 10 heures dans une tablette aussi fine ? On ne le réalisait pas forcément encore, mais le constructeur avait pris de l’avance sur toute l’industrie, avec un processeur plus puissant et plus économe que ce qui se faisait par ailleurs. Depuis, l’entreprise a maintenu et même augmenté son avance à chaque mise à jour.

Dans ce processus, l’étape sans doute la plus importante est la sortie de l’Apple A7 en 2013, pour l’iPhone 5s. Il s’agit du tout premier processeur mobile 64 bits, une évolution que personne n'attendait de si tôt. Qualcomm avait prévu de passer au 64 bits en 2014 au mieux et même si le constructeur a essayé de ne pas le montrer en qualifiant le 64 bits de « gadget marketing », il avait pris un retard considérable sur Apple et en avait conscience.

Apple a surpris tout le monde en sortant un processeur 64 bits au moins un an avant Qualcomm. Image extraite de la vidéo publiée par Android Authority sur le sujet. Cliquer pour agrandir
Apple a surpris tout le monde en sortant un processeur 64 bits au moins un an avant Qualcomm. Image extraite de la vidéo publiée par Android Authority sur le sujet. Cliquer pour agrandir

Gadget ou pas, Qualcomm a présenté deux processeurs 64 bits en avril 2014, mais ils ne sont sortis qu’à l’automne. À la même date, Apple présentait son Apple A8, une deuxième génération de processeur 64 bits encore plus rapide. À cet égard, la firme conservait un an d’avance, mais cet écart est encore plus grand si on considère l’usage réel du 64 bits.

Ainsi, le premier smartphone Android équipé d’un processeur 64 bits, le Désire 510 de HTC, a été présenté en août 2014, mais Android n’était pas encore optimisé. Il a fallu attendre Android 5.0 « Lollipop », sorti en novembre de la même année, pour que le système commence à exploiter le 64 bits. Pour le grand public, les premiers vaisseaux amiraux Android en 64 bits sont donc sortis en 2015, deux ans après l’iPhone 5s.

Pour conclure

Au risque de décevoir les amateurs de théories du complot, Apple n’a pas signé d’accord secret avec Geekbench pour améliorer artificiellement les performances de ses processeurs. Ce n’est pas que Geekbench : la plupart des mesures montrent des écarts significatifs entre les iPhone et les meilleurs smartphones Android du moment. Et c’est le cas tous les ans, que ce soit sur des benchs théoriques ou des exemples en usage réel.

La vérité est plus simple : Apple a eu la bonne intuition que concevoir ses propres processeurs allait lui apporter un avantage concurrentiel et elle s'est donné les moyens de bâtir l’une des meilleures équipes d’ingénieurs au monde. L’acquisition de P.A. Semi a été une première étape déterminante qui a été suivie par d'autres embauches régulières importantes.

L’iPhone 7 est 120 fois plus puissant que le premier iPhone. Apple aime bien mettre en avant ce genre de comparaison qui n’a pas beaucoup de sens en soi, mais qui met en avant les progrès d’une année sur l’autre. Cliquer pour agrandir
L’iPhone 7 est 120 fois plus puissant que le premier iPhone. Apple aime bien mettre en avant ce genre de comparaison qui n’a pas beaucoup de sens en soi, mais qui souligne les progrès d’une année sur l’autre. Cliquer pour agrandir

Ça ne signifie pas qu’il n’y a qu’Apple qui sache faire de bons processeurs ARM, naturellement. Néanmoins, les progrès du reste de l’industrie sont à peu près réguliers, ce qui a permis à la firme de Cupertino de maintenir son avance. Un concurrent, que ce soit Samsung, Qualcomm ou un autre, reprendra peut-être l’avantage un jour avec une avancée du même ordre que le passage au 64 bits. Mais il n’y a rien à l’horizon de connu pour le moment, et à dire vrai, la course aux performances brutes a peut-être atteint sa limite.

Les processeurs mobiles sont si puissants qu’ils sont à peine exploités par les smartphones actuels. Cela ne veut pas dire que les progrès vont s’arrêter en la matière, évidemment. En revanche, on constate déjà que les SoC ajoutent de plus en plus de composants spécialisés, comme les réseaux neuronaux utilisés pour l’intelligence artificielle. C’est le cas pour l’Apple A11, c’est aussi le cas pour le Kirin 970, le SoC conçu par Huawei pour son Mate 10.

L’Apple A11 intègre un réseau neuronal, exploité notamment pour la reconnaissance faciale sur l’iPhone X. Cliquer pour agrandir
L’Apple A11 intègre un réseau neuronal, exploité notamment pour la reconnaissance faciale sur l’iPhone X. Cliquer pour agrandir

Apple a commencé à créer ses propres processeurs avant tout le monde et le travail en commun sur le matériel et le logiciel lui ont permis d’avancer plus vite et donc de garder son avance sur ses concurrents. Ajoutez à cela la possibilité de créer des SoC plus chers et mieux équipés, notamment en mémoire cache, mais aussi des choix techniques qui ont payé, et vous avez l’explication de l’avance des processeurs conçus à Cupertino.

Une explication sommaire, en tout cas. Le sujet est éminemment complexe et si vous souhaitez le creuser, nous avons consacré plusieurs articles au fil des années aux processeurs d’Apple et aux équipes qui les conçoivent :


avatar JimmyDrn | 

Il finira par être bien intégrer comme os..
En attendant je triche ?
J’ai désactiver Spotlight, les dictionnaires, les suggestions de Siri, l’actualisation arrière plan et toute les merdouilles comme toute les notifications alors que je souhaite est notifier que sur 5app,
qui tire sur la batterie et la puissance.

Le must pour que tout fonctionne hyper bien mais moins beau est de virer l’effet de transparence et les effets d’animation.
Et la jackpote ça fonctionne ! ?

avatar reborn | 

Le monsieur de la théorie du complot ne sait pas qu'Apple bosse sur ce SoC depuis 2014.
Donc ce n'est pas un saut de performance d'une année sur l'autre.

avatar marenostrum | 

une de ses remarques a du sens, où il dit que comment un si petit processeur sans système de refroidissement pour faire aussi haut que un prosecteur Intel qui a besoin d'être refroidit en plus.

ça l'article plus haut ne l'explique pas, ni le programme qui mesure les benchs (qui est devenu peut-être comme les bloqueurs de Pubs, qui ne bloquent pas ceux qui les subventionnent).

en tout cas on peut en conclure que ces programmes qui mesurent les bentchs ne sont pas sérieux.

avatar reborn | 

@marenostrum

Evidement il ne tient pas la charge aussi longtemps qu'un processeur de portable car un portable offre plus de dissipation thermique.
Cela n'enlève rien aux performances.

Regarde ce qu'il est possible de faire en application réelle avec un iPad pro 10.5 , ce n'est pas du mensonge.

Le monsieur de youtube par un peu dans tout les sens pour exprimer son déni.

Comme je l'ai dis plus haut on verra ce que des vrai experts comme anandtech en pense. Mon ptit doigt me dit qu'ils seront en désaccord avec mr complot..

avatar Bigby_Woody | 

Un super article ! Merci

avatar tleveque | 

Cet article ressemble incroyablement à ce vidéo: https://youtu.be/TiVF_ZzzLM0
On dirait presque une traduction...

avatar ohmydog | 

@tleveque

C’est exactement ce à quoi j’ai pensé quand je l’ai lu !!

avatar iPseudo | 

si on utiliser a 100% la puissance de l'iPhone en 20 min y a plus de batterie

avatar victoireviclaux | 

@iPseudo

N'importe quoi, vous ne savez pas régler un smartphone c'est normal que la batterie ne tienne pas longtemps... ?

avatar hautelfe | 

@victoireviclaux

Faut régler un smartphone avant de l'utiliser ? :/

avatar JimmyDrn | 

Effectivement réinitialiser le clavier à été une bonne chose! Hallucinant !

avatar JimmyDrn | 

Apple devrait arrêter leur mise à jour pour un iPhone au bout de 3 os Max. Ça résoudra bien des problèmes.
A moins qu’il le fasse exprès de façon à donner envie de changer de smartphone.

En tout cas j’insiste, IOS 11 est particulier, grosse refonte de l’OS avec des particularités pour le X et l’iPad, là où avant tout était gérer de la même façon pour tout les idevices, et certainement avec des hardware qui ce ressemblait d’une année sur l’autre pouvant facilité la mise en place, maintenant entre l’A8 à un 1 cœur, l’autre à quatre et un autre a 6 cœurs...

J’imagine que c’est l’OS le plus difficile à concevoir pour tous.

avatar XiliX | 

@jimmy92250

"Apple devrait arrêter leur mise à jour pour un iPhone au bout de 3 os Max. Ça résoudra bien des problèmes.
A moins qu’il le fasse exprès de façon à donner envie de changer de smartphone."

