Geely, le propriétaire chinois de Volvo, se lance sur le marché du smartphone

Félix Cattafesta |

Le groupe automobile chinois Geely (propriétaire de Volvo) va prochainement se lancer sur le marché du smartphone. Reuters nous apprends que le groupe a acheté 79,09 % du fabricant de téléphones Meizu via sa filiale Xingji Technology. Si la marque va rester indépendante, les deux entités vont collaborer étroitement dans différents domaines, et notamment sur l'aspect logiciels.

Geely ne cache pas ses grandes ambitions dans le domaine du smartphone, et désire surtout viser le haut de gamme en offrant des produits « différents ». Meizu est connu pour ses mobiles sous FlymeOS, une version customisée d'Android que les deux entreprises espèrent étendre à plus d'appareils. En septembre, Reuters expliquait que le groupe avait pour objectif de commercialiser son premier téléphone d'ici 2023 et d'en vendre 3 millions d'unités la première année.

En se lançant dans ce secteur, Geely va arriver sur un marché déjà bien occupé par Xiaomi, Oppo, Vivo et consort. Le groupe reste confiant et a annoncé travailler sur plusieurs projets de téléphones, mais aussi des wearables basés sur les technologies XR (réalité virtuelle, augmentée etc).

Meizu est loin d'être le fabricant de smartphones chinois le plus connu à l'international. La marque s'est installée en France en 2014 avant de quitter le marché 4 ans plus tard, et dispose de parts de marché marginales dans le monde. Récemment, Meizu a fait parler d'elle à l'aide d'une campagne marketing annonçant un téléphone sans trou, ni pour le haut-parleur ni pour le port de charge. Si le concept est intriguant, tout cela n'était au final qu'une grosse blague.


Tags
avatar Gerrer | 

Nan mais sérieux quoi…comme si ce n’étais pas déjà un marché suffisamment saturé comme ça…

avatar debione | 

@Gerrer:

Il y a bien des fabricants de smartphone qui essayent de s'installer dans le secteur de la voiture...

avatar Gerrer | 

@debione

Mais là on en sait strictement rien…y’as rien de sûr pour l’instant.

avatar IceWizard | 

@Gerrer

« Nan mais sérieux quoi…comme si ce n’étais pas déjà un marché suffisamment saturé comme ça… »

Les industriels chinois ne cherchent pas à gagner de l’argent, mais à prendre des parts de marché mondial pour occuper un maximum de terrain. Et écraser la concurrence ne pouvant lutter contre des marges extrêmement faible, voire nulles.

Cette technique a déjà été utilisé dans le domaine des panneaux solaires par exemple, où pratiquement toutes les entreprises occidentales du domaine ont fermées boutique. Même SolarCity achetée 2 milliards de
$ par Musk en 2016 (à ces propres cousins) va très mal.

avatar Gerrer | 

@IceWizard

Mais ça sert as quand même as rien MDR 🤣 quand tu crée une entreprise c’est pour gagné de la thune pas pour en perdre…décidément, je ne comprendrais jamais les chinois…ils sont très particuliers quand même…

avatar zypic | 

@IceWizard

Il faut aller + loin dans l’analyse.
Pour les panneaux solaires entre autres il y a et il y a eu du dumping des chinois pour couler la concurrence.
Il y a eu la clause attribuée à la Chine et jamais enlevée de la clause de la nation la plus favorisée et l’entrée dans l’OMC « accordée » par les USA suite à une « affaire rocambolesque » à base de cruise missile US détourné par l’ambassade chinoise qui a été détruit par un autre cruise missile envoyé sur ladite ambassade.
Ne pas oublier également que la grande distribution Française a TOUT fait pour délocaliser les industries avec des pratiques qu’on doit pouvoir qualifier de mafieuses et les politiques n’ont fait que suivre. Aucune stratégie politico-économique.
On ne peut pas se qualifier de démocraties car ce n’est pas ces principes qui dirigent toutes nos actions « collectivement »mais plutôt un Capitalisme Ultra ou tous les coups sont permis, ou les TPE et PME ainsi que les citoyens sont les grands oubliés faute de pratique concertée du lobbyisme en Europe.

avatar iPop | 

@Gerrer

Bah, on a bien Sony qui fait des voitures maintenant (en même temps c’était prévisible, tradition japonaise, tout ça…)

avatar TheDeepShadow | 

Après Sony est un immense conglomérat, ils ne sont pas connus que pour leur smartphones (d'ailleurs, je crois que c'est la division la moins rentable du groupe)

avatar lldjandoll | 

Malin. Rachetez un constructeur en difficulté ayant des compétences en customisation d’androïd. Et hop j’en assigne certains à Android automotive pour créer une signature Volvo avec ce système 😎

avatar Amaczing | 

@lldjandoll

Le passage de technos légalement est possible entre entités totalement différentes ?

avatar sebas_ | 

@Amaczing

Je ne vois pas pourquoi ça ne serai pas le cas… au pire ils passent par un achat/vente de techno à un prix dérisoire.

