Au Royaume-Uni, les éditeurs de presse récoltent les fruits d'Apple News

Mickaël Bazoge |

Apple News est en passe de se tailler une place de choix auprès des éditeurs de presse : certains d'entre eux au moins commencent en effet à récolter les fruits de leur dévouement envers le service d'Apple, au moins au Royaume-Uni. Digiday en a fait parler quelques uns qui rapportent de bons chiffres au second trimestre, que ce soit en termes de pages vues ou de revenus.

Le titre anglais Stylist a ainsi enregistré une hausse de 100% du chiffre d'affaires tiré de ses articles diffusés par Apple News, liée à un triplement des impressions publicitaires. D'ici la fin de l'année, la publication prévoit des revenus mensuels de plus de 10 000 £ (un peu plus de 10 800 €) depuis le service de presse d'Apple. Ce n'est pas Byzance, mais dans un secteur en crise, un peu de beurre dans les épinards est toujours bon à prendre.

Toujours outre-Manche, un éditeur anonyme a vu ses revenus publicitaires grimper de 145% durant le dernier trimestre sur Apple News. Un troisième parle de plus d'un million de pages vues en juillet, un autre encore de 9 millions de pages les bons jours, et même 20 millions si un article apparait dans la section Top News de l'application.

Selon Comscore, le service d'Apple serait la 15e app la plus populaire dans la catégorie News et information avec 10,5 millions de visiteurs uniques en juin ; loin derrière la BBC certes (près de 40 millions de visiteurs) mais cela commence à peser. Les éditeurs ont deux moyens pour rentabiliser la présence de leurs articles sur Apple News : soit ils s'occupent de vendre les bandeaux eux-mêmes, auquel cas ils récupèrent 100% des revenus publicitaires ; soit en passant par Apple qui prélève une commission de 30%.

Mieux vaut toutefois se débrouiller seul, les résultats d'Apple étant misérables avec des taux de remplissage — aux États-Unis — compris entre 15% et 25% seulement des espaces disponibles. Le tableau anglais diffère quelque peu de celui dépeint en février par le même Digiday, concernant cette fois les éditeurs américains (lire : Apple News : un trafic important toujours aussi difficile à monétiser).

C'est également assez différent du premier bilan du service d'abonnement Apple News+, enchâssé dans Apple News (tout le monde suit ?), qui n'a pas l'air de satisfaire les éditeurs entre problèmes techniques, interface confuse et surtout des promesses de revenus pas au rendez-vous. Si Apple News est disponible aux États-Unis, au Canada, en Australie et au Royaume-Uni, Apple News+ n'est proposé qu'en Amérique du Nord (l'Australie et la perfide Albion y auront droit d'ici la fin de l'année).

Tags
avatar Terragon | 

Si Apple n’avait pas mélangé des articles de magazines payants avec les articles réguliers que l’on peut consulter gratuitement, je n’aurais peut-être pas retiré l’application de mon iPhone. C’est mal fait.

avatar octopoulpe | 

@Terragon

Entièrement d'accord avec toi ! Et c'est pareil pour l'app TV .... Ça rend la navigation absolument insupportable. Vraiment j'espère qu'Apple fera preuve de bon sens dans le futur...

avatar Terragon | 

@octopoulpe

Oui, tu as raison j’ai eu exactement la même réaction pour l’application télé dans l’Apple TV. C’est chaotique.

avatar Depret Lucas | 

@Terragon

L’application tv, là elle est bien je trouve non ?

avatar Terragon | 

@Depret Lucas

Pour ma part, tout ce qui m’est suggéré je n’y suis pas abonné ou c’est payable à la location..

avatar Depret Lucas | 

@Terragon

Ah bon on a des abonnements?

avatar Terragon | 

@Depret Lucas

Au Canada oui. Par exemple on te suggère une émission ou un film, mais je dois être abonné par exemple à une chaîne, exemple HBO ou Netflix.

avatar Depret Lucas | 

@Terragon

Ah ok oui, moi je ne trouve pas sa brouillon mais c’est vrai que ça pourrait être amélioré

avatar Terragon | 

@Depret Lucas

J’aurais préféré avoir un onglet pour uniquement le contenu gratuit et un onglet pour le contenu payant. Cela aurait été moins irritant pour ma part. Cela fait que je n’ouvre plus du tout la tuile que j’ai caché. J’ouvre seulement l’application avec mes films et séries que j’ai acheté.

avatar Depret Lucas | 

@Terragon

Ah oui je viens de voir

avatar rua negundo | 

@Terragon

N’est-ce pas volontaire pour inciter les utilisateurs gratuits à passer à la formule payante ?
Dans un autre genre un peu plus ancien, les fournisseurs d’accès internet mélangent dans leurs boxes TV les chaînes gratuites et les chaînes en option payante avec impossibilité de changer l’ordre des chaînes, là aussi pour frustrer l’utilisateur de la formule basique et lui rappeler constamment les options payantes disponibles.

( = ou plutôt chaînes inclues dans l’abonnement de base)

avatar Terragon | 

@rua negundo

Oui c’est clairement volontaire, mais cela m’irritait trop alors j’ai désinstaller.

avatar marenostrum | 

ils veulent envoyer (à la presse française et celle d'autres pays) plus de clients ou de clics possible pour les enrôler, qu'ils acceptent leurs conditions (les 50% de bénéfices). c'est une stratégie. s'ils voient que personne accepte ce service payant, comme toi, ils vont jamais le lancer pour la France. ils y gagnent rien. ça restera comme ça juste un widget et c'est tout.

avatar Terragon | 

@marenostrum

Ce qui m’embête, c’est que les deux font de l’argent mais différemment.

Les nouvelles gratuites font de l’argent quand même mais avec la publicité. C’est donc un choix d’intégrer le magazine dans un service de nouvelles qui était initialement indépendant (du moins aux États-Unis et su Canada).

Le service de nouvelles existait avant. C’est eux qui ont vu jumeler les deux ensemble. Ils aurait très bien pu en faire deux applications différentes. À partir du moment où tu n’es pas intéressé par la portion magazine, te faire embêter constamment par du contenu payant est agressant... donc, j’ai retiré l’application! Le web est rempli de source de nouvelles gratuites et d’applications fort intéressantes comme au Québec l’application La Presse.

avatar rua negundo | 

@marenostrum

Oui mais ce qui fait qu’un iPhone est plus cher c’est aussi qu’on achète une licence iOS comprise dans le prix de l’iPhone. On pourrait donc considérer que cet OS payant propose un service d’information de qualité, indépendamment de savoir s’il rapporte de l’argent à l’auteur de l’OS.

Sinon on pourrait aussi se dire qu’il faut supprimer l’appli calculatrice car elle ne rapporte rien. Mauvais exemple car il n’y en a déjà pas sur l’iPad 😂

avatar e2x | 

@Terragon a bien justement parlé de ce mélange confus des articles gratuits avec les payés hé bien c à mon avis le même bordel depuiiiiiiiiiiis iTunes/Apple music et partout chez Apple.
ex:
jusqu’à maintenant c’est le brouillard entre mes propres mp3/wav sortis de mes disks et la biblio iCloud music qui au ptit bonheur télécharge ou remplace ce qu’elle veut.
Idem pour les apps achetées ou gratuites dans AppStore une fois la liste déroulée ☹️

CONNEXION UTILISATEUR