Brexit : N26 va quitter le Royaume-Uni et fermer tous les comptes dans le pays

Stéphane Moussie |

N26, qui s'est récemment enorgueilli d'avoir 5 millions d'utilisateurs dans le monde, va devoir en soustraire un certain nombre. La néobanque vient d'annoncer qu'en raison du Brexit, sa licence bancaire européenne ne lui permettait plus d'opérer au Royaume-Uni et qu'elle allait donc quitter ce marché. Tous les comptes britanniques seront fermés au cours des prochains mois.

Image N26

N26 assure que ce départ n'entame en rien sa volonté de se développer à travers le monde, en particulier en Europe et aux États-Unis, où elle a posé ses valises l'année dernière.

Le grand concurrent Revolut ne risque pas de quitter le Royaume-Uni pour sa part, car il est basé à Londres. Pour pouvoir continuer à proposer ses services à tous les clients européens, Revolut a mis en place une entité agréée dans l’Espace économique européen, Revolut Payments UAB. Revolut vient d'ailleurs d'ajouter une nouvelle fonctionnalité outre-Manche qui permet d'agréger ses comptes externes dans l'app.

Mise à jour à 17h51 : Dans un communiqué très bref, la néobanque Bunq indique à ses clients britanniques qu'elle n'a pour sa part aucune raison de quitter le Royaume-Uni.

avatar Derw | 

@pagaupa

Le constat de paupérisation, je le fais aussi. Mais il est multifactoriel ! Il y a probablement une inflation accrue sur les produits courants, mais il y aussi l’inflation de l’immobilier (qui est mal pondéré dans le calcul standard de l’INSEE), l’augmentation des charges à cause des abonnements divers et variés, l’augmentation salariale qui ne suit pas l’inflation, l’augmentation des coûts liés aux véhicules qui impacte les ruraux et les banlieusards, la suppression des services d’état, le modèle sociétal qui pousse à la consommation et donc au surendettement...

avatar pagaupa | 

@Derw

Donc on est d’accord...
L’insee marche sur la tête .

avatar pagaupa | 

On ne peut pas dire que cette banque se bat pour rester en angleterre...non! Elle se barre! Mdr...
Quand je pense qu’ici cettains ne prêchent que pour elle!

avatar Sindanárië | 

@pagaupa

Justement! Ils te diront avec plein d’arguments posés/réfléchis/argumentés/avec des chiffres/des colonnes/des camemberts/courbes, que c’est une banque indépendante, qui part quand elle en a envie, et ne cherche pas à profiter du du système, etc etc.
Tu sais, les gens.... m’voyez 😬

avatar pagaupa | 

@Sindanárië

Ils peuvent me dire ce qu’ils veulent. En matière de fric et surtout lorsqu’il est à la banque je n’écoute que moi 😜

avatar IOS14 | 

Je ne suis pas le seul et nous sommes de plus en plus à vouloir que la France sorte de l'UE. Tout ne peut pas se faire en même temps mais la sortie de l'OTAN est aussi voulu.

avatar Sindanárië | 

@IOS14

Ce serait une très bonne chose, ça relancerait le marché de la production locale, le commerce de proximité, puis celui de petits territoires de plus en plus autonomes, de petites seigneuries, dès octrois... et surtout relancer la construction/restauration du château fort, marché d’envergure qui était en plein marasme !

😬

avatar Trixie | 

Autant je suis pour l’UE. Autant je n’aime pas l’argument des pro-UE en disant «  sans l’UE la France serait riquiqui «. Non. La France c’est la sixième puissance économique mondiale, une puissance militaire de première ordre et une puissance nucléaire. Qui plus est, elle a la capacité spatiale la plus développé en Europe. Avant la mise en place de l’euro, la France était la 4ème puissance économique mondiale.
Alors oui, les pays qui sont devant nous économiquement ( USA, Chine, Japon, Inde, Allemagne) sont plus peuplés. Et cela relativise notre très bonne place, n’en déplaise aux declinistes. Oui l’UE apporte du poids à la France lors des négociations. Mais les négociations se font quasiment toutes au nom de l’UE.
Je doute fortement que la France sans moins bien hors UE que dedans.
Cela pourrait même être l’occasion de développer encore plus de poche et de politique libérale. Malheureusement, avec la mentalité pourrie bien sovietico-gauchiste qui gangrène une grosse partie de la population incapable de vivre sans l’Etat et voulant que les actifs paient tout, que l’on ponctionnent tout à ceux qui réussissent, cela risque d’être difficile. Le seul problème de la France, c’est les Français et leur mentalité de merde d’assisté rêvant d’une utopie communiste, détestant les riches mais voulant tous l’être.

