Brevets Sonos : Google modifie ses enceintes pour éviter une interdiction d'importation 🆕

Mickaël Bazoge |

Google a enfreint des brevets appartenant à Sonos, a jugé l'ITC (International Trade Commission) américaine. Une décision qui pourrait déboucher sur l'interdiction pour Google d'importer des produits de sa marque aux États-Unis : enceintes Google Home, smartphones Pixel, Chromecast… Des appareils assemblés en Chine, puis exportés sur le territoire US.

Il s'agit de la décision finale de l'ITC, après deux ans d'enquêtes. Elle confirme un premier jugement remontant au mois d'août 2021. Google pourrait cependant éviter l'interdiction des importations, en modifiant ses produits pour contourner les inventions volées à Sonos.

« Il est possible que Google soit en mesure de dégrader ou d'éliminer des fonctions du produit pour contourner l'interdiction imposée par l'ITC », convient Sonos dans une déclaration. Mais même si Google peut « sacrifier l'expérience utilisateur », ses produits enfreindront toujours « plusieurs dizaines de brevets », déplore l'entreprise.

C'est que Sonos en a gros sur la patate. En 2013, l'entreprise s'était rapprochée de Google pour travailler à une meilleure intégration de leurs technologies respectives. À l'époque, Google n'était pas un concurrent, jusqu'à ce que le géant du web décide de marcher sur les mêmes platebandes que son désormais rival. Sonos a bien essayé de s'entendre avec Google sur une licence de ses brevets, mais aucun accord n'a pu être signé.

Sonos a porté plainte contre Google en janvier 2020, en affirmant que le moteur de recherche s'était impunément servi dans 150 brevets Sonos pour concevoir ses propres produits audio. En vertu de la procédure de l'ITC, ce sont cinq brevets qui ont servi contre Google, et l'institution a estimé que ce dernier les avait tous enfreints1.

Sonos aurait voulu attaquer Amazon, mais le constructeur a préféré se concentrer sur Google, n'ayant pas les moyens financiers suffisants pour poursuivre deux mastodontes à la fois.

Google et Amazon se défendent d

Google et Amazon se défendent d'avoir copié Sonos

L'interdiction de l'importation débutera dans 60 jours, à moins que Google trouve le moyen de ne plus utiliser ces cinq brevets. L'entreprise en a largement les moyens.

Mise à jour : Google a répondu rapidement à la décision de l'ITC en annonçant un changement dans le fonctionnement de ses enceintes et plus généralement de celles compatibles Google Cast. Quand plusieurs enceintes sont utilisées en groupe, il ne sera plus possible de modifier le volume général du groupe, que ce soit par le biais de l'app Google Home, de Google Assistant ou depuis un Nest Hub. Il faudra modifier le volume pour chaque enceinte individuellement. Le contrôle du volume pour le groupe entier fait en effet partie des fonctions de l'application Sonos, une fonction dont Google a enfreint le brevet lié.

Contrôle du volume de groupe dans l'app Sonos

Google prévient également que la plupart des groupes d'enceintes devraient continuer à fonctionner normalement (exception faite du changement ci-dessus), sauf si le groupe contient des enceintes de marques tierces, comme JBL ou Lenovo, auquel cas elles devront être mises à jour vers le firmware 1.52.272222 de Google Cast.

« Une petite partie » des utilisateurs devront se servir de l'app Device Utility (qui n'est apparemment pas encore disponible) pour mettre à jour leurs enceintes. Cette application devrait être proposée automatiquement aux utilisateurs concernés.

Ces changements, qui visent à éviter l'interdiction d'importation, ne marquent peut-être pas la fin de la bataille judiciaire. Dans une déclaration à Android Police, Google déclare vouloir « demander un examen approfondi et [continuer à se défendre] contre les allégations spécieuses de Sonos concernant notre partenariat et propriété intellectuelle. »


  1. En l'occurence, il s'agit de brevets permettant de contrôler le volume d'un système audio, la synchronisation de plusieurs enceintes, le contrôle indépendant du volume de plusieurs enceintes, et l'appairage stéréo d'enceintes.  ↩︎


Tags
avatar tkclub | 

Si Amazon enfreint en effet les mêmes brevets avec ses speakers echo, mais s’en tire jusque parce qu’ils sont géants et Sonos petit, le système est vraiment mal foutu.

avatar Zash_FX | 

@tkclub

« Welcome to the real world »

avatar R-APPLE-R | 

@tkclub

Et Google c’est des petit ?

avatar ohmydog | 

@tkclub

Enfin il y a un autre point à prendre en compte aussi… Amazon est aussi un distributeur, qui revend les produits sonos… tu vas pas mordre celui qui te fait vivre

avatar MGA | 

@ohmydog

Sonos n’a pas les moyens de courir plusieurs lièvres. Google a fait le ménage maintenant les autres savent à quoi s’en tenir, des modifications seront peut-être faites pour régler l’éventuel problème discrètement.

avatar raoolito | 

@tkclub

puisque google est condamné, amazon ca revoir sa position

avatar MachuPicchu | 

@tkclub

Ce qui est mal foutu, c’est de pouvoir breveter des choses aussi triviales qu’un bouton de réglage du volume.

avatar Paul Position | 

@MachuPicchu

Le réglage du volume sur plusieurs appareils connectés, c'est différent, il faut une techno spécifique derrière et y avoir penser et fabriquer en premier. C'est pas le brevet le plus débile existant...

avatar Patrick_C | 

@MachuPicchu

La différence c’est que sonos n’est pas un patent troll

avatar Godverdomme | 

J'adore ce genre d'articles car dans aucune connaissance du dossier, sans aucune idée des détails juridique on va avoir droit a une pluie de:

"Bien fait pour eux, c'est mérité" et quand on a un article avec Apple qui se fait poursuivre "ha encore des patent troll qui attaquent le gentil Apple"

Source: https://www.macg.co/news/voir/260100/apple-v.-samsung-l-itc-interdit-la-vente-de-l-iphone-4-contre-toute-logique

avatar raoolito | 

@Godverdomme

quand meme. ici sonos defend ses propres licences, on est loin d'un patent troll
et les critiques envers apple sont légion aussi

avatar Godverdomme | 

Relis toute la saga de 2013 quand Samsung a fait arrêter une partie des produits Apple, cela te rafraîchira la même. Surtout les commentaires

avatar raoolito | 

@Godverdomme

ahaha nan mais samsung et intel c les ennemis jurés et les premiers partenaires. On est alors dnas le subjectif complet :)

avatar Chris K | 

Il n’y a pas de sanctions financières ou ça se décide par un autre biais ?
Cela touche les produits récents de Google ?

avatar Nesus | 

Le problème est qu’il faut 2 ans pour que ce soit jugé. En attendant la pdm de sonos s’est effondrée et Google a engrangé bien plus que l’amende qui sera peut-être un jour prononcé. Google et Amazon n’ont donc aucun intérêt à ne pas violer les brevets.
Ils n’ont juste pas encore eu la chance que sonos disparaisse.

avatar cosmoboy34 | 

@Nesus

Google est assez malin pour s’en tirer sans trop grand chose ils l’ont déjà fait ils sont habitués à la méthode sonos ne vas pas gagner grand chose dans l’histoire c’est couru d’avance malheureusement

avatar MGA | 

@cosmoboy34

Sonos ne gagnera pas grand chose c’est très probable mais au moins elle se sera fait respecter, les autres, si ils ont pris le même raccourci, suivront peut-être sans faire de vagues ?…

avatar Glop0606 | 

Les Gafam sont devenus trop gros et pour le rester, ils vont sur chaque secteur, quitte à piller les inventions des autres (les amendes ne leur faisant aucunement peur). Le problème: ça casse l’innovation, les petits acteurs n’ayant plus le temps ni les ressources de s’imposer. Je pense qu’on aurait un début de solution en imposant à ces mastodontes d’utiliser des technos/protocoles standards et compatibles.

avatar 406 | 

150 brevets ? Juste pour ce type d enceinte ? J y connais rien mais ça me semble assez farfelue quand même…

avatar v1nce29 | 

T'as vu la gueule du brevet en exemple ? Un volume master pour éviter de régler individuellement n sources.
Si tu peux breveter çà...

S'ils ont pas pensé à un "mute master" il faut se dépêcher de le déposer ; y a du pognon à se faire.

avatar r e m y | 

Ce qui est protégé ce n'est pas l‘idée d'avoir un contrôle global du volume, mais la façon de le faire techniquement.

avatar v1nce29 | 

Et quelle est cette technique "secrète" que Google aurait piqué. Parce que le concept de "remontée" au niveau d'un master d'actions qui sont possibles individuellement au niveau d'un regroupement c'est tout sauf neuf.

avatar cosmoboy34 | 

@v1nce29

Tout est dans l’écriture du code. Chaque fonctions d’un logiciel peut être écrite d’un nombre incalculable de manière différentes. Qu’un code soit écrit de la même manière dans 2 entreprises différentes qui ont collaborées est très peu probable par le hasard c’est forcément intentionnel c’est donc du vol. c’est comme prendre une photo d’un bouquin en libraire en gros

avatar MarcMame | 

@v1nce29

"T'as vu la gueule du brevet en exemple ? Un volume master pour éviter de régler individuellement n sources.
Si tu peux breveter çà..."

————-
Ce n’est pas l’idée qui est brevetée, cette fonction existe depuis la nuit des temps.
C’est la manière d’y parvenir qui est brevetable.
Et il existe mille et une manière de le faire, toute brevetable.
Ici, Google n’a pas eu envie de se faire chier et savait parfaitement ce qu’il faisait.

avatar 406 | 

En fait, ça me rappelle tout les brevets mis en avant par Devialet. Une belle blague quand on les lit, en fait.

avatar socotran77 | 

Il suffit de faire breveter la manière dont on Pète pour que tout le monde te verse des royalties, en fait !

avatar bibi81 | 

Il suffit de faire breveter la manière dont on Pète pour que tout le monde te verse des royalties, en fait !

Non on ne peut pas breveter quelque chose qui existe déjà.

avatar mat16963 | 

Mais je ne comprends pas, Apple aussi avec Airplay permet de gérer le volume Master. Et il n’y a pas infraction de brevet dans son cas ?

avatar r e m y | 

Soit Apple le fait différemment d'un point de vue technique (et donc ne tombe pas sous le coup du brevet Sonos) , soit, comme pour Amazon, Sonos n'avait pas les moyens d'intenter plusieurs procès simultanément

avatar Rin-Kun | 

@mat16963

Si j’ai bien compris c’est le bouton « volume master » le brevet or Apple utilise la barre de volume habituelle quand on a plusieurs enceintes connecté.
Du coup non ?

avatar raoolito | 

@mat16963

airplay 2 est une évolution de airplay 1 qui a bien une petite dizaine d'années je dirais
m'est avis que si sonos avait eu a y redire ca aurait deja ete fait depuis un bail. rien ne prouve qu'apple n'ait pas créé un truc nouveau a eux, voire qu'ils payent la licence ( tout est possible)

EDIT c une évolution de Airtunes qui date de 2004
https://en.wikipedia.org/wiki/AirPlay
et sonos utilise airplay2 pour rendre compatible certains de ses devices

avatar mat16963 | 

@raoolito

Ah oui en effet merci.

avatar MarcMame | 

@mat16963

"Mais je ne comprends pas, Apple aussi avec Airplay permet de gérer le volume Master. Et il n’y a pas infraction de brevet dans son cas ?"

——-
Non parce que les moyens mis en œuvre sont différents.

avatar juluparien | 

Déjà depuis android 12 on ne peut plus modifier les volume de google cast via les bouton volume de son tel

avatar lmouillart | 

C'est revenu sur la mise à jour de janvier.

avatar pagaupa | 

Quand les entreprises auront compris que se « rapprocher » d’un gafam et synonyme de se brûler les ailes, elles auront fait un grand pas...mais l’attirance du gain est souvent plus fort...

avatar MGA | 

Seule certitude : si Google réagit si vite c’est qu’il y avait un risque juridique et financier trop important…

avatar lmouillart | 

Visiblement Google a traité le problème par-dessus la jambe... Curieux.

---
En tant qu'utilisateur c'est pénible, très pénible, de perdre ce type de fonctions sur les Chromebidules. Le pire c'est que Sonos sur Android c'est catastrophique : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.sonos.acr2 .

avatar cosmoboy34 | 

C’est pas comme si google était pas coutumier du fait 😅 #GoogleEarth

avatar lmouillart | 

Visiblement ART+COM s'est fait débouté de ses demandes et n'a pas suffisamment faire de recherche d'état de la technique. Stephen Lau à semble-t-il écrit une bonne partie du code au Stanford Research Institut, puis à aider TerraVision. Chose qu'il a également fait pour Art+Com.

CONNEXION UTILISATEUR