Financement du cinéma : les services de streaming verseront jusqu'à 25% des revenus réalisés en France

Mickaël Bazoge |

Avant de s'entendre sur la chronologie des médias, un sujet épineux en négociations depuis des mois, le ministère de la Culture a obtenu que les plateformes de vidéo à la demande étrangères participent davantage au financement de la production audiovisuelle française et européenne. L'objectif est que les Netflix, Disney+, Prime Video et autre Apple TV+ respectent les mêmes règles que les services établis en France.

Crédit : Jan Vašek.

Dans le détail, ces plateformes devront consacrer au moins 20% du chiffre d'affaires réalisé en France « au financement de la production d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles européennes ou d’expression originale française », précise un communiqué de la rue de Valois. Le taux passe à 25% pour les services proposant des films de cinéma dans les 12 mois suivant leur sortie en salles.

Cette obligation est désormais inscrite dans le décret relatif aux services de médias audiovisuels à la demande (SMAD) paru ce 23 juin au Journal officiel, avec une entrée en vigueur programmée pour le 1er juillet. Le ministère insiste sur le fait que des clauses de diversité empêcheront les plateformes de financer uniquement des films à gros budgets ou de certains genres plutôt que d'autres. Une convention sera signée avec le CSA pour s'en assurer.

« Ce décret (…) permettra d’accroître de manière significative les financements de la production audiovisuelle et cinématographique européenne et française », selon le ministère de la Culture.

En contrepartie de ces investissements, les plateformes vont donc gagner la possibilité de diffuser des films de cinéma beaucoup plus tôt que les 36 mois actuels. C'est le gros chantier toujours en cours entre tous les acteurs, et certains se font plus tirer l'oreille que d'autres. C'est le cas de Canal+, grand argentier du cinéma français (160 millions d'euros par an), qui redoute le calendrier actuellement sur la table.

Le groupe audiovisuel peut diffuser des films entre 6 à 8 mois après leur sortie au cinéma. La chronologie telle qu'elle est proposée rapprocherait la fenêtre de diffusion de Canal d'avec celle des plateformes de streaming (12 mois). L'entreprise exige un délai plus court entre l'exploitation salles et la diffusion dans sa grille, entre 3 à 4 mois. Et pour faire pression sur les négociations, Canal menace tout simplement de quitter la TNT et de devenir à son tour une plateforme, ce qui débarrasserait la chaîne de toutes obligations envers le cinéma…

On est dans la dernière ligne droite, le gouvernement voulant que toutes les pièces du puzzle se mettent en place le 1er juillet, aussi bien l'obligation de financement des plateformes que la nouvelle chronologie des médias.

S'y retrouver dans la chronologie des médias actuelle

Après la sortie d'un film au cinéma, il faut attendre :

  • 4 mois pour pouvoir l'acheter sur un support physique (DVD ou Blu-ray) ou en VOD (sur iTunes par exemple) ;
  • 8 mois pour la télévision payante ayant signé un accord avec les organisations de cinéma (Canal+, OCS) ;
  • 17 mois pour les autres chaînes payantes ;
  • 22 mois pour les chaînes gratuites ;
  • 36 mois pour les plateformes de VOD sur abonnement (type Netflix) ;
  • 44 mois pour les services à la demande gratuit (YouTube).

À cela s'ajoute une distinction pour les films ayant enregistré moins de 100 000 entrées, pour lesquels les délais entre chacune des fenêtres sont plus courts.


avatar brucewayne | 

Dany Boon et tous ses potes surpayés pour jouer dans des films jamais rentables sont très heureux de cette nouvelle.

Pendant ce temps , Netflix continue de fournir des productions européennes / françaises originales

avatar Fego007 | 

@brucewayne

Je n’aurais pas dit mieux …
Au lieu de s’intéresser au fond du problème ..
bref encore des mesurettes

avatar whocancatchme | 

@brucewayne

Tu as oublié « jamais rentable ….et nul à ***** » 👆😄

avatar MarcMame | 

@brucewayne

"Dany Boon et tous ses potes surpayés pour jouer dans des films jamais rentables sont très heureux de cette nouvelle.
Pendant ce temps , Netflix continue de fournir des productions européennes / françaises originales"

———-
Je suis toujours aussi fasciné par les gens qui sont si peu fiers de notre industrie cinématographique et audiovisuelle et patriotes pour finir.
La France ne veut plus rien dire pour les gens comme toi.

Triste

avatar IceWizard | 

@MarcMame

« Je suis toujours aussi fasciné par les gens qui sont si peu fiers de notre industrie cinématographique et audiovisuelle et patriotes pour finir.
La France ne veut plus rien dire pour les gens comme toi. »

Si la France pour toi, c’est crier France Uber Ales à chaque production made in French, quelque soit sa qualité, c’est que tu n’as pas compris quelques concepts comme la démocratie et la liberté de penser.

D’ailleurs les gens qui parlent de la France, de la grandeur française et de patriotisme n’accordent aucune importance aux citoyens français, et aux gens en général, sauf pour stigmatiser les individus non conformes à un stéréotype culturel.

avatar MarcMame | 

@IceWizard

Tu es mûr pour prendre ta carte chez Melanchon.

avatar MarcMame | 

@IceWizard

"Si la France pour toi, c’est crier France Uber Ales à chaque production made in French, quelque soit sa qualité, c’est que tu n’as pas compris quelques concepts comme la démocratie et la liberté de penser."

Comme Melanchon.
Les gentils de mon côté, les méchants de l’autre.
Tout est blanc ou noir, le gris n’existe pas.
La république, c’est LUI.
👍🏼👌🏼

avatar IceWizard | 

@MarcMame

« Tout est blanc ou noir, le gris n’existe pas.
La république, c’est LUI. « 

Il n’y a pas grande différence entre toi et Mélanchon. Vous êtes tous les deux coincés en 1921, toi dans le rôle identitaire de « Foi, Ordre et Patrie ». Lui dans celui du bolchevique génocidaire voulant tout casser.

Vous êtes les deux faces de l’extrémisme identitaire, basé sur la notion de pureté idéologique et de mépris haineux envers les impurs.

avatar apaisant | 

@IceWizard

Mélenchon*

avatar IceWizard | 

@apaisant

Seulement quand il le méritera !

avatar fredsoo | 

@MarcMame

On peut être fier de la France, mais pas forcément pour son cinéma. Le patriotisme ne doit pas rendre aveugle.

avatar MarcMame | 

@brucewayne

"Pendant ce temps , Netflix continue de fournir des productions européennes / françaises originales"

———
Ils le font parce qu’ils n’ont pas le choix mais vu que tu le mentionnes, tu fais en même temps état de ton ignorance crasse sur le sujet.

avatar Paquito06 | 

@brucewayne

"Dany Boon et tous ses potes surpayés pour jouer dans des films jamais rentables sont très heureux de cette nouvelle."

Je suis pas fin connaisseur du taux de rentabilite d’une partie infime du cinema francais que represente Dany Boon, mais ton commentaire a agité ma curiosite. Je pense donc que c’etait ironique, car si je regarde les films (m’interesse au succes serait plus juste) de Boon, en tant que realisateur car on va pas y passer la journee, ils sont tous rentables, aucun flop (chtite famille, raid dingue, supercondriaque, rien a declarer, bienvenue chez les chtis). Avec la palme pour le dernier, autour de 600%. Apres, comme l’ont fait remarquer certains lecteurs dans les commentaires, l’exception culturelle francaise ne se limite pas a Boon et Clavier fort heureusement 😩

avatar Lu Canneberges | 

@Paquito06

+1

avatar fredsoo | 

@brucewayne

Exact…. Quand on voit les films de merde, avec leurs pseudos stars…. En plus, il n’y a que des gosses à papa ou maman du show-business. Tout le monde baise ensemble, dans deux générations le taux de consanguinité sera maximum, bonjour les dégâts…

avatar Silverscreen | 

Quelque chose m’interpelle : AppleTV+ ne diffuse pas de films sortis au cinéma donc ils n’en ont rien à battre de la chronologie des medias…
Du coup, pourquoi ils financeraient un service qui n’a aucun rapport avec eux…

avatar redchou | 

@Silverscreen

C’est comme ça… C’est un peu comme les impôts, c’est une notion difficile à comprendre…

avatar MarcMame | 

@redchou

"C’est comme ça… C’est un peu comme les impôts, c’est une notion difficile à comprendre…"

——
Le rapport entres impôts et industries du cinéma ?

avatar redchou | 

@MarcMame

Le financement, qu’ils diffusent ou pas de film on s’en fou…
C’est comme les impôts, on ne paye pas en fonction de ce qu’on utilise…

avatar IceWizard | 

@Silverscreen

« Quelque chose m’interpelle : AppleTV+ ne diffuse pas de films sortis au cinéma donc ils n’en ont rien à battre de la chronologie des medias…
Du coup, pourquoi ils financeraient un service qui n’a aucun rapport avec eux… »

Tu n’as pas compris.

Les chaînes de streaming sans diffusion au cinéma français comme AppleTV+ et NetFlix devront payer 20% de leurs revenus. Aucun rapport avec la chronologie des médias.

Je présume qu’il en sera de même pour les chaînes spécialisés comme Wakanim, qui ne propose que des séries japonaises de mangas.

Les diffuseurs en streaming proposant des films projetés en salle, donc soumis à la chronologie des médias devront payer 25% et auront une réduction sur les limitations des dates de diffusion.

L’état n’allait pas rater une occasion de lever une taxe sur les purs players du streaming !

avatar jean512 | 

Parce que quand tu as de l'argent en france tu dois en reverser une bonne partie.

avatar Mickaël Bazoge | 
En fait tu as un exemple du problème que ça pose en France. Le film animé Wolfwalkers est pas dispo sur ATV+ en France parce qu'il devait être distribué au cinéma ici. Du coup le Covid est arrivé et je crois pas qu'il soit jamais sorti en salles, mais toujours est-il que le film est visible partout sauf ici.
avatar MarcMame | 

@MickaelBazoge

"mais toujours est-il que le film est visible partout sauf ici."

———-
Et ?
Le protectionnisme c’est le grand mal ?

avatar Mickaël Bazoge | 

@MarcMame

J’ai dit ça moi ?

avatar MarcMame | 

@MickaelBazoge

"J’ai dit ça moi ?"

J’appelle ça un sous-entendu.

avatar Paquito06 | 

@MarcMame

"Le protectionnisme c’est le grand mal ?"

Seulement si tu veux prospérer.

avatar Lu Canneberges | 

@MickaelBazoge

Ah c’est dommage ça :/ il avait l’air très beau et je voulais le regarder, je comprends pourquoi je ne le trouvais pas… :/

avatar Ormagan | 

Si c’est 20 à 25% du chiffre d’affaires, ça n’a rien à voir avec 25% des revenus…

avatar Paul Position | 

@Ormagan

Les revenus c'est le CA, pas le bénéfice...

avatar raoolito | 

@Paul Position

c'est ce qu'il dit il me semble
et ca fait une sacrée manne

avatar Bobu77 | 

Sinon ils ne paient rien et continuent d'investir 100% dans leurs propres séries et films 🤷🏻

avatar Lu Canneberges | 

« Et pour faire pression sur les négociations, Canal menace tout simplement de quitter la TNT et de devenir à son tour une plateforme, ce qui débarrasserait la chaîne de toutes obligations envers le cinéma… »

C’est culotté, osé, bien joué… mais je ne vois vraiment pas Canal+ renoncer à être accessible sur la télé de tout le monde, quand la plupart des personnes âgées qui regardent la télé n’ont pas d’appareil connecté et ne sauraient pas s’en servir…

avatar Paul Sernine | 

@Lu Canneberges

Ils viennent bien de renoncer au foot. Pr ailleurs leur séries originales cartonnent

avatar Lu Canneberges | 

@Paul Sernine

Effectivement, si Canal abandonne le foot, et après avoir enterré Guignols, Grand et Petit journal, été. Bolloré pourra finir son savage en balançant ce qu’il reste d’information/divertissement sur CNEWS/C8 (ça devient même logique et bien organisé), et faisant de Canal un lieu uniquement dédié au cinéma et aux séries, ça ferait un super découpage en 3 domaines racisme/stupidités/culture ^^’

Plus Europe 1 pour ajoute un Fox News format radio au PAF qui en manquait terriblement…

avatar idhem59 | 

"je ne vois vraiment pas Canal+ renoncer à être accessible sur la télé de tout le monde"

C'est pourtant déjà de plus en plus le cas.

Les programmes en clair sur la TNT sont de plus en plus rares, l'abonnement via la TNT n'est plus proposé explicitement, et l'écrasante majorité des services proposés par Canal le sont désormais uniquement via leur plateforme myCanal (chaines thématique, plateforme de vidéo à la demande, etc).

Même en ce qui concerne le satellite, Canal pousse de plus en plus les nouveaux clients à passer par OTT. Offre satellite qui d'ailleurs réclame une connexion internet pour tout ce qui n'est pas TV linéaire en direct.

avatar Lu Canneberges | 

C’est génial que l’on continue à avancer et innover, au pays qui a inventé l’exception culturelle après 1945 et a réussi à l’imposer au monde entier via le GATT en 1993 puis l’OMC en 1995 !

D’ailleurs en ce moment même il y a une loi en vote au Canada qui imposerait des quotas aussi, et les lecteurs amerloques de 9to5Mac sont en train de hurler au marxisme-léninisme et à la mort du Canada (qu’il faudrait même annexer selon eux…) et on dirait qu’ils n’ont aucune idée de l’existence de l’Europe ou de l’intérêt d’avoir une offre culturelle venant de plusieurs langues, origines et mythologies…

À voir si ça évolue positivement !

avatar Lu Canneberges | 

Par contre : « ces plateformes devront consacrer au moins 20% du chiffre d'affaires réalisé en France « au financement de la production d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles européennes ou d’expression originale française » », c’est moi ou c’est extrêmement timide, modeste voire médiocre ce chiffre de 20% surtout s’il englobe tout l’Europe (avec ou sans le Brexit ?!).

Quand on sait que la loi européenne c’est 30% de contenu européen, on devrait demander aussi 30% du chiffre d’affaire, sinon on considère que les produits locales devraient être sous-financées d’un tiers, le meilleur moyen de ne pas pouvoir rivaliser avec les blockbusters états-uniens…

Pis tant que la question du Royaume-Uni n’est pas réglée il y aura une énorme concurrence déloyale, un gros trou dans la raquette, et un gigantesque passager clandestin : grâce à sa langue anglaise et à ses acteurs et actrices stars mondiales, et surtout le fait de marcher dans l’ombre des États-Unis… il est beaucoup plus facile d’exporter des séries British, et là on va arriver dans une situation où la création britannique va recevoir de l’argent mandaté par l’UE mais sans que le RU partage, bénéficiant des avantages européens mais sans en supporter les coûts et responsabilités, en somme se comporter comme le même enfant pourri-gâté colérique, égoïste et hypocrite depuis 40 ans…

Vivement qu’on vire le Royaume-Uni de tous les mécanismes et organisme dont il bénéficie impunément sans contribuer…!

avatar toto_tutute | 

@ Lu Canneberges

Il me semble avoir lu que le R.-U. était fort heureusement exclue dans le quota d'œuvres européennes imposé aux plateformes.

Il me semble également que la législation française parle aussi d'œuvres d'expression française.

Tout ça est complexe mais je ne me fais pas trop d'inquiétude, le pouvoir politique français, quelque soit son bord, a toujours eu à cœur de défendre la création audiovisuelle française.

avatar Paul Sernine | 

@toto_tutute

Hélas non : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/la-chronique-de-benaouda-abdedda%C3%AFm/id1245199189?i=1000526359157

C’est plus complexe que cela (comme toujours)

avatar Lu Canneberges | 

@toto_tutute

Ah ? Tu as lu ça où ? Ça m’intéresse beaucoup !
Parce que de mon côté j’ai toujours lu que les œuvres britanniques compteraient dans les 30% ce qui limitait pas mal son intérêt… :/

avatar jleblanc2001 | 

⚠️ Alerte aux remarques de boomer de type le cinéma français c’est de la merde.
Je rappelle que ceux qui disent ça ne sont pas ceux qui vont au cinéma
Ces remarques sont les mêmes que les fameux « je ne suis pas médecin mais … »

avatar raoolito | 

@jleblanc2001

vous noterez qu'on a affaire aux memes qui étaient microbiologistes expérimentés ya pas si longtemps, ce sont également des financiers hors pair, des professionnels de l'audio visuel, des dictionnaires sur le design industriel, des eco-ingenieurs, des responsables de multinationales, des spécialistes en ui, des analystes en domotique, des statisticiens en pandémie, des…
Aujourd'hui ils mettent donc en avant leur multiples doctorats en cinéma.

avatar duke_fsc | 

@raoolito

C’est ce qu’on appelle…. L’ultracrépidarianisme.

avatar raoolito | 

@duke_fsc

l'art de parler de ce qu'on ne connait pas
tout à fait!
mais ils vous répondront que mettre en doute leurs diplômes et connaissances c'est justement refuser la parole des vrais sages ( formés aux news alternatives)

avatar IceWizard | 

@raoolito

Allez mon gars, c’est le moment de nous raconter tes émois artistiques devant la série Marseille ! De nous parler de la qualité du scénario, de la finesse d’interprétation et de la subtilité d’une œuvre intemporelle ..

avatar raoolito | 

@IceWizard

chef d'œuvre, monsieur, un master piece!

avatar IceWizard | 

@raoolito

“chef d'œuvre, monsieur, un master piece!”

Tu parles de la sardine dans le port, non ?

avatar raoolito | 

@IceWizard

celle la et meme l'autre ( yen a plusieurs dans le port en fait)

avatar IceWizard | 

@raoolito

« celle la et meme l'autre ( yen a plusieurs dans le port en fait) »

Pas les sardines, mais celle péché par Marius, qui devenait de plus en plus grosse chaque fois qu’il le racontait, jusqu’à devenir assez énorme pour bloquer le port de Marseille !

avatar ludmer67 | 

@jleblanc2001

Hmm, on peut aussi penser que la production actuelle, et pas seulement française, n’a pas être systématiquement mise en avant quand on sait la quantité de chefs d’œuvres difficilement accessibles parce qu’aucune plateforme de SVOD ne les propose.

Ceux qui criaient à la défense de la « culture » en réclamant l’ouverture des cinémas vont devoir assumer la projection d’une comédie où un flic arabe se fait passer pour un portugais, un autre où Clavier vomit sur Poelvoorde, ou encore un film où un jeune arabe vivant seul son père travaillant dans un troquet doit lutter au quotidien dans une cité difficile contre la précarité et le sentiment d’infériorité… sans parler du film où Nicolas et François s’emmerdent à la retraite, du 3e OSS avec le très mauvais Nicolas Bedos, du Kaamelott avec le sur côté Astier. Bedos et Astier racontent toujours plus ou moins la même histoire : le premier met en scène des personnages nostalgiques, et le second un héros intelligent entouré de cons qu’il méprise mais qui le surprennent.

L’avis critique est réservé à tous quand il est positif, mais quand il est négatif, là, il faut être soi-même un réalisateur, un producteur, un acteur, un scénariste, ou que sais-je…

Pages

CONNEXION UTILISATEUR