Vers une révision de la chronologie des médias plus favorable à la SVOD ?

Mickaël Bazoge |

La crise sanitaire aura eu au moins un mérite — façon de parler —, c'est d'accélérer la réflexion autour de la chronologie des médias. Durant le confinement, le CNC a ainsi autorisé une trentaine de films à déroger à cette loi d'airain pour qu'ils puissent être proposés plus rapidement sur les plateformes de vidéo à la demande. Les confinés ont ainsi pu profiter de films comme 1917 ou Sonic sans attendre les quatre mois réglementaires entre une sortie au cinéma et sa disponibilité en VOD (lire : Confinement : sorties VOD avancées, Netflix cartonne plus que jamais).

Crédit : Jan Vašek.

À l'occasion d'une annonce de soutien au secteur du cinéma et en particulier aux salles de cinéma, Jean Castex a expliqué que les acteurs de l'industrie devront rediscuter « très vite » de la chronologie des médias, un système très franco-français qui permet d'irriguer financièrement toute la filière cinématographique tricolore, des producteurs aux diffuseurs télé, en passant par les services de VOD, de SVOD, et bien sûr les salles de cinoche.

Le Premier ministre n'est pas allé plus loin dans la réflexion, mais ces négociations vont se dérouler dans un contexte pesant : une concertation a en effet débuté pour que les plateformes de streaming (Netflix, Amazon, Apple TV+ et les autres) financent une partie de la création française en y investissant un pourcentage de leur chiffre d'affaires. « On ne peut pas exiger beaucoup des plateformes et leur imposer les délais de diffusion aujourd'hui prévus », a ajouté Castex. Un moyen de prendre d'un côté (plus de sous pour le cinéma français) pour donner de l'autre (des délais raccourcis pour les services de SVOD) ?

La dernière révision de la chronologie des médias remonte au mois de décembre 2018. Elle n'a pas modifié grand chose (lire : Chronologie des médias : finalement, encore moins de changements ?).

S'y retrouver dans la chronologie des médias

Après la sortie d'un film au cinéma, il faut attendre :

  • 4 mois pour pouvoir l'acheter sur un support physique (DVD ou Blu-ray) ou en VOD (sur iTunes par exemple) ;
  • 8 mois pour la télévision payante ayant signé un accord avec les organisations de cinéma (Canal+, OCS) ;
  • 17 mois pour les autres chaînes payantes ;
  • 22 mois pour les chaînes gratuites ;
  • 36 mois pour les plateformes de VOD sur abonnement (type Netflix) ;
  • 44 mois pour les services à la demande gratuit (YouTube).

À cela s'ajoute une distinction pour les films ayant enregistré moins de 100 000 entrées, pour lesquels les délais entre chacune des fenêtres sont plus courts.


avatar Adodane | 

👍

avatar Paquito06 | 

“Les confinés ont ainsi pu profiter de films comme 1917 ou Sonic”

Ont ainsi pu “profiter de la disponibilité” de films comme...
Car profiter de ces films, non mais franchement, franchement...
Allez, happy friday🍻🍿

avatar Mickaël Bazoge | 
Malgré tous ses défauts, 1917 était pas mal j'ai trouvé. J'ai bien aimé le dispositif, même si bon on peut redire sur l'histoire et tout.
avatar Paquito06 | 

@MickaëlBazoge

Absolument 👍🏼 C’était plus pour le herisson bleu en fait 🤣

avatar Mickaël Bazoge | 

@Paquito06

Ah oui alors pas vu. Je suis un traumatisé du film Super Mario des années 90, alors c’est pas pour remettre une pièce dans le Sonic de 2020…

avatar Paquito06 | 

@MickaëlBazoge

"Ah oui alors pas vu. Je suis un traumatisé du film Super Mario des années 90, alors c’est pas pour remettre une pièce dans le Sonic de 2020…"

Faut oublier. Super Mario reste le plus beau des echecs. Là, on est quand meme plus proche d’un Tintin, Le secret de la Licorne, mais impossible de le regarder en entier 🤦🏼‍♂️

avatar Link1993 | 

@MickaëlBazoge

Cadeau ! :)

(C'est plus intéressant que le film lui même au moins ! 😇)

https://youtu.be/Ve26GpPDTgY

avatar fousfous | 

@Paquito06

T'es quand même sévère avec 1917, je trouvais qu'on avait quand même une bonne impression d'immersion, surtout au début avec la traversée des tranchées. Ça permet de donner une idée des distance ce qu'on a pas avec un montage traditionnel.

avatar Adodane | 

@fousfous

Le film aux deux plan séquence ... faut que je prenne le temps de le voir ...

avatar YetOneOtherGit | 

@Adodane

"Le film aux deux plan séquence"

Aux faux deux plans séquences pour être précis 😉

avatar Boboss29 | 

Faux plans séquences certes, mais le rendu est quand même bluffant ! J'étais assez curieux de voir ça, et j'ai trouvé le résultat plutôt bien fait !

avatar sebnutt | 

La corde, d'Hitchcock.
Un régal du genre.

avatar Paquito06 | 

@fousfous

"T'es quand même sévère avec 1917, je trouvais qu'on avait quand même une bonne impression d'immersion, surtout au début avec la traversée des tranchées. Ça permet de donner une idée des distance ce qu'on a pas avec un montage traditionnel."

C’est juste, seulement du vu et revu. Y a rien de neuf, vraiment, quand on en a vu qq uns, on se fait ***** 😓

avatar YetOneOtherGit | 

« Un moyen de prendre d'un côté (plus de sous pour le cinéma français) pour donner de l'autre (des délais raccourcis pour les services de SVOD) »

C’est là toute la structure du système, la chronologie des médias n’ayant comme objectif que de défendre le financement des productions.

Les diverses diffusions sont étalée dans le temps pour que chaque partie du financement puisse l’amortir.

Le système était très efficace avant la dématérialisation et la fin de la domination des diffuseurs télévision.

L’enjeu n’est pas simplement de satisfaire le public mais aussi de préserver la chaîne de financement du système qui a déjà été mise à mal par la perte de puissance des diffuseurs télé et des acte de la télévision par abonnement.

La crise du financement est profonde et le COVID 19 n’a en rien arrangé les choses avec l’effondrement de l’exploitation en salle.

avatar Adodane | 

@YetOneOtherGit

Les gens continuent d’acheter des films en vod et dvd/br malgré la dématérialisation.

Les plateforme de svod sont juste un diffuseur comme un autre, mais de séries tv et vieux films, ça ne change pas finalement la donne.
Ils voudraient diffuser des films plus récents, mais même les films vieux de trois ans, ils n’achètent pas les droits 💁‍♀️

avatar YetOneOtherGit | 

@Adodane

"Les gens continuent d’acheter des films en vod et dvd/br malgré la dématérialisation."

Nous parlons de la chronologie des médias ;-)

Pas simplement de la dématérialisation.

avatar Adodane | 

@YetOneOtherGit

Les dvd et la vod font justement parti de la chronologie des médias.

avatar YetOneOtherGit | 

@Adodane

"Les dvd et la vod font justement parti de la chronologie des médias."

Tu mélanges pas mal de choses et passe à côté de l’essentiel en te vocalisant sur cette part de la diffusion qu’est le support physique.

Quand je parle de la dématérialisation ce n’est pas pour la mettre en opposition avec les ventes physiques mais pour les nouveaux modèles économiques de diffusion dont elle est à la source 😉

avatar Adodane | 

@YetOneOtherGit

Le support importe peu, c’est les contenus qui sont importants ,quel que soit le médium de diffusion.
La télé de rattrapage, les vod a l’acte, savoir utiliser une télécommande on connais ça depuis des années.
Les plateformes de svod trouvent leur publique, c’est nouveau et bon marché, les gens adhèrent. Mais est ce que ce sera le même cas dans quelques années ?
La svod c’est une chaîne télé mais sans la partie linéaire, juste la partie rattrapage, avec les inconvénients que ça implique.

avatar YetOneOtherGit | 

@Adodane

"Les plateforme de svod sont juste un diffuseur comme un autre"

Nope elles ne sont absolument pas intégrés financièrement comme les acteurs traditionnels de la chaîne de financement du cinéma français et ne se substituent pas aux acteurs qu’elles concurrences.

avatar Adodane | 

@YetOneOtherGit

Oui elles sont une exception.

Elles concurrencent le temps de cerveau disponible de ses utilisateurs. Est ce que netflix avec ses séries est en concurrence avec canal et ses centaines de films par an? Est ce que Twitch ou YouTube concurrencent canal ?

avatar YetOneOtherGit | 

@Adodane

"Elles concurrencent le temps de cerveau disponible de ses utilisateurs."

La tu parles de la concurrence des acteurs de la SVOD avec les chaînes de télévision financée par la publicité, toujours assez peu à voir avec les questions que j’aborde qui sont celle du lien entre chronologie des médias et financement du cinéma<.

avatar occam | 

Ma vision se base strictement sur des observations extérieures, marginales, tangentielles et anecdotiques. Elle ne prétend à aucune représentativité.

Mais pour le peu que j’observe, cet échelonnage de la distribution s’apparente — comme toute forme de prohibition — à une subvention, indirecte mais essentielle, au piratage.
Il contribue à le rendre lucratif pour les pirates, et à l’enrober d’une forme de pseudo-légitimité auprès de leurs clients.

avatar YetOneOtherGit | 

@occam

« cet échelonnage de la distribution s’apparente — comme toute forme de prohibition — à une subvention, indirecte mais essentielle, au piratage. « 

C’est sans doute exact mais il était aussi un puissant moteur de ressources pour l’industrie.

L’exploitation DVD a toujours été un bonus sur le financement pour la France pas un de ses fondements.

Le piratage n’a jamais mis en péril l’équilibre financier du système de production cinématographique français, même si personne ne te l’avouera officiellement.

Par contre le changement actuel de paradigme le met bien en danger.

La plus part des films sont à l’équilibre financier avant même de sortir en salle avec les près achats de l’ensemble de la chaîne de diffusion classique.

Une petite part de film à plus gros budgets ont une économie dépendante du succès public.

avatar Lemon19 | 

@occam

Absolument. Et une prime à la médiocrité cinématographique, sous perfusion de subventions.

avatar sebnutt | 

"8 mois pour la télévision payante ayant signé un accord avec les organisations de cinéma (Canal+, OCS) ;"

6 mois pour les films ayant vendus moins de 100 000 billets en 4 semaines.

avatar BleuRooster | 

Je propose disponibilités 3mois après la sortie au cinéma! Sinon piratage! Puis la majorité des productions française sont des navets!

avatar Moebius13 | 

@BleuRooster

Exactement,

La production française c'est :

- Du film policier
- Du film de société
- De la comédie bien lourde

Y'a rien d'autre ou alors c'est une exception, et après on se demande pourquoi les gens vont voir les films américains, tout simplement parce qu'il y a du grand spectacle, des films de genre qui te sortent de ton quotidien au lieu de te le rappeler sans cesse, y'a du film d'horreur, du film de SF, de Fantasy, y'a de tout.

Ça fait des années que j'ai pas foutu les pieds dans un cinéma pour voir un film français et je ne m'en porte pas plus mal, le seul à qui valait le coup c'était "le chant du loup" ces dernières années, parce qu'il y avait de l'ambition.

Alors devoir attendre je ne sais combien de mois pour protéger la production française qui ne fait que reproduire sans cesse la même chose pour que les intermittents du spectacle puissent conserver leur système de chômage avantageux et les acteurs leurs cachets mirobolants vu ce qu'ils font à l'écran (et puis c'est toujours les mêmes qu'on voit passer), moi ça me gonfle.

S'il n'y avait pas toutes ces protections pour maintenir artificiellement en vie le cinéma français, ça fait sans doute longtemps qu'il serait mort faute d'innover et de se bouger les fesses.

avatar warmac33 | 

@ Moebius13
pas mieux
subvention dispendieuse d'un système totalement perverti, 300 films par an qui n'intéressent souvent personne et en partie à nos frais...

avatar Ndrix68 | 

@warmac33

J’en regarde une cinquantaine par an, des films français.
Certes pas tous des blockbuster, mais au moins je peux juger et critiquer, pas juste répéter des phrases idiotes pour se croire plus intelligent que la moyenne.

avatar warmac33 | 

@ Ndrix68
pourtant ce n'est pas moi qui juge les opinions des autres idiotes...
jette un peu un œil aux subventions du milieu cinématographique français, auquel tu penseras à rajouter les à-côtés comme le régime des intermittents, et tu comprendras que ta réponse n'a aucun rapport avec mon commentaire.
que tu en regardes bcp et que tu les apprécies grand bien te fasse, ça ne change rien au scandale que nous coûte cette perfusion permanente, qui engraisse toujours les mêmes acteurs et producteurs, et je le répète tout ça pour qu'une majorité des productions n'intéresse pas grand monde, bien que Monsieur soit une exception.

Si ces productions sont si vertueuses et notre exception culturelle aussi géniale, pourquoi ne vit-elle pas par elle-même ? Pourquoi le reste du monde ne se les arrache pas systématiquement ?

avatar Bigdidou | 

@warmac33

« jette un peu un œil aux subventions du milieu cinématographique français, auquel tu penseras à rajouter les à-côtés comme le régime des intermittents, et tu comprendras que ta réponse n'a aucun rapport avec mon commentaire »

Ajoute la taxe sur la copie privée..

A la limite, je m’en fous que tel ou tel film soit une merde, tant qu’il est rentable et que les impôts et taxes financent pas l’inflation délirantes des salaires des acteurs..

Mais voilà, je crois que 10% de la production française est rentable (à vérifier).

Ça me pose un vrai problème aussi.

avatar YetOneOtherGit | 

@warmac33

Effectivement un monde avec seulement des pures produits abêtissants est tellement plus intéressant 🙄

Et non cela n’intéresse pas “personne” et bien des génies du cinéma US sont désespérés de l’état de leur cinéma de plus en plus focalisés sur des produits à grand spectacle jetable.

Bien des monstres du cinéma US n’arrivaient plus à produire leurs œuvres avant que la guerre des contenus de la SVOD ouvre pour un temps une fenêtre.

Bien des monstres du cinéma US ont régulièrement trouvé asile en France pour faire exister leurs projets.

Trouve tu heureux que le fantastique cinéma italien soit moribond? que le cinéma germanique lutte pour survivre ? que le cinéma britannique ne soit plus que l’ombre de ce qu’il fût ? ...

Une uniformité de produits formatés US est-elle le monde dont tu rêves pour tes enfants?

...

Oui il y a des dérives, oui il y a des abus ... mais comme toujours pourquoi ce manichéisme désirant jeter le bébé avec l’eau du bain ?

Pourquoi cette haine rageuse devant un système qui malgré toutes ses déviances a permis à d’immenses talents de continuer à produire des œuvres qui resteront dans l’histoire du cinéma ?

🤢

avatar Bigdidou | 

@YetOneOtherGit

« Oui il y a des dérives, oui il y a des abus ... mais comme toujours pourquoi ce manichéisme désirant jeter le bébé avec l’eau du bain ? »

Allons, allons, quand un système vit majoritairement par ces dérives et ces abus, tout ça pour pour être en état de surproduction, il y a clairement un problème,
Des cachets d’acteurs qui ont explosé (même si ils se stabiliseraient.. ) dans des films dont seuls 10% sont rentables (ai-je lu), un système de crédit d’impôts dont même le CNC avoue ne pas pas pouvoir évaluer d’effets bénéfiques : il y a clairement un problème systémique.

avatar YetOneOtherGit | 

@Bigdidou

"il y a clairement un problème systémique."

fasciste 😜😉

blague à part, tu es un peu dans la légende noire, quand même 😉

avatar Bigdidou | 

@YetOneOtherGit

« tu es un peu dans la légende noire »

Ben qu’est-ce qui est faux ?

avatar YetOneOtherGit | 

@Bigdidou

"Ben qu’est-ce qui est faux ?"

Rien mais ce n’est qu’une part des chose et c’est une “instruction” à charge ;-)

Après je te rejoins totalement sur le besoin de réformer les choses 😎

avatar Zeloon | 

« 36 mois pour les plateformes de VOD sur abonnement (type Netflix) », comment se fait-il alors que les derniers Marvel ou Star Wars soient dispo sur Disney+ ? Je n’y connais rien, y’a t’il des exceptions pour les services du producteur ?

avatar koko256 | 

Au chiottes la chronologie des médias. Je n'aime pas aller au cinéma et cela empiète sacrément sur ma liberté de penser et d'aimer.

avatar passingphantom | 

Un autre facteur est entré en jeu : c'est l'arrivée de Disney+, qui, de surcroît devrait proposer les productions de 21st Century Studio (anciennement 20th Century Fox), et, dans un avenir plus ou moins proche (mais encore à déterminer) le la mise à disposition (sous une forme ou une autre) du contenu de HBO Max (détenu par la Warner, et le lancement de Peacock (Universal.) Autrement dit, les studios de cinémas qui lancent leur propre plateforme et qu, comme Disney+ l'a fait pour Mulan, peuvent zapper la sortie en salle et proposer le contenu directement sur leur plateforme, rendant la chronologie des médias totalement obsolète.

avatar mrlupin | 

Étonnant que ce soit castex qui parle et pas bachelot

CONNEXION UTILISATEUR