Apple a accordé un privilège à Zoom pour utiliser la caméra de l'iPad en Split View

Mickaël Bazoge |

Apple a octroyé à Zoom un privilège qui fera la jalousie de nombreux concurrents de l'app de vidéoconférence (et éveillera certainement l'intérêt des avocats d'Epic…). Il est en effet possible d'utiliser la caméra avant d'un iPad en mode fenêtré : particulièrement utile pour converser avec un ou plusieurs correspondants dans un coin de l'écran, et consulter des documents ou un site web de l'autre.

En Split View : Skype à gauche (observez l'icône grisée de la caméra), Zoom à droite qui fonctionne sans problème.

Malheureusement, il s'agit d'un passe-droit et il n'existe aucun moyen pour une application concurrente d'en profiter, déplore Jeremy Provost, développeur de clients Zoom. La plateforme de vidéoconférence bénéficie d'un accès spécial à la caméra de l'iPad en multitâche, baptisé com.apple.developer.avfoundation.multitasking-camera-access.

L'existence de cet accès n'est documentée nulle part (publiquement, en tout cas). Il s'agit donc bien d'un avantage donné par Apple à Zoom, quelque chose qu'on a pas mal entendu cette semaine durant le procès entre Epic et Apple (lire : Epic contre Apple : certains développeurs sont-ils plus égaux que d'autres ?).

Provost comprend que cette fonction ne peut pas être ouverte à tous pour éviter les abus. Une solution proposée par le développeur est de mettre au point quelque chose de similaire à CarPlay, dont Apple octroie l'accès aux applications de certaines catégories (audio, communication, navigation, etc.) et à la demande. En attendant, cette découverte est un nouveau coup porté à la fable selon laquelle tous les développeurs sont égaux aux yeux d'Apple.


avatar frankm | 

« En attendant, cette découverte est un nouveau coup porté à la fable selon laquelle tous les développeurs sont égaux aux yeux d'Apple ».
Les gens sont égaux au prorata de ce qu’ils rapportent.
C’est comme le salaire du joueur de foot pro qui est proportionnel à ce qu’il rapporte.

avatar bibi81 | 

Les gens sont égaux au prorata de ce qu’ils rapportent.

Oui mais ce n'est pas ce qu'annonce Apple.

avatar byte_order | 

@frankm
> Les gens sont égaux au prorata de ce qu’ils rapportent.

Un argument que les avocats d'Epic seront ravis de reprendre, vu ce qu'une app de chez eux à rapporter à elle toute seule à Apple : 360 millions...

Pourtant, Apple n'a pas traité Epic au proprata de ce qu'elle lui rapportait mais comme elle prétend traiter tous les développeurs.

Faudrait donc savoir. Pourquoi des passe-droits à des apps qui rapportent moins, mais refus de tout passe-droit à l'app qui a rapporté le plus ?

avatar Bounty23 | 

« Provost comprend que cette fonction ne peut pas être ouverte à tous pour éviter les abus »

Les abus ? Le fait de pouvoir regarder un document pendant qu’on suit un tchat vidéo c’est un abus ? J’ai du mal à voir en quoi il peut y avoir quelque chose de mal, dangereux ou risqué à autoriser une app à passer en mode fenêtré…

avatar Ju_Ju | 

Je me permets d’apporter une précision complémentaire car ce n’est pas une exclusivité uniquement pour zoom.

J’utilise très régulièrement pour pas dire quotidiennement l’application Cisco Webex Meeting qui permet également le split view.

L’app possède les mêmes fonctionnalités voir plus que celle de zoom (je ne suis pas très utilisateur de zoom, donc je dis peut être une bêtise dans ce cas désolé d’avance) donc je pense que c’est surtout les dev qui doivent se rapprocher d’Apple pour faire la demande d’utilisation du split view. D’autre apps de visio doivent sur l’avoir adoptées.

Par contre c’est vrai que sur Teams c’est une horreur de ne pas l’avoir.

avatar GtnDns | 

Pourtant c’est trop pratique ! Quelles peuvent être les dérives ?

avatar TomVar | 

Peut-être que Zoom paye un supplément pour ce passe droit. Dans ce cas je vois pas où est le problème.

avatar byte_order | 

@TomVar

Ah, parce qu'un passe droit c'est pas un problème quand on prétend traiter tout le monde sur le même pied d'égalité, mais cela le devient si il a fait l'objet d'un commerce !?

Un passe droit c'est un passe droit.
Si Apple l'a donné à Zoom parce que son CEO et le leur sont potes de golf, cela reste un passe droit, une preuve que tout le monde n'est pas traité de manière impartiale.

La motivation pour un traitement partial ne change rien au caractère partial.

avatar Link1993 | 

Dire qu'il y a pas longtemps, ça marchait...

J'ai souvenir de pouvoir utiliser les camera dans les applications en mode slide view !

Exemple typique avec Message ou Messenger où je pouvait prendre des photos pour être envoyer sans quitter mon application en cours...
(J'ai toujours eu Message en slide view sur iPad)

Maintenant, on peu plus, et la moindre disparition de l'application ou passage en slide ou side view fait planter la caméra, ou l'application qui utilise la caméra...

avatar fte | 

"Tous les développeurs sont sur un pied d’égalité." qu’ils disent.

Certains ont juste des pieds plus grands.

avatar YetOneOtherGit | 

« En attendant, cette découverte est un nouveau coup porté à la fable selon laquelle tous les développeurs sont égaux aux yeux d'Apple. »

Ils sont égaux dans leurs droits de demander des traitements privilégiés, pas dans celui de les obtenir 😀

Comme dans tous les systèmes les affiches d’égalité sont très relatifs, il n’existe pas de sociétés humaines large réellement et absolument égalitaire.

Les puissants ont toujours des possibilités que n’a pas le commun que ce soit dans le business, dans le rapport aux pouvoirs, dans la confrontation aux lois et aux règles… et cela dépasse bien évidemment le cadre étroit de l’écosystème d’Apple.

L’égalité est toujours une notion très relative pas un absolu.

C’est inique mais c’est ainsi depuis la nuit des temps.

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit

Oui mais cela teinte d'une sacrée mauvaise fois la position d'Apple vis à vis de Epic : "on traite tous les développeurs de la même manière". Elle a plusieurs fois utiliser cet argument pour expliquer pourquoi elle a choisi de bannir Fortnite plutôt que d'entrer en négociation.

La réalité montre que c'est surtout l'échec des négociations qui justifie le bannissement, pas un prétendu traitement égal de tous les développeurs.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Oui mais cela teinte d'une sacrée mauvaise fois la position d'Apple vis à vis de Epic : "on traite tous les développeurs de la même manière"."

C’est évidemment une posture qui a ses limites et ses incohérences.

Comme tu as exactement le même type de posture du côté d’EPIC qui par exemple fait croire qu’ils se bâtent pour la liberté ou l’intérêt du consommateur.

Comme je le rappelle depuis le début : nous sommes devant deux entreprises qui ne font que défendre leurs business et les perspectives de ces business 🤑

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
> Comme je le rappelle depuis le début : nous sommes devant deux entreprises qui
> ne font que défendre leurs business et les perspectives de ces business

Sauf qu'une seule des deux tient ce type de posture pour justifier d'un monopole.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Sauf qu'une seule des deux tient ce type de posture pour justifier d'un monopole."

Et l’autre pour en conquérir un dans le futur, les ambitions d’EPIC ne sont pas moins hégémoniques que celle d’Apple.

On le voit bien sur le marché du moteur 3d temps réel où la puissance d’Unreal étouffe totalement la concurrence.

Où sur la stratégie de l’EPIC Game Store face à Steam où les moyens d’EPIC permettent de fausser la concurrence, d’affaiblir l’adversaire et d’acheter des PDM.

Notre véritable opposition est sur ta vision d’une procédures bénéficiant à la dynamique du secteur et au consommateur.

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
> Et l’autre pour en conquérir un dans le futur,
> les ambitions d’EPIC ne sont pas moins hégémoniques que celle d’Apple.

On ne juge pas sur les actes du futur, c'est pas encore Minority Report.

> On le voit bien sur le marché du moteur 3d temps réel où la puissance d’Unreal
> étouffe totalement la concurrence.

Mais pas en utilisant sa position pour interdire à la concurrence de pouvoir même tenter de concurrencer son moteur.
J'ignore si l'Epic Games Store imposse aux éditeurs que leur jeu tourne sous Unreal, mais même si c'était le cas, les éditeurs ont accès à d'autres stores pour distribuer leur jeu sans devoir s'y plier.

C'est pas le cas pour les développeurs d'apps iOS.

> Notre véritable opposition est sur ta vision d’une procédures bénéficiant
> à la dynamique du secteur et au consommateur.

Même pas.

J'aspire juste à ce que le régulateur ne laisse plus ce secteur des stores de biens dématérialisés, devenus l'un des plus rentable au monde si ce n'est pas déjà le cas, libre de continuer à faire ses "petites" affaires comme bon lui semble.

C'est à lui qu'il revient de juger de l'équilibre des bénéfices et des contraintes pour chacun, ni à moi, ni à vous, ni aux entreprises.

C'est pourquoi les citoyens les payent.

Bien sûr j'ai mon opinion sur ce que devrait être cet équilibre, mais comme tout citoyen, je respecterais sa décision quelque soit et si elle me déplait j'utiliserais le moyen légal qu'il m'est donné pour l'influencer dans le sens que je souhaite, mon bulletin de vote et mon pouvoir d'achat.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Bien sûr j'ai mon opinion sur ce que devrait être cet équilibre, mais comme tout citoyen, je respecterais sa décision quelque soit et si elle me déplait j'utiliserais le moyen légal qu'il m'est donné pour l'influencer dans le sens que je souhaite, mon bulletin de vote et mon pouvoir d'achat. "

Dans cette recherche de la clé de voûte de nos divergences.

Tu crois bien plus que moi au pouvoir du politique et du juridique dans nos sociétés.

Je suis sans doute un vieux con cynique mais je considère que sans changement profond du modèle dominants le politique n’a aujourd’hui qu’un pouvoir de régulation et de contrôle finalement très marginal face à la capacité d’adaptation des majors des business.

Il ne sortira, pour moi, de ces procédures que des changements faisant bouger à la marge les rapport de force entre les acteurs du marché, n’ayant que fort peu de bénéfices pour le consommateur et peut-être même des décisions qui arriveront après la bataille si jamais le Cloud Gaming obtient les succès que certains espèrent.

C’est ta croyance, un rien utopique pour moi, dans un bénéfice réel de ces procédures faisant un marché plus juste, que je ne partage plus aujourd’hui.

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit

Oui, je confirme, je préfère croire dans une utopie quitte à échouer à défendre des valeurs auquels je crois encore et encore que de renoncer et embrasser le cynisme auquel je n'arrive pas à adhérer.

A mon âge, on ne se refait pas.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"C'est à lui qu'il revient de juger de l'équilibre des bénéfices et des contraintes pour chacun, ni à moi, ni à vous, ni aux entreprises.
C'est pourquoi les citoyens les payent."

Cela par exemple c’est très idéaliste.

La puissance des majors transnationale fait partie de la puissance des états et l’évolution de la doctrine d’application du Sherman Act tout comme sa remise en question par l’école de Chicago en témoigne.

Les grandes entreprise n’ont même plus besoin de faire beaucoup de lobbying pour que les états est consciences de l’importance de leur puissance pour eux.

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit

Vous utilisez un constat pour justifier votre renoncement à tenter de le changer.
Je ne sais jamais si c'est par fatalisme, cynisme ou juste par paresse.

Je sais juste qu'il suffit souvent que les gens disent enfin stop pour que les choses changent. Qui ne dit mot consent. La moindre des choses quand on n'est pas d'accord avec une situation même si l'on pense que rien ne pourra changer cela, c'est à minima de le dénoncer. Le strict minimum.
A défaut, c'est de la caution, qu'il faut donc assumer.

J'ai fait le choix depuis longtemps de ne pas cautionner ce qui me déplait.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Vous utilisez un constat pour justifier votre renoncement à tenter de le changer.
Je ne sais jamais si c'est par fatalisme, cynisme ou juste par paresse."

Réalisme tout simplement 😄

avatar fte | 

@YetOneOtherGit

"Réalisme tout simplement 😄"

Le réalisme n’existe pas.

Il n’existe pas parce que nous ne savons ni ne maîtrisons « la réalité ».

Il n’existe pas parce que ce qu’on appelle réalisme repose sur ce qu’on croit être la réalité.

Il n’existe pas parce que personne ne croit en la même réalité que les autres.

Souvent on croit en ce qui nous arrange… dans tous les cas le réalisme n’est qu’une croyance comme une autre, et pas plus juste qu’une autre, et certainement pas plus réelle que les autres.

avatar YetOneOtherGit | 

@fte

"Le réalisme n’existe pas."

C’est de Gilbert Bécaud, non ? 😃😉

avatar fte | 

@YetOneOtherGit

"C’est de Gilbert Bécaud, non ? 😃😉"

Balzac plutôt. Réalisme visionnaire.

Ce que tu évoques n’a rien à voir avec ce réalisme, et bien plus avec une acceptation fataliste. Ce qui ne doit non plus pas être confondu avec du stoïcisme.

Mais on ouvre là un abîme grouillant de monstres aux formes impossibles.

avatar YetOneOtherGit | 

@fte

"Ce qui ne doit non plus pas être confondu avec du stoïcisme."

La realpolitik n’est pas la fille batarde du stoïcisme ? 😜

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Je sais juste qu'il suffit souvent que les gens disent enfin stop pour que les choses changent"

Ce qui est absolument faux l’histoire nous le montre clairement.

Le « il suffit » ne marche jamais 😉

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"A défaut, c'est de la caution, qu'il faut donc assumer."

L’autre solution est de choisir ses batailles plutôt qu’entretenir une illusion de combat 😉

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"La réalité montre que c'est surtout l'échec des négociations qui justifie le bannissement, pas un prétendu traitement égal de tous les développeurs."

Là tu as une vision très partiale du casus belli d’EPIC dont les Proposed Findings of Fact and Conclusions of Law de la procedure montrent qu’il était le fruit d’une stratégie préparée en détail de longue date.

Nous sommes dans la phase de la procédure où les deux parties démontent les oripeaux de vertu de la partie adverse pour pouvoir enfin attaquer les vrais enjeux de droits qui sont la clé de voûte du procès.

Les première semaine sont au final un spectacle de strip poker où chacune des parties va finir par se trouver dans la vérité de son plus simple appareil.

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit

Je pense que l'échec des négociations remontent à *avant* l'arrivée de Fortnite sur iOS.
Que Epic a pensé une stratégie offensive à partir de là, c'est fort possible, mais qu'elle l'ait pensé avant même toute négociation avec Apple, j'y crois moins. On sait, par exemple, que des contacts ont eu lieu dès 2014-2015 entre Epic et Apple bien avant la sortie de Fortnite (2017), Epic ne pouvait donc pas projeter si tôt l'ampleur du succès de Fornite et le rapport de force que cela allait lui donner.

> Les première semaine sont au final un spectacle de strip poker où chacune des
> parties va finir par se trouver dans la vérité de son plus simple appareil.

Oui, l'enjeu étant d'arriver à réussir à dissimuler plus que l'adversaire. Compte tenu de votre allégorie, je préfère pas trop penser au comment...

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Oui, l'enjeu étant d'arriver à réussir à dissimuler plus que l'adversaire."

Je ne partage pas cette vision des choses, ce n’est pas sur la dissimulation que la bataille se jouera.

avatar kitetrip | 

Zoom ? Ce machin pas sécurisé (y’a que les c*nés qui croient à ce qui est écrit sur leur page) ?
Non merci

avatar byte_order | 

@kitetrip

Mais chut vous, puisqu'on vous dit que Apple fait parfois des exceptions, mais uniquement avec les développeurs de toute confiance. Rhooo.

avatar chels75 | 

Donner cet accès à Zoom…. 💀

avatar jmrigo | 

Dans mon cas la fonction est aussi disponible pour Teams

avatar Marcos Ickx | 

@jmrigo

« Dans mon cas la fonction est aussi disponible pour Teams »

Microsoft Teams ? Quelle version ? Sur quel iPad et quelle version iPadOS ?

Car ça n’a pas l’air possible de mon côté avec iPadOS 14.5.1 sur iPad 9,7 pouces de 2018.

avatar armandgz123 | 

C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai abandonné mon iPad et iPadOS en septembre, pour acheter un Mac.

C’est ce genre de bizarrerie qui rendent iPadOS compliqué à utilisé, et particulièrement rigide.

En tout cas je m’y retrouve mieux dans MacOS, même si c’est assez dur à prendre en main au début !

avatar mk3d | 

En gros Apple deux poids deux mesures. Pas bien Apple. Si règles il y a, elles doivent être cohérentes. Donc ils vont perdre contre epic en gros.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR