HealthKit : pas de données personnelles pour les publicitaires

Stéphane Moussie |

À l'approche de l'arrivée d'iOS 8, Apple a mis à jour les règles concernant HealthKit, la brique logicielle qui permet aux développeurs d’accéder aux données de santé de l'utilisateur et d'en ajouter à travers leur application.

Les nouvelles règles restreignent l'exploitation de ces données très personnelles (sommeil, activité quotidienne, alimentation, poids...). L'API et ses données sont strictement réservées aux fonctions liées à la santé. Autrement dit, il est interdit de les utiliser à des fins publicitaires, est-il indiqué explicitement.

« Les développeurs ne doivent pas vendre les informations des utilisateurs recueillies avec l'API HealthKit aux plateformes publicitaires et aux marchands de données personnelles », renchérit Apple.

L'application Santé, le carnet de santé d'iOS 8

Néanmoins, Cupertino n'empêche pas totalement les développeurs de partager ces informations sensibles. Si l'utilisateur donne son consentement, ses données peuvent être partagées auprès « de tierces parties à des fins de recherche médicale ».

Une mesure qui s'inscrit dans l'intention d'Apple de faire d'HealthKit une véritable plateforme médicale, au centre de la relation patient-soignant. À terme, les médecins pourront alimenter la base de données Health de leurs patients, consulter son historique et prendre des décisions médicales suivant les données de l'application (lire : HealthKit : au-delà du carnet de santé, une véritable ambition pour Apple et Apple veut implanter HealthKit chez les sociétés d'assurances).


avatar iPekka | 

Que lis-je ? Il est possible d'offrir une solution logiciel (gratuite) sans revendre les données privées collectées ? En voilà un étrange modèle économique.

Sans rire, c'est une des raisons pour laquelle je suis plus confiant avec Apple qu'avec d'autres géants (suivez mon regard), et également une pour laquelle je suis prêt à mettre quelques dizaines voir centaines d'euros de plus. Bravo.

avatar showbiz787 | 

@iPekka :
Apple ne propose tes infos personnelles qu'a l'état américain,lol.

avatar iPekka | 

@showbiz787 :
Franchement si c'était vrai (qu'ils proposent et ça reste à prouver, je pense pas que ça entre dans le patriot act) ça me fait quelque part une belle jambe que la CIA connaisse le nombre de calories que j'ai cramées.

Par contre ça me plait de savoir que mes infos ne seront pas revendues.

avatar showbiz787 | 

@iPekka :
chef ca y'est il dort profondément envoit lui les pubs haha

avatar sachouba | 

Parce que tu as déjà entendu de partage d'informations à des publicitaires par Samsung et S Health par exemple ? Samsung n'a aucun intérêt à partager ces informations car cette firme ne se nourrit pas des revenus de la pub, et jusqu'à preuve du contraire, ne partage pas d'informations de santé aux publicitaires.

Google de son côté n'a ni confirmé, ni infirmé la revente des informations de santé de Google Fit. Elle a par contre clairement affirmé et répété que l'utilisateur avait un contrôle total de ses informations personnelles, de ce qu'elle souhaitait partager ou non avec la plateforme.

De toute manière, quel serait le problème si une firme partageait tes infos de santé avec les publicitaires ? Le plus gros problème serait que n'importe qui puisse y accéder, comme des proches ou des connaissances, mais une firme de pubs aux États Unis...

avatar Albendazole | 

Je reste mitigé sur healthkit.

D'un côté, cela peut correspondre à une nouvelle manière d'interagir avec ses patients, d'adapter des traitements directement depuis son ordi en fonction de résultats d'examens obtenus, d'alerter quand on constate des anomalies.
De l'autre, je crains une véritable source d'information privées "à l'air libre". Certes, apple veut empêcher l'utilisation de ces données à des fins publicitaires, ce qui est parfaitement louable, mais cela ressemble peut-être trop à un contrat moral. Qu'est-ce qui empêcherait un développeur de transmettre des données médicales dans le dos d'apple?

À voir...

avatar quentin54 | 

@Albendazole :
Peut être que si un développeur vend les donnes a des fin publicitaire, Apple supprimera l'app de ce développeur ...

avatar Ast2001 | 

Je ne comprends pas bien la première phrase. Elle signifie que le développeur d'une application a la possibilité de récupérer les données de santé qui ont été collectées sur un iPhone ?

avatar Albendazole | 

@quentin54

Encore faut-il qu'apple sache de quel développeur viennent les fuites

avatar aimstar | 

Les gens se disent toujours que leurs données sont inutiles...séparément oui mais collectivemet ce sont des sources d'information puissante dont les USA et d'autres se servent et se serviront tant qu'ils diront PATRIOT ACT m'sieur cest pour la securite du gouvernement !

avatar sambucus | 

Intéressant. L'article nous conduit habilement à nous focaliser sur la question des données personnelles et la publicité. Pourtant, la dernière ligne fait froid dans le dos. Apple veut implanter son/ses logiciels chez les assureurs.

Autrement dit, Apple envisage de transmettre les informations relatives à la santé de ses clients, ce qui permettra aux assureurs de choisir entre les bons et les mauvais cas.

Et le secret médical dans tout cela ? Existe-t-il des données aussi sensibles et personnelles que celles concernant notre santé ? Sommes-nous d'accord que soient jetées en pâture à des organisations qui peuvent refuser de prendre en charge les soins dont on pourrait avoir besoin, parce qu'à leurs yeux, nous ne nous sommes pas conformés à certains standards qu'eux-mêmes définissent ?

Par ex. : ils pourraient constater que vous êtes en surpoids, que votre tension artérielle est constamment élevée et que vos activités sportives très insuffisantes. Votre état de santé étant à risques (comme le démontrent les recherches médicales, pharmaceutiques, etc.). Par conséquent, vous êtes jugés comme un mauvais cas. De ce fait, vos primes sont adaptées à la hausse et des restrictions de soins peuvent être décidés (même à votre insu) en raison de votre manque de responsabilités envers vous-même et la solidarité des autres cotisants, alors que vous ne pouvez que le savoir. On peut poursuivre le raisonnement.

De plus, si ces données arrivent chez les assureurs, pourquoi ne seront-elles pas dans un second temps mises à disposition de toutes les institutions intéressées : gouvernement, employeurs, etc., leurs intérêts étant convergents. À ma connaissance, comme les autres, les assurances ne sont ni des œuvres de bienfaisance, ni des modèles de vertu.

Combien Apple fera-t-il payer pour un tel service ? Compte tenu des tarifs pratiqués dans le domaine de la santé, Apple peut prétendre à des revenus qui dépasseront tout ce que l'on a pu constater jusqu'à présent et qui fait l'admiration de sa réussite. Leurs actions boursières vont crever tous les plafonds.

J'étais intéressé par l'idée d'Apple. Sur de telles bases éthiques, il ne peut plus en être question.

MacG. sur ce sujet vous manquez singulièrement de sens critique.

avatar XiliX | 

@sambucus :
Pas besoin d'accéder aux données de consultation. Il suffit aux assurances de lire les traitements prescrits pour conclure ton état de santé.

avatar nicolas | 

Vu les enjeux, de santé publique en particulier, je pense qu'HealthKit devrait être OpenSource, et géré par un consortium. Cela permettrait d'en faire bénéficier tous les type de client, quel que soit le mobile.

J'espere qu'à terme, Apple (ou un autre) ouvrira HealthKit

avatar geneosis | 

Ce genre de domaines devraient être gérés par un service public de qualité. Surement pas une multinationale. La santé est trop importante pour qu'on la laisse au capital, car en dernière instance il sacrifie tout à son taux de profit.

avatar Hoooti | 

Ca fait 10ans qu'on nous parle des dossiers médicaux informatisés, liés à la carte vitale, accessible directement par tous les médecins, partout en France, etc. Et aujourd'hui ? toujours rien.
L'Etat n'a pas d'argent à investir dans la santé. Les multinationales, si(oui, c'est moche....).

avatar fanchig | 

C'est étonnant qu'healthkit soit autorisé en France.

Normalement, même avec le consentement des patients, il faut, pour utiliser des donnes médicales, passer devant un comité de protection des personnes et assurer a la cnil que les données collectées sont protégées.

avatar iRobot 5S | 

Apple Ne revend pas aux publicitaires soit.
Mais rien ne dis qu'Apple ne collecte pas pour donner a la NSA.

Dans tous les cas la NSA a accès à toutes les infos qu'elle veut.

avatar gwen | 

@geneosis

Ah ah. Je fait bien plus confiance à Apple qu'a Hollande, Sarkozy et consort. Ils vendent n'importe quoi, ont créer des gouffres Financiers comme l'Hadopi, la Sacem et autres organisme collecteurs. Ils continuent d'augmenter la TVA. La redevance TV augment pour un service qui coûte de plus en plus cher et qui ressemble de plus en plus à ce qui se fait sur les chaînes privées alors que leur intervention public se fait sur ces mêmes chaîne privée (TF1).

Bref, ce n'est pas parce que c'est public que j'ai confiance, bien au contraire. Nos politiques sont élues pour 5 ans puis touchent des sous à vie sur notre dos. S'ils laissent le pays dans un état pire qu'ils l'ont trouvé, ça ne changera rien pour eux mais ça rendra juste la tâche du suivant plus difficile. Si tu es patron d'une entreprise privée, tu espères le rester le plus longtemps possible pour notamment augmenter très profits, il ne faut donc pas trahir ta clientèle qui elle est très volage.

Tu peut choisir d'aller voir ailleurs si le service est meilleur, ton pays tu as du mal à le quitter. Ou alors, il faut faire la révolution, mais ça c'est risqué quand même.

Ou alors, bien voter, mais pour ça il faudrait de bon candidat :)

avatar iPekka | 

@gwen

Une piste à suivre dans ce cas (la seule valable à mes yeux, ça n'engage que moi) le-message.org

avatar Orus | 

"ses données peuvent être partagées auprès« de tierces parties à des fins de recherche médicale »"
Cela tombe bien les labos pharmaceutiques font de la recherche, les institutions gouvernementales aussi, l'armée pareil, enfin bref c'est la fête.
Attendez vous un jour à être obligé de porter ce genre de montre pour pouvoir profiter de la sécurité sociale ou de votre mutuelle, de votre assurance, de pouvoir travailler, prendre l'avion.
Mieux que sous Big Brother.

CONNEXION UTILISATEUR