Apple savonne la planche de Spotify ?

Christophe Laporte |

Le lancement de Spotify a été reporté à plusieurs reprises aux États-Unis. La start-up suédoise qui espère lancer son service d’ici la fin de l’année, peine à finaliser les négociations notamment avec les majors..

Et il semble qu’en coulisse, Apple fasse le nécessaire pour les dissuader. La firme de Cupertino doute que ce type de services puisse générer des revenus significatifs pour les maisons de disque. Selon elle, le seul impact que cela pourrait avoir, c’est de faire baisser les ventes de musique en ligne. Quand on connait l’importance d’iTunes outre-Atlantique…

Spotify arrive de plus à un mauvais moment, le « gratuit financé par la publicité » ne fait plus rêver les majors. Le patron de la Warner, Edgar Bronfman, dit avoir perdu confiance dans ce modèle économique.

Et c’est sans doute pour cela que les négociations patinent. Les majors chercheraient à obtenir des conditions financières extrêmement favorables avant de donner le feu vert à Spotify, quitte à lui rendre la mission impossible.


avatar Muse_WTF | 
Je reste fidèle à mon Mac, mais l'attitude autoritaire d'Apple dans tous les autres domaines me donne de plus en plus la gerbe. Ils deviennent de véritables freins à l'innovation... que ce soit sur ce sujet comme sur celui des brevets. En bref, l'entreprise volontiers libertaire devient un ogre aux tendances monopolistiques. La concurrence saine et libre est la meilleure chose qui soit pour nous autres consommateurs, quelque soit notre attachement à une marque !
avatar uecic | 
Oui c'est vrai qu'Apple devient "sectaire", et j'apprécie pas du tout.
avatar Khobs | 
ils ferraient mieux de les racheter.
avatar madballnyhc | 
On pourrait avoir la source de l'article ? Parce que là comme ça, on a l'impression que ça sort de nulle part.
avatar Satoral | 
Ouais, enfin c'est pas nouveau, et c'est pas spécifique à Apple. Toutes les marques du monde, je dis bien toutes, usent de leur poids pour des petits arrangements entre amis. C'est comme ça depuis le début du commerce. Le seul truc, c'est que quand certaines s'arrangent pour pas qu'on en entende parler, d'autres sont mises au grand jour parce que ça fait du buzz… et tant bien même que les gens soient outrés (exemple : la grande distribution), personne fait rien… Après, ce qui est intéressant, c'est le gratuit financé par la pub qui est un business model qui commence très largement à perdre de sa splendeur. Au final, il n'y que très peu de gagnants, et les gagnants sont surtout ceux qui gèrent les régies de pub (Google, adMob, iAd, etc). Les prix de la pub online ont été tellement tassés, avec des coûts hyper bas par rapport à la "normalité physique" (affiche 4 par 3, campagne quotidiens, etc) qu'au final, on se rend de plus en plus compte que la gratuité par la pub ne fait qu'amasser des miettes pour 99% des intervenants du système. Et puis, adWords a gagné une notoriété à grands coups de buzz (les premiers chèques envoyés, plusieurs centaines de milliers de dollars pour 2 ou 3 sites…), ça a du pas mal jouer dans la perception du succès total d'une telle solution. Manque de bol, les interventions de webmasters qui voient leur revenu pub fondre comme neige au soleil se multiplient, certains ayant même un revenu au click inférieur à l'absolu minimum contractuel… faut dire, quand la régie pub décide que 40% des visites sont des "faux" sans donner d'explication ni ouvrir le dialogue…
avatar fabrice16 | 
Je suis toujours amusé de voir qu'Apple continue d'être prise pour une société différente des autres. Le but d'une entreprise est de vendre le maximum de produits et donc de voir sa concurrence la plus réduite possible. Tout cela est très classique et n'a rien à voir avec une crise d'autoritarisme soudain. Si Apple se laissait faire, les premiers à s'en plaindre seraient ses actionnaires, les seconds seraient ses utilisateurs qui trouveraient pour le coup qu'elle manque de réactivité. Les affaires sont les affaires ! Ne croyez-vous pas que l'indigence de l'offre vidéo sur iTunes en France, par exemple, est due au lobbyisme auquel se livrent les acteurs de la VOD déjà installés (CanalPlay…) et autres exploitant des droits ? Chacun défend ses intérêts. Normal.
avatar Switcher | 
Dans la distribution de la musique, Apple a été en avance à une époque mais aujourd'hui ils ont un train de retard. Spotify, c'est la dernière étape de la dématérialisation ( on ne stocke même plus un fichier numérique, on se contente de le consommer à distance ) Il y a de plus en plus de monde autour de moi qui ont un abonnement premium Spotify. Le son est excellent, l'accès est instantané, c'est vraiment un bon produit. Sinon j'aimerais savoir comment Apple arrive à critiquer le « gratuit financé par la publicité » de spotify, tout défendant ce même principe sur l'app store avec iAd ... Sûrement le fameux champ de distortion de Steve Jobs :)
avatar alexandre.rs | 
@ françois bayrou : Attention, Spotify permet également de stocker les titres pour pouvoir les écouter off-line. C'est ça qui rend le système génial et qui a carrément changé ma vie ! Pour 9,90€/mois, j'ai accès à tous les disques (le jour de leur sortie pour les nouveaux) que je peux écouter quand je veux, faire des playlists etc.
avatar ThoTokio | 
Apple a toujours été autoritaire et arrogante, c'est un de ces traits de caractère fort, c'est dans ces gènes et dans les gènes de Steve Jobs surtout. Et je pense même que c'est l'une des raisons majeures de son succès actuel. Apple ne laisse jamais des éléments externes lui dicter sa conduite. Ils préfèrent perdre un marche ou des clients plutôt que de renoncer à faire les choses à leur façon. Apple n'aime pas les compromis, les situations ni faites ni à faire et elle préfère différer de longtemps la réalisation d'un nouveau produit plutôt que de le sortir prématurément, mais avec un concept pas absolument abouti ! A trop vouloir faire de compromis, à essayer de satisfaire la chèvre et le chou d'autres Sté y on perdue leur âme et leur esprit. Tout cela étant englué dans une grand inertie, une lourde bureaucratie etc... Au final ils sortent des produits fades, sans intérêt de plus que le concurrent... Apple est une Start Up, elle fonctionne comme une Starr Up avec une petite équipe dirigeante qui décide de tout, et accessoirement des hordes d'employés pour appliquer les préceptes édictes. Et faut croire que ça fonctionne !!
avatar peremarj | 
Je trouve ça quand même dramatique qu'on puisse rédiger un article avec une faute grave dans le titre. "la planche à Spotify". La planche DE Spotify, c'est pas compliqué pourtant?
avatar Oh la belle Pomme | 
De là à en faire une tartine (...nom d'une planche A pain) ! ;)
avatar mikrobauten | 
Une faute comme ça dans le titre je trouve que ça vaut le coup de le signaler dans les commentaires et pas seulement par e-mail… Faut assumer les gars :)
avatar mien | 
Je ne sais pas le rôle d'Apple dans ces négociations mais toujours est-t-il qu'Apple lui même a été stoppé dans son récent projet de musique que ce soit pour les 60 secondes comme pour le streaming - donc rien d'anormal qu'il s'assure que ses concurrents auront les mêmes réponses.
avatar ronalddecosterd | 
Il n'y a pas de faute dans le titre. La planche dont il est question n'est pas la planche DE spotify, mais la planche commune de l'innovation (si je puis me permettre cette métaphore ;) ). Donc la planche sur laquelle évoluerait Apple et Spotify et Apple viendrais mettre des bâtons À Spotify. Je joue le malin mais si j'ai tord n'hésitez pas à me mettre dehors >.
avatar Helmer | 
Apple, une entreprise cool disait la pub ;-) *cynisme absolu*
avatar Willy Wonka | 
Comme le dit Hol-Rukka, il n'y avait pas de faute dans le titre car il ne disait pas que la planche appartenait à Spotify mais que Apple la savonne à qui, à Spotify. Rien à voir avec l'appartenance.
avatar chouchou | 
Spotify, il suffit qu'ils fassent une offre aux usa avec VPN inclus comprenant une connection avec un serveur suédois (genre 3 à 5$ de plus), et Apple l'aura bien profond. Comme les majors d'ailleurs.
avatar marcplemay | 
Si spotify arrive aux States, c'est la perte d'au moins 30 % de ventes sur iTunes la 1ere année ( parce qu'aux states, comme par hasard, les catalogues dipso seront bien plus etoffés qu'en Europe) Donc Apple nous la rejoue monopole menacé pret a faire n'importe quelle vacherie pour se maintenir.Classique quand on devient trop gros.
avatar jegolu | 
Qu'est ce que je suis ringard á/de continuer á/d' acheter des disques. Des vinyles en/de plus !
avatar peremarj | 
Titomate, si l'auteur avait voulu dire à qui, il n'aurait pas corriger le titre, de plus : "La start-up suédoise qui espère lancer SON service". Et si, c'est bien l'appartenance. Et prononce le toi même, ce n'est pas français "La planche à Spotify", même si ça peut vouloir dire quelque chose pour toi.

CONNEXION UTILISATEUR