Le streaming n'a pas la cote auprès des labels

Nicolas Furno |

C'est un coup dur pour Spotify, mais aussi les autres services d'écoute musicale en streaming comme Rdio, Simfy ou Napster. STHoldings gère plus de 200 labels indépendants et l'entreprise a annoncé aujourd'hui le retrait de ces labels. STHoldings a demandé à chaque label son avis et sur l'ensemble, seuls quatre labels ont décidé de rester accessibles sur Spotify et les autres.

Même si les stars les plus demandées ne sont certainement pas dans la liste des artistes qui vont disparaître de Spotify suite à cette décision, ce retrait reste très important et pourrait sans conteste porter préjudice au modèle du streaming. Les raisons avancées par STHoldings ne sont guère encourageantes : les revenus générés par Spotify et les autres sont très faibles, malgré des volumes d'écoute importants. Pis, le streaming détourne les consommateurs de l'achat traditionnel de morceaux ou d'albums, ce qui crée une situation très inconfortable pour les labels.

pascal nègreCe n'est pas la première fois que l'on entend des artistes ou labels se plaindre du modèle économique du streaming. Au début de l'année, Pascal Nègre était monté au créneau pour attaquer Spotify et Deezer (lire : Pascal Nègre brouille l'écoute) et les services concernés avaient réagi en limitant les possibilités pour les comptes gratuits (lire : Spotify serre la vis sur le gratuit). Manifestement, cela n'a pas suffi pour les labels de STHoldings. Reste à savoir si d'autres labels s'engouffreront aussi dans la brèche et quitteront le navire du streaming…

[Via : Clubic]

avatar voodoo10 | 
Voir quel titre sont concerné, j'ai pas perdu de titre dans mes playlist, une date de mise en application de cette suppression?
avatar Satoral | 
Personnellement, je t'inviterai à lire ceci, qui ne vient pas d'une major mais d'artistes indépendants : http://thecynicalmusician.com/2010/01/the-paradise-that-should-have-been/ + le résumé graphique ici : http://www.informationisbeautiful.net/2010/how-much-do-music-artists-earn-online/ Comme ça, on évacue le syndrome Pascal Nègre et on peut avoir un débat enrichissant, d'autant qu'il y a des grosses remarques à faire (notamment le fait que les revendeurs ne font que remplacer les intermédiaires et qu'encore une fois, c'est l'artiste qui se fait mettre…) Bon, là on est sur une news de holding qui gère les intérêts de 200 labels indés… mais si tu regardes l'article que j'ai mis en lien, tu te rendras compte que les points de vue se rapprochent (et en plus, ils sont chiffrés). C'est simple, streaming = plus ou moins 100 millions d'écoutes / an pour faire… le salaire minimum US. Il y a clairement quelque chose qui ne va pas dans ce modèle, surtout que Spotify n'est même pas encore rentable alors qu'ils "cassent" la rétribution artiste.
avatar freestylerr | 
"un tiens vaut mieux que deux tu l auras " à méditer pour les gourmands le piratage à finalement encore de belles années Je paie un abonnement spotify et j en suis très satisfait pour l instant à voir comment ça évolue ...
avatar pimousse42 | 
Toujours la même rengaine des Majors. J'ai un abonnement payant Spotify depuis plusieurs mois et j'en suis très satisfait. Le mérite de ce service est la diversité des choix musicaux. Utilisant cette plate forme légale, je ne me vois pas revenir à l'achat de CD et ressortir mon lecteur de Compaq Disc. J'ai acheté un élément Sonos qui est en lien avec Spotify. C'est un véritable régal. Je redécouvre ma chaîne HIFI et la musique. Pascal si tu me lis arrête de râler et innove avec les nouvelles technologies. Surtout que ces dernières marquées par la Star AC il y a eu beaucoup de "daubes musicales" dans les bacs.
avatar ylgmac | 
Une raison de plus de quitter orange et ses offres deezer premium incluses dans le forfait pour ... Passer chez Free !!!
avatar afedo | 
@sinetiq : Tout à fait du même avis !
avatar Kevelian | 
@sinetiq , tu oublie aussi un détail combien prennent les Labels sur le dos des artistes , un CD de bonne qualité coute 1.50 US$ (j’en fabrique) a quel prix tu le paye dans le commerce et combien reviens a l’artiste. Combien y vendent de CD grâce au streaming ?? Je n’utilise pas les services de streaming, mais je ne vais pas payer (même si j’en ai les moyens) les prix de voleurs que certains réclame , j’achète des disques (jazz) a des petits label , genre Blue Note qui ont des artistes qui se vendent peux, les autres des grands Label je les pirates sans gêne ni remords : ils veulent nous vider les poches c’est cool, je commence par vider leur poche. POINT BARRE et c’est pareil pour les livres, si Pascal Nègre et consorts sont pas content qu’il aille voir chez mémé si j’y suis et y peuvent dépenser les sous des contribuable (et engraisser leurs copains) avec leur Hadopi et autres trucs du genre, ça changera rien ni pour moi ni pour une grande majorité.
avatar Elyandrah | 
Donc en gros, si j'applique ta théorie (et pratique), dans un magasin on peut voler tout ce qui est de marque et mais il faut quand-même faire attention à payer tout ce qui vient du milieu artisanal... Intéressant. Les pseudos-justificatifs consistant à dire que de toute façon les labels volent les artistes me font pousser des boutons. Contrairement à ce que tu peux penser, les artistes ne sont pas salariés et la vente de disque fait partie de leurs rentrées financières. Tu voles les labels, tu voles les artistes. Je ne vois pas en quoi les pourcentages de répartition des bénéfices te concerne, ce sont les artistes qui les ont acceptées et si elles ne sont plus acceptables, c'est aux artistes de se battre pour ça.
avatar imkl | 
@puccini À qui tu répond mon ami? Si non je suis d'accord avec toi sur la majorité de ce que tu dis. Correction: sur l' App pour iPad il est impossible de voir la mise en page décalée qui montre les réponses...d'où mon erreur.
avatar Lou117 | 
Blue Note un "petit" label ? Hum... lol ok... Il appartient à EMI et c'est juste le label le plus connus dans le Jazz... Les labels cités ici ne doivent pas sortir plus de 300 ou 500 exemplaires de chaque EP en vinyle, alors en CD...
avatar Marksanders | 
@sinetiq Tout à fait. Les revenus sont faibles. Il faut donc un système hybride mélangeant streaming et vente. On pourrait imaginer un Spotify gratuit avec des restrictions dans le temps, un délai avant d'avoir l'album dessus, un nombre d'écoutes limités ou bien l'achat d'une écouté limitée via un coût faible etc. Mais les artistes ne gagneront plus beaucoup avec le CD ou la vente, les revenus doivent venir d'ailleurs, de la scène, de contrats spéciaux, de tshirts etc.
avatar imkl | 
@sinetiq 'Attachez vos ceintures : 0,78 centimes d'Euros les 1000 écoutes. ... 780€ de revenus pour 1 millions d'écoutes ! Y'a un problème non ? ' Le problème c'est que les ayants droits vivrons encore moins bien avec 0€01 pour 10 milliards d'écoutes vu que 99,9% des gens vont repasser "du coté obscur" ! C'est particulièrement dommage! Du coup partager une chanson ou un album entier via Facebook deviendra plus difficile, et l'on perdra la possibilité de faire connaitre un artiste inconnu ou un artiste oublié à ses amis. Heureusement que pour découvrir des artistes inconnus ou nouveaux, il restera toujours des endroits comme le magnifique blog de Pitchfork !
avatar Marksanders | 
Logique. Quand on paie 120€ par an ce n'est pas pour racheter des disques ensuite sauf cas exceptionnels. Soit ils rendent Spotify gratuit avec quelques restrictions pour pousser à l'achat sur iTunes, soit il est payant et c'est un nouveau mode de consommation qui remplace le CD. Mais on ne prend pas Spotify achats iTunes, ça na aucun intérêt. Personnellement, Spotify me va bien et il ne manque que quelques gros artistes dont j'avais déjà les albums, sur le reste même de petits artistes sont dispos.
avatar Lou117 | 
C'est même pire que ça, les gens qui aiment ces musiques fuient les iTunes stores et autres comme la peste, justement car ça engraisse des "gros" acteurs... C'est un raisonnement absurde mais réel. Cela dit, après ça ne tient aussi qu'à eux d'activer leur scène et faire bouger les choses. Dans les milieux que je connais, la créations de diverses stations de radio en ligne suivies de très bonnes sorties en disques ont permit de relancer le bouzin, créer de nouveaux labels, apporter du vent frais avec des jeunes artistes et une scène qui s'est crée d'elle même. Alors on est LOIN des grands noms, mais chaque évènement auto organisé remplis les clubs et petit à petit ils se font connaitre et surtout reconnaître à l'international. Je ne dis pas que c'est simple, c'est d'autant plus dur dans le rock ou 99% des groupes actuels sont totalement inintéressants et peu novateurs, mais ça peut se faire sur un marché de niche.
avatar Amnesiak | 
@ mbp, c'est exactement ça...
avatar napuconcture | 
@brihar iTunes europe est aussi localisé au luxembourg, je suppose que lorsque Google Music sortira en Europe cela sera pareil. Plusieurs SSII, cabinets d'archi, et même petits assembleurs de provinces que je connais ont leur siège au luxembourg. Dans mon entourage proche cela se fait beaucoup, il n'y a guère que 2-3 idéalistes qui restent en france.
avatar Albin22 | 
"de province" C'est à dire ? Brest? Nantes? Lille? Nancy? Bordeaux? Dijon? Lyon? Marseille? Toulouse? J'espère au moins que tu as l'excuse d'avoir été élevé à Paris à coup de JT, pour qu'à tes yeux tout le reste de la France ne soit qu'un petit champs de pequenots à rassembler sous le terme de "province"...
avatar napuconcture | 
Savoie/Haute Savoie/Ain
avatar Albin22 | 
Tiens ben on est pas très loin alors. Pitié, laisse ce terme méprisant aux parisiens les plus condescendants...
avatar jutre | 
La création contemporaine doit être payée. Elle est consommée, et les artistes doivent, comme tout le monde, remplir leurs frigos. Si vous voulez de la culture pour tous (culture gratuite), dirigez-vous vers la culture sans ayant droit sur le net.
avatar napuconcture | 
Les solutions d'autoédition sur des plateformes très populaires comme itunes, amazon et peut etre bientot google ne vont elle pas changer la donne ? Il me semble que google propose des "kit promo" avec de la mise en avant des pubs en lignes etc... Les artistes devraient se regrouper en syndicats pour négocier directement les ratio avec les itunes etc...
avatar tigre2010 | 
Spotify, connais pas. Pour la part ce qui manquerait a iTune , ce serait des raccourci pour acheter les musiques a l'écoute.

CONNEXION UTILISATEUR