Non ce n’est pas la solution, car en cas des failles majeures comme ce fût le cas avec « OpenSSL », c’est plus difficile de proposer une correction sur différentes versions. Et ça complexifie aussi les développeurs d’app

avatar marc_os | 

@jimmy92250 :
Mais qui t'oblige à faire les MAJ ?
Mon iPhone 4 est resté une éternité sous iOS 6 avant que je n'autorise la mise à jour vers iOS 7. Ensuite les seuls problèmes que j'ai rencontrés viennent exclusivement des éditeurs et de leur politique Side soutien ou non des anciennes versions d'iOS. Ce sont AMHA essentiellement eux les responsables de l'obsolescence programmée. Comme la SNCF qui a décidé du jour au lendemain que sont App sous iOS 7 n'aurait plus le droit de récupérer les billets achetés sur Internet alors qu'elle le permettait avant et que ça marchait tio top. :( Ou bien Tascam qui n'a jamais corrigé son App PCMRECORDER dont elle a reconnue qu'elle était boguée. Météo France idem.

avatar JimmyDrn | 

Je pense que leur nouvelle base de travail hardware et software est l’iPhone X.
Les futures iPhone et les futures OS se basera sur cette « architecture ».
Les autres appartiennent au passé; même l’iPhone 8 car son software est prévu avec bouton home, on fait comment pour la rétro compatibilité des futur OS ci ces derniers sont prévus sans bouton home des 2018?
L’année 2018 signe la mort des nouvelles mise à jour de tout les idevices avec bouton home, a mon avis, car cela me semble logique si on regarde la direction que prend les appareils de la marque.

avatar reborn | 

@jimmy92250

Ils continueront d'être mis à jour j'en suis persuadé. Apple ne va pas lâcher la totalité de sa gamme du fait que le bouton home n'est pas présent sur les modèles à venir.

avatar JimmyDrn | 

@reborn

Dans ce cas on aura toujours des problèmes d’optimisation car il y aura trop d’élément changeant d’un iPhone à l’autre pour l’équipe en charge d’iOS, cela me semble sûr car j’y vois une certaine logique...

avatar reborn | 

@jimmy92250

Il y a plusieurs équipes qui bossent sur ios

avatar JimmyDrn | 

@reborn

Je veux bien le croire mais apparement ça ne suffit pas ?

avatar JimmyDrn | 

L’iPhone x sera certainement le premier smartphone qui tiendra dans une très longue durée pour plusieurs mise à jours. Là où avant les iPhone Pouvait Supporté une nouvelle mise à jour, l’iPhone X sera Fait pour les Intégrer car c’est lui qui donne les bases hardware et software des futur conception.
Enfin, c’est comme ça que je vois la chose, rien de sûr à 100%

avatar hautelfe | 

@jimmy92250

Je suis bien d'accord.
L'iphone X représente la nouvelle base pour les futures iphones.
Un peu comme l'iphone 6 pour la génération actuelle.

avatar JimmyDrn | 

Et j’espère que les puce d’intelligence artificielle seront programmés pour optimiser automatiquement les applications tierces sur les charges des processeurs, ce qui évitera de bête ralentissements qui ne devrait pas existés...!

avatar dorninem | 

A voir si Microsoft pourra aussi utiliser le coproc IA pour faire du réseau neuronal performant comme https://blogs.msdn.microsoft.com/translation/2017/10/19/microsoft-huawei-nmt-ondevice/

avatar GregH | 

C’est bien beau tout ça mais ça n’empêchera pas mon iPhone 8 d’être lent comme un baudet sous iOS 13 (ou 14 si j’ai de a chance).

avatar sachouba | 

"Qualcomm, par exemple, avait créé son propre processeur pour la génération précédente, le Snapdragon 820. En revanche, pour le 835, son plus récent modèle, l'entreprise s'est contentée d'un processeur « semi-custom », probablement pour économiser sur les coûts de recherche et développement."

Il y a eu confusion sur les processeurs : Qualcomm est passé des coeurs standard ARM sur le Snapdragon 810 (qui faisaient surchauffer le processeur de manière inacceptable) à des coeurs "Custom" Kryo sur le Snapdragon 820/835 (qui sont beaucoup plus efficaces).
Qualcomm n'avait vraisemblablement pas eu le temps de terminer le développement de ses propres coeurs 64 bits pour la sortie du Snapdragon 810, d'où l'utilisation de cœurs standard.

avatar Frodon | 

Euh non, c'est le 820 qui surchauffait et se retrouver fortement bridé à forte charge, le 810 tenait lui très bien la charge.

avatar sachouba | 
avatar Rigat0n | 

Tain la vidéo du complotiste est quand même dure à regarder

avatar Un Type Vrai | 

@McDO: si je résume très interventions :
Si on est sous Android et que le téléphone lag, on est un crétin qui ne sait pas utiliser un smartphone (ordi etc.)
Si on est sous Android est que le téléphone fonctionne, on fait partie des winners
Si on est sous iOS et que le téléphone lag, c'est Apple qui programme tout ca exprès
Si on est sous iOS et que le téléphone fonctionne bien, on est un menteur...

Pas convaincu par ton argumentation à géométrie variable...

Par contre, j'ai eu un Wiko (inutilisable à cause des maj logicielle en 2 ans) et un Oppo qui fonctionne du feu de dieu depuis 2 ans. Je n'ai pas plus bidouille sur l'un sur sur l'autre... La différence, c'est que l'Oppo a Snapdragon utilisé par un grand parc de smartphone et le Wiko avait une puce super puissante, mais très peu répandue faire par NVidia...
Les maj des applis ont été catastrophique sur l'autonomie de la batterie, le téléphone chauffait bien plus etc.
Exemple avec Waze : au debut, mon Wiko se chargeait en me guidant et suivait le signal gps. 2ans plus tard, la batterie baissait rapidement, le téléphone chauffait énormément et le signal gps se prêtait tous les 3-4km.
L'erreur que j'ai fais ? Choisir un téléphone avec une puce géniale mais pas suivie...

Bref.

avatar Ghaleon111 | 

L'erreur que tu a faite était de choisir un wiko, n'importe quel connaisseurs déconseille systématiquement ces appareils
Rien a voir avec le cpu, une tablette shield avec un cpu nvidia tegra fonctionne parfaitement avec n'importe quels apps et jeux

avatar bbtom007 | 

@Ghaleon111

Si on demande un android a 200€ pour tester ?! Tu proposes quoi : huawei ? Honor ? One plus ?

avatar expertpack | 

« 7 a 120 fois plus puissant que le 7 »
alors pourquoi malgré cela et au final un iphone 8 n’est il pas 5 fois plus puissant et rapide qu’un android.
allez savoir...
cela ne se voit pas a l’usage , du tout.

avatar reborn | 

@expertpack

Où tu as vu qu'un appareil est 120 fois plus puissant que le 7 ? ?

avatar kevin14600 | 

Il y a une chose que je ne comprends pas c’est que samsung conçoit aussi ses processeur exynos alors même si androïde n’est pas à eux avec la surcouche créer il pourrait être aussi bon

avatar Zrat | 

Un truc à rajouter la révélation avec l'A7 du 5S, plus que le 64-bits c'est avant tout le passage à un CPU "wide" qui est surtout responsable de la création de l'écart entre leurs CPUs et la concurrence.

Là où les design ARM décodaient 2-3 instructions simultanées, avec l'A7, Apple est passé à la classe supérieure (de classe Core i) en pouvant décoder 6 instructions. Cela explique aussi la taille des core des Ax depuis l'A7.

Mais effectivement le point clé est que Apple ne "vend" pas ses SoC et n'a donc pas besoin d'autant ëconomiser dessus là où Qualcomm ne doit pas trop gonfler le prix de ses puces si elle veut les vendre. C'est ce qui permet par effet boule de neige de tirer vers le haut la division SoC d'Apple.
Un SoC c'est toujours un équilibre prix/perf/consommation. Si on "enlève" la composante prix, on a toutes les latitudes pour juste faire une super puce.

avatar VanZoo | 

Les trolls ne peuvent s'empêcher de déverser leur mauvaise foi !
Pourquoi les trolls viennent-ils sur un site Apple ? ?

avatar fte | 

@VanZoo

Pour troller.

avatar JimmyDrn | 

De plus la carte mère du X est la première de son genre à être « empilé », trop fort!

avatar hautelfe | 

"le constructeur peut se rattraper sur un autre élément pour encaisser le surcoût"

Euh... Cela ne me rassure pas sur l'iphone, ça... :/

avatar hautelfe | 

Je suis impatient de voir des Mac Book Air ARM, en ce qui me concerne. :)

Edité: corrigé, merci @reborn. :)

avatar reborn | 

@hautelfe

macbook air tu veux dire ??

avatar hautelfe | 

Oui. Désolé. :)

avatar reborn | 

@hautelfe

Du coup je verrais plutôt des macbook sous ARM.

Le macbook air va finir sa vie comme dans son architecture actuelle je pense.

avatar JimmyDrn | 

Les apps de l’iPhone ne sont plus mises à jours en gardant un ancien os ? C’est bizarre!

Les mises à jours de sécurité sont importantes pour un nouvel OS, mais les anciens ont été entièrement bouché.
Encore faut il qu’une faille de sécurité se faufile entre les mailles de l’appsstore,
Il ne reste souvent que le phishing qui fait des dégâts, ancienne version ou pas.

avatar DouceProp | 

Pourquoi les processeurs d’Apple sont-ils les plus rapides ?
Parce qu'il y a le logo Apple dessus.

J'ai collé une pomme sur ma tondeuse à gazon : elle va plus vite.

avatar Sergio_bzh | 

Les processeurs sont d'ailleurs tellement rapides que l'on peut même espérer qu'un jour un iPhone puisse faire une double addition du style 1+2+3 !

Vive le progrès

avatar JimmyDrn | 

Calc 2m est au moins une vraie calculette! ?
J’ai remplacé l’app d’Apple elle n’est pas pratique hormis pour les petits calculs rapide de tps en tps...

avatar fte | 

@jimmy92250

"hormis pour les petits calculs rapide de tps en tps..."

Pas trop rapides quand-même.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR