Interdiction des boutiques d'apps dans l'App Store : les contradictions d'Apple

Mickaël Bazoge |

Apple a une compréhension parfois étonnante de ce qu'est un jeu. Pendant le procès opposant Epic Games à Apple, Trystan Kosmynka, directeur senior du marketing pour le constructeur, a notamment été questionné sur la nature de l'application Roblox. Celle-ci est bien particulière : l'app iOS permet d'accéder aux milliers de créations d'apprentis programmeurs utilisant la plateforme de développement Lua de Roblox, et d'y jouer depuis l'iPhone ou l'iPad.

Sur iPhone, l'app Roblox permet d'accéder à des milliers de jeux.

Concrètement, le joueur est présenté face à une bibliothèque de ce qu'il faut bien appeler des mini-jeux en 3D. Une boutique d'applications intégrée dans l'app, donc, ce qui est formellement interdit par les guidelines de la boutique. Quand Roblox a été approuvé par l'App Store, Kosmynka a fait part de son étonnement dans un e-mail, mais désormais il défend cette décision. « Roblox est une application dans laquelle les utilisateurs créent un profil, passent du temps avec leurs amis, et ils peuvent participer à des expériences que j'appellerais du contenu », a-t-il décrit lors de l'audition.

Pourtant, il ne viendrait à personne de penser que l'app Roblox n'est pas un jeu. L'app a certes une forte composante sociale, mais il est difficile de nier qu'il s'agit d'un jeu qui propose de télécharger d'autres jeux. Finalement, c'est un peu comme l'Epic Games Store qu'Apple refuse de voir en peinture sur iOS… Le modèle Roblox est aussi très proche d'un service de jeux en streaming, dont la présence n'est réellement possible que par le biais d'une web app.

Pour appuyer la démonstration du contraire, le cadre d'Apple a donné sa définition de ce qu'est un jeu : « les jeux sont incroyablement dynamiques. Les jeux ont un début et une fin, et il y a des défis. Pour moi, les expériences présentes dans Roblox sont similaires aux expériences de Minecraft ». Minecraft qui au passage n'est donc pas considéré comme un jeu, mais comme une application.

Certaines applications peuvent effectivement ressembler à des jeux, quand bien même ce sont des expériences sociales — l'exemple qui vient en tête est celui de Miitomo, la toute première app (fermée depuis) de Nintendo. Ce qui ressort de cet échange, c'est que la compréhension singulière d'Apple sur ce qui est un jeu lui permet de tordre ses propres règles, renforçant ainsi l'impression d'opacité et d'injustice dans le processus d'examen de l'App Store.


avatar Florent Morin | 

Swift Playgrounds fait ça aussi. Ça ressemble à un magasin d’apps.

avatar Marcos Ickx | 

@FloMo

L’excuse donnée par le cadre d’Apple
« Roblox est une application dans laquelle les utilisateurs créent un profil, passent du temps avec leurs amis, et ils peuvent participer à des expériences que j'appellerais du contenu » 
Est complètement bidon vu que ce qu’ils disent de Roblox est exactement peut s’appliquer mot à mot à Facebook. Or Apple à interdit les mini-jeux dans Facebook.

Si Apple a accepté Roblox c’est parce que c’est une app qui permet de développer des jeux et Apple promeut l’apprentissage du développement. C’est tout.

Quitte à faire fi de leur propres règles de l’AppStore. Raison pour laquelle pas mal de développeurs, petits ou grands se sentent totalement lésés.

avatar Florent Morin | 

@Marcos Ickx

Roblox est un Swift Playgrounds. Mais avec Lua.

avatar Marcos Ickx | 

@FloMo

Oui, une app qui permet d’apprendre à coder. Raison pour laquelle Apple la met en avant.

Mais la façon dont l’exécutif défend la présence de Roblox dans l’app store, ben, désolé mais ça collerait parfaitement à Facebook.

Bref, je me répète.

avatar Florent Morin | 

@Marcos Ickx

Facebook ne fait pas d’apps natives.
Donc c’est open-bar.

https://www.macg.co/aapl/2021/05/quand-steve-jobs-ecrivait-cacabook-pour-parler-de-facebook-121259

C’est complètement différent.
Roblox fonctionne dans un cadre défini.
On a un moteur de jeu pour toutes les apps.
Comme Minecraft ou Mario Maker.

Scriptable permet de faire des apps aussi. En JavaScript.

Mais l’API est limitée à un périmètre précis.
On a le langage JavaScript + un jeu d’API fourni par le développeur.

avatar redchou | 

@FloMo

Mdr, il faudrait qu’ils soient cohérent par moment.
Roblox est dans la section jeu de l’AppStore !
Tout comme Minecraft, qui est 1er dans le top des jeux payant. Roblox est lui en 24eme position du classement des jeux gratuit…
Mais ce ne sont pas des jeux et Apple ne se fou clairement pas de la gueule du monde ! 😂

avatar byte_order | 

@Florent Morin
> Roblox est un Swift Playgrounds. Mais avec Lua.

Oui, mais le code Lua tourne coté serveurs Roblox, l'app, elle, n'est que le client qui remonte les actions du joueur et génère le contenu audio visuel de l'univers programmé selon ce que le serveur Roblox lui dit.

C'est le même modèle que celui de Minecraft en effet, sauf que l'univers est scripté en lua plutôt qu'avec des blocks et mods, mais dans les deux cas la partie "programmée" de l'univers s'exécute côté serveur.

avatar Bounty23 | 

Plus le temps passe plus la défense va se noyer et au final, le juge qui ne comprenait déjà pas grand chose (à juste titre) à la logique d’Apple va finir par donner raison à Epic…

avatar r e m y | 

Apple a toujours l'option de mettre un terme au procès, avant que la juge ne tranche sur le fond, en passant un accord avec la partie adverse.
Depuis le début je suis convaincu que ça se terminera comme ça, d'autant qu'Epic se moque probablement qu'Apple soit contraint par une décision de justice de modifier les règles de l'AppStore, s'ils obtiennent des exceptions conformes à leurs souhaits meme si elles s'appliquent à eux seulement.

Apple est un grand spécialiste des procès se terminant par des accords confidentiels passés entre les parties. Tous les procès intentés aux USA (et au Canada) sur le problème des batteries d'iPhones 6 se sont terminés ainsi sans qu'il n'y ait eu le moindre jugement sur le fond.

avatar YetOneOtherGit | 

@r e m y

« Depuis le début je suis convaincu que ça se terminera comme ça, d'autant qu'Epic se moque probablement qu'Apple soit contraint par une décision de justice de modifier les règles de l'AppStore, s'ils obtiennent des exceptions conformes à leurs souhaits meme si elles s'appliquent à eux seulement. »

J’ai de très gros doutes sur ça. l’objectif d’EPIC me semblant au contraire d’obtenir in-fine une décision source de droit.

Un des intérêts de la procédure à été de découvrir qu’Apple pesait finalement peu dans le CA de Fornite.

L’enjeu me semble clairement pour EPIC d’obtenir un justement faisant tomber toutes les barrières d’accès aux plateformes de sa stratégie initiée avec l’EPIC Game Store.

Et au passage attention à ne pas juger trop hâtivement l’issue éventuelle de la procédure sur ces quelques premiers éléments.

Wait & See

avatar webHAL1 | 

@r e m y :

Oui, je te rejoins, ça ne serait pas surprenant que cela se termine par un accord à l'amiable. D'autant plus qu'Apple n'a vraiment, mais vraiment, aucun intérêt à voir cette affaire s'éterniser et que les projecteurs restent braqués sur les règles totalement arbitraires de sa boutique en ligne. Elle tente de faire en sorte que le moins possible d'informations sur sa petite cuisine interne fuitent, mais plus la procédure se prolonge, plus les risques sont élevés.

Et pour Epic, ça serait idéal. Cela lui permettrait de se mettre plus de sous dans les poches, mais surtout cela ne changerait en rien le déroulement des différentes enquêtes lancées par les autorités en charge de veiller sur les pratiques anticoncurrentielles des entreprises lancées à travers le monde. Epic pourrait donc avoir un gain immédiat, tout en espérant (mais ça prendre un sacré temps) que le monopole de l'App Store finisse par être dissous.

avatar raoolito | 

@Bounty23

le procès n'a meme pas terminé sa première semaine sur 3 prévues et la parole est donc à l'accusation depuis le debut
la semaine pro la parole sera à apple et on verra epic sur la défensive à son tour

avatar YetOneOtherGit | 

@Bounty23

"Plus le temps passe plus la défense va se noyer et au final, le juge qui ne comprenait déjà pas grand chose (à juste titre) à la logique d’Apple va finir par donner raison à Epic…"

Pas d’emballement nous ne sommes qu’aux prémisses ;-)

Au niveau des contradictions et des postures affichées douteuses tu as aussi du pas piqué des hannetons concernant EPIC qui arrive.

https://www.scribd.com/document/502034437/Apple-s-Proposed-Findings-of-Fact-and-Conclusions-of-Law-in-Epic-Games-v-Apple

Nous sont dans la phase où chaque partie détruit les oripeaux de la partie adverse.

A la fin de cette phase on aura enlevé les couches du bull-shit des deux parties et on sera enfin sur les vrais enjeux : des entreprises défendant leur intérêt business et leurs perspectives économiques.

avatar _Lion04_ | 

Depuis quand Minecraft c’est pas un jeux ? 😂

avatar pagaupa | 

Interdisons les jeux vidéo, ça sera plus simple et sain pour cette société en dérive...

avatar armandgz123 | 

@pagaupa

🤪

avatar koko256 | 

Roblox pas un jeu ?
Minecraft pas un jeu ?
🤣🤣🤣
Temps d'écran n'est pas d'accord !
Pris la main dans le sac Apple...

avatar byte_order | 

Roblox n'est pas un jeu, non.
Roblox c'est un moteur de jeux, scriptables en Lua.
Comme Minecraft est un moteur de jeux, scriptable en... blocks.

L'app iOS pour Roblox n'est pas Roblox, ce n'est que le client pour le moteur de jeux Roblox, qui lui tourne sur des serveurs. Comme pour Minecraft, dont l'app iOS n'est que le client.

avatar koko256 | 

@byte_order

N'importe quoi. Retirez vos lunettes à contrat...

avatar byte_order | 

@koko256
Autant de contre-argumentation a du me rendre aveugle, faut croire.

avatar koko256 | 

@byte_order

C'est le cas de tous les jeux en ligne. Wow, fortnite, voire même flow free où les niveaux hebdo et quotidien sont téléchargés du serveur. Moteur sur le terminal et données du réseau. Vos arguments n'ont ni queue ni tête (comme souvent) et bien sûr il faut à chaque fois perdre du temps à l'expliquer... Pour ma part c'est la dernière fois.

avatar byte_order | 

@koko256
> Moteur sur le terminal et données du réseau.

Votre vision des serveurs de jeux en ligne comme n'étant que des serveurs de données est fausse.

Tous les jeux vidéo en ligne repose sur la gestion d'un univers de jeux partagé entre tous les joueurs. Cette gestion se fait côté serveur, les arbitrages des actions en parallèle des joueurs, l'impact sur l'univers à notifier à tous les joueurs, tout cela se passe côté serveurs pendant toute la durée de jeu.

Coupez donc la connexion à Internet après que votre jeu ait téléchargé le contenu depuis le serveur et voyez, sans même bouger, ce qui se passe rapidement si vous ne me croyez pas.

Dans le cas spécifique de Roblox, les scripts en Lua des univers de jeu sont utilisés tant côté client que coté serveur, selon si l'impact n'est que local au joueur ou doit être cohérent à tous ceux présents dans le même univers.

avatar en chanson | 

Bon vivement que le big glouton soit condamné

avatar freddychan80 | 

C est pourtant très clair ce qu il dit !

avatar Pi7er | 

Amusant, Roblox est à la une de l’app store aujourd’hui et comment commence l’article : « Roblox est plus qu’un jeu, c’est un univers entier de jeux… ». Un problème de Google traduction sans doute 😅

avatar Dziga_Vertox | 

Il y autant de différence entre ce truc et l’Epic Store qu’entre un jeu flash et Red Dead Redemption 2.
Ne pas la voir est donc un très très gros foutage de gueule. Et Apple est parfaitement clair. Une vague expérience ludique bricolée par un apprenti développeur et un jeu qui sort de l’un des plus gros studios de la planète, ce sont deux choses différentes. Ce serait comme dire qu’avoir accès à un court métrage tout naze c’est la même chose qu’avoir accès aux contenus de Disney + ou HBO Max. Le jeu gratuit vaut autant que le blockbuster à 250 millions de dollars.
Foutage de gueule donc.

avatar David Finder | 

@Dziga_Vertox

Sauf qu’un jeu reste un jeu…
Un Monopoly peut durer des heure, et une partie de dames 5 minutes. Mais ce sont tous les 2 des jeux…
Il y a plein d’autres exemples de ce genre…

avatar byte_order | 

@David Finder
> Sauf qu’un jeu reste un jeu…

Sauf que la règle ne concerne pas que ce soit un jeu ou pas, mais que l'app iOS présente un catalogue d'apps.

Hors l'app Roblox pour iOS, tout comme l'app iOS Minecraft, n'est que le client pour intérragir avec des univers scriptés (Lua pour Roblox, des blocks Minecraft pour Minecraft) qui s'exécutent, eux, sur les serveurs de Roblox ou de Minecraft.

Ce n'est pas un catalogue d'apps, c'est un catalogue d'univers jouables disponibles sur les serveurs de Roblox.

avatar David Finder | 

@byte_order

Oui je suis tout à fait d’accord, c’est ce que je dis un peu plus loin en réponse à un autre commentaire justement 😉

avatar GtnDns | 

Pour avoir téléchargé Roblox et l’avoir découverte a l’instant,je ne considère pas vraiment l’app comme un jeu..

avatar David Finder | 

@GtnDns

De ce que je comprends, l’app en elle-même n’est pas un jeu. Mais elle en contient. Et c’est bien là l’angle d’attaque d’Epic !

Si l’app n’était qu’un jeu, Epic n’en parlerait même pas !

N’oubliez pas qu’on parle d’apps qui proposent plusieurs jeux différents en leur sein. Ce que veut Epic justement !

Leur exemple est donc bien choisi. Mini jeux ou pas, un jeu reste un jeu. Et une app qui propose plusieurs jeux dans une sorte de « store », c’est officiellement interdit par Apple.

Mais comme le dit @YetOneOtherGit (ouf… j’écrirais « YOOG » la prochaine fois, j’ai du m’y reprendre à 3 fois pour l’écrire correctement 😂), nous n’en sommes qu’au déballage des argument d’Epic.
Apple aura l’occasion de déballer tout ce qu’elle a la semaine prochaine.

avatar koko256 | 

@GtnDns

Ben oui. D'ailleurs quand on lance le jeu, il y a seulement écrit "Continuer à jouer" et "Amis y jouant". La partie programmation nécessite un ordinateur. Rappel : on parle de roblox iOS (et iPadOS)...

avatar armandgz123 | 

@GtnDns

Pourtant c’est un jeu, et il a beaucoup de succès chez un certain public

avatar Dziga_Vertox | 

Ah non mais même pire que ça. En fait n’importe qui peut créer un jeu. L’écart est donc encore plus grand.
La comparaison est inutile et je ne vois même pas pourquoi le truc est cité.
Complètement à côté de la plaque.

avatar Glop0606 | 

Plus loin que toute cette affaire, je vois un problème de fond pour Apple mais pour nous utilisateur aussi un questionnement à savoir voulons nous aller vers le cloud ccomputing (en gros le matériel et software sont peu importants, on a juste besoin d'un écran terminal) ou pas? Apple est bien sûr en ce moment sur un modèle plus classique: On développe du Hardware puissant pour traiter des gros programmes en local. Les gens achètent Apple parceque justement ils ont des appareils puissants et qu'Apple se rentabilise sur la vente de Hardware mais aussi sur le software qui utilise cette puissance. Déportez le software sur le Cloud, ou même diminuez la part de revenus software, c'est alors la double peine.
Quelque part on est en train de réinventer le minitel! On peut dire que pour le coup nous, les français, avions 30 ans d'avance sur notre temps :)

avatar YetOneOtherGit | 

@Glop0606

Le plus grand danger pour le modèle des store d’app dont l’économie repose majoritairement sur le jeu est effectivement l’éventuel envol des approches Cloud Gaming.

Il est d’ailleurs amusant d’imaginer que si cette approche obtient la croissance et l’adhésion que ceux qui la portent espère, quand le jugement final de la SCOTUS scellera cette affaire il n’aura peut-être plus beaucoup d’importance : le centre de gravité du business c’étant déplacé😄

avatar byte_order | 

@Glop0606
> pour nous utilisateur aussi un questionnement à savoir voulons nous aller vers le
> cloud computing

Et bien, comment dire, Minecraft, Roblox, c'est déjà du cloud computing, en fait.
Les utilisateurs de ces méta-jeux créer et partagent des univers de jeu qui s'exécutent sur "slots" sur des serveurs dans le cloud, tandis que l'app sur leur terminal n'est qu'un client. Ce n'est pas du streaming audio/vidéo, comme le game streaming, mais c'est bien du cloud gaming par contre.

Vu l'audience de Minecraft, de Roblox, vous avez donc déjà une partie de votre réponse : les utilisateurs s'intéressent aux usages, nettement moins sur le modèle économique ni technique de ces usages.

Le concept de propriété des usages a déjà largement commencé à disparaitre, en particulier avec les jeux en ligne qui, tous, dépendent de l'accès à des serveurs qui jamais ne vous appartiendrons.

avatar Ecrapince | 

> Ce qui ressort de cet échange, c'est que la compréhension singulière d'Apple sur ce qui est un jeu lui permet de tordre ses propres règles, renforçant ainsi l'impression d'opacité et d'injustice dans le processus d'examen de l'App Store.

Oh bah ça alors on ne se serait jamais douter que les règles d'apple sont à géométrie variable. Heureusement que le procès à lieu, parce qu'en +10ans on a eu le moindre développeur qui s'est fait virer du store ou refuser son applications pour des raisons étranges et sans fondement et qui s'en serait plaint publiquement hein... :)

avatar webHAL1 | 

@Ecrapince :

Ah ah, mais tellement ! ^_^
Pourtant on a toujours des personnes qui défendent le monopole de l'App Store et ses règles arbitraires en mettant en avant qu'elles bénéficient aux développeurs... X-D

avatar cnewton | 

@webHAL1

A titre d’exemple, les Galeries Lafayette fonctionnent exactement sur le même business modèle : les marques qui veulent être présentes sur un corner doivent être validées par les GF selon des règles tout aussi opaques après les GF prélèvent leur pourcentage sur les ventes !

D’autre part, les développeurs n’ont jamais gagné d’argent qu’avec ce business modèle. Pour rappel, au temps des ventes en boîte, c’était moins de 30% qui revenait dans les poches du dev !

avatar webHAL1 | 

@cnewton :

Bien sûr. Sauf qu'il y a une différence fondamentale : les Galeries Lafayette ne dispose pas d'un monopole, et les marque peuvent atteindre les clients via de multiples canaux. Les Galeries Lafayette ne sont qu'un seul d'entre eux. Plein de marques peuvent faire le choix de s'en passer et pourront toujours avoir accès exactement aux mêmes clients.
Sur iOS, il n'y a qu'un seul canal pour un développeur : l'App Store. Se passer de l'App Store revient à devoir se rabattre sur une application Web, ce qui est très différent d'une application native. Ou alors se passer des clients sur iOS. Dans les deux cas, l'impact pour un développeur est sans commune mesure avec celui d'une marque décidant de faire l'impasse sur les Galeries Lafayette.

avatar cnewton | 

@webHAL1

Euuhh, les marques présentes aux GF, tu peux les acheter ailleurs !
Et il me semble bien que Fortnite est présent sur d’autres canaux que l’AppStore !
Si je veux acheter du Hilfiger, je peux le faire directement chez Hilfiger ou aux GF ou encore au Printemps !
C’est bien le choix d’Apple d’autoriser ce qu’ils veulent vendre dans leur boutique !

avatar byte_order | 

@cnewton
> Et il me semble bien que Fortnite est présent sur d’autres canaux que l’AppStore !

Sauf que vous installez sur votre plateforme c'est pas "Fortnite".

Ce que vous installez c'est Fortnite pour PS4, Fortnite pour PC, Fortnite pour XBox, Fortnite pour Switch, Fortnite pour Android, Fortnite pour macOS, Fortnite pour iOS selon votre plateforme. Ce n'est pas interchangeable.

Et non, Fortnite pour iOS n'est dispo ni sur d'autres canaux ni sur l'AppStore.
Car y'a pas d'autres canaux que l'AppStore pour les apps pour plateforme iOS, et donc pour Fortnite pour iOS.

> Si je veux acheter du Hilfiger, je peux le faire directement chez Hilfiger ou aux
> GF ou encore au Printemps !

Parce que les GF ne s'autorisent pas à interdire à Hilfiger de vendre directement à des clients, ni au Printemps d'être un magasin accessible aux clients qui ont acheter un truc déjà les GF !

Apple fait totalement l'inverse. Apple interdit de vendre des apps iOS directement. Apple interdit à un store de vendre des apps iOS. Apple interdit aux clients qui lui ont acheter un iPhone de pouvoir acheter des apps iOS ailleurs que chez elle.

Apple impose son AppStore à tous les clients. C'est comme si la GF imposait leur magasin comme le seul possible dès lors qu'un client a acheté un premier truc dans son magasin.

Et justement, Epic voudrait que vous puissiez acheter du Fortnite directement chez Epic Games. Exactement comme pour Hilfiger, quoi.

> C’est bien le choix d’Apple d’autoriser ce qu’ils veulent vendre dans leur boutique !

Le problème n'est pas ce qu'elle choisi de s'autoriser avec sa boutique, le problème c'est qu'elle choisi, en juge et parti, de n'autoriser que *sa* boutique sur *votre* appareil.

avatar cnewton | 

@byte_order

C’est exactement où je voulais en venir, une app est liée intrinsèquement à la plateforme sur laquelle elle tourne et donc ne pas être considérée comme une vulgaire boîte de petits pois que le fabriquant a produit comme il veut (terrain, semences, tracteur…) et que le consommateur déguste dans l’assiette et avec les couverts qu’il veut.

Une app iOS n’existe pas bah sans iOS !

Apple fournit les API (semences), les outils de dev Xcode (tracteur)…

iOS n’est pas un bien commun !

Il est normal que Apple prenne un pourcentage des ventes en tant qu’apporteur d’affaire idem GF : Hilfiger ne met pas ses propres caisses sur son corner !

avatar webHAL1 | 

@cnewton :

Le problème n'est absolument pas qu'Apple prenne une commission lors des ventes effectuées par le biais de sa boutique en ligne. C'est normal et personne ne conteste ça.
Le souci est que la boutique en ligne d'Apple soit le seul canal de distribution pour une application native iOS, ce qui permet à Apple d'établir des règles arbitraires qui entraîne une distorsion de la concurrence, typiquement comme le fait dimposer sa propre solution de paiement en ligne.

avatar cnewton | 

@webHAL1

Je comprends bien mais comment voulez vous dans ce cas qu’Apple se rémunère pour l’utilisation de iOS ?

On ne va qu’en même pas revenir au temps où il fallait payer les outils de dev plusieurs dizaines de milliers d’euros (j’ai acheté le kit de dev NextStep dans ces eaux là à l’époque) et où il fallait assurer la distribution par ses propres moyens ! Ça peut être valable pour un gros développeur (mais il n’est gros que parce qu’il a bien vendu ses produits) mais je ne pense pas que les petits dev apprécient…

avatar byte_order | 

@cnewton
> Je comprends bien mais comment voulez vous dans ce cas qu’Apple se rémunère
> pour l’utilisation de iOS ?

L'utilisation de iOS sur l'iPhone du consommateur, elle l'a *déjà* vendu en lui cédant une licence d'utilisation à vie sur l'appareil vendu avec !

Si cela ne couvre pas assez ses "fraits", que Apple augmente le prix de vente des iPhones.

Ah, sinon, et bien qu'elle loue l'usage de iOS. Qu'elle cesse donc de vendre des terminaux iOS avec un droit d'utilisation à vie, qu'elle les louent à la place.

Là, elle sera légitime à vouloir tirer un profit de *l'usage* de iOS par un abonné. Et de monétiser l'accès à cet abonné à des tiers developpeurs.
Là elle sera réellement et intégralement chez elle.

> On ne va qu’en même pas revenir au temps où il fallait payer les outils de dev
> plusieurs dizaines de milliers d’euros

Ben pourquoi pas. Je vois pas pourquoi. Pour rappel, elle impose déjà de devoir développer sur macOS, ce qui de facto impose de devoir payer au départ au moins 1000-2000 euros en matos. Puis 99 euros par an.

Elle pourrait parfaitement augmenter ce tarif à 499/an (x5) sans impact notable, à part justement de rendre moins rentable la création de dev éphémères utilisés pour pousser tous ces clones des mêmes apps encore et encore.

Elle peut aussi faire payer un forfait minimal par application ajoutée (ou par palier de fréquence d'ajout) dans l'AppStore, même si l'app est gratuite à l'achat. Là aussi cela aiderait à réduire la publication d'apps clonées à tout va.

Elle peut faire payer la validation des apps également. C'est son choix de le faire gratuitement, mais rien de l'y oblige. Cela lutterait là aussi contre les apps clonées qui pollue le store.

Ah, évidement, c'est pas aussi rentable que de taxer 30% des recettes du developpeur, sauf, *justement*, pour les apps gratuites, qui sont devenues la majorité.

avatar webHAL1 | 

@cnewton :
« Je comprends bien mais comment voulez vous dans ce cas qu’Apple se rémunère pour l’utilisation de iOS ? ​»

Poursuivons votre analogie originelle : Les Galeries Lafayette, qui n'ont pas le monopole sur la vente des marques qu'ils proposent, ne parviennent-elles pas à se rémunérer ? Le Mac App Store, qui ne bénéficie pas d'un monopole sur la distribution d'applications sur Mac, ne parvient-il pas à se rémunérer ?
Des éléments tels que l'emplacement de la boutique, le choix qu'elle offre, le prestige dont elle bénéficie, le marketing qu'elle déploie ou les services additionnels qu'elle propose (service après-vente, sécurité, etc.) entrent largement en compte. Il est très peu probable que les Galeries Lafayette vendent l'ensemble de leurs articles au meilleur prix par rapport aux autres boutiques à proximité, et surtout en comparaison des magasins en ligne. Pourtant les gens continuent à acheter chez eux. Il n'y a aucune raison de penser que si d'autres boutiques en ligne sont disponibles sur iOS, celle d'Apple soit subitement désertée, quand bien même elle serait plus cher. D'autant plus si elle continue à être pré-installée sur chaque appareil vendu (ce qui, en soit, est une distortion de la concurrence).
Et pour rappel, développer pour iOS n'est pas gratuit. Il faut payer le compte développeur, avoir un Mac pour compiler son application et, quasi-obligatoirement, un appareil sous iOS. Même si l'App Store disparaissait demain, Apple resterait très largement bénéficiaire avec l'éco-système iOS.

avatar byte_order | 

@cnewton
> Une app iOS n’existe pas bah sans iOS !

Ni sans iPhone ou iPad.

> Apple fournit les API (semences), les outils de dev Xcode (tracteur)…

Mais pas l'iPhone ou l'iPad.
Ca c'est l'acheteur de l'app qui le fourni au développeur de l'app.

> Il est normal que Apple prenne un pourcentage des ventes en tant qu’apporteur d’affaire

Oui

> idem GF : Hilfiger ne met pas ses propres caisses sur son corner !

Mais GF n'interdit pas pour autant à Hilfiger de passer par un autre apporteur d'affaire, ni même de s'en passer et de vendre directement auprès des clients.

Apple si. Alors qu'elle n'apporte pas seule "l'affaire", car elle n'est plus propriétaire de la plateforme matérielle.

Elle squatte la plateforme matérielle d'autrui pour s'imposer comme étant le seul apporteur d'affaire pour cette plateforme qui ne lui appartient plus.

C'est ça le problème.
Pas qu'elle demande une commission quand le développeur passe par elle. Que ni le développeur ni le propriétaire du matériel ne puisse faire autrement.

avatar webHAL1 | 

@cnewton :

Je n'ai pas grand-chose à ajouter à la réponse de byte_order, qui a très bien expliqué la différence.
En résumé :
- Vous achetez un vêtement Hilfiger aux Galeries Lafayette ou ailleurs => aucune différence, il sera 100% identique (sauf exclusivité négociée avec le magasin).
- Vous téléchargez Fortnite pour Android ou sur la boutique en ligne de Sony => ce n'est pas le même produit.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR