Netflix a encore encodé pour sa fonction de téléchargement

Florian Innocente |

Depuis la semaine dernière, Netflix a ajouté une fonction de téléchargement des films et séries sur mobiles pour les regarder hors connexion. Un service qui a nécessité de revoir la manière même dont sont envoyés les contenus aux abonnés.

L'effort a commencé en 2011, d'abord pour les contenus en streaming. Il s'agissait de préserver la qualité de l'image tout en envoyant moins de données au téléspectateur. Une économie en bande passante qui profite à tout le monde.

Netflix a alors conçu des profil d'encodage spécifiques à chacun des films de son catalogue. Un gros titre d'action aura des scènes plus denses visuellement que le spectacle d'un humoriste. Ces passages très animés sont plus complexes à encoder et nécessitent un débit élevé pour maintenir une bonne qualité à l'écran. Inversement, une scène plus statique et répétitive aura besoin d'un débit moindre et pourra être compressée plus lourdement. La spécificité de chaque film était prise en compte, ensuite il était émis en s'adaptant à la qualité de connexion du destinataire (3G, fibre, ADSL…).

Le service américain a appliqué la même méthode pour les films que l'on peut maintenant télécharger, mais en opérant d'une façon plus chirurgicale. Plutôt que d'établir un profil d'encodage personnalisé uniforme pour un film, l'œuvre est découpées en petites tranches. Chacune est analysée (est-ce qu'il y a beaucoup de mouvements, quelle est la texture de l'image, sa richesse de détails, son grain…) et traitée de manière indépendante. Pour corser encore les choses, ce qui vaut pour Android ne vaut pas pour iOS.

Pour le streaming, Netflix utilise le codec H.264/AVC Main profile. Pour le téléchargement sur les terminaux Android, le service a trouvé plus efficace avec le VP9, ce format de compression de Google, proposé en open source et sans royalties. Apple ignorant le VP9, Netflix a opté pour le H.264/AVC High profile sur les iPhone et iPad.

En testant sa méthode sur un échantillon de 600 films et épisodes disponibles en 1080p, Netflix a constaté que l'on pouvait obtenir en moyenne une économie en débit de 19 % avec le traitement spécifique à iOS et jusqu'à 36 % sur Android. Face à la version fournie jusque là en streaming, ces films, qui pèsent moins lourd à envoyer et à stocker chez l'utilisateur, proposent une qualité visuelle supérieure. À débit égal, ils auraient eu une image plus dégradée.

Netflix va maintenant s'attacher à faire profiter les contenus envoyés en streaming des mêmes avancées, ce sera d'autant plus intéressant pour les abonnés qui ne sont pas derrière de gros accès internet.

Source
Tags
avatar GtnDns | 

Ils sont bons chez Netflix, ça fait plaisir

avatar Kikool | 

À quand le H.265

avatar Hideyasu | 

Est ce qu'il existe une raison technique pour ne pas prendre le h265 ? Sauf erreur de ma part ca permet de mieux compresser sans trop de pertes en qualité

avatar Florian Innocente | 

@Hideyasu

Pas assez d'appareils compatibles coté utilisateur pour décoder ?

avatar Hideyasu | 

@innocente

Pas bête, j'y avais pas pensé ^^ meme si ca doit être de plus en plus rare ce genre de limitation

avatar minipapy | 

@Hideyasu

Pas tant que ça, le H.265 est encore délicat à diffuser à l'heure actuelle si on veut toucher une majorité d'utilisateur. :)

avatar marc_os | 

@ Florian Innocente

« Apple ignorant le VP9, Netflix a opté pour le H.264 »
« Pas assez d'appareils compatibles coté utilisateur »

Apple ne supporte pas le H265 ?

Je vois ci-dessous des informations qui semblent contradictoires :
https://www.macg.co/materiel/2014/09/apple-inaugure-le-h265-avec-liphone...
https://www.igen.fr/apple-tv/2015/12/apple-tv-pourquoi-apple-na-pas-incl...
http://forums.macrumors.com/threads/appletv-4th-gen-does-h-265-very-well...
http://appleinsider.com/articles/14/09/12/apples-iphone-6-iphone-6-plus-...

avatar Zrat | 

Technique en général (pas que sur les Apps) : Manque de support de H265 dans les browsers. Actuellement seul Edge sait le décoder (et seulement si accélération matérielle disponible). Pour VP9 c'est Chrome, Firefox, Opera et Edge.

Mais c'est surtout les royalties qui font mal. HEVC a des royalties beaucoup beaucoup plus élevées que H264 en son temps, la MPEG-LA a cette fois vu venir la révolution mobile et a décidé de devenir plus gourmand.
C'est pour ça que Google a acheté VP8 à l'époque et a préparé le terrain avec VP9 qu'il a poussé dans Youtube. Avec l'Alliance Open Media désormais supportée par un tas d'éditeurs et de boîtes d'électronique faisant CPU, Soc et autres puces de décodage. VP9 est le seul codec vidéo "performant" et gratuit.

avatar bbx32 | 

On peut donc télécharger plus de films sur Android que iOS à capacité égale. Apple interdisant le nouveau système de compression sur ses machines...

avatar PiRMeZuR | 

Ce serait intéressant de savoir également où en est Google dans le domaine. Youtube est un des principaux "utilisateurs" des réseaux Internet et nombre des vidéos sont simplement des diaporamas d'images immobiles (notamment la musique). Une simple analyse côté serveur pourrait épargner bien des Po de données téléchargées.

Et on ne parle pas d'Apple qui avec iTunes a bien dû consacrer un ou deux stagiaires à la question.

avatar Ast2001 | 

Google, c'est VP9. Et c'est justement sur Youtube que sont les plus gros gains. Si Apple acceptait ce format (libre et gratuit), cela serait probablement un plus pour beaucoup de monde.

avatar marc_os | 

Ce qui serait un plus ce serait si Apple et Google supportaient pleinement le H265.

Curieux que vous défendiez un format propriétaire (de Google) par rapport à un format plus libre....

avatar byte_order | 

Sérieux !? Vous considérez H265, standard payant plus "libre" que VP9, ouvert tant coté spécification qu'implémentation et libre de toute royaltie !?

CONNEXION UTILISATEUR