Fermer le menu

validation app store

Toute l'actualité sur validation app store

iCoyote disparaît du radar de l'App Store [MAJ]

| 06/03/2015 | 10:27 |  

iCoyote, qui avertit notamment des zones de danger sur la route, a disparu de l'App Store. Le retrait est récent (quelques heures tout au plus) et l'application figure toujours sur les autres plateformes Google Play et Windows Store. Contacté, l'éditeur ne nous a pas encore répondu sur la raison de cette disparition exclusive à iOS. La dernière mise à jour d'iCoyote remonte au mois de novembre et inaugure une nouvelle interface.

Mise à jour 6 mars à 10 h 25 : l'éditeur nous a répondu qu'il était « en train d'investiguer auprès d'Apple pour comprendre » ce retrait. Le service iCoyote reste opérationnel pour ceux qui ont déjà l'application.

> Accéder aux commentaires

La taille limite des apps repoussée à 4 Go dans l'App Store

| 12/02/2015 | 21:29 |  

Apple vient tout juste d'annoncer que les développeurs peuvent dorénavant soumettre des applications faisant jusqu'à 4 Go dans l'App Store. L'ancienne limite, qui prévalait depuis l'ouverture de l'App Store en 2008, était de 2 Go.

Crédit PhotoAtelier CC BY

Cette capacité deux fois supérieure va permettre aux développeurs de mettre plus de contenus ou du contenu plus lourd dans leurs applications. Cela intéressera en premier lieu les éditeurs de jeu vidéo qui devaient parfois faire des compromis sur les textures ou d'autres éléments pour faire tenir leur création dans ces 2 Go. L'un des cas les plus marquants est BioShock, qui a vu ses graphismes en prendre un coup (lire : Coup de rouille pour Bioshock sur iOS).

Apple indique également que la limite des 100 Mo pour qu'une app puisse être téléchargée via une connexion cellulaire tient toujours. À l'heure de la 4G et des forfaits toujours mieux dotés en data, on peut regretter qu'aucune option ne soit proposée pour désactiver cette restriction.

On attend maintenant qu'Apple se montre plus généreuse en stockage sur ses terminaux iOS d'entrée de gamme. L'iPhone 5c 8 Go ne laisse environ que 5,5 Go d'espace à l'utilisateur, soit pas assez pour installer deux gros jeux à l'avenir (lire : Prise en main des 8 Go de l'iPhone 5c).

> Accéder aux commentaires

Charlie Hebdo en vente dans le Kiosque d'iOS

| 15/01/2015 | 20:32 |  

Comme annoncé un peu plus tôt aujourd'hui par différent médias, Charlie Hebdo a désormais son application [1.0 – Français – Gratuit – iPhone/iPad – Charlie Hebdo] dans l'App Store. L'application est gratuite au téléchargement et contient un achat intégré de 2,99 € pour lire le fameux numéro 1178.

Au moment de la rédaction de cet article, l'App Store français ne permet pas de télécharger l'application. Un message d'erreur informe que « l'article que vous essayez d'acheter n'est plus disponible »... [MAJ 20 h 50] : les petits aléas de la mise en ligne semblent désormais résolus chez certains.

En passant par un autre store que le français, nous avons réussi à télécharger l'application. Le journal s'intègre au Kiosque d'iOS. Outre l'achat à l'unité, on peut s'abonner pendant un an pour 89,99 €.

Cette application est éditée par Les Éditions Rotative, l'éditeur habituel du journal. Elle est classée 17+ parce qu'elle contient notamment des « scènes fréquentes / intenses à caractère sexuel ou de nudité » et des « scènes d'humour vulgaire ou blasphématoire. »

LeMonde.fr, Reporters sans frontières, Courrier International et Libération ont participé à sa réalisation.

Depuis 2010, Apple autorise « les satiristes et humoristes politiques professionnels » à publier dans l'App Store « des contenus offensants ou mesquins. »

Charlie Hebdo est également en vente sur Android et Windows Phone.

> Accéder aux commentaires

Charlie Hebdo pourrait figurer dans l'App Store très bientôt

| 15/01/2015 | 12:54 |  

Le numéro 1178 de Charlie Hebdo sera disponible en version numérique d'ici le week-end. Le journal satirique n'est habituellement disponible qu'en papier, mais en raison de la demande exceptionnelle, des mesures tout aussi exceptionnelles ont été prises. Une version numérique viendra ainsi en renfort des 5 millions d'exemplaires papier distribués dans 30 pays (contre 60 000 à l'accoutumée).

« Les équipes du Monde.fr ont pris en charge la réalisation du numéro de Charlie Hebdo en version numérique, en quatre langues et en coproduction avec Reporters sans frontières et Courrier International », a déclaré Louis Dreyfus, le directeur général du journal Le Monde. Libération, qui dit aussi avoir participé à cette version, indique que l'on pourra cliquer sur un article pour voir apparaître une traduction en anglais, arabe et espagnol.

Ouest-France, qui rapporte les propos de Louis Dreyfus, parle d'une « application ». Si le numéro de Charlie Hebdo prend bien cette forme (il pourrait aussi s'agir d'une « simple » version numérique proposée sur le Kiosque d'iOS, plus libre au niveau de la validation, et Google Play Kiosque), Apple devrait le valider.

Par le passé, Apple a rejeté des applications caricaturant des personnes publiques. Démarché en 2010 par une entreprise qui voulait développer son application iOS, Charlie Hebdo a d'ailleurs renoncé à mettre en route le projet, sachant pertinemment que l'app ne serait pas validée pour « certains dessins considérés comme outranciers. »

Sauf qu'Apple a depuis infléchi sa position. À la suite d'une polémique sur le rejet d'un prix Pulitzer pastichant des politiques, une exception a été ajoutée. La règle 14.2 de l'App Store indique ainsi que « les satiristes et humoristes politiques professionnels ne sont pas concernés par l'interdiction de contenus offensants ou mesquins. »

Une règle qui s'applique donc à Charlie Hebdo. La validation ne devrait d'autant pas poser de problèmes qu'Apple a soutenu publiquement le journal et qu'elle a donné...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Développeurs : Apple rappelle l'existence d'un outil de contact avec l'App Store

| 31/12/2014 | 08:44 |  

La période étant propice aux bonnes résolutions, Apple a pris celle d'améliorer ses relations avec les développeurs, mises à mal par une vague de refus d'applications qui se contentaient la plupart du temps de tirer parti d'iOS 8 (lire : L'App Store sape le travail d'Apple). Dans un message soulignant la réouverture d'iTunes Connect (effective depuis le 29 décembre), Apple rappelle à toutes fins utiles qu'elle a mis en place un outil destiné à communiquer directement avec l'équipe de validation de l'App Store : le développeur pourra demander des précisions concernant le rejet de son logiciel, faire appel d'un refus, ou encore demander une validation plus rapide.

Cliquer pour agrandir

Cet outil n'est pas une nouveauté, mais Apple la rappelle à un moment opportun, alors que plusieurs développeurs de renom (dont Marco Arment) ont pu se plaindre sur les réseaux sociaux de l'inconstance du processus de validation de l'App Store. Rappelons aussi qu'Apple doit lancer une nouvelle version d'iTunes Connect dans les semaines à venir.

> Accéder aux commentaires

Validation : Apple calcule de nouveau les extensions

| 21/12/2014 | 13:00 |  

Si l'on avait besoin d'une nouvelle preuve de l'inconstance de l'équipe de validation de l'App Store, en voici une nouvelle. Le 16 décembre, Apple a exigé de Jormy Games, le développeur du clavier alternatif Nintype [1.5 – US – 4,49 € – iPhone/iPad – iOS 8 – 54,7 Mo - Jormy Games], le retrait d'une extension affichant une calculatrice en lieu et place du clavier (lire : Validation : Apple ne calcule pas les extensions). Cette calculette, inattendue dans ce type d'apps, a toutefois une utilité pour les utilisateurs qui ne veulent pas perdre leur temps à basculer de Nintype vers une application de calcul.

Or, il s'agit là d'un « usage inapproprié des extensions », comme l'a expliqué l'App Store. L'affaire a été reprise par bon nombre de médias et de sites web, car elle alimente l'impression de flou complet qui règne du côté de l'App Store pour ce qui concerne la validation des applications utilisant à plein les possibilités d'iOS 8 (lire : L'App Store sape le travail d'Apple).

Noël approchant, un petit miracle a eu lieu : le développeur révèle sur son compte Twitter qu'« Apple m'a appelé un peu plus tôt pour me dire que la calculatrice pouvait revenir » Il faut donc s'attendre à une mise à jour prochaine de l'application, même s'il y a de fortes chances qu'elle ne passe pas la rampe de Noël : iTunes Connect ferme du 22 au 29 décembre.

Les exemples sont nombreux des revirements de l'App Store suite à l'inconséquence de l'équipe en charge de la validation. De Pcalc et son widget calculette en passant par Panic et la gestion d'iCloud Drive par Transmit, sans oublier le widget de prise de notes de Drafts ou encore la censure sotte de Papers Please, l'App Store n'a pas bonne presse auprès des développeurs.

> Accéder aux commentaires

Validation : Apple ne calcule pas les extensions

| 16/12/2014 | 12:45 |  

Au cours des dernières semaines, l'équipe de validation de l'App Store s'est fait remarquer par son inconstance. Des développeurs se sont vu demander de retirer des fonctions de leurs apps après une première validation, et alors même que des concurrents n'ont pas été embêtés pour des fonctions similaires (lire : L'App Store sape le travail d'Apple).

Dernier exemple en date, le clavier Nintype, un clavier « ninja » dont nous avons récemment parlé. Bourré d'effets et de raccourcis, ce clavier tiers intègre également une calculatrice. C'est assez inattendu, mais pratique si on est amené à faire beaucoup de calculs et à les partager. Pas besoin d'ouvrir une application de calcul, on peut tout faire depuis Nintype.

Le résultat de l'opération est affiché dans la barre supérieure de Nintype. On peut le coller ensuite dans son message en tapotant sur la flèche.

Seulement, cette fonction ne plaît plus à Apple. Le développeur de Nintype a fait savoir que l'équipe de validation lui avait demandé de retirer la calculatrice car il s'agissait « d'un usage inapproprié des extensions ». On peut déjà s'étonner qu'Apple s'échine à retirer des fonctions pratiques alors qu'elle laisse passer des claviers aux pratiques douteuses. Mais en plus, cela est contraire à une déclaration qui a suivi « l'affaire PCalc ».

Pour mémoire, Cupertino avait demandé au développeur de cette calculatrice de retirer son widget du Centre de notifications, avant de se raviser (lire : Les calculatrices de nouveau bienvenues dans le Centre de notifications). Or, il se trouve que les widgets et les claviers sont tous deux des extensions. Refuser à Nintype l'intégration d'un clavier parce que c'est « un usage inapproprié des extensions » est encore une preuve d'inconstance.

> Accéder aux commentaires

Apple retire l’une des fonctions de Transmit iOS

| 08/12/2014 | 21:47 |  

L’App Store multiplie les difficultés pour les développeurs ces derniers temps. Alors que l’on avait à peine eu le temps de se remettre de la polémique sur les widgets du Centre de notifications d’iOS 8 qui ne doivent plus ouvrir l’application associée (lire : Centre de notifications : Apple à la chasse aux boutons), voici déjà une nouvelle polémique. Cette fois, les équipes en charge de la validation sur la boutique ont réduit les fonctionnalités d’une autre application à cause d’iCloud Drive.

La dernière victime en date est donc le gestionnaire FTP Transmit for iOS. La dernière mise à jour en apparence mineure était l’occasion de corriger quelques bugs, mais l’éditeur a été contraint de retirer l’une des fonctions de l’application. Celle-ci pouvait jusque-là télécharger un fichier depuis un serveur FTP et le stocker sur iCloud Drive, ou sur un autre service similaire. L’application utilisait la fonction de partage native d’iOS 8, mais l’App Store n’en veut plus.

Dans le détail, Panic explique qu’une application ne peut pas ajouter à iCloud Drive du contenu qu’elle n’a pas créé. En clair, selon cette nouvelle règle, iCloud Drive ne doit servir qu’à stocker des documents créés en local, par l’application. Un éditeur de texte peut sauvegarder les fichiers qu’il crée sur cet espace synchronisé, mais pas plus. Le problème, à nouveau, c’est que cette décision est une surprise : cette règle est nouvelle et l’éditeur ne pouvait pas la connaître quand il avait ajouté la fonction à son application.

L’autre problème, c’est que Transmit est loin d’être la seule application qui offrait cette souplesse à l’utilisateur. Dès lors, tous les autres développeurs qui en profitaient ou qui voulaient en profiter devront se poser la question : s’agit-il encore une fois d’une simple erreur de la part de l’App Store, ou d’une nouvelle règle dont il faut désormais tenir compte ? Dans un cas comme dans l’autre, Apple souffre toujours d’une politique incohérente vis-à-vis de son App Store.

Les développeurs ne savent plus comment gérer les nouveautés d’iOS 8 avec ces changements incessants. Pis, en les obligeant à retirer des fonctions de leurs applications, Apple fait preuve d’une insouciance bien gênante vis-à-vis de ses utilisateurs. Certains avaient peut-être acheté Transmit pour cette fonction, mais ils devront désormais s’en passer, du jour au lendemain, sans préavis. Est-ce vraiment l’expérience qu’Apple veut offrir à ses clients ?

> Accéder aux commentaires

Les notifications publicitaires sont interdites… sauf pour Apple ?

| 01/12/2014 | 23:31 |  

La règle 5.6 de l’App Store pourrait difficilement être plus claire : « les applications ne peuvent pas utiliser les notifications Push pour envoyer de la publicité, des promotions ou du contenu marketing de n’importe quelle sorte ». Autant dire qu’il n’y a pas de place pour une interprétation particulière : les notifications ne doivent pas servir à la publicité.

Cette règle est aussi simple qu’elle est impossible à contrôler. Apple peut l’utiliser pour rejeter une application dont le seul objectif est d’envoyer des publicités sous la forme de notifications, mais le constructeur ne contrôle pas chaque notification envoyée. Comme le note Marco Arment, Apple semble entériner le fait que cette règle ne peut pas être appliquée, puisque le constructeur l’a justement utilisée aujourd'hui.

Aux États-Unis au moins, Apple a envoyé une notification App Store à tous ses utilisateurs pour les inciter à participer au programme (RED). Rappelons que certaines applications ont accepté de participer à cette opération caritative en faveur de la lutte contre le SIDA. Pendant quelques jours, tous les revenus générés sur l’App Store avec ces applications sont reversés pour lutter contre la maladie (lire : L'App Store vire au RED pour lutter contre le sida).

Une bonne cause, donc, mais fallait-il envoyer un push pour la mettre à nouveau en avant ? Cette notification est, en théorie, interdite par la règle 5.6 et si Apple ne la suit même pas, comment l’imposer aux autres développeurs ?

> Accéder aux commentaires

VLC cherche des bêta testeurs pour son retour sur iOS

| 01/12/2014 | 15:54 |  

Le retour de VLC dans l'App Store se précise. Son principal développeur a indiqué ce week-end que la version bêta de l'application était en attente de validation chez Apple. Une fois cette étape passée, jusqu'à 500 personnes pourront tester l'application avant le grand retour dans la boutique. Si vous voulez participer à la phase de bêta test publique, inscrivez-vous sur ce formulaire.

Photo Jay Reed CC BY

VLC ne figure plus dans l'App Store depuis mi-septembre. VideoLAN, qui n'a pas indiqué la raison de ce retrait, nous a expliqué que ce silence était absolument « nécessaire ».

> Accéder aux commentaires

Pages