En pleine pandémie, la surveillance numérique s'étend

Sabrina Fekih |

Dans la lutte contre le Covid-19, tous les États s'affairent. Alors que la pandémie gagne du terrain, les initiatives ayant recours à la géolocalisation et parfois d'autres données numériques se multiplient. De plus en plus de gouvernements mettent en place des applications permettant de tracer le parcours des personnes contaminées ou bien de s'assurer qu'elles restent à domicile. Mais ces solutions instaurées en période de crise peuvent se révéler dangereuses à terme.

Photo Zhang Kenny/Unsplash

Premier pays fortement touché par le coronavirus, la Chine a rapidement déployé des mesures technologiques dans le but de limiter la propagation. L'application Close Contact Detector permet de savoir si on se trouve dans un environnement propice à la propagation du virus.

Le géant de l'internet Alibaba a mis sur pied une autre application qui attribue des QR codes de différentes couleurs en fonction de l'état de santé des citoyens. Seuls ceux bénéficiant d'un code vert peuvent se déplacer librement. Pour ce qui est du reste, les codes rouges doivent rester confinés à leur domicile pour une durée de 14 jours, contre 7 jours pour les codes jaunes. Cette application fonctionne sur la base de formulaire en ligne à remplir directement par la population. Au départ lancée à Hangzhou, une des plus grandes villes du Sud de la Chine, l'application a été déployée plus largement ensuite.

Moins touché, Taïwan a pris plusieurs mesures préventives. Outre l'obligation pour les voyageurs de plusieurs pays de se mettre en quarantaine, le gouvernement local a mis en place une sorte de clôture électronique pour les personnes présentant des risques de contamination. Les signaux téléphoniques des personnes en quarantaine sont analysés pour vérifier qu'elles ne quittent pas leur domicile. Le non-respect de cette règle peut entraîner jusqu'à un million de dollars taïwanais d'amende (30 000 €).

En Corée du Sud, les images des caméras de surveillance et les données de localisation des smartphones sont exploitées pour suivre les déplacements des individus testés positifs. Leurs achats par carte de crédit sont également analysés. Souvent cité en exemple, le pays est parvenu à stabiliser sa courbe d'infection.

Récemment, en Arménie, le Parlement a permis aux autorités l'accès aux données personnelles des téléphones mobiles des citoyens. Les déplacements, les appels téléphoniques et les SMS des Arméniens infectés par le virus pourront être analysés par les forces de l'ordre.

En Australie, les décisions sont prises État par État. Par exemple, en Australie-Occidentale, le gouvernement prévoit l'installation de systèmes de vidéosurveillance aux domiciles des personnes qui ne respectent pas l'ordre reçu de confinement. Toute tentative d'endommager, d'enlever ou d'interférer avec le fonctionnement de ce dispositif de surveillance pourra entraîner un an d'emprisonnement et une amende de 12 000 dollars australiens (environ 6 750 euros).

Environ 1,5 million d'Israéliens ont téléchargé une application mobile au cours de la semaine dernière qui alerte les utilisateurs s'ils croisent le chemin d'un patient atteint par le coronavirus. Disponible en plusieurs langues, l'application HaMagen a été mise au point avec des outils open source afin qu'elle puisse être déployée dans d'autres pays.

Roskomsvoboda, une ONG russe, a publié une carte interactive répertoriant les « violations des droits numériques » dans le monde suite aux inquiétudes suscitées par la pandémie de coronavirus.

Pour sa part, la Russie utilise aussi un système de QR code. Une application permet aux habitants d'indiquer s'ils ont contracté le virus. Un QR code unique est attribué à chaque résident et doit être montré à la police en cas de contrôle. À Moscou, épicentre de l'épidémie dans le pays, la police affirme avoir constaté plusieurs violations du confinement grâce à l'utilisation de la reconnaissance faciale. La ville a également développé une application, Social Monitoring, qui demande l'accès à la localisation, à la caméra, au journal d'appel et à plusieurs autres données pour s'assurer que les malades respectent la quarantaine, rapporte The Guardian

Au Canada, à travers des messages dans les boutiques d'applications de Google et Apple, la population est invitée à télécharger l'application mobile Canada COVID-19. Développé par Santé Canada, cet outil contient des informations vérifiées et fiables sur l'épidémie au Canada, des ressources documentaires et des conseils. Un questionnaire est proposé pour déterminer s’il y a besoin de se rendre dans un centre de dépistage. Les renseignements personnels communiqués ne sont utilisés qu'à des fins liées au soutien de Santé Canada et de la province de résidence, assure l'avis de collecte. Les données ne sont pas divulguées ni conservées.

Aux États-Unis, le recours aux géants de la tech

Du côté des États-Unis, pays le plus touché par le Covid-19 à l'heure actuelle avec plus de 330 000 cas, le gouvernement a sollicité les géants de la tech afin d'analyser les données des Américains.

L'administration Trump s'est ainsi tournée, vers Apple, Facebook et Google, entre autres, pour identifier les foyers épidémiques et enrayer la propagation du virus. Un site informatif a par exemple été créé par Google, sur demande du gouvernement, afin de déterminer si un test est nécessaire. Le moteur de recherche a, pour son propre compte, utilisé les données de géolocalisation récoltées par ses services pour suivre l'évolution du taux de fréquentation de certains lieux à travers le monde.

De son côté, Facebook a mis à disposition les données de géolocalisation de ses utilisateurs à des chercheurs d'Harvard, Princeton et Johns Hopkins. Le but, proposer une carte de l’évolution du virus à travers le pays et évaluer l'efficacité des mesures de distanciation sociale.

En Europe aussi des initiatives de collecte de données voient le jour. En Pologne, les personnes placées en quarantaine ont le choix entre recevoir des visites imprévues de la police ou télécharger une application qui utilise la géolocalisation et la reconnaissance faciale. Pour veiller à ce que les personnes placées en quarantaine ne quittent pas leur domicile, un selfie est demandé à plusieurs moments de la journée. Si celui-ci n’est pas envoyé dans les 20 minutes suivant la demande, les autorités sont prévenues et peuvent dresser des amendes.

Sur demande du commissaire européen Thierry Breton, huit opérateurs du Vieux-Continent, dont Orange, partagent désormais des données de géolocalisation. Ces opérateurs partagent des données anonymisées, collectées au niveau du réseau, afin de permettre à la commission européenne de détecter les attroupements et d’anticiper le pic épidémique.

En France, le gouvernement propose désormais une attestation numérique de déplacement

En France, la mise en place d'une application collectant des données est discutée. Interrogé par Le Monde, pour Marie-Laure Denis, présidente de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), « il faut se garder de penser qu’une application va tout résoudre même si les nouvelles technologies peuvent contribuer à une sortie sécurisée du confinement ». « Il faut privilégier les solutions qui minimisent la collecte des informations », ajoute-t-elle en proposant un « recueil d’un consentement libre et éclairé de l’utilisateur » en amont. Une réflexion d'ores et déjà conduite en Allemagne et au Royaume-Uni où les applications fonctionnent sur la base du volontariat.

D'après le journal Les Échos, les problématiques de confidentialité ont dirigé la réflexion des autorités françaises vers une application utilisant le Bluetooth et non pas les données enregistrées par les bornes relais. À l'instar de l'application « Trace Together » utilisée à Singapour, la France planche sur une application qui permettrait d’avertir toutes les personnes qui auraient croisé un individu atteint du virus.

À ce stade, le gouvernement ne tiendrait pas à imposer le téléchargement de cette application. Toutefois, sans un grand nombre d'inscrits, le principe risque de ne pas être effectif. Pour l'heure, le secrétaire d'État chargé du Numérique, Cédric O, indique attendre que « les épidémiologistes se prononcent sur la pertinence d'une telle solution.».

Bien que ces initiatives technologiques soient soutenues par des chercheurs, les décisions prises en contexte de crise peuvent à terme s'avérer dangereuses pour la vie privée des populations. Il est donc nécessaire de veiller à ce que ces mesures intrusives soient levées dès que possible, indiquent les spécialistes de la question.

avatar Max1000du35 | 

Si l’information est avérée en Australie, ça ne rigole pas là-bas

avatar John McClane | 

@Max1000du35

C’est clair, ça fait horriblement flipper ! 😱

avatar fousfous | 

C'est toujours en temps de crise qu'on essaye de récupérer un maximum de pouvoir, que ce soit pour les dictatures et les démocraties.
On est tombé en plein dedans mais c'était assez prévisible en même temps.

avatar Dziga_Vertox | 

On peut aussi crever en masse. Parce qu’il faut protéger nos petites libertés de raconter de la merde sur Snap, c’est sûr. Polémique de tocard.

avatar Tao | 

@Dziga_Vertox

Quel rapport entre Snapchat et le confinement ?

Et c’est tout à fait normal de ne pas vouloir abandonner son droit à la liberté et la vie privée pour plus de sécurité.
C’est un choix que chacun devrait faire.

Ce n’est pas parce qu’on n’a pas 50 caméras braquées sur nous et notre localisation pingée toutes les secondes qu’on ne respecte pas le confinement.

C’est très étriqué et possiblement dangereux comme réaction de vouloir étouffer la critique sur la surveillance

avatar marenostrum | 

tu vas mourrir en tout cas tôt ou tard. en plus tu connais pas ce que veut dire le mot Dignité, parce que ça vient du latin. c'est accepter la mort. bref être digne veut dire ne pas vivre à n'importe quel prix.

avatar raoolito | 

@marenostrum

En asie qui s'en sort le mieux et qui fait maintenir un strict confinement ben ca a fait ses preuves.
On peut reprendre l'analogie de la guerre, qu'elle soit contre un virud, le terrorisme ou un autre etat.
Espérons seulement que tous ces etat rendent leurs pouvoirs spéciaux quand ce sera fini. J'ai peu de doutes pour l'Europe, plus pour certains pays asiatique et e toutes facons dans cette liste certains sontdeja des democratures forcenees

avatar debione | 

@raoolito
N’en soit pas si certain... Les états européens sont moins bourrins, donc ils iront plus gentiment. Mais quand tu vois la pression anxiogènes que mettent les états actuellement, si ils insistent, c’est le peuple qui le demandera...
Normal, ce virus est spécialement anti bloomers... ça fait maintenant 10 ans qu’il y a de grosse manif de la jeunesse pour que l’on arrête de faire n’importe quoi avec l’ecologie, qu’il faut inflechir la courbe... Ça fait 10 ans que les bloomers ( qui sont pour beaucoup aux commande des états et des grandes entreprises) nous expliquent que l’on ne peut pas arrêter la machine, que sinon tout s’effondre... et tadada, un petit virus apparaît, qui les vise spécialement eux, et comme par magie en un claquement de doigts, ils arrêtent... la terre. Car nos élus ont la petoche... Mais d’ici deux mois reviendra l’impossibilite De faire quelque chose pour l’environnement, déjà que le Covid a tout ravagé ( alors que c’est leurs décisions anxiogènes pour eux même qui crée cette situation...)

avatar Adodane | 

C’est la surveillance des GAFAM qu’il faut se méfier !

avatar iPop | 

@Adodane

Je dirai qu’il faut plus se méfier de l’état. Ou c’est plus facile pour lui d’ordonner, donner des ordres à sa population sur simplement remettre un labo en marche.

avatar raoolito | 

@iPop

On parle du labo X de google sur la recherche de l'immortalité :) ?
Les gafam ont le budget d'etats et la structure de dictature
Ne les sousestimez pas,

avatar Steve Molle | 

Complotistes !!

avatar DrJonesTHX | 

«Lorsque vous dites 'le droit à la vie privée ne me préoccupe pas, parce que je n'ai rien à cacher', cela ne fait aucune différence avec le fait de dire 'Je me moque du droit à la liberté d'expression parce que je n'ai rien à dire', ou 'de la liberté de la presse parce que je n'ai rien à écrire'.»
Edward Snowden

avatar Godverdomme | 

Quand des données peuvent être utilisés pour sauver des vies et que certains s'estiment experts de la vie privée en hurlant que c'est un scandale, ça me choque.

Avec les données de nous smartphones on a de quoi remplir des données anonymisées permettant de comprendre l'évolution de population, des virus, etc..

Et voir des gens sur les forums qui se sentent experts du sujet c'est juste fou

avatar fifounet | 

@Godverdomme

"Quand des données peuvent être utilisés pour sauver des vies et que certains s'estiment experts de la vie privée en hurlant que c'est un scandale, ça me choque."

Ça c’est bien mais très étonnant de ta part.
Quel est ton avis sur l’Apple Watch et son système de capteur médical ?
Toujours 2 poids 2 mesures.

avatar Godverdomme | 

J'en pense que je ne vois le rapport avec cet accessoire qu'une petite partie de la population aisée porte.

Ma réponse est donc : je m'en pense rien.

Par contre je m'intéresse aux bénéfices GIGANTESQUES de l'analyse de la positions des foules et de la population dans une pandémie (sous couvert que les données soient anonymisées)

Le capteur de l'Apple Watch me semble donc hors propos.

avatar apple78310 | 

Dans certains pays on peut se déplacer librement en étant légèrement pisté, chez nous on a interdiction de sortir... On n’est pas bien placé pour donner des leçons sur la restriction des libertés

avatar debione | 

On peut même se déplacer sans être piste dans certain... Pose ton smartphone ... et c’est réglé...

avatar MarcMame | 

Où sont tous ceux qui d’habitude s’en branle puisqu’ils n’ont rien à cacher ?

avatar romainB84 | 
avatar e2x | 

Je ne comprends pas un truc :
Tu es supposé dénoncer qqun que tu rencontres qui a le covid? Denoncer quoi?
Comment sais-tu qu’il est atteint ?
Qui es-tu supposé rencontrer s’il t’es interdit de sortir ?
Qui fiche qui ? 🤔

avatar iVador | 

On se croirait dans Black Mirror. Ce monde me fait de moins en moins envie.

avatar bhelden | 

@iVador

Yes, allons sur Tatooïne.
Ah non, t’aimes pas le sable. Hoth alors ?

avatar romainB84 | 

@bhelden

Pas mieux ! Ça caille là bas!
Nan, visiblement, rester au pays des bisounours est le meilleur des choix pour beaucoup !!
#ToutLeMondeEstGentilSaufLesPatronsEtLaPolice

avatar EBLIS | 

:-D

avatar Armand07 | 

Peut-on affirmer que chaque français possède un téléphone portable ? Qui serait compatible (pas trop ancien) ? Et comment l'obliger à installer une application ? Etc, etc ...
Qui peut dire qu'il vaut mieux défendre la vie privée (peut-être banale et sans intérêt ?) que la vie tout court ?

avatar John McClane | 

« l'application HaMagen a été mise au point avec des outils open source afin qu'elle puisse être déployée dans d'autres pays. »

Bientôt chez nous alors ?

avatar PierreBondurant | 

Un petit rappel qui ne fait pas de mal vu qu’on est tous de gros utilisateurs de services numériques

Pour ceux qui trouvent ce rappel excessif, si possesseur d’iPhone, faites un tour dans l’app Settings / Privacy / Location Services / System Services (tout en bas de la liste de vos app)

avatar cuco | 

Ils vont juste arriver à convaincre une partie de la population de ne plus sortir avec son smartphone, ou de le faire en le mettant en mode avion.

avatar debione | 

Ah mais très clairement, en plus cela fait retrouver une telle liberté... à tel point que certain s’en sente mal....

avatar Pas-un-philosophe | 

Les années 30 dès maintenant !

avatar fier_mâle_blanc_cis_het | 

Un monde encore plus mieux que tout ce qu'aurait pu rêvé la stasi ou stalline. :)

Alors les fachos, comme ça on refuse le progrès ? :)

Bientôt la peine de mort pour tout ceux qui sont contre le confinement et se voit coupable de mise en danger d'autruis et de crime contre l'humanité. La Dictature c'est maintenant ! :)

avatar dorninem | 

Intéressant... le dev Israélien
A lire

https://link.medium.com/pQB30Kmst5

Et infos code

https://github.com/MohGovIL/hamagen-react-native

avatar romainB84 | 

Petit remerciement à macg !!!
Grâce à vous, j’ai pu économiser une 15aine d’euros par mois en résiliant mon abonnement Netflix !!
Avec des articles comme ça, et les commentaires qui en découle (évidement)... mais Netflix n’a plus aucun intérêt !! C’est beaucoup plus captivant ici!!
On a du rageux, du complotiste du manque de respect etc !! Même game of thrones à côté, c’est pour les touristes 😁
Aller je me remets dans la saison 2 🍿🍿🍿

avatar DamienLT | 

@romainB84

J’attends avec toi 🍿🥤

avatar romainB84 | 

@DamienLT

Ça manque de lunettes 3D tout ça 😂

avatar Steve Molle | 

@romainB84

Toujours plus palpitant qu’un gros reac marcheur....adepte de Castagnette et de toutes les pratiques mentionnées dans l’article.

avatar romainB84 | 

@Steve Molle

😁😁😁
La saison 3 promet d’être captivante 🥤🥤🍿🍿

avatar fier_mâle_blanc_cis_het | 

Bientôt tu vas nous dire que c'est anodin qu'un descendant d'alfred dreyfus, dont des représentants religieux de sa religion clament depuis plusieurs dizaines d'années qu'ils vont faire payer à l'europe x100 fois ce qu'il ont subit ya quelques décennies, est à l'origine de la pénurie de masque en France et est la même personne qui a fait classé comme subtance vénéneuse la chloroquine 2 mois avant que l'épidémie de covid-19 soit officielle en France alors que raoult en parlait déjà et que ça a servit à traiter les gens dans une certaine colonie ? :)

Tu oserais remettre en doute sa filliation directe avec le fameux officier ? :)

avatar KimoMac | 

Cedric O c’est un anonyme?

Édit: je viens de vérifier. Je pensais pas que c’était légal d’avoir une seule lettre comme nom de famille! Pour un secrétaire chargé du numérique, il doit bien galerer quand il doit remplir des formulaires en ligne en mettant son nom vu qu’en général c’est refusé si il y a pas minimum deux caractères dans le champ...

avatar EBLIS | 

Moi je mets une lettre suivie d'un point. Pas eu de problème jusqu'à présent.

avatar debione | 

Bon ben facile, posez donc ce smartphone, vivez sans, vivez libre 2x... ( une fois face aux gens qui attendent de vous sans arrêt des réponses immédiates et une seconde fois face aux états)
Je préfère largement la visite de policier à mon domicile que de foutre des appli de tracking...

Voilà, on arrive vraiment dans la partie critique du Covid, et chose étonnante, le plus effrayant restera l’homme, un vrai virus à très longue vie celui la.

avatar oomu | 

pas compter sur moi.

avatar hurrican72 | 

Quand on voit ne nombre d'assassins qui se promènent librement pour se promener aux beaux jours, certains contaminés sans le savoir, il est malheureusement nécessaire de mettre en place des mesures efficaces.
Qu'ils se suicident est leur problème, qu'ils contaminent les autres et le personnel soignant est scandaleux.
Les 135 euros n'ont pas l'air de faire réfléchir, il pourrait y avoir des alternatives... immobilisation du véhicule pour ceux qui partent en vacances, confinement dans des lieux surveillés.
Le français est toujours supérieur aux autres et on en est à plus de 9000 morts sans solution pour soigner.
Si on ne veut pas de surveillance électronique on n'utilise pas les services, mais trop besoin de Netflix, Disney et autres distractions...

avatar Rogntudju | 
avatar imrfreeze | 

Tout ceci est consternant. Nous assistons à la mise en place des outils qui consacrerons la fin de la liberté et ce que je trouve extraordinaire, c’est qu’il y a tant de gens pour trouver que c’est formidable.

avatar Sonic Tooth | 

Tu as bien raison, à l'opposé les gens comme hurrican72 me font peur. Donnez du pouvoir à ce genre d'individu et on se retrouvera dans une société comme celle que dénonçait Bertolt Brecht dans "la Résistible Ascension d'Arturo Ui".

CONNEXION UTILISATEUR