Apple : 20 % du marché du livre numérique aux États-Unis

Christophe Laporte |

Si avec l’iTunes Store, Apple domine de la tête des épaules le marché des disquaires, elle est dans la position du challenger avec l’iBookstore. Toutefois, la position du Californien est meilleure qu’escomptée, du moins aux États-Unis.

Dans le cadre du procès sur le prix des eBooks, Keith Moerer a affirmé que la libraire d’Apple avait 20 % de part de marché aux États-Unis. Le responsable d’Apple a par ailleurs affirmé que l’iBookstore avait une part de marché similaire lors de son lancement en 2010.

Alors que le gouvernement américain a qualifié l’iBookstore d’échec, Moerer a indiqué qu’il ne partageait pas du tout cette vision des choses. Pour appuyer son argumentation, outre le fait d’évoquer la part de marché d’Apple sur ce segment, il a indiqué que les ventes de livres sur l’iBookstore avaient doublé en un an et que la librairie d’Apple comptait plus de 100 millions de clients dans le monde.

Beaucoup de boutiques en ligne aimeraient pouvoir en dire autant. En tout cas, ces chiffres sont d’autant plus intéressants que la plupart des études conféraient à l’iBookstore une part de marché de l’ordre de 10 % ; 20/25 % au Nook de Barnes & Noble et 50 à 60 % au Kindle d’Amazon. Il semble donc que les écarts soient plus serrés que cela.

L’arrivée prochaine d’iBooks dans OS X pourrait permettre à Apple de continuer à grignoter des parts de marché.

[Via : paidContent]


avatar Sqee8lzh | 
On dirait qu'un spammeur est passe par la ...
avatar jibu | 
@poulpe63 Cetici fait référence aux deux premiers posts de ces commentaires, qui sont manifestement des spams envoyés par des robots. D'ailleurs le temps que je poste ce message, la rédaction de MacGe aura probablement supprimé les spams en question.
avatar phychi | 
Je ne boycotte pas : je suis même assez bon client. Avec toutefois quelques regrets... - le prix bien sûr (à quand les livres de poche dans l'iBook store...) - le fait de ne pas pouvoir le prêter (DRM : totalement anormal). Notamment dans un cadre professionnel, lire un bouquin, l'annoter, le transférer puis regarder les annotations des autres etc... Le fait de ne pas pouvoir exporter les parties surlignées et annotées pour travailler dessus. En fait, le livre, comme la vidéo, me semblent en être là où en était la musique il y a 5 ans...
avatar popo69 | 
en fait, on les voit uniquement depuis les apps. faut qu'on regarde ça merci !

CONNEXION UTILISATEUR