iOS 5 retire l'accès à l'UDID pour les développeurs

Nicolas Furno |

Tous les terminaux iOS sont identifiés par un UDID, un identifiant unique et anonyme qui servait aux développeurs à identifier votre appareil. L'UDID était utile notamment pour associer des informations à votre terminal sans créer de compte pour autant. Cet identifiant sert également aux régies de publicité mobile : AdMob notamment utilise l'UDID comme un cookie sur un navigateur. Grâce à lui, la régie sait exactement les publicités que vous avez vues, celles que vous avez tapotées et ajuste en fonction les publicités affichées.

UDID

C'est sans doute pour éviter ce type d'utilisation qu'Apple désactive l'accès à l'UDID d'un terminal pour les développeurs dans iOS 5. L'identifiant ne disparaît pas, on pourra toujours le retrouver dans iTunes par exemple et l'envoyer à un développeur pour récupérer une application avant sa commercialisation. Ce qui change, c'est que les développeurs ne peuvent plus l'utiliser dans leurs applications.

Pour remplacer l'UDID, Apple suggère de créer un identifiant unique par application. L'entreprise fournit d'ailleurs le code nécessaire (ci-dessous), si bien que le changement ne devrait pas être trop pénible pour les développeurs. Seule contrainte supplémentaire : le code généré devra être stocké sur le terminal, dans le trousseau d'accès par exemple. L'identifiant sera alors maintenu tant que l'utilisateur met à jour son terminal ou le restaure à partir d'une sauvegarde existante. Si l'utilisateur repart de zéro néanmoins, l'identifiant généré changera. C'est de toute manière la seule manière autorisée par Apple, l'utilisation d'un élément matériel (comme l'adresse MAC qui est elle aussi unique) n'étant pas acceptée.

iOS 5 identifiant code

L'abandon de l'accès à l'UDID est une contrainte pour les développeurs et surtout pour les régies publicitaires, mais c'est plutôt un avantage pour les utilisateurs. Bien qu'anonyme, cet identifiant permettait de fait d'identifier un terminal et donc son utilisateur : un accès simple à l'UDID pouvait être considéré comme une atteinte à la vie privée. Reste qu'a priori, Apple y a toujours accès pour iAd, son réseau de publicités ou pour le Game Center, réseau social dédié aux jeux.

[Via : TechCrunch et TUAW]


avatar Lou117 | 
La question que je me pose surtout c'est comment on va faire pour déployer des applications aux utilisateurs de test ? Vu que l'UDID permettait justement de compiler une version dédiée à des appareils... J'ai pas eu le temps de regarder dans les explications d'Apple cela dit :)
avatar Lou117 | 
Je retourne apprendre à lire :p
avatar dendritique | 
L'UUID n'est pas dispo "in app" mais tu pourra le voir comme avant dans itunes ou xcode. Donc pas de soucis pour le déploiement ;) C'est juste que tu pourra pas le récupérer via le code de ton application.
avatar redchou | 
AdMob va se faire foutre pour avoir des UDIDI, mais pas iAd? Apple favoriserait son système plutôt que celui de Google? Oui c'est vrai maintenant. Apple est contre Google. Microsoft / Apple devenus partenaires. Qui y aurait cru en 82?
avatar DickyPoo | 
@ oomu : « - Basic (pour les apple et mac) - Word et Excel (considéré comme stratégique pour Apple pour lancer le mac 84, utilisé par Microsoft pour obtenir la technologie du Mac) » Petites corrections : Word n’était en rien considéré comme stratégique par Apple, qui en ignorait d’ailleurs l’existence jusqu’à sa sortie. Apple fournissant déjà MacWrite, elle n’avait pas vraiment besoin de Word (au contraire, même). Excel, oui, était bien un produit stratégique, ce qui a permis à Microsoft de l’utiliser pour faire pression sur Apple. Mais ça ne concernait pas le lancement du Mac en 1984, vu que ce logiciel n’est sorti qu’en 1985. Enfin, le BASIC de Microsoft pour le Mac, là pour le coup c’est quelque chose dont Apple se serait vraiment bien passée. Il était minable par rapport à la solution développée en interne par Apple. Mais Microsoft, là encore, a pu faire pression sur Apple grâce à la date d’expiration de la licence accordée sur le BASIC AppleSoft pour les Apple II (d’où chantage au non renouvellement de la licence en question). Cela dit, en 1982, en effet, ça n’avait rien de choquant de voir Apple et Microsoft travailler comme partenaires.
avatar jalliday | 
Bof ils vont bien trouver un moyen de contourner ça quand on voit ce qu'ils gagnent à pomper nos données privées ...

CONNEXION UTILISATEUR