Le développeur de l'app Guardian a contesté une règle de l'App Store, et il a gagné

Mickaël Bazoge |

Dans la foulée de la WWDC, Apple annonçait deux changements dans ses relations avec les développeurs, qui concernent les applications qui enfreignent les guidelines de l'App Store. L'équipe de validation ne bloquera plus les mises à jour des apps en question s'il s'agit de simples correctifs. Le second changement est plus profond : les développeurs qui le souhaitent peuvent contester une règle. Facebook s'est frotté à ce mécanisme pour son app Facebook Gaming, sans succès. L'application a fini par sortir, mais amputée de son catalogue de mini-jeux.

Une autre tentative a été couronnée de succès. Will Strafach, qui a créé l'application Guardian (firewall et VPN), a eu mi-août la mauvaise surprise de recevoir une demande d'Apple de retirer une des fonctions de l'app, en l'occurrence le Day Pass. Cet achat intégré débloque toutes les fonctions de Guardian pendant une journée, pour 1,09 €. Utile pour sécuriser le trafic sur son iPhone pendant un voyage avec du Wi-Fi non sécurisé, par exemple.

Apple a invoqué l'article 3.1.2 des guidelines, qui touche aux abonnements. L'alinéa a prévoit qu'un abonnement doit durer au moins sept jours. Problème : non seulement le Day Pass, comme son nom l'indique, ne dure que 24 heures, mais surtout… c'est un achat intégré, pas un abonnement. Fort de cet argument, et pour éviter de perdre cette fonction très populaire parmi les utilisateurs de Guardian, Will Strafach a donc décidé d'en appeler au nouveau mécanisme de contestation des règles.

L'appel a été formulé le 15 août, le développeur a obtenu gain de cause ce samedi. Le Day Pass restera donc présent dans la future version 2 de l'application. À l'heure actuelle, la règle 3.1.2 ne reflète pas le changement (la période d'abonnement sera-t-elle raccourcie à 24 heures ?). Will Strafach, qui n'a généralement pas sa langue dans la poche, se dit « assez impressionné » par cette nouveauté et par le délai d'exécution.

avatar marenostrum | 

Apple n'a pas pensé à ce cas de figure tout simplement et Guardian c'est la presse (pas évident de s'attaquer). ils vont le régler à la prochaine mise à jour de leur conditions de vente de App Store. et ça ne leur échappera plus ce genre d'abonnement horaire.

avatar redchou | 

@marenostrum

Non ce n’est pas « the guardian », c’est juste une application de VPN qui s’appelle Guardian...

avatar marenostrum | 

"Ce n’est pas un abonnement pour autant. La récurrence de l’abonnement étant planifiée dans le contrat. Dans l’achat unique ça n’existe pas donc ce n’est pas un abonnement"

1. En termes de jurisprudence, abonner, c'est réduire à une certaine somme, un droit, un prix certain, qui est à payer. Le Littré

même l'achat unique ils te laissent pas le passer dans l'interface de ton app.

avatar Bigdidou | 

@marenostrum

« 1. En termes de jurisprudence, abonner, c'est réduire à une certaine somme, un droit, un prix certain, qui est à payer. Le Littré »

Le Littré. Donc en 1850... :D
C’est sûr que la définition « d’abonnement » qui y figure va être d’un apport utile ici :D
Pour ceux qui ne connaissent pas le Littré (et n’ont aucune raison de connaître ce dictionnaire obsolète, d’intérêt uniquement historique et littéraire) voici , par exemple, sa définition de « nègre » : « nom qu'on donne en général aux habitants noirs de l'Afrique ».

Pourquoi sors-tu une définition du Littré dans cette discussion ? Mystère.

Ta façon de penser est inadaptée dès le choix de tes sources, c’est fascinant.

avatar marenostrum | 

Les meilleurs dictionnaires sont les plus vieux. Parce que les mots datent c’est pas nous qu’on les a inventés.

avatar Bigdidou | 

@marenostrum

« Les meilleurs dictionnaires sont les plus vieux. »

Il n’y a pas de bons et mauvais dictionnaires, qui sont des outils, mais des dictionnaires adaptés ou non à l’usage qu’on en fait.

La langue évolue. Dans une discussion technique du XXIe siècle, aller chercher cher le sens d’un mot en 1850 est un non-sens.
En revanche, si c’est pour comprendre un mot ou son contexte en lisant Zola, c’est parfaitement adapté.

En l’occurrence, il ne s’agit ici pas d’un abonnement au sens technique qu’on lui donne en 2020, le seul qui compte ici, Apple a reconnu l’erreur, tout va bien.

avatar marenostrum | 

c'était pour montrer que c'est pas la définition du mot (le débat plus haut) qui a posé problème à Apple. l'interface en anglais est explicite en fait, et ne laisse aucun doute de compréhension.

d'ailleurs au départ j'ai compris qui lui voulait s'échapper à Apple Store et sa commission de 30%. si tout passe par App Store, ce n'était qu'un problème technique surement. peut-être Apple n'avait pas prévu de limiter les souscriptions pour un jour.

sur le net ça existe depuis longtemps ce truc. un ex https://nitroflare.com/payment

et puis Le Littré explique que l'abonnement c'était fait pour baisser le prix d'un service. celui qui fait un trajet tous les jours de payer moins que celui qui le fait une seule fois. vu ici l'irritation que déclenche ce mot, montre que la plupart ne le savent pas. pour ça les vieux dicos sont les meilleurs.

avatar Inconnu-Soldat | 

C’est cela et celui qui s’est acheté une baguette chez le boulanger il s’est abonné ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR