Rumeurs



Le fournisseur de saphir d'Apple va passer une excellente année

GT Advanced Technologies (GTAT) a de quoi être heureux d'avoir Apple parmi ses clients. Ce fabricant américain de composants en saphir a dévoilé des prévisions financières très optimistes pour l'année 2014. Il mentionne à plusieurs reprises Apple et indique que la construction de l'usine en Arizona est en cours ce trimestre.

L'usine de GT Advanced Technologies en Arizona

Le fournisseur de saphir attitré d'Apple estime que son chiffre d'affaires s'établira entre 600 et 800 millions de dollars, contre 290 millions en 2013. 80 % de son chiffre d'affaires sera lié à la vente de saphir. Surtout, GTAT indique que 85 % de ses recettes seront réalisées au second semestre, ce qui va dans le sens d'un iPhone 6 équipé de saphir qui sortirait en septembre.

Apple a prêté l'année dernière 578 millions de dollars à GTAT pour lui permettre d’« accélérer le développement de sa technologie Advanced Sapphire Furnace […] pour produire du saphir synthétique en volume et à bas coût », d'après GTAT lui-même.

Selon le patron d'Ubuntu, qui avait envisagé d'utiliser du saphir pour son smartphone haut de gamme qui n'a pas vu le jour, Apple fait une razzia sur ce matériau très résistant. L'usine de GTAT serait capable de produire 100 à 200 millions d'écrans 5" en saphir par an. Assez pour un nouvel iPhone donc si elle démarre la production dans les prochaines semaines, comme l'indique 9to5Mac.

Sur le même sujet :

[Via Mac Rumors]



Broadcom lance une puce Wi-Fi 802.11ac pour smartphones

Broadcom annonce aujourd’hui une nouvelle puce Wi-Fi 802.11ac taillée pour les smartphones. Si certains modèles, comme le Galaxy Note 3 de Samsung ou le Moto X, intégraient déjà cette nouvelle norme de connexion sans fil beaucoup plus rapide, c’est la première fois qu’une puce taillée pour les appareils mobiles devrait permettre d’atteindre des débits nettement supérieurs.

La puce en question exploite deux MIMO, c’est-à-dire deux jeux d’antennes en entrée et en sortie. C’est grâce à cette multiplication des antennes que l’on peut atteindre de bons débits : en théorie, on devrait pouvoir monter jusqu’à 867 Mbps, pas très loin de l’Ethernet Gigabit qui est aujourd’hui la norme. Les puces utilisées jusque-là ne bénéficiaient pas de cette technologie et ne pouvaient pas atteindre de tels débits.

Apple connaît bien la technologie MIMO : elle est utilisée dans ses Mac dotés de Wi-Fi 802.11ac, mais aussi dans l’iPad Air et l’iPad mini Retina. Les deux tablettes sont restées au Wi-Fi d’ancienne génération toutefois (802.11n), mais il y a fort à parier que les prochains appareils d’Apple opteront pour le 802.11ac.

Broadcom fournit déjà les puces Wi-Fi des terminaux iOS actuels. L’iPhone 6 attendu pour l’automne sera-t-il le premier à bénéficier de cette nouveauté ?

[Via : MacRumors]



SFR / Numericable : c’est du sérieux... mais toujours pas d'accord

Après avoir alimenté pendant plus d’un an la section rumeurs, SFR est sur le point de tomber dans l’escarcelle de Numericable. Le site Les Echos rapporte que la maison mère de SFR, Vivendi, a conclu en fin de semaine dernière un accord de principe pour vendre sa filiale au câblo-opérateur.

[MAJ 24/02] : Vivendi a démenti auprès de l'AFP la signature d’un accord de principe avec Numericable. En revanche le groupe n'a pas démenti l'existence de discussions.

Les discussions ont duré tout le week-end et devraient se poursuivre dans les jours/semaines à venir. Altice, la maison mère de Numericable, devrait peser plus de 50 % de ce nouvel ensemble. Vivendi devrait rester au capital à hauteur de 32 %.

Dans ce montage, la valorisation de SFR est estimée à 15 milliards d’euros. Cette opération permettra à ce nouvel acteur d’être incontournable aussi bien dans le fixe que dans le mobile. Cette fusion devrait permettre à la nouvelle entité de faire de nombreuses économies. Ainsi, SFR pourra s’appuyer sur le réseau fibré de Numericable et arrêter de louer celui d’Orange. Les investissements dans la fibre seront bien évidemment mutualisés.

Si cette fusion va bel et bien à son terme, Bouygues Telecom va devoir réfléchir à son avenir et considérer un rapprochement avec Free Mobile. Deux sociétés qui entretiennent les meilleures relations du monde…



HTC préparerait deux montres et un bracelet connectés

Dans une période difficile, HTC veut remonter la pente grâce à une nouvelle gamme de produits. Le constructeur taïwanais n'a pas caché qu'il allait entrer sur le marché de l'informatique vestimentaire, et selon une source de Bloomberg, il va présenter discrètement un prototype de montre connectée au MWC qui se tient la semaine prochaine.

Qualcomm Toq

Cet appareil ne serait pas dévoilé publiquement, seuls les opérateurs pourraient en prendre connaissance. D'après l'agence de presse américaine, le produit est basé sur la Toq de Qualcomm, une montre qui grâce à son écran Mirasol dispose d'une autonomie de cinq jours. La Toq est actuellement vendue aux États-Unis 350 $ (250 €), un prix élevé par rapport à la Galaxy Gear qui a été lancée 300 $ et se trouve maintenant à 250 $.

HTC développerait aussi une seconde montre à écran AMOLED qui utiliserait Google Now, l'assistant personnel de Google. Il est aussi question d'un bracelet connecté à écran tactile qui pourrait jouer de la musique et servir de traqueur d'activité.

Sur le même sujet :



Apple fait le plein de saphir pour l'iPhone selon le patron d'Ubuntu

Mark Shuttleworth a livré aujourd'hui un nouvel indice important sur l'utilisation de saphir synthétique pour l'écran d'un prochain iPhone : « Apple s'est accaparée les trois années de production du même écran en saphir que nous voulions pour l'Edge ».

Le patron de Canonical, la société qui supervise Ubuntu, fait référence au smartphone qu'il a tenté de faire financer par les utilisateurs, sans succès. L'Ubuntu Edge devait être un appareil à la pointe de la technologie, avec entre autres 4 Go de RAM et 128 Go de stockage, mais aussi un écran protégé par du saphir.

Ce matériau très résistant fait l'objet d'un véritable pari d'Apple qui a investi 578 millions de dollars dans sa fabrication. Son usine en Arizona serait capable de produire de 100 à 200 millions d'écrans 5" en saphir par an.

Apple utilise déjà du saphir pour le bouton d'accueil de l'iPhone 5s et l'appareil photo

La déclaration de Shuttleworth correspond parfaitement à la manière d'agir d'Apple quand elle mise beaucoup sur une nouvelle technologie très prometteuse. Elle rafle tout le stock et signe quand elle le peut des contrats d'exclusivité pour s'assurer une longueur d'avance sur la concurrence. C'est ce qui s'est passé avec la mémoire flash, la production des châssis en métal ou bien encore le Liquidmetal. Une personne très au fait du fonctionnement d'Apple avait expliqué il y a quelque temps comment elle gérait la rareté des composants :

Lorsqu'arrivent de nouvelles générations de composants (écrans tactiles, puces, écrans LED) ils sont très coûteux à fabriquer et la construction d'une usine qui peut les produire en grandes quantités revient encore plus cher. Souvent, le capital initial requis peut être à ce point énorme, avec des marges assez faibles (qui diminueront tandis que ce composant se banalisera rapidement) que les entreprises ne peuvent pas lever les capitaux d'investissement nécessaires pour construire ces usines et couvrir les coûts. Ce que fait Apple, c'est utiliser son trésor de guerre pour payer le coût de la construction de l'usine (ou une part importante de celle-ci), en échange de droits exclusifs sur la production qui en sortira durant une période donnée (par exemple de 6 à 36 mois). En échange aussi, après cela, de rabais sur les tarifs.

Pour en revenir à la déclaration de Shuttleworth, elle donne aussi un indice sur la taille de l'écran du futur iPhone. Si Apple monopolise effectivement la production « du même écran en saphir » que l'Edge, comme le dit le patron de Canonical, alors on peut s'attendre à un iPhone 4,5". Cela contredit toutefois bon nombre de rumeurs qui parlent plutôt d'un écran 4,7" et un rapport taïwanais selon lequel seule la phablette d'Apple aurait du saphir comme protection.

[Source : GigaOM]



Apple songerait à une autre dénomination qu'iPhone pour sa phablette

Tout le monde s’accorde à dire qu’Apple travaille cette année sur deux nouveaux smartphones : le premier aurait un écran de 4,7“ le second embarquerait un écran de 5,6”. Jusque-là, rien de bien étonnant, ce qui l’est plus, c’est la manière dont Apple songerait à commercialiser sa « phablette ». La marque à la pomme utiliserait une autre marque que iPhone.

Depuis des mois, Tim Cook répète à qui veut l’entendre qu’Apple va s’attaquer à de nouveaux marchés en 2014. Est-ce que ce grand iPhone est vu par les ingénieurs de la firme de Cupertino comme un produit différent d’un smartphone ? Est-ce la redéfinition tant attendue par certains de ce que doit être un téléphone en 2014 ? À savoir, un appareil aussi proche d’une tablette que d’un téléphone ?

iPhone 4" et concepts en 4,7" et 5,5"
Concept iPhone 6 / ciccaresedesign

L’avenir nous le dira. Et une telle rumeur est à prendre avec de grosses pincettes tant la marque iPhone est répandue et connue. Mais au moins en agissant ainsi, il y aurait une distinction nette entre les deux appareils. Ce serait en quelque sorte une réaction épidermique à la gamme actuelle qui même au niveau du nom (iPhone 5s / iPhone 5c) a du mal à se distinguer.

Dernier élément intéressant dans le rapport d’Economic Daily : seul le grand appareil utiliserait du saphir synthétique, le plus petit resterait fidèle au Gorilla Glass.

Tags:


Deux nouveaux concepts pour l’iWatch

À défaut de savoir à quoi ressemblera la montre d’Apple, si tant est que le constructeur de l’iPhone sorte vraiment une montre, le sujet fait réfléchir de nombreux designers. Pour preuve, ces deux nouveaux concepts qui essaient d’imaginer à quoi pourrait ressembler un tel produit et surtout quelles seraient ses fonctions.

Le premier présente non pas une montre, mais un « iBand ». Il s’agit donc d’un bracelet assez proche, dans l’esprit, du FuelBand de Nike. Pas véritablement d’écran sur ce concept, mais un affichage très simple, suffisant pour afficher l’heure, mais aussi le nombre de calories consommées, votre rythme cardiaque, ou même un système de navigation minimaliste ou encore des bonnes affaires envoyées par iBeacons. Au rang des originalités, on note la présence de Touch ID pour payer avec son bracelet, mais aussi celle de Siri.

Autre concept, mais cette fois avec un écran en couleur et une interface plus riche, proche de celle que l’on a sur les appareils iOS. Pour limiter au maximum la gêne, l’écran serait courbé pour suivre la forme du poignet. Les créateurs du concept ont aussi imaginé une recharge solaire et cinétique (avec les mouvements du poignet) et des dizaines d’utilisations, des simples notifications au GPS complet, en passant par le suivi de sa santé. Un appareil prometteur, incontestablement, mais aussi sans doute largement improbable, du moins à court terme.

[Via : 9To5 Mac]

Tags: ,


Détails et description du capteur d'empreintes du Galaxy S5

Le capteur d'empreintes du prochain Galaxy S5 va certainement alimenter les joutes verbales entre aficionados Samsung et Apple. SamMobile assure que le S5 en sera doté et le site détaille son fonctionnement. Il dit aussi avoir quelques captures d'écran, mais il les garde encore sous le coude. Rien ne vaut un feuilleton à six jours de la présentation du téléphone.

Tel qu'il est présenté, le capteur de Samsung serait plus proche de ce que proposait l'Atrix de Motorola que du Touch ID d'Apple. En revanche, la gamme des actions associées serait plus large. Le S5 aurait toujours un bouton Home physique intégrant ce capteur. Pour que l'empreinte soit reconnue, il faudrait glisser verticalement le doigt, bien à plat et doucement, sur la base du téléphone sous l'écran. Peau sèche conseillée, comme sur le 5s.

Le principe rappelle davantage les capteurs de précédentes génération, vus notamment sur les ordinateurs portables. Ils imposent aussi ce glissement, au lieu d'un simple contact avec le bouton de l'iPhone 5s, et pas forcément le doigt bien positionné.

Touch ID

Avantage, a priori, à Apple, mais Samsung en fera plus sur le plan logiciel. 8 empreintes pourront être enregistrées et associées à autant d'actions ou de raccourcis pour lancer des apps. L'une des empreintes au moins devra servir à déverrouiller le téléphone. Un dossier personnel et un mode privé seraient prévus pour masquer des contenus privés. Ils ne seraient accessibles qu'en échange d'une pression sur le bouton Home suivi du geste pour l'empreinte. L'accès à des sites web verrouillés par mot de passe compte aussi parmi les usages prévus, indique SamMobile.

Tim Cook avait laissé clairement entendre que le rayon d'action de Touch ID, limité au déverrouillage ainsi qu'aux achats sur l'App Store, ne demandait qu'à être élargi. Vu qu'il s'agit de logiciel, c'est certainement la partie la plus aisée à faire progresser pour Apple, comparée au mécanisme de détection qui imposait une miniaturisation conséquente tout en garantissant une fiabilité importante pour se faire oublier par l'utilisateur (lire aussi L'ancêtre de Touch ID avait la taille d'une console de jeu).

Petit détail, au moment de la reconnaissance, l'écran du S5 afficherait une image de l'empreinte. Amateurs des Experts… En définitive, Samsung paraît avoir choisi un chemin plus court et plus aisé à mettre en place que le principe de la reconnaissance rétinienne qu'avait évoqué la vice-présidente exécutive de la division mobile (lire Samsung veut un scanner rétinien pour le Galaxy S5).

Enfin, Bloomberg parle de tarifs plus abordables que ceux des S4 à leur lancement, en plus d'un écran plus grand, d'un meilleur appareil photo (16 mpx) et d'une plus grosse batterie. Une précédente rumeur parlait de deux modèles pour le S5, dont un en aluminium. À voir si la version évoquée par Bloomberg ne correspond pas simplement à l'entrée de gamme en polycarbonate.



iOS 7.1 le 15 mars avec un nouveau service de gestion ?

Selon AppleInsider, iOS 7.1 pourrait sortir autour du 15 mars, soit dans un petit mois. Cette mise à jour du système d’exploitation mobile est en bêta test depuis plusieurs semaines, uniquement pour les développeurs enregistrés au programme Apple. La rumeur avait déjà évoqué à plusieurs reprises le mois de mars, la mi-mars ne semble pas, dès lors, illogique.

Au-delà de la date, le site rapporte une autre information plus intéressante. Pour accompagner iOS 7.1, Apple pourrait proposer aux entreprises et aux institutions qui gèrent des parcs d’appareils iOS un nouvel outil de déploiement en masse. Le constructeur a toujours fourni des moyens d’acheter plusieurs applications pour les installer sur plusieurs iPad ou iPhone, mais ce nouveau service ne nécessiterait plus d’installer un logiciel.

Tout se ferait depuis un site web, qui semble être déjà prêt. Impossible toutefois de se connecter pour le moment, mais on imagine que ce site déjà en ligne est un signe qui témoigne qu’Apple mène actuellement des tests avec certains partenaires. AppleInsider donne quelques informations supplémentaires sur les fonctions à attendre : l’administrateur pourrait superviser le déploiement des appareils depuis ce site et surtout les surveiller à distance par la suite. Il pourrait aussi contrôler le terminal et éventuellement le bloquer à distance, sans que l’utilisateur puisse contourner cette surveillance.

D’après ce que l’on peut voir, ce nouveau système viserait les plus grosses structures et répondrait aux critiques contre les outils actuels. Apple Configurator est chargé de faire le travail de déploiement aujourd’hui, mais cet outil réservé à OS X a été pensé pour des équipes de taille moyenne, pas pour une grande entreprise ou une université.

Ajoutons que les restrictions qu’un administrateur peut mettre en place aujourd’hui, par exemple pour empêcher l’accès à Facebook ou YouTube depuis des iPad utilisés en classe, sont faciles à lever. Ce nouveau service pourrait offrir une solution beaucoup plus sûre.

Tags:


Une puce A8 sans LTE et sans Samsung ?

Si l’on ne sait rien, ou presque, du nouvel iPhone, on sait qu’Apple présentera cette année un successeur à l’A7, le système sur puce qui équipe l’iPhone 5s et les nouveaux iPad. Celui qui devrait vraisemblablement s’appeler A8 n’aurait pas de puce LTE, ce qui n’est pas une surprise étant donné qu’aucun Apple Ax n’a été équipé de puces cellulaires jusque-là.

merci bugman

La rumeur voudrait plutôt que l’A9, ou un autre successeur encore, finisse par intégrer les composants cellulaires. À la clé, un gain de place potentiel, mais aussi une meilleure autonomie liée à des optimisations que pourrait mener le constructeur. D’ici là, Apple ferait à nouveau confiance à Qualcomm pour équiper ses nouveaux smartphones.

À propos de fournisseurs, une autre rumeur indique que Samsung ne produirait pas l’Apple A8. Aucune raison politique derrière ce choix, mais une incapacité du Coréen à produire la puce dans des quantités suffisantes et avec suffisamment de bons résultats. À l’heure actuelle, Samsung ne parviendrait pas à tenir la production à cause des gravures en 20 nm que le système sur puce nécessiterait. Résultat, TSMC seul pourrait avoir la charge de produire la puce selon cette rumeur.

Cela ne veut pas dire que Samsung n’aurait plus de commandes de la part d’Apple et l’entreprise pourrait participer à la production de l’Apple A9 pour 2015.

[Via : 9To5 Mac]