Pareil, à part les synergies avec Volvo, je ne vois pas trop ce qu’ils viennent foutre sur ce marché déjà ultra concurrentiel.. P’etre une histoire de crédit d’impôts pour la R&D, un truc avec le gouvernement…?

avatar pagaupa | 

@lldjandoll

Bien vu!

avatar marc_os | 

LOL 😃😆
J'ai éclaté de rire en lisant le titre sur la page d'accueil de igen.

avatar marc_os | 

Où l'on voit que l'économie de la Chine est bien devenue capitaliste.
Avec l'avantage de la dictature qui garantit une main d'œuvre corvéable à merci.

avatar IceWizard | 

@marc_os

« Où l'on voit que l'économie de la Chine est bien devenue capitaliste. »

Une économie capitaliste où depuis 10 ans, les entrepreneurs non liés au Parti communiste, se retrouvent en prison, ou disparaissent mystérieusement. Certains réapparaissent, le visage tuméfié, pour se repentir publiquement et payer d’énormes sommes à l’état.

Même les milliardaires et millionnaires chinois réfugiés en Occident ont peur et prennent d’énormes précautions pour éviter de se réveiller un matin dans une geôle chinoise, sans comprendre comment.

Malgré tes fantasmes, l’état chinois est belle et bien une dictature communiste. Ils ont juste desserré l’étau le temps d’éviter la banqueroute, comme le paradis communiste de l’Union Soviétique et referment le poing maintenant.

avatar zypic | 

@IceWizard

+1000
Très bonne analyse.
Malheureusement nombre de nos politiques Européens ont une vision court-termiste et sont près à aller pantoufler après leurs mandats politiques aux conseils d’administration de sociétés Russes ou Chinoises. C’est notre 5ème colonne.

avatar iPop | 

@zypic

Court termiste ? Dans la mesure où les banques sont de plus en plus dirigées par les chinois et les américains (très en rogne d’ailleurs), je ne dirais pas ça. D’ailleurs si vous chercher les tenants de la prochaine guerre mondiale que la amerloques vont pouvoir nous « sauver »…

avatar iPop | 

@IceWizard

J’aurai plutôt dit « Dictature capitaliste » le communisme est mort il y’a longtemps.

avatar marc_os | 

@ IceWizard

Le capitalisme n'a pas besoin de démocratie pour fonctionner. Cf. aussi les dictatures d'Amérique du sud du XX ième siècle, en commençant par celle de Pinochet.
Déjà, une entreprise en général, à part celles du type SCOP, ce n'est pas une démocratie. Tu obéis au chef ou tu pars.
Même pour l'URSS d'antan, certains parlaient de "capitalisme d'État".

avatar IceWizard | 

@marc_os

« Déjà, une entreprise en général, à part celles du type SCOP, ce n'est pas une démocratie. Tu obis au chef ou tu pars. »

Comme toutes les organisations communistes, qui font partie des structures les plus hiérarchisés existantes. Avec la vénération et l’obéissance absolue au grand chef/timonier/pape.

On est bien de la phase 2, dont tu n’as jamais entendu parler, n’ayant pas lu au-delà de la page 10 du grand Livre Saint du prophète Marx !

Quel dommage que l’intelligence ne soit pas apparu chez les insectes sociaux

avatar DahuLArthropode | 

@IceWizard

"Une économie capitaliste où depuis 10 ans, les entrepreneurs non liés au Parti communiste, se retrouvent en prison, ou disparaissent mystérieusement."

Aucune incompatibilité.
C’est bien devenu un régime capitaliste, qui fait la part belle à l’initiative privée, qui autorise l’enrichissement personnel indécent, qui spécule, etc. On est loin de l’économie planifiée.
C’est aussi un système étatiste (mais, dans une certaine mesure, même aux USA, l’état contrôle et/ou subventionne certains domaines sensibles: Airbus, Naval Group et Huawei s’en souviennent).
Et enfin, c’est une dictature, un régime autoritaire, corrompu, militariste, impérialiste (là aussi, comme d’autres).
Du communisme, la Chine a pu préserver l’essentiel de l’épouvantable. Mais elle a su en extirper les aspirations utopiques: la propriété collective, la démocratie, l’internationalisme. Difficile d’y voir autre chose de communiste que le nom du parti.

avatar debione | 

@DahuLArthropode:
"On est loin de l’économie planifiée."

Pas si loin en fait... Essaye de monter une entreprise en Chine et tu verras que si ce n'est pas dans l'intérêt du parti, tu ne monteras rien du tout. De même, si ton domaine devient dérangeant, tu finiras en géôle sous divers motif comme la polygamie par exemple...

Il y a une liberté d'entreprendre dans l'économie planifiée, ce qu'il n'y avait pas avant. c'est je pense un peu différent.

avatar DahuLArthropode | 

@debione

Je ne dit pas qu’on est libre de faire ce qu’on veut. Mais l’économie planifiée, c’était autre chose: on suivait le plan pour ce qui devait être produit, les quantités, les prix, etc. L’économie chinoise actuelle est extrêmement réactive, c’est clairement une économie de marché. Et l’État vient quand même mettre les pieds dedans quand il veut. Par exemple, les réseaux sociaux en Chine n’ont clairement pas été planifiés, et quand ils ont déplu au Parti, ils ont été mis au pas après coup. La mise au pas n’est pas de la planification.
C’est un peu l’objet de ce fil de discussion: éviter des amalgames entre économie de marché, économie libérale et démocratie, et comprendre comment la Chine a concilié ce qui semblait autrefois incompatible.

avatar DahuLArthropode | 

@debione

"Il y a une liberté d'entreprendre dans l'économie planifiée, ce qu'il n'y avait pas avant. c'est je pense un peu différent."

Je pense à peu près le contraire: la Chine s’est éloignée de l’économie planifiée mais contrôle de près l’usage qui est fait de la liberté d’entreprendre. Quite à punir sévèrement les oligarques qu’elle a laissé grandir.

CONNEXION UTILISATEUR