Ouvrir le menu principal

iGeneration

Recherche

Test de l’iPhone 7 Plus : plus qu’un grand iPhone 7

Anthony Nelzin-Santos

Wednesday 12 October 2016 à 20:30 • 99

Matériel

L’iPhone 7 Plus est un iPhone 7, aussi les conclusions de notre test du « petit modèle » sont largement valables pour le « grand ». Mais l’iPhone 7 Plus n’est pas seulement un « grand iPhone 7 », et mérite que l’on s’y intéresse avec une autre perspective. On ne travaille pas sur un iMac 27 pouces comme on travaille sur un MacBook Air 11 pouces, on ne travaille pas sur un iPad Pro 12,9 pouces comme on travaille sur un iPad mini 7,9 pouces, on ne travaille pas sur un iPhone 5,5 pouces comme on travaille sur un iPhone 4,7 pouces.

iPhone 7 à gauche, iPhone 7 Plus à droite.
iPhone 7 à gauche, iPhone 7 Plus à droite.

J’ai bien dit « travaille », et pas seulement « utilise ». Faut-il encore rappeler que pour beaucoup, l’iPhone tient bien le rôle d’un ordinateur principal, et pour plus encore, le rôle d’un ordinateur secondaire ? Un ordinateur que l’on a (presque) tout le temps dans la poche ou dans le sac, et qui est (presque) tout le temps connecté au réseau. Voyons donc l’iPhone 7 Plus comme l’ordinateur qu’il est de facto.

Sous cet angle, il est clair que l’iPhone 7 est plus facile à utiliser d’une main de maquereau en nage dans son métro. Occupée sans doute par l’iPhone du dixième anniversaire, Apple n’a pas soigné la dixième génération d’iPhone, et l’iPhone 7 Plus est plus encombrant qu’il ne devrait l’être. Pourvu que l’inspiration aille (pour une fois) de Samsung vers Apple, et que la firme de Cupertino réduise enfin les bordures autour de ses écrans ! Reste que, bordures ou pas, la surface offerte par l’écran de l’iPhone 7 Plus invite à des utilisations différentes.

LiPhone 7 Plus « or ».
L’iPhone 7 Plus « or ».

Ce n’est pas seulement un appareil photo, même s’il est l’un des tout meilleurs de sa catégorie en la matière. C’est aussi une chambre noire numérique dans laquelle on peut « développer » des fichiers bruts de capteur avec Lightroom. Ce n’est pas seulement un écran sur lequel regarder des vidéos, même si sa bonne définition et son excellente colorimétrie rendent la chose très agréable. C’est aussi un écran sur lequel tourner et monter des vidéos en 4K, l’utilisation d’une application comme Filmic Pro étant nettement fluidifiée par le processeur A10 Fusion.

Ce n’est pas seulement une machine à envoyer des tweets et des snaps, mais aussi une machine à écrire le brouillon d’un test publié sur iGeneration dans Simplenote et à relire un rapport dans Microsoft Word. Ce n’est pas seulement un moyen de paiement par l’entremise d’Apple Pay, mais aussi un livre de comptes… bref, vous avez compris l’idée, et l’on pourrait multiplier les exemples à l’envi.

LiPhone 7 Plus noir de jais.
L’iPhone 7 Plus noir de jais.

Bien sûr que tout cela dépend du logiciel, mais l’intérêt de l’iPhone 7 Plus serait très limité si tout cela dépendait seulement du logiciel. Les rares adaptations d’iOS au grand écran ne suffisent pas à faire la différence entre les deux modèles d’iPhone, et les applications elles-mêmes ne tirent que rarement parti de la place supplémentaire offerte par l’iPhone 7 Plus, un problème qui touche aussi la gamme iPad.

Non, c’est bien l’aspect matériel qui prime. Ce sont des choses que l’on pourrait aussi faire avec un iPhone 7, mais on les réalise plus confortablement avec un iPhone 7 Plus. Autrement dit, ce sont des choses que l’on pourrait aussi faire avec un iPhone 7, mais que l’on veut faire avec un iPhone 7 Plus. Cette différence n’est pas nouvelle, mais elle est renforcée par iOS 10, dont l’interface est bien à l’étroit sur les plus petits écrans.

LiPhone 7 Plus « or ».
L’iPhone 7 Plus « or ».

Et puis elle est plus évidente qu’il y a trois ans, avec l’expérience des deux formats, et surtout un recul qui permet de porter un jugement sur la durée de vie de l’iPhone 7 Plus. Un iPhone 6 Plus utilisé quotidiennement depuis le jour de sa sortie possède encore aujourd’hui une autonomie suffisante pour passer la journée (il lui a juste fallu un nouveau câble Lightning), et n’a aucun mal à faire tourner la dernière version d’iOS (et si vous achetez aujourd’hui un iPhone 6 Plus d’occasion, vous pouvez compter sur deux ans de mises à jour, comme si vous achetiez… un Google Pixel tout neuf).

Autant dire que l’iPhone 7 Plus devrait vous rendre service pendant deux ou trois ans sans broncher, et ensuite connaître une deuxième vie. Et il vous rendra de meilleurs services, puisque cette génération en fait vraiment plus. D’abord en matière d’autonomie : alors que celle de l’iPhone 7 affiche une capacité de 7,45 Wh (1 960 mAh à 3,8 V), la batterie de l’iPhone 7 Plus atteint 11,1 Wh (2 900 mAh à 3,82 V). On retrouve ainsi la capacité de la batterie de l’iPhone 6 Plus, pour une autonomie supérieure grâce aux progrès matériels et logiciels.

Il est bien difficile de vider la batterie de l’iPhone 7 Plus dans la journée, même en regardant des vidéos pendant la pause café et en jouant dans les transports. Vous ne partirez pas en weekend sans votre chargeur, surtout si vous comptez prendre des photos et des vidéos régulièrement, mais vous ne vous retrouverez pas sans batterie après avoir manqué le dernier métro, ce qui peut encore arriver avec l’iPhone 7, malgré ses progrès indéniables.

LiPhone 7 Plus « noir de jais ».
L’iPhone 7 Plus « noir de jais ».

Ensuite en matière de photographie : le deuxième capteur ne transfigure pas l’iPhone 7 Plus, mais lui donne un avantage suffisant pour convaincre les amateurs. Avant même de parler du zoom ou du mode portrait, il faut rappeler que le deuxième capteur seconde le premier, et lui fournit des données qui sont utilisées pour améliorer la qualité des clichés. Reste que la différence avec les photos de l’iPhone 7 n’est pas toujours très évidente, d’autant moins que le deuxième capteur est débrayé lorsque l’énergie ou la lumière viennent à manquer.

Jusqu’à ce que l’on parle du zoom et du mode portrait, deux fonctions évidemment réservées à l’iPhone 7 Plus. Le zoom souffre de l’absence d’une stabilisation optique, mais il se révèle d’une utilité insoupçonnée, peut-être plus encore en filmant qu’en photographiant. Le mode portrait est par trop artificiel, mais il est plutôt amusant, et montre ce qu’il est possible de faire avec cet arrangement de capteurs. Ce deuxième module photographique ne mérite pas d’être la seule raison pour laquelle vous choisiriez un iPhone 7 Plus, mais c’est une jolie cerise sur le gâteau.

Le double objectif de liPhone 7 Plus.
Le double objectif de l’iPhone 7 Plus.

L’iPhone 7 Plus n’est pas parfait, mais représente ce qui se fait de mieux en matière de smartphone, et pas seulement chez Apple. Ce n’est pas seulement un grand iPhone 7 : c’est un autre iPhone 7, avec un matériel unique qui invite à des usages uniques. En le voyant de la sorte, il est sans doute plus facile de choisir entre les deux modèles… à condition de réfléchir à ses usages.

En le voyant de la sorte, il est aussi plus facile de justifier son prix. Il vaut certes 1 129 € dans sa configuration haut de gamme, mais un MacBook Air 11 pouces équipé des mêmes 256 Go de stockage vaut 1 249 €. La comparaison vous froisse peut-être, mais l’iPhone 7 Plus est de facto un ordinateur que l’on conservera plusieurs années. Et pour toute une génération qui atteint l’âge adulte, iOS est tout aussi naturel et productif — si ce n’est plus — que macOS.

Rejoignez le Club iGen

Soutenez le travail d'une rédaction indépendante.

Rejoignez la plus grande communauté Apple francophone !

S'abonner