Apple News : des humains pour mettre de l’ordre dans la folie de l’information

Mickaël Bazoge |

L’application Apple News est devenue une des principales sources d’information pour 90 millions de personnes aux États-Unis. Cela représente une responsabilité pour Apple, qui dès le lancement de ce service fin 2015, a mis en place une rédaction composée de journalistes dont la mission est de sélectionner les principales histoires provenant des publications partenaires.

« Nous sommes responsables de ce qu’il y a [dans l’app] », explique Roger Rosner, le patron d’Apple News, au New York Times. « On ne veut pas que ça devienne un repaire de fous ». Pour ordonner l’aspect éditorial de l’application, Apple a fait appel à Lauren Kern, ancienne journaliste au New York Magazine. Elle est à la tête d’une escouade d’une trentaine de journalistes répartis entre Cupertino, New York, Sydney et Londres1.

La sélection d’articles bouge cinq fois par jour, parfois plus en fonction de l’actualité. En plus de cette éditorialisation, des algorithmes prennent la main pour suggérer des histoires en fonction des goûts du lecteur. Cette sélection réalisée par des humains tranche avec les pratiques de Google, YouTube, Twitter et Facebook, qui ont beaucoup misé sur les algorithmes avant de se rendre compte que les trolls en jouaient — comme cela a été le cas, massivement, durant la campagne électorale américaine de 2016.

Lauren Kern, rédactrice en chef d’Apple News.

Tout comme les algorithmes, les humains aussi peuvent se tromper, ou avoir des biais. Mais quand les journalistes d’Apple News lisent une histoire, ils peuvent déterminer plus facilement qu’une machine si l’actu est douteuse. La rédaction de l’app a ainsi écarté plusieurs articles sensationnalistes qui se sont finalement révélé faux… mais qui ont eu le temps de faire le buzz ailleurs, sur les réseaux sociaux.

Pour ce qui concerne les opinions politiques, Apple News tente de satisfaire toutes les sensibilités. Pour sa section consacrée aux élections de mi-mandat aux États-Unis, l’application fait appel aussi bien à Fox News, une voix conservatrice, qu’à Vox, beaucoup plus libérale. Apple explique que son service compte autant d’utilisateurs lisant des publications étiquetées à droite qu’à gauche.

Apple News dans macOS Mojave. Pour activer l’app en France, suivez ce mode d’emploi.

« Depuis le début, Tim [Cook] nous a dit que nous avions la responsabilité d’aider l’industrie de l’information », explique Roger Rosner. « C’est fondamental pour la démocratie ». Mais Apple News permet-il aux éditeurs de presse de gagner de l’argent ? En bout de course, c’est ça le nerf de la guerre. Le tableau est plus nuancé sur ce point.

Le New York Magazine indique que la fréquentation provenant d’Apple News a doublé depuis décembre dernier. L’app compte pour 12% des visites sur le site web de la publication. Le trafic provenant de Facebook a été réduit d’un tiers (8%), quand celui provenant de Google compte pour la moitié du trafic total. Plutôt positif donc, mais insuffisant pour la plupart des éditeurs.

Slate engrange plus d’argent de 50 000 vues sur son site que des 6 millions de vues par mois sur Apple News. Les lecteurs restent généralement scotchés dans l’application et vont finalement peu sur les sites web des publications. Et Apple conserve une bonne partie des données du lectorat, alors qu’elles représentent le pain et le beurre pour les éditeurs.

Apple News permet pourtant à la presse de rentabiliser les articles qui paraissent dans l’app avec leurs propres publicités, pour lesquelles les éditeurs empochent 100% des gains (Apple peut servir d’intermédiaire en fournissant ses propres publicités, contre une commission de 30%). « C’est très rare », soutient Eddy Cue le grand manitou du contenu chez Apple. Le vice-président admet toutefois qu’Apple n’est pas spécialement douée ni forcément très intéressée par la publicité.

En revanche, Apple est prête à mettre le paquet pour aider les éditeurs à vendre des abonnements. Il est très facile en effet de s’abonner aux publications dans Apple News. Mais là aussi les conditions du constructeur (30% de commission sur l’abonnement la première année, puis 15% ensuite) ne font pas le bonheur des partenaires de l’app.

L’app Texture acquise par Apple au mois de mars.

Eddy Cue rétorque toutefois que les publications engrangent avec Apple News des abonnements qui n’auraient sans doute pas été souscrits autrement. La commission prélevée par Apple est « relativement faible », soutient-il aussi (elle est de 5% chez Google, de 0% chez Facebook). On prête désormais à Apple la volonté de lancer un abonnement pour accéder à toute une série de magazines et de quotidiens, suite à l’acquisition du service Texture parfois présenté comme le « Netflix de la presse ».

En France, il faut se contenter pour le moment du widget Apple News, qui propose quatre actus provenant d’une sélection de publications dont le choix est laissé aux bons soins mystérieux d’Apple (lire : Le pouvoir démesuré du widget Apple News en France).


  1. Apple News n’est disponible qu’aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie. ↩︎

Tags
avatar doudouesig | 

A quand Apple News chez nous??

avatar WaTy | 

C'est quand même fou que 3 ans après on ne l'a toujours pas en France

avatar bidibout | 

@WaTy

C'est tellement long que je fini par penser qu'Apple n'est pas seule responsable, fort à parier que les groupes de presse chez nous soient frileux pour une raison ou une autre.

avatar doudouesig | 

@bidibout

Je crains aussi...
comme les banques françaises ont mis énormément de temps à mettre en place Apple Pay. Et encore toutes les banques ne l’ont pas encore...

avatar bidibout | 

@doudouesig

Voilà ! J'ai hâte d'avoir Apple Pay à La Banque Postale.

avatar doudouesig | 

@bidibout

Étant client La Banque Postale uniquement à cause de mon prêt immobilier, c’est la pire banque que j’ai eu...
j’ai vite arrêter de l’utiliser... N26, Boursorama sont 100x mieux et gratuit

avatar bidibout | 

@doudouesig

Jamais eu de soucis depuis que j'y suis donc tant que ça dure...

avatar Eyquem | 

@doudouesig

En Belgique, aucune banque ne supporte apple pay donc bon... 😅

avatar Paquito06 | 

“L’application Apple News est devenue une des principales sources d’information pour 90 millions de personnes aux États-Unis.”

Selon...?

avatar Mickaël Bazoge | 

@Paquito06

Selon Apple.

avatar Paquito06 | 

@MickaëlBazoge

Merci

avatar r e m y | 

@Paquito06

L'article d'origine indique "... a service that is read regularly by roughly 90 million people..." soit " ...un service qui est lu régulièrement par environ 90 million de personnes..."

C'est pas tout à fait la même chose que de dire que c'est devenu une des sources d'information principale de ces 90 millions de personnes. Le mot "principale" me semble de trop.

avatar Paquito06 | 

@r e m y

Exact.
Je ne pense pas qu’un Americain sur 4 s’informe sur Apple news uniquement, que c’est la principale ou unique source pour ceux-ci. Difficile de definir ces termes, aussi bien que “regulierement”. Pour ma part je ne dois utiliser Apple News sur mac ou iphone qu’une fois par mois.

avatar Mickaël Bazoge | 

@r e m y

Si c’est « régulièrement » tu peux raisonnablement penser que Apple News fait partie de leurs principales sources d’infos ? C’est comme ça que je l’interprète.

avatar r e m y | 

@MickaëlBazoge

Je pense que c'est une interprétation exagérée...
J'ai News dans les widget sur l'iPad. Chaque fois que j'affiche les widgets, j'affiche de fait ces News et j'imagine que pour Apple je deviens un lecteur régulier (voire assidu) de ce widget News.
Pourtant je peux affirmer que c'est très loin d'être l'une de mes sources principales d'information.

avatar Mickaël Bazoge | 

@r e m y

Ok. Mais là on parle pas du widget mais de l’app : il faut la lancer volontairement, j’imagine que ce n’est pas pour la refermer juste après.

avatar r e m y | 

@MickaëlBazoge

Mais si c'est juste pour lire les titres... peut-on considérer que ça constitue une source d'information?
Si je dis que seuls les titres sont lus c'est que la fin de l'article de NyTimes indique "... The stories she and her deputies select for Apple News regularly receive more than a million visits each."

Donc sur les 90 millions de lecteurs réguliers d'AppleNews, 1 million va lire l'article référencé. C'est déjà beaucoup moins.

Mais peu importe... laissons un peu les lépidoptères tranquilles!

avatar Mickaël Bazoge | 

@r e m y

Je suis bien d’accord avec ça !

avatar Adrienhb | 

@r e m y

Le nombre de personnes qui n'a qu'une source d'informations écrase à mon avis celle qui diversifie ses sources. Et je suis aussi sûr que parcourir des titres suffit à beaucoup pour s'estimer informé.

avatar softjo | 

Comme ça ils peuvent facilement censurer les infos critiques envers eux, les infos positives sur les concurrents.

avatar oomu | 

et bloquer les logiciels google à l’exécution sur mac
et refuser la connexion à des "clouds" concurrents
et refuser les applications de microsoft sur ipad
et manipuler les américains pour élire Timmy au lieu de Trump (manifestement un échec total)
etc

ou peut être que comme mes scénarios alternatifs, c'est tellement absurde et VISIBLE qu'Apple ne le fait pas. Manipuler à son avantage les informations provoquerait une réaction sans précédent contre les intérêts d'Apple.

C'est d'ailleurs le fantasme numéro 1 chez les fascistes: que l'univers tout entier s'est ligué et a manipulé les lois de la physique pour leur donner tort. C'est tellement efficace qu'on continue à élire des Erdogum et des Tranp à tour de bras à travers le monde.

Bientôt on élira des youtubeurs nazis malgré "les Goochistes Google qui manipulent les Algorithmes"

Pour bien des gens, les bêtises que je raconte sont de véritables fantasmes. Cela ne les rends pas plus vraisemblables.

Par contre, le troll de masse, les bots de spams et les centaines de millions de $ investis aux USA (et combien en France la prochaine fois ?) pour noyer les gens sous de l'information partisane ("partisane", cela signifie autant d'un coté que de l'autre, selon qui paie), cela est connu, VISIBLE, largement documenté et tout le monde l'a senti passer.

-
et pourquoi pas interdire unilatéralement Flash sur ios ? ha! cela a été fait, oui mais j'étais d'accord pour _tuer_ flash. Alors ça va. -_-

avatar byte_order | 

Si vous voulez une revue de presse vraiment indépendante, la seule façon c'est de se la faire soit-même.

Sinon, de facto, y'a forcément un biais (commercial, politique, dogmatique, peu importe).
Ici, par exemple, je vois pas au nom de quoi kkun ne pourrait pas être intéressé de pouvoir lire une fake-news, dès lors qu'il se sent capable de se faire sa propre opinion.

Mais bon, une boite richissime décide unilatéralement ce qui est bon et pas bon pour ses utilisateurs ? Rien de nouveau, franchement.
Ce qui le serait, c'est que les utilisateurs en prennent enfin massivement conscience.

P'tet que quand Apple interdira les autres apps de revue de presse sur iOS et macOS sous couvert que c'est redondant avec Apple News livré de base. Mais j'y crois pas vraiment...

avatar iVador | 

@byte_order

non , dans la vie, il y a les faits, la réalité, d’un côté, et les mensonges d’un autre. L’avalanche de Fake news en provenance des extrême droites de tous les pays est une menace pour le démocratie et doit être éradiquée

avatar freestef | 

@iVador

Les mensonges d'un côté la réalité ? Et les Bisounours, tu les mets où ? Sans rire, une revue de presse avec des personnes qui trient ce qui doit être diffusé, ça s'appelle une "ligne rédactionnelle" en politiquement correct et une "manipulation de l'information" en réalité.
Il existe de très bons agrégateurs de News, comme Feedly ou Reeder qui permettent de choisir ses sources. Apple News... jamais

avatar Adrienhb | 

@iVador

L'extrême droite semble se spécialiser dans le fake news, mais je doute fortement que ceux d'en face soient vierges de toute manipulation de l'information. Hum.

avatar byte_order | 

@iVador
> non , dans la vie, il y a les faits, la réalité, d’un côté, et les mensonges d’un autre.

La question n'est pas là.
La question est qui décide de ce qui doit être considéré comme la réalité, les faits ou comme des mensonges.

Par définition, les gens ne peuvent pas être présents partout pour constater d'eux-même une situation et se construire une opinion sur ce qu'ils vont alors considérer comme la réalité et les faits dont ils ont été témoins.

Une réalité, d'ailleurs, qui sera la leur, mais pas forcément la même qu'une autre personne pourtant présent au même endroit.
Si 2 personnes observant à une même situation avaient forcément systématiquement la même opinion et une seule réalité parfaitement partagée, cela se saurait depuis longtemps... (et y'aurait moins de divorce, aussi).

Du coup, pour pouvoir se construire une opinion sur des situations qu'on ne peut pas observer soit-même, y'a pas grand chose d'autre que de se baser sur les observations et opinions faites par d'autres, idéalement, eux, en situation d'être en contact avec la situation.

Cela s'appelle croiser les informations et les opinions.

Quand c'est un groupe de personne qui décident à votre place quelles informations et quelles opinions sont dignes ou pas d'être croisées, cela ne fait que rajouter un filtre, un biais supplémentaire. Que ce filtre et biais soit volontaire ou pas d'ailleurs.

Le nier est de l'aveuglement.

avatar PierreBondurant | 

@iVador

“et doit être éradiquée”

Tu trouves pas que c’est une position par nature extrême “d’éradiquer” ceux d’en face?
Un peu à la années 30 en Europe centrale...

avatar iVador | 

@PierreBondurant

🤣 le type qui sélectionne 4 mots en faisant exprès d’oublier le sujet de la phrase initiale qui était « l’avalanche des fake news » 🤣
Éradiquer l’avalanche de fake news, merci d’apprendre à lire. C’est mot pour mot ce que j’ai dit, et rien d’autre. Ça passe par la destruction et l’interdiction des sites de propagande d’extrême droite, comme Infowars ou Breitbart.

Peut être que retourner en CP pour réapprendre la lecture, te permettrait de ne pas interpréter les posts des autres n’importe comment et de sortir un point Godwin absurde et diffamatoire.

avatar PierreBondurant | 

@iVador

Excuse moi d’avoir raté la mesure dans tes propos.

Je ne sais pas si une démocratie reste une démocratie en éradiquant les opinions contraires.
Les extrêmes sont rarement un vote d’adhésion mais un thermomètre du sentiment de rejet à l’égard des classes dominantes.
Soit on s’interroge collectivement sans langue de bois sur ce qui va pas et on essaye de changer certaines choses, soit on éradique. A court terme ça peut marcher d’éradiquer, à long terme je suis pas convaincu

avatar iVador | 

@PierreBondurant

Les Fake news sont une atteinte à la démocratie, pour commencer. C’est une volonté délibérée de fausser les débats et de distordre la réalité au profit de son camp politique.

avatar Orion | 

Le widget actuel de cette application ne devrait même pas être sur les iPhones, impossible de sélectionner les sources des actualités. À titre d'exemple on ne voit jamais rien du journal l'Humanité. Ou ça renvoie vers des articles coupés (20minutes par exemple) où il faut être abonné…

La plupart du temps ce sont des faits divers… aujourd'hui : "Lyon. Un ado de 15 ans tabasse sa copine et dérobe sa voiture quand elle est à l'hôpital."

Franchement passionnant.

CONNEXION UTILISATEUR