Test du bracelet UP de Jawbone

Nicolas Furno |

Jawbone s’est fait une spécialité dans les petites enceintes Bluetooth avec sa fameuse Jambox, mais le constructeur est aussi l’un des seuls à commercialiser un bracelet intelligent. En attendant les montres intelligentes promises dans les mois ou années à venir, le bracelet UP reste en permanence à votre poignet où il analyse votre mode de vie.

Le pari de cet accessoire est simple : améliorer votre mode de vie en vous permettant de prendre conscience d’erreurs que vous faites au quotidien en ne dormant pas assez ou en marchant trop peu. Vendu 130 € environ, ce bracelet n’est-il qu’un gadget et un accessoire de mode sans intérêt ? Réponse dans notre test…

Présentation

Pour s’adapter au mieux à toutes les morphologies, le bracelet UP est proposé dans trois tailles différentes. On peut ainsi l’acheter en S, M ou L et le choix devra se faire fonction de la taille de votre poignet.

Si vous décidez d’acheter l’accessoire dans une boutique — les Apple Store devraient en avoir en stock —, vous pouvez utiliser l’astucieux emballage qui sert en même temps de test. Sinon, il faudra commencer par mesurer la taille de votre poignet et choisir en fonction. Pour un tour de poignet de 16 cm par exemple, vous devez prendre la taille M. À défaut d’un mètre ruban, vous pouvez utiliser le guide de dimensionnement fourni par le constructeur.

Autre choix à faire au moment de l’achat : la couleur. Ce choix peut n’avoir aucune importance à vos yeux, mais rappelons que vous êtes censés conserver le UP à votre poignet en permanence. Une couleur trop vive peut ainsi s’avérer gênante dans certaines situations, mais Jawbone a réglé en quelque sorte le problème en ne proposant, en France, que les couleurs les plus sobres. Sur son site, on peut acheter le bracelet en noir, en gris clair, en vert ou en bleu ; l’Apple Store ne propose quant à lui que deux trois couleurs : noir, vert ou bleu ; Amazon se limite au noir et au bleu.

Quel que soit votre choix, UP se présente sous la forme d’un bracelet souple presque entièrement recouvert d’un plastique lisse, mais qui ressemble un peu à de la gomme. Les dimensions et le poids du bracelet varient en fonction de la taille choisie, mais le bracelet saura se faire rapidement oublier à votre poignet. Si vous avez choisi la bonne taille, vous retrouverez les mêmes sensations qu’avec une montre, par exemple.

Moderne, cet accessoire fonctionne de pair avec une application à installer sur un terminal iOS ou Android. Sur l'App Store, UP by Jawbone [2.4 – Français – Gratuit – 42,5 Mo – Jawbone] se charge de la collecte des données depuis le bracelet. Entre UP et l’iPhone, nul ordinateur : tout se fait par le biais du connecteur mini-jack caché sous le capuchon Jawbone du produit. La synchronisation est très simple et très rapide : ouvrez l’application, branchez le bracelet et attendez quelques secondes. Une bonne idée, même si elle est gênante si vous utilisez l'iPhone pour écouter de la musique avec des écouteurs : l'application se bloque avec n'importe quel élément branché dans le port mini-jack du téléphone, tandis que la synchronisation interrompt la lecture en cours le cas échéant.

L'accessoire peut stocker jusqu'à neuf mois de données, mais elles sont également stockées sur les serveurs du constructeur, ce qui vous permet de changer d’appareil de synchronisation facilement, ou encore d’accéder aux données même sans le bracelet. Comme on le verra par la suite, UP exploite astucieusement les données stockées sur les serveurs de Jawbone pour d’autres opérations.

Pour terminer ce tour du propriétaire, évoquons la batterie intégrée au bracelet. Censée tenir dix jours, elle se recharge en USB à l’aide d’un câble qui adapte la prise mini-jack vers une prise USB standard. Jawbone ne fournit aucun chargeur, mais vous pouvez très bien brancher le UP à votre chargeur iPhone ou à votre ordinateur pour le recharger.

Bouger

À partir du moment où vous placez le bracelet UP à votre poignet, il commence à enregistrer ce vous faites et en premier lieu vos pas. À l’intérieur, on trouve plusieurs capteurs, parmi lesquels un capteur de mouvements qui sait quand vous marchez ou courrez.

Le premier volet concerne ainsi les mouvements, tous les mouvements même si Jawbone se concentre essentiellement sur les pas. À chaque synchronisation, UP remplit l’application avec le nombre de pas tout au long de la journée. L’application vous aura préalablement suggéré un objectif en fonction de votre sexe, de votre taille et de poids et cet objectif que vous avez finalement choisi sert de référence au quotidien.

Votre objectif est d’atteindre, voire dépasser, le nombre de pas enregistrés dans l’application. Celle-ci présente chaque jour un résumé de ses trois principales fonctions : sur cette journée, on voit par exemple que l’objectif de 7000 pas a été largement dépassé, d’où cette barre orange qui rayonne. Un tap affiche le détail tout au long de la journée : UP ne disposant pas d’un GPS, on ne voit pas les déplacements sur une carte, mais la représentation en barre et en couleur donne une idée assez bonne de ses efforts du jour.

Note : une erreur de traduction de la version française a inversé les dépenses active et au repos, comme on peut le voir sur cette capture d’écran.

Le bracelet compte correctement vos pas : nous avons réalisé un comparatif sur un millier de pas et la différence entre la mesure du UP et celle enregistrée par un podomètre correctement calibrée n’a pas dépassé les 2 %. Ce n’est pas aussi précis, mais il fait un travail largement convaincant.

Il sait d’une part distinguer un mouvement d’un autre geste : si vous ouvrez vos volets le matin en tournant une manivelle, il sait que vous ne marchez pas et ne compte pas vos gestes comme des pas. UP est capable, d’autre part, de différencier une marche tranquille d’une marche rapide, voire d’une course. En somme, ne comptez pas trop sur ce bracelet pour mesurer une distance en marchant, mais pour enregistrer vos pas, il fait du bon travail.

Outre la mesure permanente de la quantité de vos pas, le bracelet UP peut vous inciter directement à bouger. Un paramètre à régler par le biais de l’application permet de surveiller votre effort physique. Si vous restez sans bouger un certain temps, le bracelet vibre pour vous inciter à vous lever et à faire quelques pas. Cette fonction est totalement optionnelle et on peut, heureusement, changer sa durée (de 15 minutes à 2 heures), mais aussi limiter son action dans la journée. Pratique pour ne pas être gêné pendant une séance au cinéma par exemple, même si la vibration est suffisamment brève pour être notée, mais pas assez longue pour gêner les autres.

UP n’en reste pas au pas, il est aussi capable d’enregistrer vos activités sportives. Un mode chronomètre peut être activé à tout moment par un appui bref puis un autre appui long sur l’unique bouton du bracelet. Dans ce mode, le bracelet sait qu’il enregistre une activité sportive et il va mesurer non plus des pas, mais un effort physique.

Jawbone a enregistré dans son application des profils type de sport, que ce soit des sports en salle (vélo d’appartement, musculation…) ou des sports en extérieur (natation, parcours sportif…). Si votre sport est connu, il suffit de lancer le chronomètre du bracelet avant de commencer l’activité et de choisir ensuite le sport en question. UP déterminera de lui-même la quantité de calories consommées et les ajoutera au total du jour.

Autant UP est satisfaisant sur les pas ou la course, autant sa prise en charge d’autres sports est perfectible. Quand on en fait en salle, on utilise des machines qui donnent déjà une estimation des calories consommées, mais on ne peut pas utiliser cette information directement dans l’application. Celle-ci se contente de proposer des profils en fonction de l’intensité de l’exercice, mais ils ne correspondent à rien de précis et ne donnent qu’un résultat approximatif, au mieux.

Sur un exercice qui fait appel aux bras, comme le Top, UP sait correctement détecter les efforts plus ou moins importants (dessous). Quand on utilise plus rapidement la machine, la barre est plus haute et tend au rouge, c’est un bon indicateur. Pourquoi en revanche évoquer une distance parcourue ou des pas, puisque l’on n’a pas bougé pendant tout l’exercice ? La machine annonçait en outre une dépense totale largement inférieure à celle de l’application avec quasiment deux fois moins de calories. Même si on peut laisser le bénéfice du doute à l’accessoire de Jawbone, on aura plutôt confiance en la machine, correctement calibrée et qui calcule surtout cette donnée directement sur l’effort.

Pour les exercices qui ne font qu’appel aux jambes, comme le pédalo, le bracelet est tout simplement inutile (dessus, à droite). Le bras ne bougeant pas, il ne détecte aucun effort et la consommation calorique est uniquement liée à son estimation. Là encore, mieux vaut faire confiance à la donnée proposée par la machine si vous l’avez et ajuster l’intensité de l’effort en fonction dans l’application. Une bonne idée aurait été de proposer de mettre le bracelet à la cheville, par exemple.

Pour enregistrer vos efforts physiques au quotidien et vous inciter à marcher plus souvent, UP est un accessoire très efficace. À condition de ne pas compter sur le bracelet pour des séances de sport en salles, il s’avère fiable au quotidien, même sans avoir à le calibrer. Son mode de fonctionnement est idéal : on le met au poignet et on l’oublie.

L’alerte d’inactivé relève plus du gadget à notre avis, on a vite tendance à ne pas faire attention au vibreur ou à étendre de manière exagérée la durée entre les alertes. Jawbone a par contre réussi à faire une sorte de journal de marche efficace, même s’il manque à l’application une dimension géographique. Moves [1.4.1 – US – Gratuit – iOS 6 – ProtoGeo] est une application infiniment moins précise quant à la mesure de votre activité, mais sa représentation visuelle des déplacements est incontestablement un avantage que l’on verrait ici.

À sa décharge, UP consomme aussi beaucoup moins de batterie que Moves qui est un vrai gouffre énergétique. Peut-être que le suivi de position sera ajouté dans le futur, quand les batteries de nos smartphones tiendront vraiment le coup, d’ici là Jawbone a sans doute fait le bon choix.

Dormir

Le bracelet UP ne se contente pas de mesurer votre activité physique : puisqu’il est censé ne jamais quitter votre poignet, il se charge aussi de suivre votre sommeil. Outre une bonne activité physique, ce bracelet qui vous veut du bien entend vous faire dormir non seulement plus, mais aussi dormir mieux.

Comme pour l’activité physique, l’application conçue par Jawbone vous propose d’enregistrer un objectif à remplir au quotidien. On vous propose une valeur par défaut, libre à vous de l’augmenter ou de la diminuer en fonction de votre rythme quotidien. Dans ce cas, la durée de sommeil optimale a été fixée à 7 heures et la période de sommeil étant légèrement plus longue, on a dépassé l’objectif à hauteur de 1 %.

UP ne se contente pas d’enregistrer la durée entre le moment où vous vous couchez et le réveil. Le bracelet enregistre très précisément votre temps de sommeil et distingue même les phases de sommeil profond et de sommeil léger. Le temps comptabilisé pour atteindre l’objectif quotidien n’est pas le temps passé au lit, mais le temps de sommeil, un excellent point. L’application indique même d’autres données, comme le temps passé à s’endormir ou le nombre de fois où vous avez été réveillé pendant la nuit.

Puisqu’il sait quand vous dormez profondément et quand vous êtes dans une période agitée, UP est à même de vous réveiller au bon moment, c’est-à-dire dans une phase de sommeil léger. Même si vous vous réveillez un petit peu plus tôt, vous serez plus en forme en étant réveillé en sommeil léger ; si le réveil sonne dans une phase de sommeil profond, vous aurez au contraire beaucoup de mal à émerger. Ce principe a déjà été exploité par des applications, comme Sleep Cycle [v4.1.1 – Français – 0,89 € – Maciek Drejak Labs], mais l’accessoire de Jawbone est beaucoup plus précis.

L’application intègre ainsi une fonction de réveil intelligent. Définissez une heure limite de réveil et le bracelet UP vous réveillera dans les trente minutes qui précèdent, au moment qu’il juge le plus opportun. Le réveil se fait en vibrant, ce qui est censé être à la fois très efficace pour vous réveiller et discret pour votre voisin(e) de lit.

Autant l’enregistrement du sommeil s’avère très efficace, autant le réveil n’est pas parfait. Le vibreur intégré au bracelet est très fort, ce qui est sans doute un bon point pour être réveillé, mais ce qui compromet la promesse de ne pas réveiller la personne à côté. Les vibrations s’entendent, mais elles peuvent en outre être amplifiées par le matelas qui peut faire caisse de résonance.

Le point le plus gênant vient toutefois de la méthode pour éteindre le réveil d'UP. Il suffit d’appuyer une fois sur le petit bouton à un bout du bracelet pour arrêter les vibrations, ce qui n’est malheureusement pas suffisant pour certains gros dormeurs. En une nuit ou deux, on a appris à éteindre machinalement le réveil, sans vraiment se réveiller et il est vraiment facile de ne pas être réveillé.

En plus de l’accessoire de Jawbone, il faut donc prévoir un réveil de secours (celui de l’iPhone fera très bien l’affaire) ou doubler les réveils abc UP, sachant que l’on ne peut pas en enregistrer plus de quatre. Ajoutons malgré tout que cette fonction a plus convenu à l’un des deux testeurs de la rédaction : nous ne sommes évidemment pas égaux quant à la facilité de se réveiller…

De manière plus générale, le mode nuit du bracelet UP gagnerait à être plus autonome. Les capteurs qu’il contient sont capables de déterminer si vous vous allongez ou si vous vous levez au contraire. Le bracelet sait aussi quand vous vous endormez : pourquoi alors forcer l’utilisateur à tenir appuyé le bouton deux secondes pour passer en mode nuit, représenté par une petite lune ?

On aurait préféré une activation automatique du mode le soir en s’endormant et à l’inverse, des vibrations plus douces, mais qui ne s’arrêtent qu’en se levant et en faisant un pas ou deux. Le UP aurait été un redoutable réveil s’il fonctionnait ainsi ! Cela éviterait aussi d’arrêter par erreur le mode nuit, comme cela nous est arrivé une nuit : au bout de 2h50 de sommeil, le bracelet a cessé d’enregistrer la nuit, sans doute à cause d’une mauvaise position qui a créé une pression sur le bouton. Dommage, même si le réveil a bien fonctionné au matin, minimisant l’impact de cet arrêt.

Dernier point au sujet du sommeil, UP propose aussi de vous laisser dormir quelques minutes, le temps d’une sieste. Cette fonction sera malheureusement peu utile en France en dehors des week-ends, mais dormir une petite demi-heure peut pourtant faire beaucoup de bien, tout en complétant une nuit de sommeil trop courte.

On active le mode sieste par deux appuis brefs puis un appui long sur le bracelet – notons que c'est le geste le plus complexe avec cet unique bouton par ailleurs très simple. UP peut faire tout automatiquement et calculer la durée optimale de la sieste en fonction des paramètres à sa disposition, mais vous pouvez aussi l’orienter et dire combien de temps vous souhaitez dormir au minimum.

D’après nos quelques essais (trop rares malheureusement, le rédacteur en chef n’ayant pas accepté nos tests de sieste…), la fonction est utile, même si Jawbone pourrait régler son bracelet pour être moins agressif. On dort peu, mais c’est aussi le meilleur moyen de ne pas être trop décalé dans la suite…

Manger

Dernier volet de UP : la nourriture. Contrairement aux deux autres mesures, le bracelet n’a en fait aucun rôle dans cette partie, c’est l’application qui fait tout le travail. N’espérez pas l’utiliser sans bracelet toutefois, Jawbone réserve son carnet de suivi alimentaire à ses seuls utilisateurs.

Il n’y a cette fois aucun objectif à définir, mais vous êtes censés ajouter à l’application tout ce que vous mangez et même tout ce que vous buvez. Le constructeur insiste sur ce point, il faut être exhaustif pour que ça en vaille la peine. Chaque jour, UP présentera le nombre de calories avalées, avec à chaque fois le détail pour les différents repas.

UP met logiquement en avant le nombre de calories avalées par jour, mais ce n’est pas la seule donnée gérée par l’application. On a une fiche nutritive assez complète avec d’un côté les éléments que l’on peut prendre à volonté, comme les fibres, ceux qu’il faut prendre avec modération, comme les protéines, et ceux qu’il faut éviter, comme le sel ou les graisses saturées.

L’application est extrêmement détaillée : on a le total par jour, mais aussi un sous-total par repas dans la journée et même les informations nutritives pour chaque plat. Ces dernières sont toutefois un peu cachées, puisqu’il faut ouvrir un repas (à gauche), puis le modifier avec l’aide d’une icône en bas et afficher ainsi les informations détaillées (à droite). Comme on peut le constater sur cet exemple, UP demande de tout enregistrer, même un simple verre d’eau.

L’utilisateur ne doit pas saisir ces informations nutritionnelles complètes à la main, ce serait beaucoup trop contraignant. UP repose à la place sur une énorme base de données constituée en partie par une base mise en place par son constructeur, mais aussi des éléments ajoutés par les utilisateurs. Pour ajouter un élément, le plus simple est donc de le chercher dans cette base de connaissance.

Les éléments en français sont nombreux, mais pas autant que ceux en anglais. Pour être complet, mieux vaut ainsi avoir quelques bases d’anglais, de quoi trouver certains aliments manquants dans notre langue. Dans cet exemple, non seulement on peut ajouter une pomme, mais aussi le type de pomme. L’utilisateur peut affiner le résultat fourni par Jawbone en modifiant la taille de la pomme. Une information optionnelle et un peu rébarbative, d’autant qu’elle peut-être un peu trop précise (difficile d’évaluer si une pomme fait 7 ou 8 cm de diamètre).

Pour tous les produits qui disposent d’un code-barre, du paquet de céréales du matin au plat cuisiné à midi, en passant par le yaourt le soir, UP permet de simplement scanner ce code-barre. Nous étions un peu sceptiques sur la capacité de l’application à reconnaître des code-barres de produits français, mais Jawbone a manifestement fait un excellent travail. L’application est non seulement capable de reconnaître les grandes marques, mais aussi les produits des centres commerciaux. Pendant nos essais, nous n’avons qu'une poignée de code-barres inconnus, une très belle performance assurément.

Seul problème, les informations enregistrées dans la base ne sont pas toujours correctes, ou plutôt elles ne sont pas régulières. Sur un plat cuisiné, les valeurs nutritives étaient bien pour le paquet complet, mais pour un autre elles étaient pour 100 grammes et il a fallu ajuster à la main. Frustrant et surtout dangereux, comment faire confiance au système dans ces conditions ?

Si la gestion de la nourriture avec UP est simple et malgré tout efficace avec les plats cuisinés, il n’en va pas de même avec la cuisine faite maison. Pour une simple salade composée, il faudra choisir manuellement tous les ingrédients qui la composent, mais que faire de la vinaigrette ? Si vous la faites vous-même, vous avez certainement votre recette avec une part de moutarde, de vinaigre et d’huile qui peut varier… comment savoir combien de calories vous allez manger ?

UP incite à piocher dans sa base de données pour ajouter chaque élément composant votre plat, c’est vrai. Il n’empêche que le processus est très fastidieux : dans cet exemple, notre type de salade verte n’existant pas (la feuille de chêne n’existe qu’en sachet prêt à l’emploi), nous avons choisi de la laitue qui devrait s’en approcher. Mais a-t-on dans chaque assiette une tasse de salade hachée ? Une salade entière ? Une feuille externe ou une feuille interne ? C’est un vrai casse-tête et les informations sont souvent louches, pour ne pas dire fausse. En témoigne cette feuille interne de laitue censée n’apporter aucune fibre…

Cet exemple était facile : imaginez seulement le temps qu’il vous faudra pour enregistrer une assiette composée d’un gratin avec plusieurs légumes et d’un poulet farci d’une farce qui contient une dizaine d’éléments. Et on ne parle même pas de restaurants : votre soirée entre amis risque bien d’être gâchée si vous tenez à tout noter aussi précisément que possible…

Jawbone ne peut pas faire grand-chose pour simplifier la vie de ses utilisateurs, le UP est clairement un produit qui conviendra plus à un mode de vie anglo-saxon où l’on ne fait que très rarement sa propre cuisine. Notons toutefois que les hamburgers de McDonald’s ne sont pas tous répertoriés dans l’application, un comble…

Le constructeur pourrait toutefois simplifier son interface d’ajout, qui nécessite ici beaucoup trop d’actions. On peut choisir parmi quelques catégories prédéfinies avec de très belles photos, mais ce choix ne sert justement qu’à agrémenter le repas d’une photo, il ne s’agit pas de valeurs nutritionnelles par défaut. À titre d’exemple, voici comment ajouter un simple verre d’eau dans l’application :

Dix tap pour ajouter un verre d’eau : c’est beaucoup trop… – clic pour agrandir

Enregistrer tous ses repas est un excellent moyen de prendre conscience des excès qui empêchent de perdre du poids, c’est un fait. On attendait beaucoup de l’application qui accompagne le bracelet, mais force est de constater que UP ne simplifie qu’à la marge ce processus pénible par définition. Dommage, mais une mise à jour de l’application pourrait très facilement améliorer les choses.

Pour conclure sur cette partie, on regrette que les ingénieurs de Jawbone n’aient pas pensé à surveiller son rythme de fourchette. Manger plus lentement participe à perdre du poids et le bracelet UP aurait pu enregistrer ce paramètre, comme promet de le faire Hapifork, une fourchette intelligente (lire : Hapifork : une fourchette… connectée !).

Acheter ?

Après environ une semaine d’utilisation, le bracelet UP nous a séduits dans l’ensemble. Son suivi de la marche comme ses fonctions nocturnes sont efficaces et incitent effectivement à marcher ou dormir plus. Le volet repas est le moins abouti des trois fonctions principales de l’accessoire commercialisé par Jawbone, mais à condition d’accepter la tâche un peu pénible qui consiste à tout saisir manuellement, c’est aussi un bon moyen de faire plus attention à son alimentation.

Le constructeur parie à ce propos sur la contrainte sociale : si vous avez des amis qui utilisent eux aussi UP, on vous incite à partager vos données. L’idée est de recevoir encouragements, mais aussi critiques et ainsi de se contraindre à mieux manger, bouger ou dormir plus pour présenter de meilleurs résultats. Une idée qui peut déplaire et qui est ainsi complètement totalement paramétrable, mais qui fait rapidement ses preuves. Un commentaire un peu sarcastique après un repas dans un fast-food vous incite, effectivement, à manger une salade le lendemain pour compenser…

Ces fonctions méritent-elles le prix demandé ? 130 € n’est pas une somme insignifiante et le bracelet de Jawbone ne sera qu’un gadget pour une partie des utilisateurs. Il y a des cas toutefois où le UP nous semble utile : que vous cherchiez à perdre du poids ou à être moins fatigué, ce petit bracelet peut effectivement contribuer à améliorer votre quotidien, à condition de l’utiliser tous les jours et à bien tout noter.

À 130 €, on est en droit d’espérer que ce bracelet que l’on doit toujours garder sur soi est solide et on peut dire que Jawbone a fait du bon travail. Les premières versions de UP étaient trop fragiles, mais le constructeur a manifestement rectifié le tir, même s’il vaut sans doute éviter de retirer le capuchon qui protège la prise mini-jack trop souvent. L’accessoire respire en tout cas la solidité et son côté mat est bien vu, on aura moins peur de le rayer.

À propos de solidité, UP est conçu pour résister à l’eau et on peut très bien se laver ou se baigner avec. Seule inconnue toutefois, la résistance à terme du plastique au savon ou shampooing d’une part, et aux produits des piscines publiques — Jawbone conseille d'ailleurs de ne pas l'utiliser pour nager… Le constructeur annonce une autonomie de dix jours pour son bracelet. Dans les faits, vous pouvez compter plutôt sur une bonne semaine, même si cela varie en fonction de votre usage bien entendu.

Dans tous les cas, UP est une belle création sur le plan technique et si vous cherchez à en savoir un petit peu plus sur vos habitudes au quotidien, c’est une bonne solution. En attendant l’hypothétique montre d’Apple ou les autres, Jawbone propose un produit qui en fait beaucoup et qui le fait plutôt bien, à un tarif raisonnable sur le segment.


Mise à jour du 19 août 2013

Le Jawbone Up souffre de nombreux problèmes de fiabilité. Malgré ses qualités, il est aujourd'hui beaucoup plus difficile de le recommander.

En conséquence, nous avons provisoirement baissé la note de notre test : noté 7 à l'origine, le UP est noté 4/10. Si Jawbone réussit à corriger ces problèmes de fiabilité, nous mettrons à nouveau le test à jour avec la note originale.



avatar berthafitzhardinge | 
C'est le genre d'accessoire qui je pense à de l'avenir. Je constate que j'ai tendance à ignorer les signes de fatigue, faim, soif, préférant me concentrer sur d'autres choses. Jusque là tout va bien, j'ai la chance de posséder un métabolisme équilibré et plutôt concililant. Mais dans un future proche...
avatar 789qwe | 
Ca peut valoir le coup de l'utiliser que pour dormir (pour la fonction réveil) et pour faire du sport (squash et vélo) ? J'ai pas super envie de me trimbaler avec ça toute la journée mais ces deux fonctions m'intéressent.
avatar 789qwe | 
C'est ce que je craignais... j'ai tjs voulu tester une application pour le réveil mais les apps style Sleep Cycle, quand on est deux dormeurs/randonneurs dans le même lit, ça fait n'importe quoi :) Pour le vélo, je continuerai d'utiliser GPS Stone pour enregistrer mes trajets ! Merci pour la réponse.
avatar Class Actress | 
@Nicolasf : Faut il le synchroniser tous les jours ? Si on le synchronise tous les 3 jours par exemple, l'application est elle assez inteligente pour afficher les infos pour chaque jour ecoulé ?
avatar mystter | 
Et ici un test du larklife qui propose le même genre de fonctionnalités mais avec une connexion bluetooth. http://goopple.fr/2013/apple/iphone/test-avis-larklife-pro/
avatar Kevelian | 
marrant ca avant de lire l'article je me disait gadget, je viens de lire l'article en entier et je vais m'en prendre un et le tester sur mon iPad vu que je me sert plus de mon iPhone
avatar dragonrave | 
Ne me dis pas qu'il y en a à Singapore!!!!!! J'en cherche à KL depuis des lustres.... Ça m'intéressais beaucoup et ça m'intéresse d'autant plus après lecture du test. Merci encore Macgé
avatar davmacgeneration | 
@iPadOne "marrant ca avant de lire l'article je me disait gadget" Marrant, depuis que j'ai lu l'article, je ne me pose plus la question : Jawbone est un gadget @iPadOne, c'est probablement une question de définition du terme "gadget" ;-))
avatar Kevelian | 
@Manueel si on va par là un smartphone est un gadget seul les pro dans certains métier devrais en avoir un les autres des dumbphine suffisent ?? ;-) On a tous des gadget électronique plus ou moins inutile donc absolument nécessaire n'est-ce pas, au même titre que le service a fondu avec Caquelon et minuteur inclus
avatar atariX_ | 
"le mode nuit du bracelet UP gagnerait à être plus autonome. Les capteurs qu’il contient sont capables de déterminer si vous vous allongez ou si vous vous levez au contraire. Pourquoi alors forcer l’utilisateur à tenir appuyé le bouton deux secondes pour passer en mode nuit" Facile : mon compagnon se lève plus tôt que moi, et se couche donc plus tôt que moi. Etant dans un petit appart, je me couche quand même avec lui, mais je lis des livres sur mon iPhone (merci le mode Nuit de iBooks) pendant 2 ou 3h. Durant ces 2 ou 3h, je suis allongé. Mais je ne voudrais pas que mon bracelet crois que je suis pour autant endormi parce que je ne bouge plus. De fait, je préfère lancer le mode nuit manuellement quand j'arrête ma lecture et que je décide de m'endormir.
avatar pl1997 | 
Et un jour la sécurité sociale ou votre employeur exigera que vous portiez ce type de bracelet. Serez vous alors encore un humain ou un robot ? Big brother is watching you
avatar hjauny | 
J'ai reçu le mien samedi, je le porte donc non stop depuis samedi matin. Je n'ai qu'une seule chose à dire, ce bracelet est juste WOUHA !! J'ai mon meilleur amis qui a un FuelBand (je ri) est ce n'est juste pas comparable ! Le nike fait clairement joujou à coté de mon UP ! Le up est beau, le fuel est dégueulasse, le UP est intelligent, le Fuel est un podomètre tout con, bref, il y a beaucoup de choses que le UP fait, alors que le Nike non. Enfin, je suis fan de ce petit "bijou" ce n'est que le debut du mouvement nommé "Quantified Life" soit vie quantifié, mouvement qui nous vient des US ! En bref, je vous conseil fortement de l'acheter ! Mais en noir, ou en blanc, mais pas en Bleu ou vert (à porté quotidiennement, je pense que cela ne fait pas forcement très pro ...)
avatar aurel74 | 
J'aimerai plutôt un bracelet prévu pour être porté à la cheville. Et puis, pour celui-ci, ce que je trouve interessant c'est le mode nuit.
avatar kitetrip | 
Encore un truc d'anglo-saxon !!! Une de mes activités favorites c'est "la bête à 2 dos" si vous voyez ce que je veux dire ;) Et là le gadget, il considère pas cette activité comme physique, où va t'on ma brave Lucette !!! OK, j'ai trouvé la porte
avatar FrenchMan | 
J'ai identifié plusieurs bracelets, la liste n'est surement pas exhaustive : - Jawbone - FuelBand - Fitbit Flex - Bodymedia Je pense que certains sont de réels gadgets, mais certes motivants pour le sédentaire. D'autres plus sérieux pour le sportif occasionnel. Néanmoins je pense que pour le sportif amateur ou pro, il faut se limiter aux accessoires spécialisés, qui eux ne se portent pas toute la journée.
avatar dragonrave | 
Et bien le mien est bleu;) Cela fait maintenant plus d'une semaine que je l'ai. Très efficace, en particulier pour le réveil intelligent. Il est étanche, je fais du Fitness très intensif ici et on transpire pas mal;) La douche ne pose aucun souci. Pour les repas, je faisais déjà attention à ce que je mangeais, alors;) De plus, il n'est spécifié nulle part dans la notice qu'il ne faille pas le mettre dans l'eau (sauf quand il est en charge;). Donc, j'en déduis qu'il est étanche. Le côté social est un bon boost!!!!

CONNEXION UTILISATEUR