Test du OnePlus 6 : l'iPhone X à moitié prix ?

Stéphane Moussie |

Écran OLED, encoche, double appareil photo, processeur à la pointe, reconnaissance faciale, navigation par gestes… Pourquoi payer 1 159 € un iPhone X quand OnePlus propose a priori la même chose pour deux fois moins cher ?

C’est la question qui se pose quand on voit la fiche technique et les tarifs, 519 € à 619 €, du OnePlus 6. Depuis sa création en 2013, le jeune fabricant chinois s’est fait la spécialité de commercialiser des smartphones très bien équipés à des prix défiant toute concurrence, y compris dans l’univers Android.

iPhone X et OnePlus 6

Pour casser les prix, OnePlus dépense moins que les autres en marketing — il mise sur le bouche-à-oreille et les actions ciblées auprès de sa communauté — et fait des économies d’échelle en partageant des ressources avec son compatriote Oppo, et peut-être même Vivo, puisque les trois appartiennent au groupe BBK, même si les marques ne communiquent pas clairement sur leur proximité.

La similitude, au moins en apparence, entre le OnePlus 6 et l’iPhone X était pour nous l’occasion de confronter ces deux smartphones, et aussi de découvrir la petite marque qui monte. Le prix très attractif cache-t-il quelque chose ? Devez-vous vendre votre iPhone X pour acheter deux OnePlus 6 à la place ? Is Apple doomed ?

Design et fabrication

Le déballage du OnePlus 6 réserve deux bonnes surprises. Aux côtés du chargeur et du câble USB-C rouge, on trouve une coque transparente en plastique. Certes, elle est moins jolie que les coques vendues séparément, mais on a de quoi protéger l’appareil dès la sortie de la boîte.

La gamme OnePlus 6

  • 519 € : 64 Go de stockage et 6 Go de RAM (noir miroir seulement)
  • 569 € : 128 Go de stockage et 8 Go de RAM
  • 619 € : 256 Go de stockage et 8 Go de RAM (noir mat seulement)

Le OnePlus 6 ne comprend pas de lecteur de carte microSD, mais on peut doubler sa capacité de stockage pour seulement 50 €.

La protection initiale est d’ailleurs renforcée par la présence d’un film sur l’écran. Bien que je n’utilise pas de film habituellement, j’ai laissé celui-ci puisqu’il est déjà en place (il est parfaitement posé) et j’imagine que la majorité des clients fera de même. J’échangerais volontiers les autocollants Apple contre une coque, même basique, ou un film.

En revanche, OnePlus ne fournit pas d’écouteurs… sauf en France, où un kit mains libres est obligatoire. Les OnePlus Bullets V2 sont par conséquent livrés dans une boîte à part — qui n’était pas incluse dans le kit presse, je n’ai donc pu les tester.

Venons-en au plus intéressant, le smartphone lui-même. Les choses évoluent tellement vite dans l’industrie du smartphone qu’un design original il y a neuf mois ne l’est plus du tout aujourd’hui. Le fabricant chinois ne prétend pas être à l’avant-garde dans le domaine, il suit les tendances, et il le fait bien, en l’occurrence, avec son dernier-né.

À l’instar de la plupart des modèles haut de gamme actuels, le OnePlus 6 est constitué d’un dos en verre, d’un châssis en métal (aluminium poli) et d’une face avant aux bordures très réduites. Trois finitions sont disponibles : blanc, noir mat et noir miroir. C’est cette dernière que j’ai entre les mains depuis plus de deux semaines. La finition est très jolie, jusqu’à ce qu’on pose ses doigts dessus et que les traces se multiplient.

En matière d’esthétique et de qualité de fabrication, le OnePlus 6 soutient la comparaison avec l’iPhone X et le Galaxy S8+, même si je trouve l’iPhone un peu plus chic avec son cadre en acier. Particularité de OnePlus, la présence d’un bouton à trois positions pour sélectionner rapidement le mode silencieux, vibreur ou sonnerie.

iPhone X et OnePlus 6
La connectique du OnePlus 6 : USB-C et jack. À noter aussi qu'il est double SIM.

Le smartphone chinois a une encoche, une « décision limpide » pour Carl Pei, cofondateur de OnePlus, qui reconnaît néanmoins qu’il ne l’aurait peut-être pas prise « si rapidement » si l’iPhone X n’était pas passé par là avant.

L’appareil californien reste le seul à ne pas avoir de « menton », comprendre de bordure en bas de l’écran, en raison des coûts supplémentaires que cela implique, explique Carl Pei — l’écran de l’iPhone est plié à l’intérieur, repoussant ainsi à l’arrière la nappe qui le connecte à la carte mère.

En dépit de ses bordures fines, le OnePlus 6 est imposant — un peu trop à mon goût, mais c’est subjectif. C’est qu’il a un écran de 6,28“, quand l’iPhone X se contente de 5,8” et que le Galaxy S8+ peut compter sur les courbures de son écran 6,2" pour être plus élancé.

OnePlus 6 et Galaxy S8+
iPhone 6s Plus et OnePlus 6

En fait, il faut mettre le OnePlus 6 à côté d’un iPhone Plus (écran 5,5“) pour voir qu’il n’est pas si démesuré que ça. Il est même un poil plus petit (155,7 x 75,4 x 7,75 mm) et plus léger (177 g). C’est quand on voit cela qu’on se dit que le design des iPhone Plus a fait son temps et que le moment est venu d’avoir un iPhone X Plus au catalogue — d’après les rumeurs, celui-ci aurait carrément un écran de 6,5” pour un encombrement très légèrement supérieur à un iPhone 8 Plus.

Performances

Cet écran, parlons-en, est superbe. De technologie AMOLED, il a une définition de 2 280 x 1 080 pixels pour une résolution de 402 ppp, et gère l’espace colorimétrique DCI-P3. L’affichage est précis et éclatant — peut-être un peu trop d’ailleurs avec le mode par défaut, on choisira le calibrage DCI-P3 ou sRGB pour des couleurs plus proches de la réalité. Sa luminosité maximale n’est pas aussi forte que celle de l’iPhone X en plein soleil, mais elle est suffisante pour assurer une lisibilité convenable.

À ce sujet, je trouve comme d’autres utilisateurs que la luminosité automatique a tendance à être un peu trop basse. Si ce n’est pas systématique et que c’est vite résolu manuellement en faisant un tour dans les réglages rapides, c’est la première fois que je rencontre ce petit déséquilibre sur un smartphone.

Aussi bon que l’écran, le processeur. Le OnePlus 6 bénéficie tout simplement du meilleur processeur de Qualcomm à l’heure actuelle, le Snapdragon 845, et il a autant de RAM qu’un ordinateur, c’est-à-dire 6 à 8 Go selon le modèle (le modèle testé ici a 8 Go).

Comparé à l’A11 Bionic sur le test de performances brutes Geekbench, le Snapdragon 845 est en retrait (9014 points en mulitcore contre 10 038, et 2410 points sur un seul cœur contre 4 149). En utilisation courante, aucune raison de se plaindre, tout tourne parfaitement, y compris les jeux les plus gourmands. Le OnePlus est très réactif et garde en mémoire vive beaucoup de contenus. De plus, il chauffe peu, même pendant de longues parties de PUBG.

L’autonomie fait aussi partie des points positifs. En utilisation mixte, le OnePlus a tenu en moyenne un jour et demi lors de mes essais. Une charge rapide de 30 minutes donne bien assez de jus pour une journée, comme annoncé. Au bout d’une demi-heure de charge, la batterie de 3 300 mAh est remplie d’un peu plus de la moitié. Pour atteindre 100 %, il faut environ 75 min.

La charge rapide ne fait pas chauffer l’appareil, mais nécessite le chargeur officiel. Le OnePlus 6 n’est malheureusement pas compatible avec la charge rapide standard en USB-PD. Autre déception pour un smartphone qui veut rivaliser avec les meilleurs, malgré son dos en verre, le OnePlus ne connait pas la recharge sans fil.

Sécurité

Apple n’a pas le monopole de la reconnaissance faciale. Comme d’autres fabricants Android, OnePlus propose aussi ce type d’authentification biométrique. Baptisé ici Face Unlock, il est très rapide, plus encore que Face ID — la rapidité tient dans le fait qu’il n’y a pas d’animation ni de geste pour atterrir sur l’écran d’accueil lorsque le visage est reconnu.

En revanche, il est moins sophistiqué que Face ID. L’une des différences majeures au quotidien, c’est que Face Unlock ne fonctionne pas dans le noir. Il y a une option pour éclairer le visage en augmentant la luminosité de l’écran afin de donner un coup de main au système. À éviter évidemment si on ne veut pas être aveuglé le matin au réveil.

Face Unlock est également moins sûr que Face ID. Le premier se base sur « plus de 100 marqueurs », quand le second projette un nuage de 30 000 points pour cartographier le visage en 3D et complète ceci d’une photo infrarouge en 2D.

Un utilisateur a apparemment réussi à tromper Face Unlock avec une simple photo de lui. J’ai réalisé la même expérience, sans succès. De toute façon, OnePlus se couvre en indiquant que la reconnaissance faciale est moins sécurisée qu’un code ou qu’une empreinte digitale. Le OnePlus 6 a en effet un capteur d’empreintes au dos, qui n’est pas très grand mais tombe naturellement sous l’index.

La combinaison des deux fait que l’on déverrouille sans peine le smartphone dans la quasi-totalité des cas. Si on est dans le noir, le lecteur d’empreintes est à la rescousse, et si on doit prendre l’appareil du bout des doigts, la reconnaissance faciale opère dès qu’on est dans l’axe de l’écran.

Le seul cas où le duo d’authentifications biométriques est inefficace, c’est quand le OnePlus 6 est posé sur une table. Il faut alors se pencher au-dessus de l’appareil pour la reconnaissance faciale, ou glisser son doigt en dessous pour la reconnaissance d’empreintes. L’iPhone X ne fait pas mieux.

En fait, ce qui me manque le plus en tant qu’habitué de l’iPhone, c’est l’allumage automatique de l’écran quand je lève le téléphone. Le OnePlus 6 s’allume dès qu’on pose le doigt sur le capteur d’empreintes, mais si on porte des gants, il faut soit appuyer sur le bouton de verrouillage soit faire un double tap sur l’écran pour allumer l’écran et que la reconnaissance faciale s’effectue ensuite. Ce n’est pas un gros désagrément, mais ce n’est pas aussi fluide que l’iPhone X.

iPhone X et OnePlus 6

Puisque je suis dans les petites déceptions, je pourrais aussi citer l’unique haut-parleur que l’on obstrue systématiquement quand on tient le terminal en mode paysage (les iPhone récents en ont deux), et une résistance à l’eau moins poussée — pas de certification IP, le OnePlus est seulement assuré contre les intempéries.

Plus inattendue, la boussole qui est à l’ouest. Il m’a fallu un petit moment avant de comprendre que si l’orientation était délirante dans Google Maps, ce n’était pas parce que je ne savais plus m’orienter, mais parce que la boussole était décalée d’environ 45° vers l’ouest. Malgré plusieurs tentatives de calibration avec des techniques différentes, je n’ai pas réussi à corriger durablement le problème. FrAndroid a observé le même souci, qui sévissait déjà sur les générations précédentes. Espérons qu'un correctif arrive rapidement.

Appareil photo

Côté photo, le OnePlus 6 exploite un capteur 16 MP épaulé par un second capteur 20 MP qui sert à renforcer les détails et autorise le mode portrait (ouverture f/1.7 pour les deux). L’exposition est correcte et le piqué précis, mais les couleurs sont parfois fades par rapport à celles capturées par l’iPhone X. Pour certains clichés pris en plein soleil, c'est comme s'il y avait un voile dessus.

À l’avant comme à l’arrière, le mode portrait souffre des mêmes difficultés que la concurrence, à savoir un effet bokeh parfois exagéré et un détourage imprécis. En résumé, le OnePlus 6 est bon en photo, sans être excellent. Les derniers iPhone et Galaxy restent un cran au-dessus en la matière.

Toutes les photos ci-dessous ont été prises en mode automatique et certaines du OnePlus 6 ont été redimensionnées pour faciliter la comparaison avec l’iPhone.

iPhone 7
iPhone X
OnePlus 6
Mode portrait avec l’appareil photo arrière : iPhone X / OnePlus 6
Mode portrait avec l’appareil photo avant : iPhone X / OnePlus 6
OnePlus 6 (à Manigod)
OnePlus 6
OnePlus 6

Logiciel

Enfin, la partie logicielle. Oxygen OS, la surcouche de OnePlus, a le bon goût de ne pas trop s’éloigner de l’Android de base et de ne pas bourrer le téléphone d’applications en doublon, comme le fait Samsung.

Oxygen OS offre de nombreuses options de personnalisation, dont la possibilité de masquer l’encoche en mettant un fond noir (l’effet est réussi grâce à l’écran OLED) et une navigation par gestes inspirée de l’iPhone X.

Quand on l’active, les boutons de navigation en bas de l’écran disparaissent au profit de plusieurs gestes. Ça fonctionne, mais ce n’est pas aussi léché ni aussi naturel que sur iPhone X. Il n’y a pas cette fluidité dans l’interface qui fait la magie du terminal de Cupertino. De plus, on perd les possibilités d’invoquer Google Assistant de partout et de revenir à l’application précédente en un tournemain.

En l’état, la navigation gestuelle est plus gadget qu’autre chose sur le OnePlus 6. Il faudra voir si Android P, qui gérera nativement la navigation gestuelle, améliorera ce point.

Sur ce gros smartphone qu’est le OnePlus 6, Oxygen OS facilite un peu l’utilisation à une main en permettant notamment d’ouvrir le centre de notifications grâce à un balayage vertical n’importe où sur l’écran d’accueil et avec un appui long ou double sur un bouton de navigation.

L’adaptation se limite hélas aux éléments du système, il n’y a pas de fonction intégrée pour rendre les apps facilement utilisables à une main sur ce très grand écran — Samsung permet par exemple de redimensionner les apps pour les rendre plus accessibles.

Capture de gauche : à gauche de l’écran d’accueil figure le « shelf », une étagère dans laquelle on peut placer des widgets. C’est plus utile que le Bixby de Samsung.

C’est la dernière version stable d’Android, Oreo 8.1, qui est installée sur le OnePlus 6. Le fabricant ne communique pas sur sa politique en matière de mises à jour. Ars Technica note que OnePlus adapte apparemment son support en fonction du succès des modèles. Le OnePlus 2 lancé en août 2015 n’a pas eu droit à Android 7.0 sorti l’année suivante.

Il y a de l’espoir pour le OnePlus 6, qui s’est vendu à un million d’exemplaires en moins d’un mois, soit trois fois plus vite que les deux précédents modèles. En outre, il est compatible avec Project Treble, c’est-à-dire que son architecture est plus modulaire, ce qui facilite l’arrivée des mises à jour et le développement de ROM alternatives. Il fait d’ailleurs partie de la demi-douzaine d’appareils compatibles avec les bêtas d’Android P. Ajoutez à ça une communauté active, et on est assez optimiste sur la longévité du support logiciel.

Pour conclure

Après un peu plus de deux semaines à utiliser au quotidien le OnePlus 6, j’en conclus qu’il n’est pas tout à fait au niveau de l’iPhone X… et que je lui pardonne sans peine au vu de son prix.

Sur le plan matériel, le OnePlus 6 ne déçoit pas sur les fondamentaux (écran, processeur, autonomie, fabrication), mais a une marge de progrès sur les à-côtés (haut-parleur, recharge sans fil, appareil photo, étanchéité…). Compte tenu du prix demandé, 519 à 619 € pour rappel, ce n’est pas la mer à boire.

Quant au logiciel et aux services, c’est toujours une histoire de chapelle, et c’est ça finalement qui retient le plus les habitués de la Pomme — je me comprends dedans. Si vous êtes très investi dans l’écosystème Apple (iMessage, Photothèque iCloud, Apple Pay, Apple Watch…) et que vous ne voulez pas changer vos habitudes ni celles de votre entourage, le OnePlus 6 ne sera pas plus doué que les autres smartphones Android pour vous faciliter la transition.

Mais si vous en avez soupé d'Apple et que vous êtes psychologiquement prêt pour un switch, alors vous devriez sérieusement envisager le OnePlus 6. Pour un tarif largement inférieur à un modèle haut de gamme d’une marque historique, vous avez des prestations similaires.

Le rapport qualité-prix, c’est définitivement l’atout maître du OnePlus 6. Rendez-vous compte, pour 519 € chez Apple, on a un iPhone 6s 32 Go, toujours un bon smartphone au demeurant, mais qui ne fait plus rêver. L’inspiration ne circule pas à sens unique. À Apple maintenant de suivre l’exemple de OnePlus en rendant la prochaine génération d’iPhone X plus abordable. Un vœu qui sera peut-être exaucé en septembre

avatar Serdinant | 

Il font surtout des économies en recherche et développement. C’est beaucoup plus facile et économe de copier que de créer.

avatar huexley | 

Bof qui copie qui au final dans le monde du smartphone ? Apple est tout aussi suiveur dans le domaine si ce n'est la reconnaissance faciale. Capteur d'empreinte, grands écran, bords à bords, double capteur photos, découpe sur l'écran, tout a déjà été vu avant que ce ne soit disponible sur la pomme…

avatar Serdinant | 

@huexley

C’est consternant de voir votre ignorance. Remontez un peu dans le temps et ouvrez les yeux.

avatar warmac33 | 

@ Serdinant
le commentaire de huexley manque dans doute un peu d'objectivité, mais clairement tout le monde copie sur tout le monde depuis 1 moment. On n'est plus du tout en 2007 et la claque de l'iphone edge. Rien que le retournement de veste sur la taille d'écran chez apple continue à me faire doucement rigoler moi qui pestait à la sortie de l'iphone 4 de ces écrans minuscules pour mon usage et qui était parti voir ailleurs. le R&D c'est tout autant une partie de la vérité qu'un argument marketing pour tenter de justifier des marges délirantes et à fort effet Veblen.

avatar MacTHEgenius | 

@warmac33

La recherche et le développement ne viennent et pas seulement des idées comme la grandeur d’écran ou l’ajout d’un lecteur d’empreintes. Elle concerne le comment et le défi technique de ces décisions.

Quand Apple a inclus Touch ID dans le iPhone 5s, elle n’était pas la première. Mais il était foutrement bien mieux intégrer que dans les appareils Android du moment et beaucoup plus fiable.

Alors oui, tout le monde copie tout le monde pour ce qui est des idées. Mais c’est l’application de ces idées qui relève l’effort et le coût.

—————————

Puisqu’on parle de taille d’écran. À l’époque du iPhone Edge jusqu’au 4s, le choix de 3.5 pouces était justifié par la prise en main de l’utilisateur. Choix qui s’est poursuivi avec les iPhone 5, 5s et 5c mais, avec une rangée de plus (format 16:9). Oui on peut critiquer le choix mais, il reste que c’est extrêmement difficile d’utiliser mon iPhone 8 Plus avec une seule main.

Apple n’a pas “retourné sa veste”; elle s’est adaptée au marché qui demandait des écrans plus grands.

Il ne faut pas oublier qu’elle contrôle aussi le SDK d’iOS. Le déploiement de nouvelles tailles d’écran demande une adaptation du SDK et de nouvelles fonctionnalités que la nouvelle taille pourrait avoir.

Du côté d’Android, Google s’en fout; Android est là et c’est aux constructeurs de modifier le système pour prendre en charge leurs écrans.

avatar frankm | 

"Alors oui, tout le monde copie tout le monde pour ce qui est des idées. Mais c’est l’application de ces idées qui relève l’effort et le coût"
Tout à fait, et comme pour tout, le moindre effort vers la qualité supérieure fait exploser le prix exponentiellement.

avatar webHAL1 | 

@MacTHEgenius
« Apple n’a pas “retourné sa veste”; elle s’est adaptée au marché qui demandait des écrans plus grands. »

Apple s'est consciencieusement appliquée à expliquer que les écrans plus grands que 4 pouces n'étaient pas ergonomiques, allant même jusqu'à le démontrer dans une publicité : https://youtu.be/O99m7lebirE.
Mais ça, c'était bien évidemment avant la sortie de l'iPhone 6 et des modèles "Plus".
C'est bien ce qu'on appelle un "retournement de veste" (et un beau !).

avatar alfatech | 

@webHAL1

"Apple s'est consciencieusement appliquée à expliquer que les écrans plus grands que 4 pouces n'étaient pas ergonomiques, allant même jusqu'à le démontrer dans une publicité : https://youtu.be/O99m7lebirE.
Mais ça, c'était bien évidemment avant la sortie de l'iPhone 6 et des modèles "Plus".
C'est bien ce qu'on appelle un "retournement de veste" (et un beau !)."

Ergonomiquement parlant il est clair que de mettre un smartphone actuel dans une poche de jeans à la mode (skyni) c'est pas si facile.....Donc  n'avait pas tord.

Tu appelles ça un retournement de veste..... Moi j'appel ça un changement de politique suite au décès de Jobs qui n'a jamais changé d'avis jusqu'à sa mort.

avatar webHAL1 | 

@alfatech
« Tu appelles ça un retournement de veste... »

Euh... ce n'est pas moi qui appelle ça un retournement de veste, C'EST un retournement de veste, hein...! Pas le premier (et pas le dernier) d'Apple, d'ailleurs. ^_^

avatar Dimemas | 

complètement !

avatar rikki finefleur | 

webHAL1
Oui ca c’était un peu le comble de l'escroquerie qui restera dans les annales publicitaires.
! les gars on a rien en stock, que faire ? Idée , on va descendre les grands écrans.
Malchance l'année suivante on fait nous aussi de grands écrans.
Seconde malchance : On a plus cette pub d'un coup nous expliquant a quel point c'est nul les grands écrans, c'est dommage !

Mais pourquoi produire l'année suivante des grands écrans si c'est nul ? C’est pas très clair, à moins que cela soit une arnaque publicitaire de la part de la pomme.

Il est a noter que lors de son passage (copie) aux grands écrans (tant dégrinés par la firme) , la pomme a fait sa meilleure progression en CA.. Ce qui est encore plus marrant.

Ils ont donc perdu quelques années de meilleurs CA , où ils auraient pu vendre encore plus de palettes.

avatar byte_order | 

@MacTHEgenius
> Il ne faut pas oublier qu’elle contrôle aussi le SDK d’iOS. Le déploiement de nouvelles
> tailles d’écran demande une adaptation du SDK et de nouvelles fonctionnalités
> que la nouvelle taille pourrait avoir.

C'est surtout parce que le moteur de mise en page n'est pas assez dynamique pour ne pas devoir faire d'adaptation à la main.

> Du côté d’Android, Google s’en fout;

Ben non, justement, très tôt l'hétérogénitié des tailles et ratio d"écrans a été pris en compte dans le SDK de l'OS, facilitant l'adaptation.

> Android est là et c’est aux constructeurs de modifier le système pour
> prendre en charge leurs écrans.

Mais oui c'est ça. Ils repassent sur l'intégralité du code d'affichage partout dans Android AOSP à chaque changement de définition, c'est bien connu...

C'est ironique j'espère, quand on voit que pour l'arrivée de l'iPhone X tous les développeurs ont du revoir leur app pour prendre en charge le nouveau modèle, et pas uniquement pour l'encoche mais aussi pour s'adapter à la nouvelle disposition du home button virtuel...

avatar p@t72 | 

ah oui autentech cette boite israélienne que la pomme c'est empressé de racheter et de démanteler pour ne garder ce qui lui intéressait (capteur d'empreinte ). et mettre son logo sur la r&d de cette boîte....💩🐵🐷🦄👍

avatar huexley | 

C'est consternant que tu sois consterné… Empreinte digitale sur Smartphone : Motorola Atrix sauf erreur, d'ailleurs Apple a "acheté" touchID à Autentec. Les grands écran, je t'invite à lire les réactions des utilisateurs de iPhone quand Samsung à présenté ses "Pelles à tartes", idem pour le borderless, la découpe c'est un brevet de Google, vue sur le Ph1, j'espère que tu es moins consterné !

avatar Indecence | 

Votre commentaire est consternant. Apple est venu dans le monde mobile sans aucun brevet. L’ecran tactile capacitif? Nokia en 2003/4 dont le mobile est mort né et Apple en a repris le concept. L’iPhone X sans bouton HOME? Repris de chez BlackBerry via le Z10 et bb10 en janvier 2013. On peut continuer ainsi longtemps. Apple ne fait la plupart du temps que reprendre ce que les autres ont fait avant mais en l’intégrant mieux que les autres. Point.

avatar alfatech | 

@Indecence

"Apple ne fait la plupart du temps que reprendre ce que les autres ont fait avant mais en l’intégrant mieux que les autres. Point."

Comme tout le monde quoi.......Nokia a du se rendre à l'évidence, devoir aussi faire une copie de l'iPhone qui a révolutionné la téléphonie pour avoir une chance de revivre. Tous les smartphones actuels sont des clones du 1er iPhone.

avatar p@t72 | 

révolutionner!?
....non!
évoluer oui!
de toute façon ce n'était qu'une question de temps!
une autre marque aurait sorti un smart à écran capacitif puisque les techno existait déjà avant l'iPhone !

avatar serginio | 

@Alfatech
Regarde bien l'histoire des téléphones multi-fonctions (Smartphone). Tu seras étonné qu'au niveau design (fome presque rectangle) et technologie (écran tactile) l'iPhone est le clone du sagem WA3050. Ce sagem a été commercialisé plusieurs années avant le premier iphone.

Tout ca pour dire que de la copie y en a dans tous les sens. Que cela soit design ou technologie. Pas besoin de ne pas être un fan ou pour constater. Vu les prix exhorbitants des iPhones (qui se vendent très bien) et la capacité financière d'apple, je suis même surpris qu'apple n'est pas beaucoup plus d'avance technologique sur ces concurrents. La différence entre les smartphones d'une même gamme sont au finale minime en comparaison de l'ensemble de leurs points communs.

avatar alfatech | 

@serginio

"Tu seras étonné qu'au niveau design (fome presque rectangle) et technologie (écran tactile) l'iPhone est le clone du sagem WA3050"

C'est sûr que si tu vois une ressemble entre ça et un iPhone.......

"Tout ca pour dire que de la copie y en a dans tous les sens."

Mais je suis d'accord avec toi en ce qui concerne cette phrase, sachant que l'on a fait le tour de la question.

avatar serginio | 

Au niveau des différence, J'envoie presque autant entre le dernier Blackberry à clapet/ clavier physique qu'avec le premier iphone.

avatar huexley | 

… et donc en quoi c'est consternant ? (mon postulat initial était que tout le monde copiait sur tout le monde que Serdinant trouvait consternant).

avatar Dimemas | 

c'est consternant d'être aussi amnésique...
ça fait belle lurette ne fait plus rêver ou a perdu en inventivité ...

On parle des inspirations android dans les dernières versions iOS.
Déja iOS 3-4 avait dû copier android à cause de l'absence de fonctions indispensable comme le copier coller

avatar Lestat1886 | 

@huexley

Oui mais
« Capteur d'empreinte »
Pas au niveau de touch id
Et l’encoche, il n’y a même pas 6 mois entre la sortie de Essential et de l’iPhone X

avatar warmac33 | 

@ Lestat1886
tu l'as essayé le capteur du oneplus 6 où tu la joues fanboy décérébré ?
Non parce qu'autant face ID est bluffant, autant touch ID est carrément inférieur à la reconnaissance d'empreinte de samsung depuis le S6 (bcp plus rapide), et c'est un utilisateur d'iphone et de galaxy qui te le dis.

avatar Lestat1886 | 

@warmac33

Oui on compte a la milliseconde la! Tu as oublié les gens qui se plaignaient de ne pas pouvoir voir l’écran verrouillé avec le 6s?! Et puis touch id est apparu avec le 5s, quel Galaxy était en face?

Si je suis un apple fanboy décérébré avec cet argument, tu es l’équivalent de Samsung (désolé mais ce genre d’arguments stériles ça m’énerve). Je ne parle que de fait objectif. Apple a été la première ou une des premières à mettre un capteur efficace qui ne ne nécessitait pas un swipe

avatar frankm | 

Attention à ce genre de comparaisons. Car moi aussi je peux être plus rapide de Usain Bolt du moment qu'il se tape un trajet plus long et complexe que le mieux. Je veux dire qu'avant de conclure que l'un est plus performant que l'autre il faut être sûr que le rapide ne passe pas par des raccourcis maladroits.

avatar p@t72 | 

les capteurs d'empreintes sous Android n'ont rien à envier à touch toi la nouille ...
la blague !

avatar iPop | 

@huexley

Oui mais entre rechercher un système de sécurité (chose évidente) et mimer complètement un appareil (fond d’écran, design général, Animoji, etc...) il y a une marge, et là c’est plus que flagrant...pour un bon nombre.

avatar en ballade | 

@Serdinant

Toujours les mêmes sornettes alors que Appl€ se sert des technos de Samsung....

avatar bonnepoire | 

@en ballade
Toujours ramener le même argument crétin.
Apple développe du soft, pas les concurrents. Une surcouche c'est pas grand chose. Pour ce qui est des composants, les plus importants ne viennent pas de Samsung. Et si on regarde du côté des écran, les dalles sont sans doute Samsung mais pas ce qui fait fonctionner la dalle. Apple est largement supérieur sur les LCD que ses concurrents.

Suffit de voir l'équivalent de Touch id et Face id chez les concurrents. C'est du gadget.

avatar warmac33 | 

@ bonnepoire
Tellement supérieure sur le LCD qu'elle finit par mettre de l'OLED comme les autres...

Et si tu as raison sur face id, touche id est en revanche moins efficace que la reconnaissance de samsung ou celle de huawei. En tous les cas eux continuent à la proposer sur tous leurs modèles

avatar frankm | 

Les concurrents sont plus rapides, mais ne passent-ils pas par des raccourcis ?

avatar sachouba | 

@bonnepoire :
Les surcouches, c'est pas grand chose, mais c'est quand même de là que viennent la quasi totalité des nouveautés d'Android (sans surcouche) et d'iOS tous les ans... Et plus particulièrement de celle de Samsung, en général.

avatar olaola | 

Apple a plus de R&D que OnePlus c'est sûr, mais c'est pas la R&D qui explique l'écart de prix. Avec les volumes de vente d'Apple la R&D ne représente pas grand chose dans le prix d'un iPhone (< 8 %)

avatar melaure | 

@Serdinant

Ca montre quand meme comment on se fait bien ARNAQUER sur les options de stockage ... et certainement les autres composants ...

avatar Mrtata | 

J'ai du mal à voir comment tous les frais liés aux efforts apportés à la R&D peuvent impliquer une différence de tarif aussi importante à la vue des volumes vendus. Là on est clairement dans la valeur d'estime qui se comprend plus qu'elle ne se justifie.

avatar Domiino9 | 

Ca serait si simple...

Bien sur que La RD rentre en compte mais c'est vraiment minime en comparaison à la politique de marge d'Apple qui est la plus élevée du marché et ce depuis des années!

L'iPhone X ne vaut certainement pas ses 1200 € l'Iphone 8 (mobile à l'esthétique complètement dépassé) est vendu à partir de 809€ !!!!!!

Il faut arrêter de croire que tout le monde copie Apple, c'était vrai avant, maintenant c'est plutôt le contraire, ils ont dans plusieurs domaines pas mal de retard (Assistant vocal, Maps...)

avatar NORMAN49 | 

Quand les chinois arrêteront de pirater tout ce qui bouge, je lirai cette chronique jusqu'au bout.
Et puis lire l'apologie du merde in china sur ce site... me dérange un poil.
C'est le droit du site et le mien de faire un tour ailleurs.
Bye...

avatar adixya | 

Bye !

avatar serginio | 

@Norman49

Il me semble que les smartphones iphone sont assemblés en Chine et que près de la moitié de leur fournisseur de matériel indispensables sont chinois. Donc ceux sont bien des "made in china" ou comme tu l'indiques "merde un china". Ceci est valable pour de nombreux autres smartphones avec l'Inde, Taiwan, Corée,...

avatar Quéquette Blues | 

"Pourquoi payer 1 159 € un iPhone X quand OnePlus propose a priori la même chose pour deux fois moins cher ?"

iOS.

avatar bta_bloquant | 

@Quéquette Blues

C’est clairement ce qui m’a retenu après un court switch par Windows Phone (a l’époque où les lumia faisaient rêver) et Samsung (avec son excellent GS4). Je suis redevenu fidèle à partir de l’iPhone 5.

Et maintenant que j’ai l’AW3, et que je suis passé à Mac au boulot (Medistory pour ceux qui connaissent) je suis enfermé dans iOS pour un bon bout de temps.

avatar bonnepoire | 

Certains dépensent à peine moins que les produits Apple pour devenir des produits. Je n'achète jamais le dernier modèle et je m'en porte très bien.

avatar sachouba | 

@bonnepoire :
Après, la question se pose : vaut-il mieux être un produit, sachant qu'on peut désactiver la sauvegarde de toutes les données personnelles par Google (historique, position, diagnostic, YouTube...) et le ciblage publicitaire ?

Ou vaut-il mieux être un bêta testeur sur un produit à 1000€ sur lequel les services cloud (Siri, Plans, iCloud...) tombent en panne 10 fois par an, des mises à jour viennent soit empêcher de téléphoner, soit détruire l'autonomie, soit casser des fonctionnalités (liens dans les messages...), soit ralentir le processeur à l'insu de l'utilisateur (pour cacher un vice de conception) ?

avatar p@t72 | 

ios....
et?
ios et ses bêta bourrées de beug 🙄

avatar Shyruko | 

Bon article pas partisan. Chapeau

avatar EBLIS | 

Je suis d'accord. J'ai apprécié l'article.

avatar plazza | 

A comparer avec l’iPhone X Plus en septembre environ 1300€ quand le one plus 6 sera à 400€ pour la même taille d’écran.

avatar TrollMan06 | 

Très bon article.

Mais iOS > Android. 😁

avatar Ze_misanthrope | 

Quel petit comique!

Pages

CONNEXION UTILISATEUR