Le rebond du fondateur d'AppGratis après la chute

Florian Innocente |

Il y a quelques jours, AppGratis cessait officiellement son activité, devenue fantôme après la décision d'Apple en 2013 de retirer l'application éponyme de l'App Store.

Simon Dawlat, à l'origine de ce service, en a lancé un nouveau il y a deux ans : Batch.com, dans un tout autre domaine. Il est destiné aux éditeurs ainsi qu'aux marques qui veulent gérer plus finement l'envoi de leurs notification push et en analyser les retombées.

Dans un billet, Benoit Raphael raconte sa conversation avec Simon Dawlat, et revient sur quelques étapes de la folle ascension puis la chute immédiate et brutale d'AppGratis.

Née en 2009 sous la forme d'une newsletter qui engrange rapidement 10 000 abonnés, cette idée se transforme en une app iOS qui finit par atteindre le million d'abonnés. Malgré des résultats financiers en hausse constante, Simon Dawlat décide d'aller chercher un financement « Je crois qu’on avait besoin de se légitimer. On s’est dit que ça nous ouvrirait les portes d’Apple. Et que les annonceurs se sentiraient plus sécurisés si on était backés par une levée de fonds ». Il lève 10 millions d'euros et se développe aux États-Unis, la perspective d'un chiffre d'affaires annuel de 40 millions d'euros est tangible… mais Apple fait tomber le couperet sur l'app et l'éjecte sans sommation de l'App Store en avril 2013.

Benoit Raphael rappelle les épisodes qui ont suivi pour le jeune patron : l'entrée en lice, vaine, de la ministre Fleur Pellerin, les licenciements, les portes qui se ferment, les mails qui restent sans réponse.

Le rebond est venu l'année suivante, Dawlat a fait plancher 5 équipes pendant 3 mois pour cogiter sur un plan B. La solution s'appelle Batch, elle se repose pour partie sur un outil utilisé pour AppGratis. Il a quelques gros clients aujourd'hui (notamment dans les médias), qui cherchent à optimiser leurs envois de notifications dans leurs apps et à fidéliser leurs utilisateurs.

Morale de l'histoire pour Dawlat qui a connu d'autres échecs par le passé : « Quand tu es jeune, tu ne sais pas que c’est impossible, alors tu fais. Après, tu es plus craintif. Il faut trouver l’équilibre entre les deux ».


Tags
avatar MaRiJuAn34 | 

Elle était pourrit cette application AppGratis. Les applications proposées étaient déjà gratuite à la base.

avatar AlexG | 

@MaRiJuAn34

T'es un troll ou tu fais pas exprès ?

avatar macfredx | 

@AlexG

Il ne fait pas exprès... ??‍♂️?

avatar en ballade | 

@MaRiJuAn34

Toi tu as tout compris...???

avatar Mrleblanc101 | 

Sinon il y a la webapo AppShopper qui fonctionne très bien...Je reçois un emails dès qu'une app dans ma wishlist baisse de prix ou devient gratuite. Bien mieux que ce AppGratis

avatar spece92 | 

Yes appshopper.com c'est nickel ou appticker.de appgratis ça manque qu'aux mémés

avatar jeromeenfrance | 

Ce n'est pas un troll que d'exprimer que cette app, soutenue par une Fleur Pellerin incompétente, était une app dont le concept tenait de l'escroquerie. Pourquoi Apple l'avait virée, d'après vous ? Le nouveau projet est lui aussi fondé sur une malhonnêteté ?

avatar bugman | 

@jeromeenfrance

10000 abonnements a une newsletter, ca ressemble plus a un service utile qu'a une escroquerie, non ?

avatar jeromeenfrance | 

@bugman

Ah OK. Apple a dû se tromper alors, en excluant une app qui augmentait artificiellement la popularité de telle ou telle app.

En quoi est-ce qu'un nombre d'abonnés serait une garantie d'honnêteté. Les petits épargnants bernés par Madoff étaient plusieurs milliers eux aussi. Le montage pyramidal de Madoff a juste manqué de chance, c'est ça ? Perte : 65 milliards !...

avatar jeromeenfrance | 

@bugman

Oops, je réalise tout à coup un truc. IGeneration et AppGratis étaient liés ? Si c'est le cas, désolé si je vous ai blessés

avatar bugman | 

@jeromeenfrance

Je n'ai aucun lien contractuel ni avec l'un ni avec l'autre.

CONNEXION UTILISATEUR