La Commission européenne enquêterait sur Apple Pay

Anthony Nelzin-Santos |

Margrethe Vestager avait promis de garder un œil sur le marché du paiement mobile. La femme politique danoise, qui a conservé son poste de commissaire européenne à la Concurrence, n’avait pas menti. Selon la firme MLex, spécialisée dans l’analyse des régulations du secteur commercial, la Commission européenne sonde les principaux acteurs du monde du paiement, particulièrement au sujet d’Apple Pay.

Image Apple.

À l’issue d’une enquête sur le paiement mobile, les autorités danoises avaient rejeté les accusations d’abus de position dominante à l’encontre d’Apple… parce qu’Apple « n’est pas en position dominante ». En décembre dernier, Margrethe Vestager concédait n’avoir « trouvé aucune preuve suffisante pour lancer une enquête sur Apple Pay », mais assurait qu’elle se pencherait de nouveau sur le dossier à l’avenir.

Cauchemar de Google et d’Amazon, qui enchainent les enquêtes et les amendes, Vestager semble être repartie à l’assaut. Un porte-parole confirme que la Commission enquête sur « des pratiques commerciales présumées anticoncurrentielles et des comportements abusifs » dans le secteur du paiement. « Dans ce contexte, la Commission surveille attentivement le développement des solutions de paiement mobile et le comportement des acteurs du marché », ajoute-t-il.

Les enquêteurs s’intéresseraient particulièrement au cas d’Apple Pay, et ont interrogé des banques et des services de paiement en ligne, ainsi que des développeurs. D’après MLex, certaines questions porteraient sur les achats intégrés, qui mettent Apple Pay au premier rang des moyens de paiement. L’enquête danoise avait porté sur le fait qu’Apple se réservait la puce NFC de l’iPhone dans le cadre des paiements.

Apple avait déjà eu maille à partir avec le régulateur suisse pour des raisons similaires. Le service de paiement des principales banques helvètes, Twint, tourne autour d’un code QR. En approchant son iPhone du terminal de paiement pour scanner le code, la puce NFC était activée, et avec elle Apple Pay. Apple avait apaisé le courroux de la Commission de la concurrence en promettant une « solution technique plus favorable pour la concurrence ».

avatar lulubotine | 

La commission s’ennuie un peu.
Ils doivent justifier de leur salaire, du coup ils vont réfléchir à faire une réunion. Pour réfléchir à agir ou pas. Mais peut-être.

avatar byte_order | 

@lulubotine
Je pense que si les 13 milliards d'Euro d'impôts dûs sont dans quelques années confirmées, leur salaire, quel qu'il soit, aura été justifié *et* largement rentabilisé.
Mais en attendant, y'a toujours les 1 ou 2 milliards d'amendes *déjà* obtenus qui le justifie assez bien.

Vous trouverez facilement des fonctionnaires européens nettement moins productifs qu'eux, c'est vraiment ballot d'avoir justement choisir de cibler ceux qui ont notoirement rentabiliser leurs salaires...

avatar en chanson | 

@lulubotine

Tu ferais mieux toi de réfléchir

avatar fousfous | 

Enfin à un moment si les clients ne sont pas contents des pratiques d'Apple ils peuvent voir ailleurs car Apple est très loin d'être en position dominante.
Par contre d'autres boîte comme Google, Facebook ou Microsoft ont bien des positions problématiques.

avatar Ducletho | 

@fousfous

Pour Amazon, ils ne sont pas pas plus en position dominante qu’Apple. Il y a plein de commerçants en ligne

avatar fousfous | 

@Ducletho

Ils sont quand même pas mal dominant non?

avatar Ducletho | 

@fousfous

20% de pdm

avatar fousfous | 

@Ducletho

En effet, j'ai modifié mon commentaire en conséquence.

avatar bibi81 | 

Il y avait un reportage sur Amazon dernièrement et ils confirmaient qu'Amazon ne domine pas du point de vue des chiffres mais a le comportement d'une boîte qui contrôle le marche. Et donc dans ce contexte elle est considérée comme dominante.

Apple vu son comportement pourrait être considérée comme dominante.

avatar Trillot | 

@Ducletho

Seulement 20%, mais sur une base de produits extrêmement large. En face les concurrents sont relativement spécialisé et émiettés il me semble.

avatar Ducletho | 

@Trillot

Ils sont présents partout ok mais sans être en apparence excessivement dominant comme le cas de Microsoft.
Il y a des lois qui régissent les relations distributeurs / fournisseurs alors que le distributeur n’est pas dominant : ex carrefour / Leclerc / Auchan.
Ils doivent vérifier les équilibres : développeurs vs AppStore ...

avatar shaba | 

@Ducletho

Ils peuvent avoir 20% de PDM et être dominants ce n’est pas contradictoire. Il faut voir la PDM des suivants. Si le second est à 4 ou 5 ça fait un gouffre quand même.

avatar fousfous | 

@shaba

10% celui qui est juste après.

avatar shaba | 

@fousfous

L’écart est significatif après faut voir si ça devient une position dominante.

avatar Ducletho | 

@shaba

Du coup Apple peut être touchée aussi bien pour l’AppStore que pour Apple Pay sans dans l’absolu dominer le marché de l’os

avatar shaba | 

Sauf qu’au dessus il y a Google avec 80% de PDM ce n’est pas du tout pareil. Amazon est leader tout de même.

avatar Freitag | 

@Ducletho

Le problème c’est qu’Amazon c’est aussi AWS, et qu’une très grosse part des commerçants passent par leurs services pour leurs infrastructures. AWS et Amazon ont accès à des données qui leur permettent de savoir qui vend quoi et à qui. Ils peuvent donc s’approprier des marchés en cassant les prix et en éliminant les uns après les autres les commerçants installés.
Qui peut investir 2 milliards de dollars comme Amazon l’a fait en Inde pour tenter d’entrer sur le marché intérieur ?

avatar Ducletho | 

@Freitag

Ok. Mais sur le market place il y a d’autres vendeurs donc la véritable pdm d’amazon est moindre

avatar Freitag | 

@Ducletho

Oui, mais la concurrence est déloyale, et c’est le sujet de l’enquête.

avatar SyMich | 

Le,problème dans ce type d'enquête, ce n'est pas vis à vis des clients (enfin... pas directement), mais vis à vis des concurrents qui voudraient bien avoir aussi accès aux mêmes clients sans entrave. Il peut aussi y avoir problème avec les banques si les accords passés avec Apple ou avec d'autres comportent des clauses contraires à la loi.

avatar reborn | 

@SyMich

des concurrents qui voudraient bien avoir aussi accès aux mêmes clients sans entrave

Sans forcer..

Il y a un boulevard pour faire ce qu’ils veulent sur android avec Paylib, les carte sim NFC etc.. 🤷‍♂️

avatar fousfous | 

@SyMich

Enfin la part de marché de 15% d'Apple n'empêche pas vraiment l'accès aux clients, si Apple avait 85% je comprendrai mais là se passer des iPhone est largement possible.

avatar SyMich | 

C'est probablement la raison pour laquelle M Verstager avait conclu l'an dernier qu’Apple n'est pas en position dominante !

avatar bibi81 | 

Enfin la part de marché de 15% d'Apple n'empêche pas vraiment l'accès aux clients, si Apple avait 85% je comprendrai mais là se passer des iPhone est largement possible.

Vous êtes les premiers à râler parce que les banques ne prennent pas en charge Apple Pay et maintenant vous dites que les banques peuvent se passer d'Apple et donc de supporter Apple Pay...

avatar Weldon | 

@fousfous

Je partage pas ton avis. Je suis un utilisateur de produits apple depuis plus de 15 ans et j’aimerais que twint puisse utiliser la puce nfc et qu’en double cliquant sur le bouton de droite, ce soit twint et non apple pay qui se lance.

Apple pay c’est carte de crédit et twint c’est compte courant.

avatar Phiphi | 

@Weldon

"Apple pay c’est carte de crédit"

Non pas du tout, Apple Pay c’est juste payement par carte, mais pas forcément de crédit. Je n’ai personnellement aucune carte de crédit et j’ai enregistré dans Apple Pay une carte à débit différé et une carte à débit immédiat. Et les deux débitent des comptes courants !

avatar Weldon | 

@Phiphi

Si on prend le credit suisse par exemple, il n’y a que 2 choix. Carte de crédit ou carte prépayée. Et pas de carte de compte courant comme le propose twint.
C’est peut-être différent selon les pays.

avatar Phiphi | 

@Weldon

Ça c’est un choix de ta banque alors, pas une contrainte Apple.

avatar Tatooland | 

La position dominante de Apple c’est justement que le NFC est bloqué, ce qui fait qu’une boîte qui voudrait proposer une solution de paiement NFC concurrente à Apple Pay ne peut pas.
Typiquement Apple  « tue » une solution comme Paylib qui repose sur le NFC, le fait que la solution soit restreinte à Android limite sérieusement les chances à Paylib (ou autres) de pénétrer le marché.