avatar rua negundo | 

@Trixie

Où là ! Ça partait bien, discours argumenté, courtois. Et puis ça finit en insultes 😟

avatar warmac33 | 

@Trixie

Tellement vrai...

avatar adrien1987 | 

Mais du coup si nous ne sommes pas britannique, on peux continuer à utiliser notre carte la bas ?

avatar Chriscatfr | 

C’est surtout que Monzo et Starling sont si populaires que c’est dur de trouver des jeunes qui l’ont pas. Donc ils ont pas du trouver beaucoup de clients.

Et l’interface de N26 donne l’impression qu’elle ne fait pas 10% de ce que Monzo peut faire. On a été si déçus qu’on y a jamais mis 1£ dessus.

avatar La Bulle | 

Fait ch... Un fait tout bête (N26 quitte le Royaume-Uni) (Ce ne sont pas les seuls, en passant) et on doit se cogner tous les trolls eurosceptiques qui nous balancent leur évangile à deux balles. J’adore en particulier le culte du référendum. Savez-vous à quel question les Britanniques ont répondu? "Should the United Kingdom leave the European Union or remain in the European Union?"
Ils n’ont pas voté sur un texte législatif comme en France, non, ils ont répondu à une question de café du commerce. Au Royaume-Uni, c’est le Parlement qui est souverain, pas le peuple, souvenez-vous en. Ce référendum n’avait comme valeur que d’orienter les travaux du Parlement et du cabinet et techniquement, on aurait pu s’asseoir dessus.
La classe politique au Royaume-Uni est composée d’amateurs sortis de public schools, où ils ont fait connaissance à l’enfance, pour faire les cons et claquer l’argent de papa et se bourrer la g... dans des machins genre Bullingdon Club. Ces gens ne pensent qu’au fric et je ne comprends toujours pas pourquoi les gens paupérisés à l’extrême au nord de l’Angleterre les ont suivi. Le peuple dont vous parlez, c’est la City de Londres, qui rêve d’un paradis fiscal à la porte de l’Europe, sans la solidarité et les obligations qui allaient avec l’appartenance à l’UE.
Les mecs, arrêtez de parler d’autre chose que d’ordinateurs et économisez votre salive (ou le bout de vos doigts)

avatar thierry37 | 

@La Bulle

Tu as carrément raison.
Ça a été long de défiler tout en bas des 100 messages pour lire quelques choses sur N26 et la News. 😊

avatar oomu | 

vous vous prenez la tête sur la Raison, le Respect et la Connaissance quand on prend des décisions gigantesques et extraordinairement technique (l'adhésion a une alliance avec des nations en centaine de millions d'individus, par exemple)

mais il faut se rappeler qu'on peut se fourvoyer en TOTALE connaissance des choses (parce qu'on a une autre priorité), qu'on peut se fourvoyer idéologiquement (rien à foutre des conséquences, on VEUT un BUT !), se fourvoyer par idéal (on croyait qu'il y aurait des knackis pour tous), par religion (plus important que tout le reste, hors de question de la diluer !), par intérêt mesquin (on fout en l'air la vie de cet autrui là et je reprends sa terre, mouhahaha) etc.

Typiquement, le monde rural ou classe populaire ne voient pas l'intérêt de ces entités supra-nationales, car de leur point de vue, ces entités n'améliorent pas leur quotidien, pire elles peuvent se retourner contre l'intérêt des classes populaires quand il s'agit d'imposer une nouvelle ligne idéologique.

A l'inverse, l'urbain, immergé dans un tissu professionnel-global (je bosse avec des indiens et des chinois par exemple) voit _quotidiennement_ l'intérêt d'un monde global et simplifié, quel que soit les frictions à vaincre. Il est aussi habitué de voir constamment des travailleurs et une activité économique du monde entier. Paris et l'ile de France est un bon exemple : c'est ultra dynamique.

Mais tout cela, quand je suis en Corse, je m'en fous un peu et je veux surtout un IRM dans la clinique ! Alors elle se bouge le cul là l'UE, leurs FMI et leurs saAAAAaatellites ?

En somme, hormis les fanascistes (irrécupérables, viciés de nature), les gens seraient bien plus convaincus et prompt à voter des "oui je reste, oui je viens" s'ils y gagnaient quelque chose de _concret_.

Cela dit, le Royaume Unis avait besoin de sortir de l'UE. Ils y ont jamais pleinement adhéré, ils ont toujours été cher et problématique à garder, ils ont besoin de revivre leur poids dans le monde.

avatar oomu | 

"“Cette article n’expose que l’avis de celui qui l’a écrit.. explique moi alors qu’ils avaient la possibilité de bloquer le Brexit aux élections provoquées 3 ans après ils ont voté en faveur du parti favorable à la sortie ?”"

populisme, dont une importante frange de la Grande Bretagne a besoin après la rigueur, la récession et les coûts sur les services publics après des hasardeuses aventures comme irak 2

déconfiture totale de l'opposition dite de "gauche" (pour un français), embourbée avec soit des gens sans charisme aucun et l'incapacité de se positionner clairement sur ce qu'ils veulent et pour l'intérêt des citoyens du Royaume Unis. En particulier, ils ont été maladroit vis à vis de l'électorat en grande-bretagne qui a eu le sentiment comme en France de se faire imposer des choses contre leur intérêt propre.

Bref, ça vote ceux qui disent "on est là pour vous et QUE pour vous, les autres rien à foutre !".

Il n'est pas certain que quand ils votent pour les conservateurs, ils votent aussi pour foutre le camps de l'UE n'importe comment. Ils peuvent très bien voter pour les conservateurs MALGRE CELA parce qu'ils estiment que les conservateurs vont être à LEUR service, pas à celui du monde extérieur.

avatar pagaupa | 

À tous vous lire, je me dis que l’UE a un sacré boulot de communication à faire...
En tous cas, je sais une chose. C’est que je suis arrivé à faire appliquer par mon employeur une décision d’indemnisation de l’UE qu’il refusait de me faire...
Une circulaire bien cachée de mon employeur...

avatar macker | 

Faudrait rappeler aux pro européens que la France avait décider de ne pas en être par référendum. La seule différence c'est que le choix du peuple a été bafoué.

Pour n26 faut vraiment être un pigeon pour croire à l'argument brexit...

avatar pagaupa | 

@macker

Effectivement ! Bon rappel!
Mais en France, on s’en fout du peuple! Et particulièrement ces temps-ci...

avatar La Bulle | 

@macker

C’est complètement faux.

La France a rejeté en 2005 le traité établissant une constitution pour l’Europe. Le traité actuel, celui de Lisbonne entré en vigueur en 2009, est une révision du traité de Maastricht, qui, lui a été entre autres adopté par référendum en 1992.

C’est bien d’affirmer des trucs faux de manière aussi péremptoire, mais outre le fait que ça n’a absolument rien à voir avec N26, c’est surtout le fait de donner l’idée qu’on vit dans une dictature qui ne tient pas compte de l’opinion des citoyens qui m’énerve au plus haut point.

L’effet du référendum de 2005 a été tel qu’à la suite du référendum français (et accessoirement néerlandais), le processus a été bloqué définitivement, alors que l’ensemble des pays auquel il a été soumis (en gros, il ne restait que le Royaume-Uni, la Slovaquie et la République Tchèque, l’Allemagne l’ayant approuvé mais attendait la promulgation de la ratification par le président de la République) l’ont approuvé. L’impact du non a été si violent qui plus de 400 millions de personnes qui y adhéraient ont décidé de s’aligner sur la France – pour le pire, soit dit en passant. Les gens qui racontent qu’on s’est assis sur leur vote n’ont fait qu’écouter le candidat Sarkozy qui prétendait qu’il ferait adopter un « mini-traité » (on voit qu’il n’avait pas participé aux négociations...) alors que les négociations étaient déjà en cours. Lisbonne est un replâtrage de Maastricht et de ses révisions (Nice et Amsterdam).

Et surtout, en 2005, on a roulé les français dans ma farine en leur expliquant, comme Chouard, qu’il y avait un plan B. Les gens ont surtout voté contre Chirac et on a tout gagné : Chirac est resté et l’UE est quasi restée telle quelle. À l’époque, j’adorais les mecs qui me disaient qu’ils avaient lu le traité et qu’ils étaient capables de justifier leur rejet... sans savoir de quoi on partait, sans savoir où on allait.

Ça me fait penser à Tim Cook débarquant chez la commissaire Vestager en la prenant de haut, lui expliquant son boulot, et se prenant un redressement fiscal de 13 milliards quelques semaines après. Lui aussi savait comment marche l’UE – et ça ne leur a pas suffi, puisqu’Apple a recommencé cet automne devant la cour de justice de l’UE, avec des avocats se la petant devant des micros...

avatar pagaupa | 

@La Bulle

Tu as beau expliquer ce que tu veux le fait est que la commission européenne a une image désastreuse et pour plusieurs raisons.
Tant que sa communication sera aussi nulle et tant que les états traineront des pieds pour appliquer les directives, on ne pourra assister qu’à un rejet croissant.

avatar La Bulle | 

@pagaupa

Sur la communication, force est d’avouer que tu as totalement raison, d’autant que c’est un sujet plutôt facile. Tu me diras, il y a pire : le Conseil...

Mais limiter l’UE à la Commission est une erreur. C’est un peu comme si on limitait les services publics au Gouvernement. L’UE, c’est d’abord les États membres et leurs citoyens. Puis le Conseil européen, qui rassemble les chefs d’Etat et de gouvernement, qui fixent les orientations : elles sont à l’image de la majorité politique des États et de leur poids – par ordre de poids, la France, l’Allemagne (elle ne va pas fort politiquement ces temps-ci), l’Italie en tête, suivi par l’Espagne, la Pologne et les quatre autres fondateurs. Puis le Parlement, qui représente les citoyens, et le Conseil, qui représente les gouvernements, et qui votent les lois. La Commission, qui propose les lois orientées par le Conseil européen et qui les appliquent, notamment en faisant des chèques.

En gros, la Commission ne fait rien que les peuples et leurs dirigeants n’ont décidé auparavant, sous le contrôle de la Cour de justice et de la Cour des comptes. Il ne faut pas oublier que les collectivités territoriales donnent une opinion au sein du Comité des régions et que les syndicats de travailleurs et patronaux se retrouvent au Comité économique et social. Il y a une diplomatie, le SEAE, une banque centrale et une banque d’investissement, qui finance des milliards d’euros en projets innovants, notamment grâce au plan Juncker de 500 milliards d’euros depuis 2014, et qui va être renouvelé pour le climat.

Faire marcher tout cela est du domaine de l’exploit au quotidien, d’autant que le budget de fonctionnement est microscopique, qu’il y a relativement peu de personnel (la Commission a moins de personnel que la Ville de Paris, par exemple) et que les États réduisent les moyens tout en accroissant les missions.

Voilà, cher Pagaupa, j’espère avoir contribué à limiter les errances de communication de la Commission. Précision : je ne travaille pas à la Commission !

avatar Plastivore | 

Je rebondis sur le commentaire de @Chriscatfr: c'est totalement ça ! Le marché bancaire au Royaume-Uni est très différent du marché français et beaucoup plus concurrentiel. Les comptes courants gratuits avec une carte internationale gratuite sans frais à l'utilisation des DAB des autres banques (bon, qui prélève des frais à l'étranger en général, il faut pas déconner quand même) est le compte de base et quasiment toutes les banques physiques proposent ce genre de compte (alors que la carte gratuite en France n'est quasiment proposée que par les néobanques - et encore, généralement sous condition de revenus, de dépôt ou de dépenses minimum).

Des banques comme Revolut, Starling ou surtout Monzo (hyper populaire !) se démarquent principalement par la gratuité des achats et retraits à l'étranger (limité à 200£/mois pour les retraits chez Monzo), et les petits plus apportés par leurs apps pour la gestion. Et dans le cas de Monzo, on peut se passer de PayPal, on peut se faire directement payer par carte via une page dédiée. Et puis l'énorme avantage des néobanques locales est qu'elles permettent le dépôt d'espèces aux agences Post Office (comme quasiment toutes les banques en ligne, chose que ne permet pas N26 il me semble), et aux Pay Points pour Monzo (sorte d'équivalent du relais colis pour payer ses factures, ajouter du crédit à son téléphone prépayé, etc, dans quasiment tous les supermarchés, même le petit truc au coin de la rue).

En comparaison, N26 n'est pas à la hauteur pour le marché britannique. C'est une banque qui a du sens sur le continent, mais qui n'apporte franchement pas grand chose ici. Les seules personnes que je connais avec un compte N26 sont français ou allemands et l'utilisent pour des opérations sur le continent. Ils ne doivent franchement pas avoir beaucoup de clients UK, et ont dû estimer que ça ne valait pas le coup d'obtenir une licence britannique pour si peu.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR