L'iPhone a aussi révolutionné les forfaits DATA

Christophe Laporte |

L’iPhone soufflera l’année prochaine sa dixième bougie. Pour cette timeline, je suis assez tenté de vous présenter son prédécesseur : un Palm Treo. Ce sera sans doute l’objet d’un futur billet. Je ne suis pas le seul à avoir utilisé cet appareil avant qu’Apple dévoile son terminal. En attendant, vous pouvez toujours lire notre test de 2005 consacré à cet appareil. À l’époque, j’ai eu également entre les mains un modèle de HTC sous Windows Mobile que j’avais reçu par hasard.

Mon opérateur de l’époque, Bouygues Telecom, me l’avait livré alors que je n’avais rien demandé. Je les avais alors contactés pour qu’ils viennent le récupérer, chose qu’ils n’ont jamais faite. Au bout de quelques mois, par curiosité, j’avais fini par ouvrir le carton et insérer ma carte SIM.

Au début et au milieu des années 2000, une certaine presse misait gros sur le système d’exploitation de Microsoft, qui allait selon eux tout rafler. C’était une véritable usine à gaz. Le Tréo, pour lequel j’avais beaucoup de sympathie, était bourré d’imperfections. Son logiciel système me faisait penser à l’ancien Mac OS à la fois pour ses bons côtés comme sa simplicité d’utilisation et pour ses mauvais côtés, notamment sa gestion de la mémoire qui était déplorable. Il fallait parfois retirer la batterie pour faire redémarrer le terminal. Rien que pour ça, je n’en ai jamais voulu à Apple quand j’ai appris que la batterie de l’iPhone n’était pas amovible. Mais malgré tout, ce Tréo, je l’aimais bien.

Quels que soient les appareils, la synchronisation au Mac était une affaire assez compliquée. Il fallait passer par les outils de The Missing Sync. Et si l’on critique l’App Store parfois pour ses lenteurs ou son moteur de recherche, c’est un vrai bonheur par rapport à toutes les étapes qu’il fallait accomplir pour payer puis installer une app, une véritable corvée !

Mon téléphone HTC Windows que j'ai utilisé quelques mois avant l'iPhone
Mon téléphone HTC Windows que j'ai utilisé quelques mois avant l'iPhone

Je me souviens également en 2006 avoir regardé du côté de BlackBerry, mais je ne sais pas pourquoi, je trouvais à l’époque leur formule compliquée. Et niveau multimédia, ce n’était pas folichon. Lorsque l’on a commencé à parler entre nous de cette idée de Timeline, la première chose qui m’est revenue à l’idée, c’est le prix des forfaits de l’époque. L’accès à la DATA était notamment très, très cher.

À l’époque, pour environ 30 €, j’avais 4 heures de communication et des SMS. J’avais dû prendre une option supplémentaire facturée 17,55 € pour la DATA. Cette somme, qui constitue désormais la norme pour un forfait complet de nos jours, m’octroyait 20 Mo de DATA par mois. Autant dire qu’il fallait compter. Et c’est d’ailleurs ce que révèle la consultation des factures de l’époque, un accès DATA était alors une décision réfléchie. Sur le mois, je me « connectais » au réseau une vingtaine de fois, tout au plus. Bref, à l’époque j’en avais pour 50 €. Et le montant avait tendance à facilement doubler si j’avais l’idée un peu sotte de m’en servir à l’étranger.

Là où, aujourd'hui, on est par définition connecté, où l’on s’étonne de ne pas avoir de réseau 4G, où l’on ne comprend pas quand une vidéo ne se charge pas instantanément, on était à l’époque — même avec un smartphone — déconnecté par défaut. Les BlackBerry étaient d’ailleurs un peu l’exception qui confirme la règle. On était déconnecté pour plein de « bonnes » raisons : financières comme le montre la facture, mais aussi pour ne pas trop faire chauffer le téléphone.

D’ailleurs, les applications à la mode étaient la plupart du temps off-line. AvantGo était l’un des logiciels les plus populaires du moment, à mi-chemin entre un client RSS et un logiciel type Instapaper de lecture différée. Il permettait de s’abonner à des chaînes d’informations et de pouvoir lire des articles en étant déconnecté. Un logiciel très sympa qui n’a pas survécu à la déferlante iPhone. La société éditrice de ce service a été un moment joliment valorisée. Elle a été cotée en bourse et a même vu cette valorisation boursière atteindre le milliard. Mais dès 2009, la société a fermé ce service.

La sortie de l’iPhone en 2007 est également synonyme de démocratisation de la DATA. Alors certes, pas comme Free Mobile a pu le faire quelques années plus tard, mais d’une certaine manière, l’arrivée du téléphone d’Apple a lancé le mouvement. À sa sortie, doté avec Safari d'un vrai bon navigateur, il a un temps fait exploser la consommation de DATA sur le réseau d'AT&T qui inaugurait ce téléphone. Auparavant, on évoquait les fameux réseaux 3G de manière très théorique. C’est d’ailleurs d’autant plus paradoxal que le tout premier iPhone n’était pas compatible 3G.

La gamme de forfaits d'Orange début 2008 pour l'iPhone
La gamme de forfaits d'Orange début 2008 pour l'iPhone

Mais l’idée de Steve Jobs était claire : offrir à ses utilisateurs un accès à Internet en permanence. C’est pour cela que Cupertino était particulièrement impliquée dans les forfaits associés à son terminal commercialisés par les opérateurs. Elle était même parvenue rappelez-vous à ce que ces derniers lui reversent une commission sur chaque forfait vendu avec son téléphone !

Avant l’iPhone, dans 99 % des cas (mon cas en est le parfait exemple), l’accès à la DATA était une contrainte. Il y avait ici ou là dans le monde quelques exceptions, mais c’était ultra-minoritaire. Tout cela a mené à la création de forfaits illimités en DATA, pour que les utilisateurs puissent surfer sans compter.

Si on le compare à nos offres actuelles, un forfait illimité de 2007 parait pourtant sacrément limité. Orange se réservait le droit de restreindre les débits à partir de 500 Mo. Mais à l’époque, en EDGE de surcroit, cela semblait considérable. Et à titre personnel, pour le même prix, j’avais 25 fois plus de DATA qu’avec le forfait pour mon Tréo ! Mais 100 fois moins qu’aujourd’hui !

- À quoi ressemblaient les smartphones avant l’iPhone de 2007 ?

- Que savait-on sur l’iPhone avant 2007 ?


avatar ArnaudB | 

N'en déplaise au grincheux l'arrivée de l'iPhone sur le marché du smartphone a fait l'effet d'une bombe thermonucléaire.
S'il y avait un marché du smartphone auparavant, la maigreur des forfaits lié à leur coût, la médiocrité des appareils pour se connecter à un simili internet Blackberry© ou wap, n'en faisait qu'un marché de niche réservé à quelques acharnés et aux cadres qui avaient besoin d'une connexion itinérante.
L'iphone a été le premier smartphone à pouvoir présenter le web tel qu'il était.
Après une belle déferlante sur trois ans l'iphone a littéralement distancé les acteurs historiques du marcher du smartphone qui, il est vrai, n'avait qu'une activité anecdotique face au marché largement majoritaire du dumbphone à l'époque.
C'est avec la dynamique de vente de l'iPhone que les forfaits ont commencés à changer en proposant un forfait data de 500 puis 1 Go à des prix certes élevés mais qui étaient consacrés à un téléphone très demandé. Le fait est que les gens VOULAIENT de la data pour pouvoir pleinement utiliser leur iPhone avec Googlemap, Safari et Mail. Cela à largement contribuer à changer le paysage des forfaits data de façon général. Les autres acteurs ont suivi et certains et pas des moindre on simplement fini par disparaitre (adieu Blackberry adieu windows CE). Mais c'est l'iphone qui a ouvert la voix à une autre manière d'accéder au réseau.

avatar hautelfe | 

Pas du tout.
Windows Mobile montrait déjà très bien ce qu'était internet.

Et pour les forfaits, pour 10€/mois, on avait les sms illimités et 500Mo de fair use en 3G. C'était très bien.

avatar ArnaudB | 

Non vous réécrivez l'histoire en oubliant l'origine. Et l'origine c'est bien ce que j'ai écris. A l'époque windows mobile n'existait pas. Il s'agissait de windows CE et cet os n'était pas plus capable que les autres sur le marché d'afficher une page web tel qu'elle. C'était une réinterprétation amoindri du web comme pour tous les OS de smartphone de l'époque. Dans ces conditions c'était loin d'être convaincant pour le grand public et windows CE on sait ce qui lui ai arrivé par la suite. Quant au tarif et au forfait que vous évoquez ça s'était effectivement les tarfis qui ont fini par s'imposser avec la généralisation de la demande qu'a entamé l'iphone.

avatar hautelfe | 

Windows CE est la partie PDA de Windows Mobile.
Il y a eu Windows Mobile en 2003, puis Windows Mobile 5 en 2005, puis Windows Mobile 6 en 2007.
Et il y avait déjà Symbian et Blackberry comme concurrents, évidemment.
L'iphone n'est arrivé qu'après Windows Mobile 6.

Et non, les options internet max datent d'avant 2006, soit avant l'iphone.

L'iphone n'a eu qu'un petit impact, finalement. Le temps que iOS dépasse Symbian et les autres, Android était déjà premier.

avatar ArnaudB | 

Je veux bien, windows CE ou windows mobile ça ne change rien à la qualité plus que discutable que proposait ces OS tout comme Symbian et Blackberry. Si ces produits ont disparu aujourd'hui, c'est a cause de la qualité de l'expérience utilisateur du premier iOS et des suivants ainsi que de celle plus tard d'Android qui a singé iOS.
Vous pouvez relire l'histoire à l'aune de vos fantasmes. Le fait est que sans l'iPhone on aurait une expérience du smartphone qui aurait dix ans de retard sur ce quelle est aujourd'hui et qui ne serait certainement pas aussi populaire, tans Apple a accéléré l'appropriation par le public du modèle du smartphone moderne. Dire qu'une autre marque AURAIT fait la même chose c'est verser dans la science-fiction sans critère valable. Quant à mettre Android sur LE podium. C'est surtout votre podium et toutes les médailles ne peuvent pas être attribuées qu'aux concurrents d'Apple sauf à être totalement de mauvaise fois et puéril.

avatar hautelfe | 

Même si ses parts de marché sont rachitiques, Windows 10 Mobile existe toujours.

iOS n'a jamais été devant les autres. Symbian est resté très longtemps le premier OS de smartphone, même après l'arrivée de Android et iOS.
Et c'est Android qui lui a succédé à la première place, pas iOS.

Inutile de réécrire l'histoire, la vérité est connue, et archivée pour faire taire ceux qui font semblant de ne pas être au courant :

http://static5.businessinsider.com/image/4ec2c5a6eab8ea105200001b/chart-of-the-day-android-share-of-smartphone-operating-system-market-nov-14-2011.jpg

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSM6jxFKecpSKouHu9PWOlEjrmLMPYkf6WLIApxxJ_Y7zmMYRAkHY-K9Lo

iOS a difficilement gagné sur deuxième place, en dépassant le mourant Symbian fin 2011.
Et ce qui a permi à iOS d'obtenir cette deuxième place, c'est bien Android qui a phagocyté les autres OS, en particulier Symbian et RIM.

avatar ArnaudB | 

Windows mobile\ce est mort et enterré par microsoft avec les surfaces sous proc Rim. Désormais on ne parle plus que de windows 10 et de windows Phone. Vous qui êtes tellement à cheval sur les appelations vous auriez pu faire attention. A moins que l'expérience désastreuse de microsoft dans le monde du mobile n'est même pas eu un impact sur les nom des marques de la firme ? Quant à vos graphiques ils n'affirment rien d'autre qu'une part de marché. Certes cette donnée n'est pas negligeable mais elle est erronnée si on ne prends pas en compte les part d'usage des plateformes sur le net. Et à ce jeux là l'iphone a été longtemps le premier. Et de fait on parlait de la façon dont l'iphone a fait évoluer les forfait data... Mais la mauvaise fois et un brin d'arrogance sont visiblement l'apanage de ceux qui savent mieux que tout le monde ici. Vous confonder le succès commerciale et les changements de pratiques. si Android est un succès certain dans les volumes vendu, c'est loin d'avoir été une marque qui a lancé un marcher.

avatar Horfilas | 

@hautelfe

Mais bien sûr, l'iPhone a eu l'impact d'une chiure de mouche.
Le grand public surfait déjà sur internet avec les autres qui ont d'ailleurs tous disparu on se demande bien pourquoi tant ils étaient innovants.

avatar NerdForever | 

@Horfilas :
Non mais sur le design soit on est d'accord mais pas sur la Conso data car Apple ou cela ce serait fait d'une manière ou d'une autre... D'ailleurs la manière d'utiliser un smartphone soir Android est tôt à fait différente que sous iOS mais ça fonctionne et cela reste encore aujourd'hui l'usage majoritaire alors de faire croire que Apple a tout fait quand il sont arrivés après...
Dans 10 ans on pourrait pondre un article pareil en disant qu'Apple à lancer et démocratiser les montres connectées ou la musique en ligne...

Bienvenue dans le monde de Dory... ;-)

avatar Nesus | 

Rappelons que nos opérateurs chéris nous avaient expliqué que la multiplication des appareils allait faire exploser le réseau...

avatar Nesus | 

Bon pour refaire l'histoire pour ceux qui ont oublié (ou l'ignore).
C'est bien Apple qui a (en France) rendu la data accessible (plus de 5Mo).
Comment ?
Simplement en choisissant 1 opérateur. Orange à l'époque. Orange ne pouvait vendre l'iPhone dans un forfait data associé. Ce qui était rare et bien plus cher à l'époque. Il était tres compliqué d'avoir un iPhone sans passé par orange en France.
Le succès de l'iPhone a été tellement énorme que pour appâter les clients sfr et Bouygues se sont mis à faire des forfaits plus intéressant en dotation et prix (puisqu'ils ne pouvaient pas vendre l'iPhone). En parallèle ils ont fait un procès pour concurrence déloyale à Apple et orange afin de casser le partenariat (appelé monopole ensuite) de la vente de l'iPhone. L'exclusivité cassée ils ont tous lancé des forfaits iPhone. Qui furent dans un premier temps plus intéressant, avant de trouver la bonne idée de faire de l'iPhone une option à leurs anciens forfaits. Ceux là même inventé avec de la data pour faire switcher les anciens clients d'orange possédant un iPhone ou ceux qui l'avaient eu sur le marché noir (gris ?).
Puis free est arrivé et les prix ont complètement changé, mais la data, c'est bien Apple qui l'a imposé.

avatar ArnaudB | 

on ne parle pas non plus de l'option du visual voicemail que l'iphone a popularisé.

avatar NerdForever | 

@Nesus :
N'importe quoi les forfaits iPhone a l'épique était tous plus cher que les forfaits data équivalent faut arrêtez de vouloir refaire l'histoire à l'envers...
Je m'en rappelle très bien car j'avais acheté mon iPhone en Apple Store et pros un forfait data NON IPhone exprès pour économiser 15€ par mois!!!

avatar MaTMaC | 

Nostalgie...
J'ai eu plusieurs smartphone sous Windows Mobile (Eten, HTC etc) et un smartphone Sony sous Symbian.
J'ai aussi eu des "organizer", 2 Palm, 2 Pocket PC Compaq et un Psion Revo !
A l'époque je bavais devant le Nokia 9210 !
Sans parler de mon Nokia N95 qui a été le dernier "smartphone" avant l'iPhone et tous les autres téléphones... (j'ai encore un Nokia 7500 avec une puce Free a 2€ dedans que j'ai toujours avec moi !)

Avant l'iPhone, tous les constructeurs tentaient de rendre les téléphones le plus petit possible !
Le 8310 était un super exemple. J'ai doré ce téléphone !

Et l'iPhone est arrivé...
Nokia est resté n°1 mondial jusu'en 2011 avant de se faire dépasser par Samsung puis sombrer en 2013 avec le rachat par Microsoft.

Apple n'a jamais été leader en volume de vente.
Par contre l'iPhone 6s est le smartphone le plus vendu au monde avec 4,2% de part de marché, loin devant le S7 Edge a 2,5%.

J'en ai claqué des tunes dans ces produits...

avatar ArnaudB | 

Nokia était n°1 en pdm sur les ventes globale des téléphones, pas sur les smartphones. L'iphone est devenu à ce moment là le smartphone le plus vendu au monde devant Blackberry. Apple pendant une période a été leader sur le volume de vente des smartphones, car Android a mis trois ans à murir et à convaincre les clients. Mais de toute façon Apple s'en fiche d'être leader sur le volume il se contente d'engranger plus de 100% des bénéfices du secteur...

avatar hautelfe | 
avatar NerdForever | 

@ArnaudB :
Désolé d'intervenir sur un "petit détail mais comment faites vous pour évaluer les "parts d'usages des plateforme internet" car si c'est de faire des stats sur les appareils "détectés" par les serveurs web, ça va être compliqué d'en tirer une véritable conclusion vu que sous Android et PC on peut très bien se déclarer "iPhone" ou "Mac" indépendamment du matériel utilisé...
(D'ailleurs sous Mac aussi on peut très bien se faire détecter comme un iPhone ou un PC...)
Vous aurez donc juste une tendance de ce que les gens préfèrent comme affichage web mais pas ce qu'ils ont en main ou ce qu'ils en font...

Heureusement d'ailleurs qu'il nous reste un peu de liberté pour brouiller les pistes sinon le web serait mort depuis longtemps...

( pour ceux qui se posent des questions sur l'intérêt de la manœuvre:
- certaines présentations mobiles ne permettent pas certains réglages en version mobile.
- les pubs peuvent être différentes ou moins nombreuses.
- une petite barrière supplémentaire contre le hameconnage ou le risque de se faire distraire par un pseudo-logiciel soi-disant indispensable qu'il faudrait soi-disant installer d'urgence...
-etc..)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR