Radio France se félicite d’avoir privatisé ses podcasts

Anthony Nelzin-Santos |

« L’application Radio France est passée devant Apple Podcasts en fin d’année 2021 ! » se félicite Sibyle Veil, la présidente-directrice générale du groupe de radios publiques, dans les colonnes des Échos. Et pour cause : pour promouvoir son application, Radio France a fermé le robinet des flux publics, indexés par Apple et les applications indépendantes.

Avec 93,4 millions d’écoutes en décembre, le service public représente plus de la moitié du secteur français. Or Radio France a considérablement restreint les conditions d’écoute sur Apple Podcasts, dont le catalogue de référence est repris par les applications indépendantes comme Overcast et Pocket Casts.

L’application Radio France.

La profondeur des flux dépend maintenant de la fréquence des émissions. Sur Spotify par exemple, Radio France distribue les émissions quotidiennes pendant une semaine et les émissions hebdomadaires pendant un mois, portant cette durée à trois mois pour les contenus relatifs à « la lutte contre la désinformation ».

Sur Apple Podcasts, le groupe semble laisser les émissions quotidiennes filer pendant un mois. Quoi qu’il en soit, le flux termine toujours par un clip audio invitant… à utiliser l’application Radio France ! N’espérez plus mettre quelques épisodes de côté pour plus tard, du moins pas dans Apple Podcasts ou Spotify.

Pour ne rien arranger, les épisodes paraissent souvent plusieurs heures après leur diffusion sur l’application1, parfois avec des métadonnées erronées ou des publicités mal coupées. Radio France n’a pourtant pas besoin de dégrader l’expérience des autres plateformes pour promouvoir son application.

Le même podcast dans l’application Podcasts d’Apple. Remarquez l’absence du dernier épisode, l’historique limité, et le clip promotionnel inséré à la fin de la liste des épisodes disponibles.

Joliment présentée, elle propose des sélections thématiques, fait surnager des émissions moins connues, et permet évidemment d’écouter la radio en direct. En trois ans, elle s’est imposée comme une véritable plateforme du service public, qui intègre aussi les contenus d’Arte Radio et de RFI, ainsi que les podcasts de l’INA.

« Nous avons installé notre plateforme », dit d’ailleurs Sibyle Veil, qui veut reprendre « la maîtrise de la distribution » en installant un rapport de force avec le « géant international de la tech » Apple. Sauf que le podcast est un support ouvert basé sur le standard RSS, que Radio France contribue à morceler et privatiser.

Après une poignée d’acquisitions, Spotify a lancé ses propres outils de production et de monétisation, et distribue des contenus audios exclusifs. L’entreprise suédoise s’intéresse maintenant au livre audio, alors qu’Audible multiplie les annonces de « podcasts originaux ».

Une sélection thématique, le direct, et les stations disponibles dans l’application Radio France.

La publicité programmatique et la sélection algorithmique, qui ont fait les heurs et malheurs de la presse écrite, remodèlent la distribution des podcasts. Même Apple, qui a largement contribué à l’émergence du support, semble tentée d’abandonner sa position d’acteur neutre.

Si Radio France a « installé » sa plateforme, c’est qu’elle veut sa part du gâteau. En décembre, le groupe public a signé un accord de distribution et de rémunération avec la plateforme française Sybel. Laurent Frisch, directeur du numérique et de la production de Radio France, parle maintenant de « chronologie du média podcast ».

« Notre premier atout est le contenu », conclut fort justement Sibyle Veil. Le clip promotionnel inséré dans tous les flux distribués chez Apple vante « dix ans d’archives » et « un million et demi d’épisodes ». Un fond de catalogue que le service public compte bien monétiser.


  1. Un simple ping permet pourtant de forcer le rafraichissement immédiat du catalogue d’Apple.  ↩︎


avatar oomu | 

@MachuPicchu

ben, tout comme le courrier électronique standard (imap, smtp) est progressivement bouffé par la httperie propriétaire de Gmail et de Outlook

tout comme usenet a été tué pour la manipulation psychotique (oui, psychoTIQUE) de Facebook et autre centralisation dans une poignée d'acteurs privés

tout comme le DRM propriétarise HTML

tout comme depuis la fin des années 90s, aucun standard public et libre n'a émergé sur internet (google wave a échoué, Apple se fout de RCS, Jabber a été abandonné, imap n'a pas été complété pour le rendre + moderne ou que par des extensions propriétaires, etc )

Bref, RSS était un rêve qui doit CREVER ! Car c'est ce que notre temps désire.

avatar sudoloic | 

Libre à eux de choisir le mode de distribution du contenu qu'ils produisent. Cela me parait logique de retrouver tous les contenus Radio France dans une seule et même appli. Surtout que ce ne sont pas vraiment des podcasts puisque ce sont des replays d'émissions diffusées pour la plupart.

avatar Adodane | 

Comme quoi il suffit de couper le robinet des contenus pour s'imposer face aux gafam 😂😂😂

avatar fbCasa | 

Apple podcast est une vraie usine gaz mal foutue et indigne d’Apple. Aussi je les ai toutes essayées et j’en ai acheté de nombreuses avant de trouver la bonne : PocketCast. Maintenant, etre plus ou moins obligé par Radio France de devoir segmenter ses écoutes entre 2 applications est déjà un problème en soi pour un service public qui devrait se rejouir qu’on écoute leurs emissions, quelque soit l’appli, non ?
Mais ensuite, si on doit aussi regresser pour aller vers leur appli totalement immature pour qui écoute vraiment beaucoup de podcast, c’est juste insupportable ! Ou alors qu’ils achètent directement à PocketCast une plate fort déjà bien aboutie plutôt que d’essayer maladroitement de vouloir réinventer la roue ! J’ai bien peur que tous ces « dirigeants » sortis d’ecole de commerce sans jamais rien avoir compris ni à la radio, ni à la culture, ne soient obnubilés par la logique néolibérale de rentabilité à tout pris, et prochainement à tous prix ! Nombreux d’ailleurs les politiques de droite annonçant régulièrement vouloir casser le service public… Laissons faire et quand ils monétiseront leurs podcasts, ce sera la fin du modèle français de service public.
En attendant, qu’ils arrêtent de pénaliser les meilleures plateformes, au moins tant qu’ils n’auront pas une appli à la hauteur.

avatar fanchperon | 

@fbCasa
vous lui reprochez quoi exactement à l’appli de radio France ? En quoi n’est-elle pas à la hauteur ? Moi je trouve que censé facile de trouver un podcast et de s’y abonner, y compris des émissions qui n’existent plus aujourd’hui, mais peut-être que je ne suis pas un assez gros consommateur de ces contenus.

avatar oomu | 

@fanchperon

la synchro entres machines, par exemple.

avatar fxfxfx | 

Ils ont raison pourquoi le service public ne ferait pas un peu d’argent pour avoir encore plus de moyens et puis ça reste gratuit c’est l’essentiel
Et pourquoi Spotify and co utiliserai gratis le contenu de notre service public ils font du fric avec du contenus qui n’est pas le leur

avatar debione | 

beaucoup de +1

avatar Furious Angel | 

@fxfxfx

Si on va par là, Samsung se fait du pognon en vendant des télés qui permettent ensuite d’accéder à des chaines du service public ?

avatar debione | 

@Furious Angel |
Vous pouvez lire et relire les CGU de Samsung, vous pouvez afficher ce que vous voulez sur un écran... Samsung ne se pose pas en intermédiaire qui aura des CGU sur la diffusion.

avatar Furious Angel | 

@debione

C’est mignon mais ce n’est absolument pas la cause des décisions prises par Radio France. Le seul but est publicitaire

avatar oomu | 

@fxfxfx

parce que ce n'est pas la mission du service public

et surtout, cela se fait en singeant des diffuseurs privés: par la fermeture des contenus dans une app privée.

Les gens ici lisent "apple", certainement parce qu'ils sont obsédés par apple
quand il fallait lire : RSS !

avatar fxfxfx | 

@oomu

Ils ont pas la mission de fournir du contenu à Apple ou autres et c’est dispo sur leur application

avatar Pse | 

C’est franchement pénible d’avoir à utiliser plusieurs applications pour écouter les podcast de sources différentes…
D’autant que la solution Radio France est vraiment limitée niveau fonctionnalité :
- pas de synchro entre différents appareils. (C’est le manque le plus important à mes yeux)
- gestion des épisodes lus/non lus
- pas de gestion digne de ce nom du stockage (effacement des vieux épisodes)
- masquage des épisodes lus dans la timeline
- …

Par contre j’aime bien la fonction de reprise de lecture d’épisode à moitié écouté.

Bref encore pas mal de boulot pour que cette app soit au niveau de ce qu’on est en droit d’attendre pour une vraie plateforme de podcast.

avatar oomu | 

@Pse

mouais, tout cela est bien triste.

avatar lemonsieurduval | 

Franchement je ne comprends ni le ton de cet article ni la plupart des commentaires : je trouve ça plutôt sain que Radio France veuille garder la maîtrise de la data relative à ses podcasts. Et ça n’a rien d’épouvantable de les rassembler dans une appli propriétaire au lieu de les laisser à Apple (ou Spotify).

avatar patchoulol | 

@lemonsieurduval

Le problème est que Radio France utilisait auparavant un standard ouvert (RSS) qui restait hébergé chez eux et était exploitable par n’importe qui (Apple mais aussi n’importe quel application de lecture de podcasts).

Depuis quelques temps, ils privilégient fortement leur app, qui est un silo, au détriment de l’approche universelle qu’on peut attendre traditionnellement de la part d’un service public.

avatar 7X | 

Grand écouteur de Radio France, je me moque de la durée de mise à disposition des podcasts. Mon appareil pour l'écoute fait tourner iTunes et dispose de plusieurs Tera de stockage.

avatar povpom | 

@7X

Ah. Et vous faites quoi avec 2To de Podcasts ?

avatar 7X | 

@povpom
Ce n'est qu'une exagération pour dire que l'on peut rester libre. Je n'ai actuellement que 14 Go de podcasts. Ils en a sur la philo, les sciences, la musique, les religions, que je peux écouter plusieurs fois.

avatar oomu | 

@povpom

par exemple: j'ai archivé entièrement tout "Welcome to Nightvale".

ça prend son paquet de méga ça déjà

et bien d'autres dans le même style.

avatar donatello | 

1975 : Radio-France annonce qu'elle ne diffusera plus ses programmes sur les transistors Philips, Sony et Grundig, privilégiant désormais ses propres appareils de la marque France-Radio.

"Nous voulons montrer ainsi que nous ne plions pas face aux constructeurs étrangers de radios à transistors, nous reprenons la maitrise de la distribution de nos programmes".

Super.

avatar 7X | 

@donatello
Cela me fait penser que au début de certains chemins forestiers on trouve encore des panneaux indiquant :" Interdits aux transistors et véhicules à moteur".
Question 1 : Combien de moins de trente ans savent ce qu'était un transistor ?
Question 2 : Combien y a-t-il de transistors dans le photophone d'un randonneur lambda ?

avatar oomu | 

@7X

1: à peu près tout ado un minimum éveillé qui s'amuse avec la richesse du monde

2: on s'en fiche, ce qui compte c'est l'usage. Sauf si on est un ingénieur oomu.

avatar Guiguimac | 

Je préférais largement Apple Podcasts ! Un nouvel appli Radio France plante sans arrêt et remets tout le temps à zéro. C’est vraiment nul de privatiser les podcasts. Surtout de leur part

avatar vince29 | 

Moi, c'est l'inverse ça me gonfle que les stations de radio revoient vers itunes ou autres alors que tout ce que je veux c'est le m3u.
Qu'ils ajoutent leurs liens sur itunes si ça leur chante mais que le lien soit d'abord sur leur site web.
Après ils viendront se plaindre d'une dépendance à telle ou telle plate-forme. C'est vous qui la créez bande d'andouilles.

avatar BananaYatta | 

C’est marrant comment certains ici ne voient absolument aucun problème à ce que des boites privées généralement américaines se fassent du beurre sur le contenu du service public et récolte de la data, et que dès que le créateur de ces contenus cherchent à reprendre la main c’est un scandale. Service public ne veut pas dire vache à lait d’entreprises privées, au contraire

avatar debione | 

MERCI!

avatar oomu | 

@BananaYatta

ça pouvait se contentait de partager sur un site web auto-hébergé avec un flux RSS pour laisser utiliser l'outil de son choix.

Tout le reste n'est que réactionnaires.

avatar Gilles Derval | 

C’est un site de l’extrême gauche et des woke ! On paye des gens sui ne sortent que la pensée unique

avatar oomu | 

@Gilles Derval

héé ?!

mais vous savez ce que c'est un woke ? c'est un bidule de californiens, les gens à l'autre bout du monde, avec leurs jus d'oranges et leurs bidules vendus depuis des garages... qu'est-ce qu'on en a a fiche des réveillés mal conjugués ?

avatar jean512 | 

Radio appartenant au gouvernement où les adversaires politiques sont censurés.
Mais ça ne pose problème à personne.
En Russie on dirait, c'est normal c'est la dictature.

avatar oomu | 

@jean512

hein ?

avatar sangoku | 

@jean512

Hé oui comme toi cette nouvelle m’en touche une sans faire bouger l’autre comme disait machin.
Perso je ne suis pas amateur de la Pravda.
« Les bobos gauchaux parlent aux bobos gauchaux avec l’argent des autres »
Vivement la privatisation (si quelqu’un veut racheter ce terrier de bolcheviks je lui souhaite bon courage)

avatar patchoulol | 

@sangoku

Radio France ce n’est pas que de la politique ou des sujets de société. C’est aussi par exemple France Musique qui propose des émissions d’une très grande qualité et beaucoup plus variées que Radio Classique, leur concurrent direct et privé.

avatar Bigdidou | 

@sangoku

Ah, c’est sûr que quand on commence à parler culture à l’une terme droite, ça vous énerve.

Je comprends : toutes ces belles choses inaccessibles avec tous ces cheveux qui prennent la place à l’intérieur, ça doit être frustrant.

avatar sangoku | 

@Bigdidou

Hum. Et en français ça donne quoi ?
Ce doit être de l’écriture inclusive, c’est incompréhensible.

avatar Bigdidou | 

@sangoku

A l’extrême droite.

Oui, pas relu mon commentaire, je suppose que ça fait partie du mépris profond que j’ai pour ton engeance.

avatar sangoku | 

@Bigdidou

Haaaaa « estraime drouate » déjà !

Je suis toujours émerveillé quand je croise un Homo Sovieticus comme vous : quelle hauteur de vue ! Quelle puissance cérébrale ! Vous avez tout de suite su déceler chez moi la bête immonde, les heure-les-plus-sombres-de-notre-histoire, les idées nauséabondes, voire même un esprit zemmourisé peut-être ?

Mais j’avoue je suis d’estraime drouate comme tout ce qui est à droite de melanchon votre idole, votre grand timonier, votre Leader Maximo à écharpe rouge.

Continuez à nous faire rire surtout, ne lâchez rien comme disent les cons 👍

avatar Bigdidou | 

@sangoku

Ah, j’ai fait sortir le clown de sa boite…

J’ai deux mains gauches, et j’ai appuyé sur le mauvais bouton, c’est couillon :D

Bon, ça t’aura fait une petite sortie et donné l’occasion de montrer ce que Zemmour nous souhaite et avec qui…

avatar Bigdidou | 

@jean512
« Radio appartenant au gouvernement où les adversaires politiques sont censurés.
Mais ça ne pose problème à personne »
« Mais ça ne pose problème à personne. »

Ça en poserait si c’était vrai…

avatar sangoku | 

@Bigdidou

C’est un régal de vous lire camarade 👍

Encore !

avatar debione | 

Il est temps que les services publiques s'éloignent à grands pas des GAFAM, et que ces dernières payent réellement le contenu qui leurs permettent de vendre tellement de chose. (bon normalement c'est plus une spécialité de Google).

Est-ce que l'on pourra toujours écouter très largement et facilement les podcast? OUI. Donc le service public est bel et bien présent.
La principale victime ici sera Apple et c'est tout. On pleure sur l'entreprise la plus riche du monde? C'est pas le rôle du service publique que de renforcer le secteur privé, d'autant plus que l'on parle d'acteur qui vienne d'un pays pas super super ami avec l'Europe.

avatar marc_os | 

« Radio France se félicite d’avoir privatisé ses podcasts »

Et bien moi je ne les félicite pas.
Radio France, un service public qui privatise ?
Cherchez l'erreur.

avatar DahuLArthropode | 

@marc_os

"Cherchez l'erreur"

C’est celle de l’auteur qui utilise ce terme qui ne me semble pas correct: l’accès reste public, Radio France se réserve le moyen de contrôler l’accès à ses podcasts sur le long terme.

avatar marc_os | 

@ DahuLArthropode

Peut-être.
Néanmoins, Radio France devrait se concentrer sur son métier, à savoir produire du contenu.
Les outils de diffusion, c'est un autre métier.

avatar DahuLArthropode | 

@marc_os

Ça se discute: ce sont les héritiers du premier diffuseur historique de France. Diffuser, c’est aussi leur métier.
Par ailleurs, ils sont financés par la publicité, je suppose que ça entre dans l’équation.
Attaché au Service Public, j’étais très heureux que les radios dudit Service soient sans pub, mais mes idées n’ayant pas le vent en poupe, l’État en a décidé autrement. Dans ce contexte, je trouve légitime qu’ils contrôlent leur diffusion, peut-être pour pouvoir facturer les annonceurs.
Ou alors, je me trompe.

avatar marc_os | 

@ DahuLArthropode

> Diffuser, c’est aussi leur métier.

Je n'ai pas dit le contraire.
Mais fabriquer les outils de diffusion, ce n'est pas leur "cœur de métier". ;-)

avatar fbCasa | 

Que RadioFrance nous sorte une appli au niveau de PocketCast (et non d’Apple Podcast) , avec autant de fonctionnalités bien pensées pour un usage quotidien des podcasts de RadioFrance, mais pas que : une App ouverte aux autres podcasts de la concurrence aussi de manière à utiliser 1 seule App et non pas « chacun la sienne » et il n’y aura pas de problème !

avatar Runmac974 | 

Je ne me rappelle plus la raison pour lequel je n’ai pas utilisé Apple podcast. Mais depuis plusieurs années je suis sur Overcast dans la solution premium à dix euros par an ça fait de travail c’est fiable plein d’options et cela me convient parfaitement et de plus pas de restrictions en ce moment.
France Inter et ma source de Podcasts préféré et je réécoute souvent des émissions en replay… Bien sûr il faudrait plusieurs vies pour écouter tout ce qu’on en a envie

Pages

CONNEXION UTILISATEUR