Donc oui clairement c’est déguelasse comme pratique (et je ne parle même pas des ponctions qu’Apple prend sur les paiements) et ça tue toute alternative.

avatar reborn | 

@Tatooland

Typiquement Apple  « tue » une solution comme Paylib qui repose sur le NFC, le fait que la solution soit restreinte à Android limite sérieusement les chances à Paylib (ou autres) de pénétrer le marché

Apple est à 15% de pdm en France. Si avec les 85% d’Android ils n’arrivent pas à le faire décoller ce Paylib c’est que le soucis vient d’ailleurs.
Encore heureux qu’Apple pay ne soit pas dispo sur Android !

avatar bibi81 | 

Encore heureux qu’Apple pay ne soit pas dispo sur Android !

Pourquoi ? Il y a bien Apple Music ! C'est gênant qu'Apple puisse aussi prendre sa commission sur les transactions depuis Android ?

avatar CRonoS007 | 

@bibi81

La sécurité ! C pour ça qu’il ce réserve la nfc!

avatar fousfous | 

@Tatooland

Apple c'est 15% de part de marché, donc si paylib est limité c'est pas du tout à cause de la politique d'Apple.

avatar bibi81 | 

Bah Paylib est limité à 85% et c'est donc bien de la faute d'Apple si il ne peut pas atteindre 100% !!

avatar CRonoS007 | 

@Tatooland

Mais n’importe quoi.. là pdm d’androïd et bien supérieur à iOS chez nous! C juste que paylib c naze personne en veux.. tu viens chez Apple pour avoir un eco Systeme qui marche bien et Apple Pay ça en fait partie.

avatar byte_order | 

Pourquoi tout le monde utilise la part de marché d'une plateforme, d'un OS, alors qu'ici le marché observé c'est la payement par téléphone mobile ?

Ce qu'il faut regarder c'est la part de marché des différentes technologie de payement par mobile, point.

Qu'elle est la pdm de Apple Pay comparée aux autres méthodes de payements par mobile en UE, c'est ça la base de départ.

Quand bien même seulement 1% des européens utiliseraient un iPhone, si 100% des payements par mobile se faisaient via Apple Pay, de facto Apple Pay serait en position dominante (et de monopole, en l'ocurence).
Ce qui en soit n'est pas forcément un problème.
Ca l'est *si* pour avoir cette position et la maintenir, Apple abuse et entrave les solutions concurrentes de payements par mobile.

Il se trouve que la CE avait estimé que la PdM de Apple Pay en Europe par rapport aux solutions concurrentes ne constituait pas une situation suffisamment dominante pour ouvrir une enquête sur les éventuelles abus et entraves.
Et il semblerait qu'elle surveille toutefois l'évolution de cette situation de près.

avatar reborn | 

@byte_order

Avant Apple pay le paiement mobile n’a pas décollé malgré des smartphones android équipé d’nfc depuis 2010 (4 ans avant l’iPhone).

Le moyen le plus simple pour les banques c’est de developper leur alternative sur Android. Apple ne freine pas le paiement mobile sur la plateforme la plus populaire en France et dans le monde.

En 2017: https://www.cbanque.com/banque/actualites/65606/pourquoi-le-paiement-mob...

Si Apple est devant tout le monde en étant arrivé très en retard, en faisant payer les banques, en ayant une PDM ridicule, en ne proposant pas Apple pay sur les OS concurrents, c’est que l’expérience est meilleure de la souscription à l’utilisation. 🤷‍♂️

Juillet 2018:

Alors comment expliquer la mainmise d’Apple sur ce marché ? Après tout, l’écosystème Android représente plus de 75% des smartphones dans le monde…

Il semble qu’Apple ait très vite remporté la bataille des banques et a su se rendre immédiatement compatible avec la plupart des terminaux de paiement.

https://www.phonandroid.com/paiement-sans-contact-apple-pay-controle-58-...

D’ailleurs ça ne fonctionne pas de partout Apple pay. En Chine le QR code est roi avec Alipay et Wechatpay

avatar byte_order | 

@reborn

L'absence de concurrence n'annule pas une situation qui serait constatée comme dominante. Au contraire, elle renforce le risque d'absence de concurrence, justement.
D'où l'importance de surveiller que cette situation n'entrave par artificiellement l'apparition d'une concurrence. A priori c'est ça que surveille la CE.

> Si Apple est devant tout le monde en étant arrivé très en retard, en faisant payer
> les banques, en ayant une PDM ridicule, en ne proposant pas Apple pay sur les
> OS concurrents, c’est que l’expérience est meilleure de la souscription à l’utilisation. 🤷‍♂️

Je pense que c'est aussi dû parce que l'ensemble de son parc installé ou une énorme part en tout cas a été compatible immédiatement avec. C'est d'ailleurs précisément ce que vous avez vous-même repris du second article, le parc compatible, avant même de parler de l'expérience utilisateur.

Tandis que l’hétérogénéité du parc des smartphones compatibles Android, eux, ne le sont pas encore de manière assez large. C'est surtout ça qui freine.

Si vous dites à des banques :
- 20% des smartphones sont les miens, mais 80% sont compatibles avec ma solution de paiement
- 80% des smartphones sont compatible avec telle OS, mais 20% sont compatibles avec ma solution de paiement

La banque va retenir plutôt la première, ce qui est logique, car elle sait que si elle retient ce partenariat elle va pouvoir toucher d'un coup une large part d'un segment de sa clientèle, quand bien même cette clientèle est minoritaire, elle la sait globalement plus riche.

Le nombre de clients en soit l'intéresse moins que le volume, en argent sonnante et trébuchante, des transactions nouvelles qu'elle verra passer par elle.

Bref, tout ça pour dire que de parler de PdM d'un OS quand le sujet c'est le marché des services de paiement, c'est comme prétendre que Apple n'a aucune position dominante dans la distribution d'applications parce que iPhone c'est 20% de PdM...

avatar reborn | 

@byte_order

Bah Apple s’est surtout cassé le cul à construire un écosystème favorable à l’expansion de ses services, sans impacter des OS concurrents.

Donc oui forcement ils veulent tous accéder à l’environnement qui offre la meilleure expérience utilisateur et les utilisateur qui disposent d’un meilleur pouvoir d’achat..

Je leur souhaite bon courage avec les QR code, ça marche avec n’importe quel smartphone, nfc ou pas ! 😉

avatar Phiphi | 

@reborn

"Donc oui forcement ils veulent tous accéder à l’environnement qui offre la meilleure expérience utilisateur et les utilisateur qui disposent d’un meilleur pouvoir d’achat.."

Et d’ailleurs si on les laisse faire trop facilement ils vont vite pourrir la dite expérience, alors, est-ce de l’abus de vouloir interdir le n’importe quoi n’importe comment ??? 🤔

avatar reborn | 

@Phiphi

Même pas besoin, regarde en Chine. Le QR code marche fort ;)
Apple Pay y est faible là-bas

avatar SyMich | 

Si les services concurrents à ApplePay offrent une "expérience utilisateurs" déplorables, on peut peut-être faire confiance aux utilisateurs pour choisir le service offrant la meilleure expérience non? (Plutôt que de leur imposer un choix unique, même si on peut avoir le sentiment que c'est le meilleur)

Comme je le disais dans un autre commentaire, pour le "paiement entre amis", je n'ai pas trouvé plus simple que "PayLib entre amis" et je n'ai pas l'impression qu'ApplePay Cash, quand il sera disponible, me fasse changer d'avis. Donc la solution d'Apple n'est pas toujours la meilleure (même si c'est souvent le cas)...

avatar byte_order | 

@Phiphi

> Et d’ailleurs si on les laisse faire trop facilement ils vont vite pourrir la dite expérience,
> alors, est-ce de l’abus de vouloir interdir le n’importe quoi n’importe comment ?

Interdire un usage sur un produit que vous avez vendu, oui, c'est un abus.
Et si, en plus, c'est fait d'abord et avant pour bloquer la concurrence afin de continuer a tirer artificiellement un avantage financier, c'est une infraction majeure à la libre concurrence.

Comme déjà souligné, dans plusieurs endroits du monde, des solutions de paiement par mobile qui ne reposent pas sur Apple Pay rencontrent pourtant un gros succès. L'excuse de protéger "l'expérience utilisateur supérieure" a bon dos.

Et de toute façon, la Commission Européenne s'en contrefout de savoir si c'est meilleure ou pas, son boulot c'est de garantir que les consommateurs sont libres de choisir la meilleure *pour eux* et, surtout, *d'après* eux, et non pas celle qu'un autre acteur à choisi pour eux (alors qu'il est juge et partie dans ce choix...).

avatar byte_order | 

@reborn
> Bah Apple s’est surtout cassé le cul à construire un écosystème favorable à l’expansion
> de ses services, sans impacter des OS concurrents.

1) La Commission Européen s'en contrefout des efforts faits par tel acteur économique, elle regarde les respects des règles dans un marché donné, point barre.

2) Les efforts d'Apple sont *déjà* récompensés par les clients qui achètent ses plateformes.
Qui ne sont pas louées, pour rappel.

Les usages que font ces clients avec qui peuvent donner lieu à des échanges commerciaux après l'achat de la plateforme n'ont aucune raison légitime à tous se transformer forcément en revenu complémentaire pour Apple !
Ces clients doivent pouvoir avoir accès sans entrave à un marché concurrentiel d'offres pour leurs appareils (et par *leurs*, faut lire propriété, hein) et les fournisseurs d'offres pour ces appareils doivent avoir accès sans entrave à ces propriétaires dans le cadre d'une concurrence loyale de ces offres.

C'est ça que regarde une autorité de régulation de la libre concurrence.

Apple n'avait qu'à choisir un modèle économique basé sur l'abonnement à des services, gardant ainsi *sa* plateforme, et donc le droit de décider elle même les usages, les transactions commerciales complémentaires, etc.

Mais c'est pas ce qu'elle a choisi.

avatar webHAL1 | 

@byte_order:
« Le nombre de clients en soit l'intéresse moins que le volume, en argent sonnante et trébuchante, des transactions nouvelles qu'elle verra passer par elle. »

Exactement.
Il suffit d'ailleurs de constater le double discours d'Apple :
1. Lorsqu'elle est face à des soupçons d'abus de position dominante ou qu'elle s'adresse aux autorités, elle met en avant sa faible part de marché.
2. Quand elle parle aux investisseurs ou aux développeurs, elle souligne que l'iPhone représente plus de 60% des revenus du marché des téléphones portables et que l'App Store génère davantage d'argent que le Play Store de Google.

avatar reborn | 

@webHAL1

Je vois pas en quoi c’est un double discours.

Il y a aussi moins de piratage d’apps sous iOS et les clients dépensent plus en achats intégrés.

avatar webHAL1 | 

@reborn

C'est complètement un double discours. L'entreprise refuse de reconnaître que sa part de marché n'est pas l'élément déterminant lorsqu'on parle de distorsion de la concurrence. Alors qu'elle en est parfaitement capable lorsque ça l'arrange.

avatar en chanson | 

@reborn

"Il y a aussi moins de piratage d’apps sous iOS"

Tes sources? Qu’est ce qui te permet une telle affirmation ?

avatar SyMich | 

C'est vrai qu'ApplePay est génial sur un iPhone. J'adore.
Mais je me pose tout de même une question... sachant que les développeurs ont librement accès à touchID/FaceID, si Apple donnait un accès sans contrainte à la NFC, est-ce que PayLib ou n'importe quel autre système de paiement qui adopterait la validation touchID/FaceID et le paiement sans contact via la NFC ne serait pas tout aussi simple d'emploi?

Étant utilisatrice de "PayLib entre amis" (que je trouve également génial car d'une simplicité enfantine pour payer à n'importe qui sans se soucier de savoir le model de smartphone ou si sa banque est compatible), je pourrais peut-être basculer à 100% sur PayLib si le paiement sans contact était possible avec mon iPhone.

C'est peut-être aussi cette interdiction imposée par Apple que la commission regarde, si les banques soutenant PayLib se sont plaintes (proposer PayLib aux possesseur d'iPhone plutôt que de devoir offrir ApplePay, ça leur permettrait d'éviter la commission d'Apple sur les paiements)

avatar webHAL1 | 

@SyMich :
« Mais je me pose tout de même une question... sachant que les développeurs ont librement accès à touchID/FaceID, si Apple donnait un accès sans contrainte à la NFC, est-ce que PayLib ou n'importe quel autre système de paiement qui adopterait la validation touchID/FaceID et le paiement sans contact via la NFC ne serait pas tout aussi simple d'emploi? »

Je pense que la réponse est clairement "oui", même si bien évidemment il faut que la solution tierce soit bien pensée (il y a aussi l'expérience utilisateur qui est importante, pas uniquement la partie technique).
C'est d'ailleurs bien pour cette raison qu'il y a un affrontement entre Apple et les banques :
- Apple empêche les banques d'avoir accès à la puce NFC de l'iPhone, afin que l'utilisateur favorise Apple Pay dont l'expérience d'utilisation sera meilleure, dans le but de toucher une commission sur les transactions.
- Les banques sont réticentes à prendre en charge Apple Pay, afin d'éviter de payer une commission à Apple, et veulent pousser leurs propres solutions de paiement.

Au final, c'est l'utilisateur qui est pénalisé, car le déploiement de solutions de paiement via téléphone portable ne se fait pas aussi rapidement que la technologie le permettrait, pour des raisons commerciales et non techniques.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR