Steve Jobs en 2008 : le « phénomène incroyable » de l’App Store

Mickaël Bazoge |

L’App Store fête ses dix ans. La boutique d’applications a fait basculer l’iPhone, Apple et toute l’industrie de la téléphonie dans une nouvelle dimension… et chamboulé la vie des utilisateurs du smartphone pommé ! Apple n’a pas manqué de célébrer l’événement bien sûr, et le Wall Street Journal avait une petite surprise de derrière les fagots : une interview de Steve Jobs, enregistrée au début du mois d’août 2008, soit un mois après l’ouverture de l’App Store et jamais publiée.

Steve Jobs est enchanté par les premiers succès de la boutique. « Nous pensons que c’est stratégiquement quelque chose d’important. Nous avons plus de 1 500 applications aujourd’hui. Nous pensions que les développeurs allaient ralentir, mais ils accélèrent », s’enthousiasme-t-il en précisant qu’une cinquantaine de nouvelles apps débarquent chaque jour. Le catalogue en compte aujourd’hui plus de deux millions.

Le patron d’Apple a alors l’intuition que la boutique d’applications a le potentiel pour devenir l’égal de l’iTunes Store, et plus encore : « L’App Store est plus important que ce que nous avions imaginé. iTunes est là depuis cinq ans. Les téléchargements d’applications ont représenté 30% des chansons téléchargées ces trente derniers jours ».

Contrairement à la musique qui représentait 2,5 milliards de dollars pour Apple à l’époque, le marché des applications mobiles part de zéro. « Je pense que nous ne sommes pas tout à fait dans la même ligue que la musique, mais je pense que ça va être significatif ».

L’industrie de la téléphonie n’a jamais vu quelque chose comme ça. Pour être honnête, l’industrie informatique non plus ! 60 millions de téléchargements d’apps dans les trente premiers jours, c’est du jamais-vu (…) L’App Store emmène l’iPhone là où aucun autre appareil mobile n’est allé auparavant.

L’App Store permet d’employer l’iPhone et l’iPod touch (à l’époque, le baladeur tactile pesait encore lourd) à tout autre chose que ce qu’Apple avait imaginé : « Cela permet à des professionnels de la santé d’utiliser l’iPhone pour faire autre chose que de passer des coups de fil, surfer sur internet, ou pour écouter de la musique ».

L’App Store en 2008… et l’App Store aujourd’hui

Steve Jobs évoque le potentiel d’un fabuleux marché : « Qui sait ? Peut-être que cela sera un marché à un milliard de dollars (…) 60 millions de dollars dans les trente premiers jours [à ce rythme, cela représente 360 millions sur une année, ndr], je n’ai jamais vu ça dans ma carrière dans le logiciel ». Comme on le sait, la réalité est allée bien au-delà des rêves les plus fous du fondateur d’Apple : en 2017, les développeurs ont reçu un total de 26,5 milliards de dollars

Le CEO ne veut pas aller trop loin dans les prédictions, la réalité ayant dépassé les estimations à un point tel que les gens d’Apple en sont réduits à se contenter d’être des spectateurs de ce qui se passe. Un « phénomène incroyable », assurait déjà Steve Jobs à l’époque.

Le futur du téléphone, c’est le logiciel

L’App Store fait basculer l’iPhone dans un tout nouvel univers, celui du logiciel. « Notre théorie sur l’iPhone est que la différence se faisait sur les antennes, le réseau, les choses comme ça. Nous pensons qu’à l’avenir, le téléphone du futur va se différencier sur le logiciel ». La boutique d’apps, « c’est comme l’iPod. C’est du logiciel dans un appareil. C’est du logiciel dans le nuage, sur les serveurs ».

Pour être concurrentiel sur ce marché, « on a besoin d’une plateforme sur laquelle on peut écrire des bons logiciels. Puis, il faut être capable de mettre en place un véritable système de cloud, l’App Store, un client, puis dire aux développeurs que le téléphone en lui-même intègre un logiciel tellement bon que ça vaut le coup de concevoir des apps ».

L’App Store sur iTunes, en 2008.

Des développeurs choyés, qui en 2008 appréciaient en particulier deux choses, la « puissance » de la plateforme pour commencer. « Quand nous avons travaillé avec les premiers éditeurs avant le lancement, ils ont d’abord envoyé leurs développeurs mobiles », explique Jobs. « Quand ils ont réalisé la puissance de la plateforme, ils ont envoyé leurs équipes de développeurs PC et consoles ».

Le deuxième point, c’est que l’environnement de développement est « bien plus avancé » qu’à l’habitude. « Les API jouent dans une autre ligue, tout le cycle de développement, les outils de déboggage, etc. ». Une fois que l’app est développée, Apple se charge du reste, du marketing à la distribution, en passant par la facturation. Des raisons qui restent valables encore aujourd’hui.

Un seul App Store pour tous

Plus terre à terre, Steve Jobs décrit aussi quelques unes des apps qu’il utilise à l’époque : pas mal d’applications médicales (« j’aime les dessins anatomiques »), un catalogue audio de phrases en mandarin, le New York Times, mais pas le Wall Street Journal (« ils n’ont pas d’app »), une de sudoku (« je suis plutôt bon »).

« L’application Facebook est plutôt cool, beaucoup de gens l’utilisent ». Et quand on lui fait remarquer que Facebook a aussi une app pour BlackBerry, Jobs rétorque : « Ouais, mais si vous allez leur parler [à Facebook, ndr], ils vous diront que leur meilleure app est sur iPhone ».

Les premières versions de l’app Facebook il y a dix ans.

Avec l’App Store, Apple prenait une bonne avance sur la concurrence. Cela a pu changer depuis, le Play Store d’Android offrant également une belle variété d’apps en tout genre. Mais en 2008, l’iPhone offrait des possibilités dont les autres appareils ne pouvaient que rêver.

« Beaucoup d’appareils mobiles n’ont pas d’apps. Sur ceux où il y en a, les applications sont typiquement, vraiment… Quel est le bon mot ? Mal fichues ? Ce n’est pas facile de les trouver ou de les acheter. L’expérience offerte par l’iPhone est unique, à la fois pour les utilisateurs et les développeurs ».

Le discours est déjà bien rôdé à l’époque : « Je ne crois pas que l’utilisateur ait besoin d’avoir accès à 23 canaux de distribution [d’applications, ndr] ». L’App Store en tant que porte d’accès unique à un vaste catalogue d’apps a été imaginé comme un système « sans friction » pour la distribution, le marketing et les transactions.

Mais le plus important, ce n’est pas le nombre de boutiques, mais bien la qualité des applications. Et c’est toujours le cas aujourd’hui. « Nous pensons que nous pouvons attirer de grands développeurs pour concevoir de super apps grâce à notre plateforme si avancée. Ils peuvent développer de bien meilleures applications sur iPhone que sur n’importe quel autre appareil mobile ».

Il y a dix ans, Steve Jobs avait l’intuition que les appareils mobiles allaient véritablement tout changer. « Je suis un de ceux qui croient que les mobiles vont devenir très sérieux grâce à tout ce qu’il est possible de faire avec ».

Évidemment, « le téléphone est toujours sur vous tout le temps » ! Mais il y a en plus tous ces services qui n’ont aucune pertinence sur un ordinateur de bureau, comme ceux liés à la localisation. « Nous n’en sommes encore qu’à gratter la surface. Cela va être énorme, je pense ».

avatar NEWIPHONE76 | 

Quel visionnaire quand même, c’est juste dingue !!

avatar whocancatchme | 

@NEWIPHONE76

Ouais enfin la on magnifie le truc à mort, il a quand même interdit les applications la 1ère année et est revenu sur ses propos 1 an après quand il a vu Le communauté jailbreak faire des trucs de dingue en application ! Je me rappelle icopter faisait son effet

avatar NEWIPHONE76 | 

@whocancatchme

Oui c’est sûr il a fait des erreurs je ne dis pas qu’il était parfait mais il a su impulser des trucs auxquels peu croyaient. Ça n’a rien à voir avec Tim C.

avatar Iphoneur | 

@whocancatchme

Oui, Icopter ! J’adorais. Il était dispo sur l’ancêtre de Cydia (qui s’appelait Installer il me semble, ou quelques chose dans le genre) avant d’apparaître sur l’AppStore.
J’ai ai passé quelques heures sur mon iPhone 1 jealbraiké. Hélas, il ne fonctionne plus.
Souvenirs souvenirs ?

avatar marenostrum | 

Installer c'était fait par un russe de Russie, ça n'a pas marché par manque de moyens. Cydia c'était une copie plus mauvaise fait par un russe de Californie cette fois, qu'il a trouvé des ressources financières et crée sa propre boite, (avec 7 personnes, je crois) qui faisait 15 million $ de chiffre d'affaires.

la différence est fait par l'argent, les idées les ont beaucoup mais n'ont pas la banque derrière qui suit. on peut pas developper sans argent.
le talent de Steve est de trouver des resources financières, d'être crédible devant les banquiers. après tu regardes à gauche à droite pour ramasser les bonnes idées et les mettre en œuvre.

avatar hipsterdad | 

@marenostrum

Puisque toi t’es un grand un visionnaire avec un grand savoir crée, invente , révolutionne... ah non c’est vrai tu préfères squatter les commentaires chez macg.

avatar pommedor | 

Faut de l'argent pour "révolutionner" quelque chose, le véritable inventeur de l'ipod et des stores en ligne pourrait t'en parler pendant des jours. :)

avatar marenostrum | 

c'est pas la vision qui aide le plus mais l'argent. pour ça y en a qu'aux usa que ça marche et pas ailleurs. ils ont plus d'argent que les autres, et le gout du risque.

Steve bien sûr qui a ses mérites. d'abord qui a compris que le costar/cravate n'allait pas avec informatique, il fallait trouver une autre uniforme. les autres trucs qu'il a fait c'était plus facile que ça. il avait du bon gout en fait. en ce qui concerne sa vision, tout ce qu'il a fait en informatique ne va pas laisser de trace, ni lui de Nom. on va l'oublier.

avatar hipsterdad | 

@marenostrum

Oui tu as raison on va tous l’oublier ?

avatar marenostrum | 

tu connais l'inventeur de la roue ? non. et pourtant ils disent que c'est la plus grande invention humaine. mais on connait pas l'auteur.

par contre Homère, tout le monde le connait. (sauf le dico de Apple apparement, qui lui met un trait rouge)

avatar alfatech | 

@marenostrum

"tu connais l'inventeur de la roue ? non. et pourtant ils disent que c'est la plus grande invention humaine. mais on connait pas l'auteur."

Le comparatif à deux balles ??? C'est vrai qu'à cette époque on pouvait sauvegarder l'historique des choses et des inventeurs aussi facilement que de nos jours !........

avatar marenostrum | 

pour ça j'ai donné un exemple avec Homère exprès. pour lui non plus y avait pas d'archive spéciale. ça s'appelle la mémoire collective tout ça.
on retient que quelques métiers, pas tous. et quelques hommes, pas tous. d'ailleurs si tu cherches graver ton nom dans la mémoire collective, il faut choisir le bon métier. t'en auras pas beaucoup de choix. par ex, écrivain, artiste-peintre ou prophète, les autres on les oublie avec le temps.

avatar alfatech | 

@marenostrum

"pour ça j'ai donné un exemple avec Homère exprès. pour lui non plus y avait pas d'archive spéciale. ça s'appelle la mémoire collective tout ça."

Sauf qu'aujourd'hui TOUT est archivé

avatar marenostrum | 

à l'époque aussi on archivait, dans les livres de toute sortes de récits. mais on se rappelle plus maintenant, parce que on est toujours incapables de retenir plus que quelques noms, par cœur.

avatar Bigdidou | 

@marenostrum

"à l'époque aussi on archivait, dans les livres de toute sortes de récits"

Au néolithique ?
Viens dîner à la maison, tu pourras nous en dire plus...

avatar Bruno de Malaisie | 

@Bigdidou

Un mercredi?

avatar MiniMac | 

@Bigdidou

Un diner de …!!!

avatar marenostrum | 

c'est ici qu'on fait le diner, pour ça que s'appelle Forum l'endroit.

avatar alfatech | 

@marenostrum

"à l'époque aussi on archivait, dans les livres de toute sortes de récits. mais on se rappelle plus maintenant, parce que on est toujours incapables de retenir plus que quelques noms, par cœur. "

Mais oui mais oui........

avatar tbr | 

@alfatech

On ne sait pas qui c’est. En revanche on connaît bien le nom de l’enc’ de mouche : toi.

Just fo fun, Dude !?

Cela dit, je pense que Steve Jobs restera dans les mémoires (et dans les dictionnaires).

avatar alfatech | 

@tbr

"On ne sait pas qui c’est. En revanche on connaît bien le nom de l’enc’ de mouche : toi.

Just fo fun, Dude !?"

Ça ne vole pas bien haut ici

avatar pocketalex | 

@marenostrum

Tu n'as pas autre chose à faire que de pourrir ce forum de débilités et de discussion de comptoir de bar ?

Sérieux...

avatar lepoulpebaleine | 

@marenostrum

Heu... Autant je n’aime pas trop la quasi dévotion que certains lui vouent, autant je suis presque certain que son nom restera. Un certain temps en tout cas (combien, c’est difficile à dire). Cook en revanche, non seulement on l’oubliera mais en plus, déjà aujourd’hui, je suis bien certain que plein de gens ignorent le nom du PDG d’Apple.
Et pour le PDG de Microsoft, si on fait un sondage, je suis presque certain que c’est Bill Gates qui serait désigné !

avatar Malouin | 

@NEWIPHONE76

Pour mémoire Steve ne voulait pas de ce store !

avatar NEWIPHONE76 | 

@Malouin

Oui mais c’est ce que j’explique. Il sait se remettre en question et changer d’avis. Est-ce si difficile à comprendre ? Il savait où le vent tournait et c’est en cela qu’il était extraordinaire au sens littéral du terme.

avatar marenostrum | 

il voulait produire les plus beaux objets qui existent, pas vendre tout sortes de gadgets, ou devenir un simple marchand (avec des stores à la con).
j'aurais fait pareil à sa place. mais il savait par contre que la production ou la technologie est fortement lié avec l'argent. si on vend pas beaucoup, on ramasse pas beaucoup d'argent, ça peut pénaliser la fabrication des choses les plus importantes. il faut assurer les finances d'abord.
d'ailleurs il s'est séparé de son pote technicien, montrant que dans les affaires c'est la prise de décisions et le bon gout qui sont plus importantes que les connaissances techniques. des techniciens t'en trouves à la pelle si t'a choisi la bonne idée à suivre.

avatar pocketalex | 

@marenostrum

Tes commentaires, c'est un peu l'Histoire, avec un grand H, mais expliquée par les acteurs du "Miel et des abeilles"

avatar pocketalex | 

@Malouin

Les apps sont parties avec le 1er iPhone, et sont revenues seulement avec l'iPhone 6

Car l'iPhone 6, il store

avatar vlsf1 | 

Ce que l’article ne dit pas c’est que ce potentiel, Steve Jobs ne l’avait pas du tout vu venir et qu’il ne voulait pas d’app tiers dans l’iPhone. Malgré ça ils ont créé un modèle exceptionnel.

avatar ElFitz | 

Ça déjà été dit et redit :-)
Ce qui est amusant en revanche, c'est de voir comment lui-même, Apple, et l'industrie dans son ensemble, ont été dépassé par l'ampleur que ça a pris et l'impact que ça a eu.

Et ça, c'est caractéristique d'une plateforme bien conçue techniquement qui cartonne commercialement.

Je me rappelle encore de la galère que c'était pour installer, mais surtout trouver, un jeu d'échec à installer pour mon père sur son Tungsten Tx... ? (première moitié des années 2000)

avatar jazz678 | 

@ElFitz

«  Apple, et l'industrie dans son ensemble, ont été dépassé par l'ampleur que ça a pris et l'impact que ça a eu. »

Je ne vois pas en quoi Apple a été dépassé. Même si SJ voulait cantonner l’Appstore aux application made Ny Apple, ils ont vite compris l’importance de l’ouvrir aux développeurs tiers. C’est exactement le scénario envisagé.

L’industrie hors Apple a par contre été prise de vitesse et à été obligée de suivre le mouvement en se calant sur ce business model. Alors même qu’Apple avait une longueur d’avance du fait de leur expertise en développement logiciel et que l’Appstore a été pensé pour fonctionner in fine sur tous les appareils Apple

avatar ElFitz | 

@jazz678

Je veux bien croire qu'il a sincèrement été surpris par le succès que l'App Store a rencontré et à quelle vitesse ça a pris. La preuve en est, ses estimations optimistes (1 milliard de dollars) ont été écrasées depuis longtemps.

Et peut-être que certains s'y attendaient chez Apple. Mais les apps n'étaient longtemps qu'une section de l'iTunes Store.

On ne pense même plus à comparer l'App Store à l'iTunes Store, le nombre d'apps achetées aux chansons. Ce serait ridicule. Ce sont l'App Store et le Play Store qui sont devenus des références.

avatar XiliX | 

@ElFitz

"Je me rappelle encore de la galère que c'était pour installer, mais surtout trouver, un jeu d'échec à installer pour mon père sur son Tungsten Tx... ? (première moitié des années 2000)"

M’en parle pas... depuis les HandSpring, Treo, Tungsten... puis les Windows Phone... mais quelle galère ? Parfois pour arriver à faire fonctionner une application, il faut télécharger des modules sur des multiples différentes plateformes. Encore pire lorsqu’on est développeur pour ces plateformes

Quand l’App Store est arrivé... put*** que c’est bon. Certains voient fermeture, perso, avec l’expérience du passé, c’est juste génial

avatar marenostrum | 

Ils ont vu le succès de Cydia, le précurseur de App Store, pour les iPhone jailbreakés et l’ont compris l’immense intérêt et l’ont de suite appliqué.

avatar byte_order | 

Mais chut !!!

avatar marenostrum | 

t'es né hier toi ?

avatar pommedor | 

Et celui de Steam pour les JV sur PC, le Wii Store sur Wii, le PSN pour la PS3,le store de MS pour la Xbox, etc etc

Passer des années à regarder ce que fait la concurrence mais nous sortir que c'est du jamais vu... Il aurait du faire changer ses verres plus souvent ou arrêter la mauvaise foi :)

avatar Malouin | 

@marenostrum

Euh... Vraiment !? France Insoumise sort de ce corps.

avatar Jetsurfer | 

Nous avions un visionnaire, maintenant un... financier ?

avatar TotOOntHeMooN | 

C'est simple, Apple a été bon seulement aux moments ou il a été là.

avatar vlsf1 | 

@Jetsurfer

Je ne suis pas sûr que Steve Jobs aurait su diriger ce qu’est devenue Apple après l’iPhone.

C’était un créateur, un artiste même, mais il faut un financier pour diriger la boîte la plus riche au monde.

avatar NEWIPHONE76 | 

@vlsf1

Je pense qu’il y serait arrivé beaucoup mieux que Cook car plus minutieux. Il n’aurait sans doute pas été aussi laxiste comme l’a été Cook en laissant des défauts passer en souhaitant que rien ne soit éventé.

avatar vlsf1 | 

@NEWIPHONE76

Des défauts ? L’antennagate c’était sous Steve Jobs...

Et les fuites c’est dû au succès d’Apple. Ils produisent tellement avant un lancement de produit que c’est dur à garder secret.

avatar NEWIPHONE76 | 

@vlsf1

Oui c’est vrai je te le concède. Mais j’avoue ma préférence pour le management à la Steve Jobs. Il me semble qu’il y avait beaucoup moins de ratés au démarrage

avatar Malouin | 

@Jetsurfer

... choisit par le Visionnaire !

avatar Interlude | 

C'est vrai que le type était doué pour prendre l'argent là où il était bon de le prendre.
Dans les poches de ceux qui ne méritent pas de l'avoir :)

avatar iDanny | 

« 60 millions de dollars dans les trente premiers jours [à ce rythme, cela représente 360 millions sur une année, ndr] »

Pour une année de 6 mois, ouais ?

avatar vlsf1 | 

@iDanny

L’app Store a été lancé en plein été

avatar Pascal Funk | 

Clin d'oeil aux anciens qui chargeaient des apps sur différents sites (Comme Handango,P80.st.fr..etc) pour leurs Symbian S60 et UIQ ou autres Palm.
Cela a été une simplication trés appréciable.

avatar JOHN³ | 

J’affectionne toujours autant la présentation d’avant iOS7

Pages

CONNEXION UTILISATEUR