Apple : « Nous ne ferons pas d'exception pour Epic »

Stéphane Moussie |

Apple ne pliera pas et est prête à mettre sa menace à exécution. Après avoir retiré Fortnite de l'App Store, Apple fermera le compte développeur d'Epic le 28 août si le studio ne se remet pas dans le droit chemin, confirme la Pomme dans un communiqué. Cette mesure radicale empêcherait Epic de continuer le développement de ses jeux sur les plateformes Apple et ferait en plus un gros dommage collatéral : le moteur Unreal Engine, utilisé par de nombreux studios tiers, ne pourrait plus être mis à jour.

Image tirée de la vidéo parodique d'Epic contre Apple

« Nous voulons vraiment conserver l'entreprise dans notre programme développeur ainsi que leurs apps sur le Store, assure Apple. Le problème qu'ont eux-mêmes créé Epic peut être facilement corrigé s'ils soumettent une mise à jour de leur app qui suit les règles qu'ils ont acceptées et qui s'appliquent à tous les développeurs [sauf à certains privilégiés, ndr]. »

La position d'Apple est on ne peut plus claire : « Nous ne ferons pas d'exception pour Epic parce que nous ne pensons pas qu'il est juste de faire passer leurs intérêts commerciaux avant nos règles qui protègent nos clients. » Cette déclaration a du piquant, Epic reprochant justement à Apple de faire passer ses propres intérêts commerciaux au détriment de ses utilisateurs.

D'après The Information, Epic a contacté au cours de ces dernières semaines plusieurs dirigeants de l'industrie afin de monter une coalition contre les pratiques commerciales d'Apple. Spotify, qui a déjà attaqué Apple en justice pour pratiques anticoncurrentielles, n'a pas souhaité former une alliance officielle, mais a tout de même fait part de son soutien à Epic, comme d'autres entreprises. Des interrogations sur le rôle exact prévu pour cette coalition ont poussé un studio de jeu vidéo à décliner la proposition d'Epic également.

Le communiqué d'Apple en intégralité :

L'App Store a été conçu pour être un endroit sûr et fiable pour les utilisateurs ainsi qu'une excellente opportunité commerciale pour tous les développeurs. Epic a été l'un des développeurs les plus populaires sur l'App Store, en bâtissant un business de plusieurs milliards de dollars touchant des millions de clients iOS à travers le monde. Nous voulons vraiment conserver l'entreprise dans notre programme développeur ainsi que leurs apps sur le Store. Le problème qu'ont eux-mêmes créé Epic peut être facilement corrigé s'ils soumettent une mise à jour de leur app qui suit les règles qu'ils ont acceptées et qui s'appliquent à tous les développeurs. Nous ne ferons pas d'exception pour Epic parce que nous ne pensons pas qu'il est juste de faire passer leurs intérêts commerciaux avant nos règles qui protègent nos clients.


avatar Bigdidou | 

@byte_order

"Je n'adhère pas à cette logique."
Moi non plus, mais ce que j'aimerais bien savoir, c'est ce que dit la loi.
Et j'ai l'impression que personne n'en sait rien.

"Un acteur peut être en position de monopole *parce* qu'il n'y a encore aucune offre concurrente qui n'a tenter d'émerger, tout simplement"
Je ne sais pas trop si ça qualifie une situation de monopole, justement.
En tout cas ce n'est pas ce que j'ai compris, et dans mes représentations, ce n'est pas parce que on est le seul avoir une activité ou fabriquer un produit qu'on en a le monopole, mais parce qu'il y a une limitation technique (réelle ou construite) qui empêche les autres de s'introduire dans ce marché ou cette activité.
Mais j'ai peut-être tout faux : je ne suis pas du tout à l'aise dans ces histoire.

Voilà où j'avais regardé il y a quelque temps pour tenter de comprendre ce qu'est un monopole en économie :
https://www.vie-publique.fr/fiches/270747-quest-ce-quun-monopole

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou

Je pense que, pour ce qui est de la loi, personne en effet n'en sait rien. Il faudra attendre les résultats des enquêtes ouvertes par les autorités américaines, européennes et autres pour commencer à avoir une idée.

La question centrale à trancher sera probablement de savoir si l'utilisateur final et lésé par les pratiques d'Apple et de Google.

Ça va probablement prendre des années pour que la situation s'éclaircisse et, comme dans le cadre l'enquête contre Microsoft, sans doute qu'une bonne partie des dommages sera déjà faite.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Oui, vous avez raison. J'aurai du parler de position dominante voir absolue."

Je l’avais entendu ainsi d’où mon adhésion 😉

avatar YetOneOtherGit | 

@Bigdidou

"Sur le plan du sens commun, je ne suis pas d'accord."

Il m’a semblait que notre camarade parlait d’un abus de position dominante d’où mon acceptation 😉

avatar Bigdidou | 

"Il m’a semblait que notre camarade parlait d’un abus de position dominante d’où mon acceptation 😉"

Oui, je sais que j'ai l'air d'enculer les mouches, mais c'est super difficile à comprendre, ces histoires, quand on n'a pas le background suffisant.
Donc, moi, je peux pas trop remplacer automatiquement, et si vous commencez tous à utiliser un mot pour un autre, c'est l'enfer pour s'y retrouver ;)

avatar YetOneOtherGit | 

@Bigdidou

"Oui, je sais que j'ai l'air d'enculer les mouches"

ce n’est pas moi qui te le reprocherai 🤓

Tiens tu connais le mot de Vian : « Il y a deux façons d’enculer les mouches : en les faisant souffrir ou en les faisant jouir » 😜

avatar Bigdidou | 

"Tiens tu connais le mot de Vian : « Il y a deux façons d’enculer les mouches : en les faisant souffrir ou en les faisant jouir » 😜"

Top.
Je ne connaissais pas, mais je la garde évidemment dans mes notes, du coup (dans la catégorie déjà très fournie des citations avec enculer).

avatar softjo | 

@mapiolca

Non c'est comme si il y avait seulement 2 chaînes de supermarché dans toute la France et absolument rien d'autre. Il y a 2 types de clients. Ceux qui vont chez l'un, et l'autre type va chez l'autre.

Les marques et fermiers devraient payer pour vendre leur produit chez eux. Personne n'aurait le droit de vendre les produits directement au client !
Imaginons Netflix vendant des TV pour avoir accès au streaming. Le super marché va demander à netflix de lui donner 30% de labo de Streaming. Alternative: le client a le droit d'aller au siège de netflix pour payer l'abo. Netflix n'a pas le droit d'avoir un service téléphone pour commander un abo. Il faut passer par le supermarché.

Tout à coup, le supermarché décide que les meubles ne peuvent plus être vendus. tous les fabriquants de meubles font faillites.

Malgré internet, personne ne peut commander quelque chose hors du supermarché. Personne, même si ils ont les camions pour livrer n'a le droit de se passer de lui.

Voilà, le duopol de Google et Apple. Ils font ce qu'ik veulent et tout le monde doit se soumettre. Quelqu'un n'est pas content et le crie sur les toits ? Basta. Apple interdit une app sans raison ? Dieu a parlé ! Rien à faire pour changer ça.

Ce qu'ils font aux dev et entreprises c'est ce que la Chine fait à sa population. Tout rebel est pénalisé, suivant comment avec la mort. C'est la politique de la peur. Faut faire pression pour qu'absolument personne ne se rebel !

avatar iftwst | 

@mapiolca

Tout à fait.

avatar bibi81 | 

plus sérieusement je pense que les gens d’Epic n’ont pas compris que l’App Store n’est pas une galerie Marchande ou une place de marché, c’est une boutique comme une autre. Et quand on va dans une boutique, on paye au patron de cette boutique, et pas à la marque du t-shirt qu’on a acheté.

C'est plus une place de marché qu'une boutique traditionnelle. Dans la boutique traditionnelle on paye au patron parce que le patron a lui même acheté la marchandise qu'il te revend. Apple n'achète rien, il prend juste sa commission (comme l’État qui prend la TVA).

Justement si Apple achetait les licences et les revendait ensuite personne ne pourrait rien dire. Mais Apple ne veut pas prendre le risque de se retrouver avec des licences de jeux (ou d'applications) que personne ne veut... Bref Apple veut les 30% de commission par contre les risques c'est pour les éditeurs... On peut donc comprendre que taxe de 30% c'est beaucoup pour une boîte qui ne fait pas grand chose et ne prend aucun risque (et qui se fout totalement de ce qui peut arriver aux éditeurs puisque les rentrées d'argent sont garanties).

Pour un patron de boutique traditionnelle, tout ce qui n'est pas vendu c'est de la perte. Et accessoirement le patron a des concurrents ce qui n'est pas le cas d'Apple...

avatar cnewton | 

@bibi81

C’est le principe de l’apporteur d’affaire !
C’est normal de prendre une commission !

Prends Uber c’est la même chose !

avatar bibi81 | 

C’est le principe de l’apporteur d’affaire !
C’est normal de prendre une commission !

Prends Uber c’est la même chose !

Uber t'empêche pas de te passer de ses services et accepte la concurrence (bah oui, il n'y a pas que Uber qui fait de la "livraison")...

avatar cnewton | 

@bibi81

D’abord je voulais illustrer le côté commission.

Parlons concurrence,

Imaginons qu’Apple autorise les stores alternatifs. Dans ce cas crois tu que Epic proposera ses produits dans tous ces stores alternatifs ? Je pense que tu te mets les doigts dans l’œil jusqu’au coude !

Étant donné que leur but (comme toute entreprise commerciale) est de maximiser leur marge, ils vont gentiment ouvrir LEUR propre store dans lequel ils seront les SEULS à vendre LEURS produits au prix qu’il auront choisi ! En tant que développeur c’est exactement ce que je ferais…

Elle est où la concurrence ???

avatar webHAL1 | 

@cnewton

Et effet, il est très probable que si Epic ouvre sa propre boutique sur iOS, elle vende ses jeux au même prix qu'actuellement.
Tout comme il est fort probable qu'elle propose sur celle-ci les jeux d'autres éditeurs. Comment pensez-vous qu'elle pourra les attirer sur son magasin, plutôt que sur celui d'Apple qui touche de facto des centaines de millions d'utilisateurs ? Elle devra leur offrir des conditions plus intéressantes (commission prélevée, exposition, fonctionnalités, etc.).
Et comment croyez-vous qu'elle pourra faire venie les utilisateurs eux-mêmes ? Elle devra faire en sorte qu'ils y trouvent les mêmes applications que sur l'App Store moins chères (voire, à termes, des exclusivités ; mais au début aucun éditeur n'acceptera de n'être présent que sur la boutique d'Epic).

Voilà la concurrence que vous cherchiez.

avatar cnewton | 

@webHAL1

Dans la vente d’apps, on est pas dans un système de négoce comme pour les produits physiques 🤦🏻‍♂️

Chaque éditeur ouvrira à terme sa boutique pour vendre ses produits. Chaque éditeur fera à terme de la vente directe !

Même en imaginant que chaque éditeur n’ouvre pas sa propre boutique, le prix des apps ne sera pas différent d’un store à l’autre. C’est l’éditeur qui fixe le prix de vente public. Pourquoi l’éditeur afficherait un prix public différent d’un store à l’autre ??? Je le répète la vente d’apps c’est pas du négoce de produits physiques.

avatar webHAL1 | 

@cnewton

Bien sûr que non que chaque éditeur n'ouvrirait pas sa boutique. il y a des dizaines de milliers de développeurs sur l'App Store, vous imaginez vraiment que chacun veut s'amuser à gérer une boutique applicative, avec tout ce que cela implique ?!

Et si d'autres boutiques applicative apparaissent, ce sera à elles, et à personne d'autre, d'attirer aussi bien les développeurs que les utilisateurs. Elles seront donc partie prenante dans la fixation du prix, en négociant avec les éditeurs. Chose qu'Apple n'a aujourd'hui aucun intérêt à faire, puisqu'elle touche dans tous les cas 30 % de commission et qu'il n'existe aucune autre possibilité pour un utilisateur d'iOS d'acheter une application.

avatar cnewton | 

@webHAL1

Je pense que c’est le terme ‘boutique’ qui fausse votre raisonnement. Un App Store ne fonctionne pas du tout sur le principe d’un Leclerc ou Auchan.

Je vais reformuler : chaque éditeur vendra ses produits et les mettra en téléchargement sur son site.

Un éditeur veut juste vendre ses produits. Il n’a aucun intérêt à vendre les produits des autres. C’est chacun pour sa peau !

Les boutiques alternatives n’ont pas à attirer les éditeurs.
Je suis développeur je fixe le prix de mon app à 9,99. Je la mets en vente sur deux stores. Le premier me prend 30% de commission, l’autre 20%. Le consommateur paie quelque soit le store 9,99 je fais juste plus de marge en vendant dans le deuxième store (mais par forcément plus de chiffre d’affaire) !

avatar webHAL1 | 

@cnewton

Vous faites erreur. Le but d'un éditeur est de gagner de l'argent grâce à la vente de ses produits. Le plus d'argent possible. Les vendre à tout prix ne l'intéressera pas le moins du monde, sauf s'il y trouve un autre avantage (subvention d'un autre acteur ou augmentation des ventes d'un autre de ses produits, par exemple). Donc son but n'est pas simplement "de vendre".

Comment va-t-il atteindre l'objectif de gagner le plus d'argent possible grâce à la vente de ses produits ? Il va choisir le canal, ou les canaux, qui lui permettront de l'atteindre (n'utilisons pas le mot "boutique", puisque apparemment il vous dérange).

Un petit éditeur d'application mobile pourrait-t-il s'en sortir en ne vendant que via son site Web ? Bien sûr que non. Impossible pour lui de se faire connaître uniquement via ce biais tout en proposant des produits à un tarif compétitif. Il va donc se tourner vers d'autres canaux, typiquement l'App Store ou l'Epic Games Store, qui drainent des millions de visiteurs.

Et, oui, l'Epic Games Store existe déjà (mais pas sur iOS) et, oui, il vend les applications d'autres éditeurs qu'Epic. Car, non, le "chacun pour soi" ne fonctionne pas, en particulier quand on est petit.

avatar cnewton | 

@webHAL1

Se faire connaître c’est une question de marketing !
Vous venez donc bien de justifier la commission prise par Apple car c’est un apporteur d’affaire.

avatar webHAL1 | 

@cnewton

Donc aucun problème pour Apple d'ouvrir iOS afin que les applications tournant sur ce système puissent être installées via d'autres canaux, n'est-ce pas ?

Les éditeurs continueront à passer par elle, puisqu'elle "apporte des affaires".

avatar cnewton | 

@webHAL1

Mais pourquoi ouvrir iOS car c’est justement parce que iOS est contrôlé par Apple qu’en tant que consommateur je choisi d’acheter Apple et pas Samsung 🤷🏻‍♂️

Apple n’oblige aucun consommateur ni aucun éditeur à utiliser son écosystème !

avatar webHAL1 | 

@cnewton

Ah, le sujet était la raison pour laquelle vous avez choisi un appareil Apple et non Samsung ?

Toujours amusant cette façon de changer de sujet quand on se retrouve bloqué dans un coin...

avatar cnewton | 

@webHAL1

Non ce que je voulais dire c’est que chacun est libre de contracter avec qui il veut. Les termes du contrat sont publics et connus avant de contracter !
Si les termes du contrat ne te plaisent pas, tu les discutes avant de signer et si rien n’est discutable alors tu ne signes pas ! A ce que je sache Apple ne met un flingue sur la tempe de personne.
Quand tu as signé ton contrat de travail c’est que les termes te satisfaisaient. Maintenant tu te plains que ton employeur fait du fric sur ton travail. Tu le savais mais tout à coup ça te plaît plus…

avatar webHAL1 | 

@cnewton

Non, à l'heure actuelle un développeur d'application mobile n'a pas le choix de se passer de l'App Store d'Apple (qui constitue une part importante des dépenses faites par les utilisateurs de téléphones portables) ni de s'affranchir de Google pour les achats intégrés sur Android.

Les deux acteurs représentent un duopole. Mais libre à vous de refuser de le voir et de croire que tout va bien et que tout le monde à le choix.

avatar cnewton | 

@webHAL1

C’est peut-être un duopole et alors ?
Cela n’empêche aucun acteur de venir s’immiscer dans le marché. C’est pas ce qu’est en train de faire Huawei ?

Mets toi à la place d’Apple car c’est bien de ça dont il s’agit et imagine un peu :

Tu as un terrain au bord de la mer, tu t’es fais chier à terrasser, à monter les clôtures, à sécuriser l’endroit, a faire les routes, à viabiliser… maintenant tu souhaites rentabiliser ton investissement et le faire fructifier donc tu autorises des commerçants à s’implanter chez toi et y faire commerce de leurs produits. Deux options s’offrent à toi : soit tu demandes un droit d’entrée forfait énorme à tes commerçants, soit tu prends une commission sur chaque transaction !

70% pour le développeur c’est juste énorme comparé à ce qui se faisait avant.
Juste pour info, un kit de dev pour NextStep/OpenStep coûtait plus de 50 000 francs (7500 EUR) !

avatar webHAL1 | 

@cnewton

D'accord, je me mets à la place d'Apple : voyons voyons, j'ai monté un canal de distribution d'applications pour les utilisateurs de mes appareils qui me rapporte des dizaines de milliards de dollars par année. Est-ce que j'ai envie de changer cela ? Clairement non !

Ensuite je me mets à la place de Spotify : j'ai créé une façon révolutionnaire de consommer la musique, et Apple non seulement a copié ma solution, veut me prélever 30% de mes revenus sur la moitié de mes utilisateurs américains potentiels, mais aussi promeut son service aux possesseurs d'iPhone, chose que je suis dans l'incapacité de faire. Est-ce que je trouve cela normal ? Clairement non !

Finalement, je me mets à la place des autorités en charge de veiller au respect de la concurrence : la façon d'agir d'Apple porte-elle préjudice aux consommateurs ? Devrais-je ouvrir une enquête pour le vérifier ? Clairement oui !

Et si je reprends ma place : je suis bien content qu'il existe des autorités de régulation qui veillent au grain et qu'une entreprise ne puisse pas faire n'importe quoi simplement parce qu'elle a bien réussi sur un marché.

avatar cnewton | 

@webHAL1

Copier une idée n’est pas illégal. Une idée n’est pas brevetable ! Je conçois parfaitement que Spotify l’ait mauvaise mais c’est le jeu ma pauv’ Lucette. Et c’est bien Apple qui a ouvert la voie de la musique dematerialisée !

Dans ce cas là, on a qu’à interdire à Leclerc de commercialiser sa marque distributeur 🤣

avatar webHAL1 | 

@cnewton

Je me réjouis que les autorités en charge du respect de la concurrence n'aient pas votre vision de "c'est le jeu, ma pauv' Lucette" et qu'elles aient par exemple condamné Microsoft et Google lorsque leurs pratiques ont été considérées comme nuisant à la concurrence.
Mais j'imagine que vous avez trouvé cela inacceptable ?

avatar YetOneOtherGit | 

@webHAL1

"qu'elles aient par exemple condamné Microsoft et Google lorsque leurs pratiques ont été considérées comme nuisant à la concurrence."

Condamné très symboliquement, sans effet sérieux sur le business et la domination des deux acteurs, soyons honnête 😎

avatar cnewton | 

@webHAL1

Microsoft, c’était une histoire de vente forcée de Windows et le fait d’imposer IE au cœur de Windows. Strictement rien à voir avec le business des apps !
D’ailleurs, Apple sent bien le vent tourné et va permettre de remplacer les apps « système » dans le prochain iOS

avatar YetOneOtherGit | 

@cnewton

C’est du même tonneau nous sommes bien sur des considérations d’abus de position dominante.

Pour MS l’objectif initial de la commission anti-trust était quand même un démantèlement comme pour Bell et StandardOil à ses grandes heures.

Au final on a accouché de quelques obligations financières, de quelques contraintes d’ouverture, de quelques clarifications de jurisprudence... le business de MS n’en a pas été affecté pas plus que sa domination sur les marchés concernés.

Il y a bien longtemps que les organisme ant-trust n’ont pas prix de décisions lourdes contre les leader de la tech, même IBM aux heures de son ultra-domination avait réussi à y échappé au terme d’une longue et passionnante procédure

avatar webHAL1 | 

@cnewton

En effet, les autorités en charge de veiller à ce que la concurrence ne soit pas entravée ne s'occupe pas que du "business des app". Je peux concevoir que vous trouviez ça très étonnant, mais c'est pourtant bel et bien le cas.
Sinon, vous n'avez pas répondu à ma question.

Oh, et j'aime beaucoup votre raisonnement "Apple n'a rien à se reprocher, mais sent le vent tourner et commence d'ailleurs à changer ses pratiques". Quelle logique ! ^_^

avatar YetOneOtherGit | 

@webHAL1

"En effet, les autorités en charge de veiller à ce que la concurrence ne soit pas entravée "

par chance elles n’ont pas d’obligation de résultats 😃

l’abus de position dominante de part le monde ne c’est jamais aussi bien porté depuis l’après-guerre qu’aujourd’hui 😎

les transnationales représentent bien trop d’atouts dans la guerre économique pour qu’elles soient inquiétées (Il n’y a plus que les autorités européennes qui se risquent à empêcher la naissance de géants européens pouvant avoir une taille critique mondiale sous prétexte de libre concurrence sur les marchés intérieurs)

avatar YetOneOtherGit | 

@webHAL1

""Apple n'a rien à se reprocher, mais sent le vent tourner et commence d'ailleurs à changer ses pratiques""

« Ce n’est pas la girouette qui tourne mais le vent » E. Faure

Anticiper les évolution de l’interprétation du droit n’est en rien un aveu de culpabilité mais juste de la bonne gestion 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@webHAL1

Et au passage tu pourras trouver d’intéressantes analyse de l’évolution de la doctrine anti-trust des USA qui en furent les pionniers.

- tant que nous étions sur des enjeux de principalement de marché intérieur, comme ce fût le cas avec les deux emblématiques affaires Standard Oil et Bell, nous pouvions avoir des décisions radicales de démantèlement.
- quand nous sommes passé à des multinationales fer de lance de la puissance US dans le monde comme pour la procédure IBM c’est une tout autre histoire : les intérêts internationaux de la nation prennent le pas sur les intérêt domestique du consommateur.

Beaucoup considèrent qu’il est aujourd’hui assez improbable d’avoir des procédures cassant la domination d’entreprise qui contribue à la puissance des USA de part le monde.

Et les procédure de l’UE se confronte aux puissants moyens de rétorsion des USA.

Bref je crois fort peu à un grand soir anti-trust des GAFAM.

Au mieux nous aurons des décisions de portée médiatique et symbolique comme pour MS.

avatar YetOneOtherGit | 

@cnewton

"Je pense que c’est le terme ‘boutique’ qui fausse votre raisonnement. Un App Store ne fonctionne pas du tout sur le principe d’un Leclerc ou Auchan."

C’est un des gros pb beaucoup ne voient pas la différence entre un modèle d’achat et de revente avec marge et le modèle d’une perception de commissions sur une transaction.

Une des grandes différences que cela implique c’est l’éditeur qui définit le prix de vente public pas la boutique 😎

avatar cnewton | 

@YetOneOtherGit

« C’est un des gros pb beaucoup ne voient pas la différence entre un modèle d’achat et de revente avec marge et le modèle d’une perception de commissions sur une transaction. »

👍

avatar YetOneOtherGit | 

@webHAL1

"Bien sûr que non que chaque éditeur n'ouvrirait pas sa boutique."

Il parlait évidemment des majors celle qui drainent la grande part de l’activité et versent le plus de commission à Apple 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@webHAL1

"Elle devra faire en sorte qu'ils y trouvent les mêmes applications que sur l'App Store moins chères "

Nope un éditeur n’aurait strictement aucun intérêt à avoir son produit sur deux store à des tarifs différents.

Et c’est l’éditeur qui définit le prix public dans ce modèle pas le store 😎

avatar corben | 

La règle est la même pour tous dans un souci d’équité pour tous ceux qui ont accepté les termes du contrat. Apple a raison de ne pas céder face à cette situation qui est purement politique

avatar redchou | 

@corben

La justice tranchera 🤷‍♂️

avatar corben | 

@redchou

Exactement

avatar Furious Angel | 

@corben

Justement non, la règle n’est pas la même pour tous, et c’est un problème. Après ça ne justifie pas l’attitude de pirate d’Epic

avatar oomu | 

@corben

ben il suffit de ne pas accepter les termes du contrat

et de militer politiquement pour briser la règle.

Pfiulalala.. Rien n'est En Soi fondamental. Ce ne sont que des conventions qu'on accepte ou qu'on change. et Apple n'est qu'UN industriel.

avatar Inconnu-Soldat | 

Apple a raison et Epic cherche à se goinfrer un peu plus. Fortnite a explosé grâce à l’Appstore. En gros 385 millions de $ sur un milliard pour un jeu qui a coûté 15 millions (et si on double avec les mises à jour cela fait 97 % de marge). Epic ne défend absolument pas les développeurs mais son appétit d’ogre. Apple n’a pas plus de monopole que n’en a un Starbuck qui fournit clientèle, siège, table, le lieu, le personnel et le service. Si on y achète un café on ne le paye pas directement au fournisseur et on paye bien plus de 30 % de marge à Starbuck.

Apple fournit tout l'écosystème qui va de la validation, à la diffusion en fournissant aussi le débouché, tous les développements nécessaires, tout l’aspect juridico financier, le transfert d’argent, les services pour les apps gratuites etc.

Dans l’édition, y compris numérique - ce qui se rapproche le plus - les auteurs (ici les développeurs) ne touchent jamais 70 %, infiniment moins.

Le monde du gratuit fausse tout. Le coût d’une baguette représente 5 % du prix de vente. J’attends avec impatience que tous les économo-simplistes aillent jeter des pavés dans la vitrine de leur boulanger ou de leur cafetier du coin qui leur vend de l'eau maronnasse au prix du diamant.

avatar YetOneOtherGit | 

@Inconnu-Soldat

L’enjeu le plus évident n’est pas réellement la remise en cause du monopole d’accès à iOS via Apple qui a été très bénéfique pour tout un écosystème.

C’est le traitement égalitaire des acteurs du store qui pause pb aux majors.

Une centaine d’acteurs monopolise quasiment la moitié de l’activité du store.

Dans le business une règle habituelle est de traiter différemment les acteurs vous apportant beaucoup d’activité.

Ce n’est pas le cas sur le store où un acteur générant 100M$ de commissions pour Apple est à la même enseigne que celui générant 10k$ : une commission de 30% sur la transaction.

D’un point de vue business cela se tient absolument mais en terme de communication c’est moins porteur qu’un combat pour de grands idéaux et le consommateur.

Si Apple mettait demain en place une dégressivité du montant des commissions en fonction du volume d’activité, les majors cesseraient leur combat instantanément.

avatar Inconnu-Soldat | 

Mais nous ne sommes pas dans l’industrie lourde là où certes il y a des remises car il y a quelques économies d’échelles mais il y a un produit qui a un coût minimal, et un seuil de coût qui n’a rien à voir avec la diffusion d’un jeu. L’éditeur, une fois le développement fait, marge ensuite à 99 %. Il n’a plus aucun coût ou marginal, maintenance, mise à jour.

Par ailleurs Epic grand moralisateur vit de l´addiction majeure de ce jeu, de la collaboration guerrière et de la compétition mortelle où il n’en reste à la fin qu’un. Il vit donc des bas instincts addictifs. L’ennemi proposé n’est qu’un rideau de fumée. Les réels ennemis se sont les guerriers collaborateurs puisqu’il n’y a qu’un vainqueur.

avatar YetOneOtherGit | 

@Inconnu-Soldat

"Mais nous ne sommes pas dans l’industrie lourde là où certes il y a des remises car il y a quelques économies d’échelles mais il y a un produit qui a un coût minimal, et un seuil de coût qui n’a rien à voir avec la diffusion d’un jeu. L’éditeur, une fois le développement fait, marge ensuite à 99 %. Il n’a plus aucun coût ou marginal, maintenance, mise à jour.
"

Là tu es à côté de la plague.

Les taris dégressifs de commissions d’intermediation sont une norme dans les services aussi comme dans tous les business.

Et tu surestimes fortement l’enjeu de charge d’exploitation du store sur la définition du taux se commission.

Apple se gave avec le store c’est indéniable et c’est juste du business 😉

Nous sommes dans une bataille financière pour la répartition des profits.

avatar Inconnu-Soldat | 

C’est faux dans le service le temps passé et payé à l’intervenant et facturé au client peut être assimilé à un produit manufacturé car il a un coût parfois incompressible. Un jeu une fois développé, diffusé sans support physique n’a plus qu’un coût marginal et négligeable.

Les chiffres le prouvent. De plus l’explosion des revenus de Fortnite vient de son arrivée sur iOS. Apple, même en prenant 30 % a fait décupler les revenus d’Epic. De plus cet extraordinaire développement des revenus a donné une publicité gratuite tous azimuts à Epic. Tous les organes de presse en ont parlé que ce soient les journaux généralistes que ce soient les spécialistes : de jeux, de développeurs, de smartphones, d’Apple, de finances, d’économie et même de sociologie. Cette publicité totalement gratuite a eu un effet exponentielle très favorable aux ventes de Fortnite. Effet catalyseur.

avatar debione | 

@ YetOneOtherGit
"Si Apple mettait demain en place une dégressivité du montant des commissions en fonction du volume d’activité, les majors cesseraient leur combat instantanément."

Non je ne crois pas, l'aspect financier de la commission n'est qu'une petite partie du problème et des reproches fait à Apple. On peut citer entre autres, le fait que par exemple Safari soit installé d'entrée au détriment d'autres butineurs (Microsoft à été lourdement puni pour une raison semblable), La même pour AppleMusic et tous les softs pré-installé au détriment de la concurrence, mais aussi les privilèges accordés à certain et pas d'autres, bref une politique à la tête du client et non pas basé sur des clauses claires et équitable pour tout le monde, et on peut même pousser sur l'exclusivité du store...

Bref, très très réducteur de votre part de penser que c'est juste une histoire de commission... Quand bien même elle baisserait à 10%, si cela ampute les revenus d'un Fortnite (et cela les amputerait) alors les clauses ne sont pas égalitaires en rapport des jeux proposé par Apple...
Je suis pas du tout juriste, mais je pense que l'on va se diriger à terme (cela peut prendre des années) soit par l'apparition de store alternatif, soit par la scission de l'Appstore d'Apple Inc.
Une troisième solution compliquée serait de lever l'interdiction dans les applications de directement payer l'éditeur sans passer par leurs store (avec autorisation de mentionner via un lien) et reviendrait de facto à quasi autoriser les store alternatif

Pages

CONNEXION UTILISATEUR