Abonnements in-app : Apple en abus de position dominante ?

Nicolas Furno |

Apple a présenté hier ses plans concernant les abonnements liés aux applications iOS : l'entreprise récupère 30 % de l'abonnement quand il est souscrit à l'intérieur d'une application (abonnements in-app)  ; si l'abonnement a été souscrit à l'extérieur de l'application, Apple ne touche rien dessus (lire : Abonnements : Apple répond à la presse). Ces nouvelles conditions répondent à une partie des attentes, mais elles ne font pas le bonheur de tout le monde.

Plusieurs éditeurs de contenu ont indiqué fait part de leur mécontentement depuis l'annonce d'Apple, à commencer par Rhapsody, service payant d'écoute de musique en streaming uniquement aux États-Unis. Jusque-là, les abonnements étaient tous souscrits en dehors de l'application, sur le site de Rhapsody. Avec les nouvelles conditions d'Apple, l'application doit supprimer les liens vers l'abonnement externe et surtout proposer des offres équivalentes directement dans l'application. Impossible selon le service d'écoute qui précise réfléchir à une réponse "commerciale et légale".

Le Wall Street Journal a de son côté interrogé des spécialistes des lois américaines sur l'antitrust. Tout le débat porte sur la situation d'Apple et de sa tablette : si l'iPad est considéré comme étant en position dominante, alors Apple peut être jugée pour un abus de cette position en imposant aux éditeurs de passer par les abonnements in-app. Reste que prouver qu'Apple est en position dominante est aujourd'hui complexe : les tablettes ne sont pas le seul moyen d'accéder au contenu et même si l'iPad domine le marché des tablettes, il ne domine pas le marché des contenus. Il faudrait qu'Apple domine dans les abonnements numériques pour qu'une procédure antitrust puisse être sérieusement envisagée.

via AppleInsider


avatar fel-x | 
Si position dominante il y a, n'est-elle pas juste temporaire ?
avatar properso | 
Le scandale est qu'apple oblige a proposer un système In app au MEME prix que le système externe ! Qu'ils obligent a proposer leur système en acceptant que le fournisseur de contenu facture les 30% de ponction pour l'abonnement In-app serait plus juste... Car entre un système externe ou un système intégré plus simple au meme prix, l'utilisateur aura vite fait son choix, et si le fournisseur de contenu veut rentrer dans ses frais, il va être obligé d'augmenter les tarifs de son abonnement alternatif des 30% de commission d'Apple... Ce qui me parais plutôt limite légalement parlant, c'est d'interdire une tarification différente que des abonnements externes, qui ne les concerne pas (aucune utilisation de serveurs Apple) ...
avatar Homer Simpson | 
« en imposant aux éditeurs de passer par les abonnements in-app. » Euh... Il me semblait qu'Apple AUTORISE les abonnements à des services HORS AppStore, SANS donner ces fameux 30% à Apple. Avec trois conditions : - offrir _aussi_ l'achat InApp via l'AppStore - l'achat InApp ne doit pas être plus cher - l'achat sans passer par l'AppStore et sans frais de 30% doit être fait proprement : pas par des liens mais via un système d'authentification à mettre en place (à programmer) dans l'App, par l'éditeur.
avatar tigre2010 | 
@ oomu : Le hic c'est que la justice c'est une balance, on en fait ce sur l'on veut. Y a qu'a regarder la taxe sur la copie privée.
avatar marcplemay | 
Le soucis, c'est qu'avec l'adaptation par Apple de la clause de la nation la plus favorisée(l'obligation que le prix proposé sur l'App store soit toujours le moins cher ) , Apple va forcer les éditeurs a augmenter mécaniquement les prix des abonnements pour TOUTES les plateformes, même celle qui ne sont pas iOS , même celle qui ne demandent aucun % sur les abonnements. Trés bien expliqué dans cet article de numerama : http://www.numerama.com/magazine/18076-apple-referme-le-piege-sur-les-editeurs-de-presse-pour-ipad.html Y'a vraiment des coups de pieds au cul qui se perdent.
avatar adrianweatherly | 
@marc_os C'est donc trois conditions de trop. C'est vraiment pas compliqué à comprendre qu'un acteur n'a pas à contrôler toute la chaîne de valeur. Et comme les consommateurs sont irresponsables et non avertis, il faudra bien un jour que quelqu'un s'en occupe (justice ou auto-censure des éditeurs) ! @lukasmars Très bon article effectivement. In fine, c'est donc le consommateur qui va y perdre.
avatar daxr1der | 
@ greggorynque +1 Tu as mis le doigt sur le vrai problème : ces obligations imposées par Apple vont conduire les éditeurs à augmenter leur tarif hors iTunes. Il est impensable d'imaginer qu'ils puissent abandonner 30% du prix de vente, alors que le secteur est déjà en crise !
avatar Abudah237 | 
@ Tibiniou : Sauf que le coût de distribution hors AppStore, c'est loin d'être transparent. La réalité, c'est que certains veulent le beurre et l'argent du beurre. Honnêtement, si il y a un tarif moins cher hors AppStore pour la même chose, tout en permettant aux journaux de se décharger de la distribution sur Apple, Apple perd de l'argent.
avatar tigre2010 | 
@ Tibiniou : Si les éditeurs montent leur prix hors iTune , cela conduira les clients sur iTune. Mais j'en doute, les gens ayant l'habitude de lire un journal et non via internet, ne vont pas se jeter sur un iPad.
avatar RaZieL54 | 
@oomu +1 La position dominante n'est en rien illégale, ce sont les pratiques illégales liées à cette positions qui sont condamnées. Microsoft a été maintes fois condamné, non pour sa position dominante, mais pour ses pratiques illégales permettant d'instaurer et maintenir cette position. Et effectivement à la listes des entreprises condamnées il faut ajouter la toute premiere, pour qui l'etat américain a justement du creer les lois antitrust: Rockfeller. Et microsoft a été l'entreprise qui a provoqué par ses abus manifeste la plus grosse révision et mise a jour des lois antitrust américaine. @marc_os Effectivement c'est aussi ce que j'ai compris en lisant. En plus la clause de non-exclusivité pousse meme l'editeur a proposer une solution égale à celle qu'Apple, ce qui éteint pratiquement d'office toute contestation anticoncurrentielle... d'un point de vue mécanique, pour l'éditeur la solution iApp revient de toute façon moins cher, ne serait ce qu'a cause des coûts de développement d'une solution commerciale de site. Le service juridique et marketting d'Apple a fait très fort sur ce coup la. @lukasmars Numerama ne dois pas interpréter ce texte de la même manière que je le comprend. Je les suspecte d'ailleurs d'avoir un certain parti pris anti-Apple quelque peu primaire vu les termes utilisés. Pour Rhapsody, je ne vois pas ou est le problème, s'ils sont de bonne fois. Que l'abonnement soit contracté en dehors de l'iApp ou en interne ne change rien techniquement, si ce n'est que le systéme de controle de validité se retrouve sur l'iApp déchargeant ainsi la complexité de la mise en oeuvre sur le site. Par contre si l'objectif de Rhapsody était de changer ses conditions d'abonnement unilatéralement dans le futur, la effectivement ca va poser problème. EDIT: J'avais quelques doutes concernant la bonne foi de Rhapsody dans l'histoire. Apres renseignement, ces doutes sont renforcés: la petite Rhapsody est en fait une joint-venture entre RealNetworks, producteur de RealPlayer entre autre et de MTVNetworks filiale de Viacom elle même constituée par Warner (industrie du divertissement) et American Express (oui, les cartes bancaires). De ce point de vue je comprend mieux les velleités de Rhapsody contre Apple.... allez voir ici ce qui se cache derrière Rhapsody http://fr.wikipedia.org/wiki/Viacom Il est clair que les pratiques de l'industrie de l'edition, condamnées elles a maintes reprises, ne serait ce qu'en France, vont prendre un mauvais coup. Alors effectivement toutes les gesticulations, diffamations et intimidations vont bon train pour tenter de bloquer Apple. Mais en l'état actuel, Apple ne peut rien se voir reprocher de la part de la justice.
avatar adrianweatherly | 
@rom54 Oui enfin, Rhapsody perd 30% de ses revenus pour tous les abonnements qui seront souscris sous l'App Store. Je serais curieux de voir la réaction de certains si on leurs retirait un tiers de leurs revenus pour les donner à une entreprise tiers. Par contre, c'est clair que Apple est condamnable moralement mais pas juridiquement.
avatar RaZieL54 | 
Et il est moral selon toi d'utiliser une plateforme de diffusion, ses systèmes de sécurité, sa visibilité et ses serveurs gratuitement alors qu'on en fait une exploitation commerciale très rentable? En quoi Apple est elle condamnable moralement?
avatar adrianweatherly | 
Et les 99$ par ans, cela sert à quoi ? A maintenir la "plateforme de diffusion, ses systèmes de sécurité, sa visibilité et ses serveurs". De plus Apple ne se plaint absolument pas des coûts d'exploitation de l'app store ! Pourquoi dois-tu justifier ton consentement avec des arguments que même Apple n'avance pas ? "En quoi Apple est elle condamnable moralement ?" - Je convainc les éditeurs d'investir sur ma plateforme iPad sans contrainte ; - Les éditeurs me font confiance et valorise mon produit auprès du grand public ("le sauveur, l'avenir, ...") ; - Un an après, je leurs oblige de proposer ma solution d'abonnement au risque de supprimer les investissements fait ; - je leur prélève 30%, chose qu'aucun autre intermédiaire n'a pratiqué avant ; - je favorise mon système d'abonnement en contrôlant le contenu des applications (du jamais vu sur un OS je pense !) ; - je met une clause "de la nation la plus favorisée", pour interdire toute concurrence des autres plateformes ; - je discrimine certain ouvrage à mon bon vouloir (ex : le karmasutra, juste un des plus grands ouvrage de l'histoire de l'humanité) ; - je cloisonne aux maximum mes utilisateurs dans mon écosystème ; - ... Si tu ne vois pas pourquoi, c'est dommage pour toi !
avatar Abudah237 | 
@ yoa : C'est quoi ce truc de "30%, chose qu'aucun intermédiaire n'a pratiqué avant" ? Je pense que pas mal ici se font des idées sur la marge prise par les distributeurs. Je n'ai plus le lien, mais elle peut aller jusqu'à 50%, voire plus dans certains cas.
avatar Abudah237 | 
@ yoa : Et le Kamasutra est sur l'AppStore, prière de ne pas troller. Sachant que "plus grand ouvrage de l'histoire de l'humanité", ça se discute...
avatar adrianweatherly | 
Quel troll ? Apple n'avait-elle pas banni l'implémentation du projet Gutemberg comme elle avait banni l'application du caricaturiste Mark Fiore ? Pour le Karmasutra, j'ai écrit que c'était "un des". Et bien sur que c'est un ouvrage très important pour l'humanité puisqu'il évoque la vie en société dans l'Inde ancienne. Je pense que beaucoup de personnes devraient le lire, surtout les lobbies puritains américain.
avatar Florian1293 | 
une entreprise qui met en place son propre système d'abonnement^doit faire face au coût de ce système. qui est forcément répercuté dans le prix de vente. il représente peut-être moins de 30%, mais il existe quand mm. après la rentabilité devient alors une affaire de seuil d'exemplaires vendus
avatar Bernadette Douenne | 
@abstract Si on devait laisser crever tout les secteur en crise, avoir un travail deviendrait un luxe, et on aurait vite fait de revenir au moyen âge...
avatar RaZieL54 | 
@jun.in.mess HS, mais au moyen-âge avoir un travail était un luxe et ne pas en avoir en était un plus grand encore ;) Le luxe aujourd'hui c'est d'avoir un travail vraiment rentable et que l'on aime...
avatar SimR69 | 
test
avatar agerber | 
Ce qui est étonnant c'est un fabricant d'OS ponctionne une taxe de 30 % sur les applications sur son OS. Quel est le travail d'apple dans rapsody vu que ce n'est pas lui qui gère la partie technique ? Bientôt Apple va t il ponctionner 30% sur vos commande de pizzas chez pizza HUT , via son application ?
avatar ryanux | 
Ha j'aime l'exemple de la pizza. :P
avatar Florian1293 | 
Apple n'est pas ici un fabriquant d'OS, mais un distributeur de contenu, comme un libraire. Elle héberge, distribue, facture, grâce à ses serveurs de l'AppStore. tout cela a un coût. peut-être que ce coût serait inférieur à 30% si les éditeurs le faisaient eux-même, mais qui dit qu'ils auraient la même efficacité....et ça, ça se paient aussi. rappelons qd mm que dans la grande distribution (qui n'est pas un modèle) Les marques paient des marges arrières pour simplement avoir le DROIT d'être dans les rayons....et c'est marges arrières peuvent représenter 30à35% du prix parfois....
avatar Elyandrah | 
si tu les commandes chez Pizza Hut, Apple devrait prendre 80% ;-)
avatar fel-x | 
Il semble logique que compte tenu de l'infrastructure que fourni Apple, une dime leur revienne. Peut-être est-elle trop importante, mais il faudrait voir au cas par cas.
avatar adrianweatherly | 
Ce n'est pas le problème. Si les éditeurs de contenu souhaitent utiliser le système d'abonnement Apple. La commission (quelque soit le montant) est parfaitement justifié. Sauf, que dans le cas présent, les éditeurs sont OBLIGES de passer par le système Apple même s'ils disposent déjà de leurs propres systèmes. ET, de plus, le prix de l'abonnement sur le système Apple doit être OBLIGATOIREMENT le moins cher.
avatar Abudah237 | 
@ yoa : Il doit être au même prix, ce qui est totalement normal, sinon comme je l'ai dit tout le monde va passer en dehors, mais en continuant d'utiliser l'infrastructure Apple, et donc mécaniquement Apple perd de l'argent. Encore une fois, les éditeurs (ou certains qui parlent plus fort que les autres) veulent tout le gâteau. On est dans une ultime phase de négo, c'est sans doute normal, mais il ne faut pas forcément tout prendre comme du bon pain.
avatar ibabar | 
Pourquoi tu dis qu'ils utiliseraient l'infrastructure d'Apple en faisant en externe ? Actuellement, les contenus des applis ne passent pas par Apple (sauf le push car Apple l'impose). C'est clair, je n'achèterai aucun contenu dans ces conditions. Apple en veut trop et là je pense qu'il est allé trop loin.
avatar Florian1293 | 
2 erreurs : Les éditeurs ne sont pas obligés : - si l'abonnement a déjà été souscrit sur leur site, une gestion des comptes abonnés dans l'App suffit. par contre, Apple exige qu'il n'y ait plus de lien vers le site à l'interieur de l'application....là c'est limite. - le prix doit être inférieur OU EGAL à celui de l'abonnement extérieur à l'App
avatar valentinnb | 
De toute façon, d'ici 2 ans, Android va également dominer le marché des tablettes. Donc, même si je suis totalement en désaccord avec cette politique d'Apple, il faut pas déconner non plus. Antitrust, c'est un hors sujet.
avatar DoudouOSX | 
Sur Zinio ou Relay, il n'est pas rare que le prix des abonnements soient jusqu'à 80% moins cher que l'achat au numéro, ce qui montre clairement que les diffuseurs ont une marge considérable et peuvent se permettre de reverser 30% à Apple pour profiter des avantages de l'AppStore sans que leur business ne soit remis en cause. C'est juste que personne n'aime devoir baisser ses marges et certains espéraient que Apple allait offrir gratuitement l'accès à leur plateforme de distribution indéfiniment: c'était une erreur. Tout ça c'est du business et le marché décidera si les 30% sont exagérés ou pas. A terme, les économies faites par les diffuseurs sur la distribution numérique par rapport à la presse papier et le fait que l'AppStore donne accès à une diffusion MONDIALE compensera largement les pertes initiales j'en suis convaincu.
avatar Patfem | 
Et les frais de distribution des magazine. Vous croyez que les vendeur de magazine ne prenne pas de l'argent ? Je serais curieux de savoir combien revient a l'éditeur sur un magazine acheter en magasin 10€ ! Alors c'est sur tout le monde peut travailler gratis mais je doute que cela soit viable !!! (ironie inside) De plus, si les éditeurs ont leur propre offre ils doivent aussi prendre en charge l'hébergement et tout cela a un coût ! Alors le point de discussion n'est pas de savoir si Apple doit prendre une commission mais bien sur l'importance de cette commission.
avatar agerber | 
Pas mal d'erreurs : 1/ Aucun rapport entre une distribution physique et un robot qui ne fait qu'opérer une transaction financière 2/ Les éditeurs passant par le store comme rapsody gèrent eux même leur hébergement de fichiers. 3/ Apple ne s'occupant que de la transaction d'achat en prenant une taxe de 30% pour ce simple role. Manquerait plus que Visa fasse pareil, a chaque transaction par CB , hop +30 % , facon apple ,! Faut bien qu'eux aussi puissent s'acheter des robinets en or, sur tout le traffic financier..
avatar mien | 
le commerçant paye pour chaque payement carte et c'est un prix fixe donc pour le payement par carte d'1 euro on doit largement dépasser les 30% de frais bancaires... d'où le montant minimum qu'impose de nombreux commerces.
avatar ibabar | 
Personnellement, j'ai un engagement avec mon opérateur et je ne peux pas changer de mobile tous les 4 matins. En plus le propos "t'es pas content tu te casses" est un peu caricatural (voire puéril)
avatar mien | 
En même temps, quand vous payez par carte dans un magasin le commerçant a des frais bancaires qu'il n'a pas si vous payez en liquide. Il a le droit de refuser le payement par carte bancaire mais il ne peut pas vous faire payer plus cher pour cela. De toute façon si un journal diffuse son édition depuis son site, il doit quand même payer les infrastructures et le personnel et 30% du prix n'a rien d'exagéré dans ce cas là.
avatar ibabar | 
Le commerçant n'a pas un surcoût de 30% Si le prix valait ce qui est proposé, les éditeurs ne râleraient pas. On leur force la main.
avatar PtitRital67 | 
personne ne leur force la main pas content? TU DEGAGES DE LA PLATEFORME (ou procès s'ils veulent tester...) on verra qui vraiment aura à y perdre dans l'histoire...
avatar Oh la belle Pomme | 
@ jodido : Tu dégages, ok, mais où ? Peut on héberger sa propre application iOS ? Il me semble que non ! La distribuer par ses propres moyens ? Il me semble que non ! Existe il des stores alternatifs ? Il me semble que non ? Une WebApp permet elle de proposer le téléchargement de contenu sur le device pour pouvoir consulter hors ligne ? Je pose la question.
avatar PtitRital67 | 
euh ben il reste google, hp et tout les autres non? sinon ils peuvent aussi faire l'impasse sur le numérique hein!
avatar Oh la belle Pomme | 
Ce serait dommage. Un si beau (et bon) contenant. M'enfin, on verra...
avatar DoudouOSX | 
Tu donnes la réponse à ta question: l'application Web est une alternative (Playboy va passer par ce moyen de distribution). Mais une autre alternative est de ne pas proposer le contenu sur la plateforme iOS: tous les éditeurs de logiciels n'ont pas une version Mac, alors c'est le même principe. La question est alors de savoir si l'attrait de la plateforme iOS est suffisant pour que les diffuseurs voient plus d'intérêt que d'inconvénients aux conditions mises par Apple. Steve Jobs parie que oui et je pense qu'il a (une fois de plus) raison: l'avenir nous dira ce qu'il en est, mais dans le pire des cas, il suffira à Apple de baisser sa commission pour retourner la situation.
avatar Oh la belle Pomme | 
Playboy, c'est un peu special, ce n'est pas par choix non plus, c'est parce qu'il y a tototes. Et comme chacun le sait, la totote c'est mal.
avatar snark | 
Oui je te confirme qu'avec les fonctionnalités de stockage local mises à disposition dans Safari mobile (HTML5 Web Storage) qui sont similaires à une base de données SQL, il est techniquement tout a fait possible de faire une Web App identique aux versions natives. Même la synchro iTunes permet le transfert de ces contenus d'un appareil à l'autre en cas de migration.
avatar ibabar | 
1 - j'ai acheté mon mobile avant cette règle pourrie 2 - maintenant avoir un iPhone ça fait plus mouton que hype 3 - ta réponse est éloquente
avatar Tibimac | 
En ce qui concerne les inquiétudes de Rhapsody, je reste dubitatif. - Last FM fonctionne déjà comme ça : on s'abonne sur le site, il y a une appli gratuite (qu'il faut aller cher sur le store anglais ou US). Il n'y a aucun lien de l'application vers le site de Last FM, et, bien mieux, chaque morceau streamé a droit à un lien... vers l'iTunesStore. Last FM semble avoir trouvé son intérêt dans un partenariat étroit avec Apple, pourquoi pas d'autres ? - Spotify : il faut s'abonner sur le site également. Il n'y a pas de lien direct vers la page d'abonnement à Spotify sur l'application iPhone. Mais ils sont plus subtils que ça : il y a par contre un lien vers la page d'aide du site à partir de laquelle, bien entendu, on accède très facilement à la page d'abonnement. Comment Apple va réagir ?
avatar marcplemay | 
En France, ce système ne tiendra pas, les éditeurs ont déjà avertis qu'ils allaient saisir les autorité compétentes. En plus, je ne vois pas pourquoi vendre son âme à Apple; après une légère augmentation des abonnements à la sortie de l'iPad, on a ensuite assisté a un véritable effondrement aux USA. Et pourtant, aux states, les abonnement annuels sont bien moins chers qu'en France ( TVA reduite, et politique commerciale totalement differente et plus egressive qu'en Europe) Et c'est aussi le problème; le calque des conditions US au reste du monde sans tenir compte des spécificités des autres pays. Apple applique juste le modèle du MINITEL. Commissions sur toutes les transactions et impossibilité de sortir du cadre technique imposé par le fournisseur.
avatar chmgd | 
Fondamentalement, je ne suis pas convaincu que l'électronique est une planche de salut pour la presse. Il y a probablement un créneau à aller chercher mais sans plus. Pour le fond de la question, une compagnie propose un modèle de distribution. Ça plaît, tu prends; ça plaît pas, tu vas voir ailleurs ou tu mets en place ton propre système. Il n'y a pas de raisons de s'énerver : )
avatar Homer Simpson | 
Apple ne demande pas de prix supérieur pour personne : Apple dit au contraire que les achats "in-app" ne devront pas être plus chers que les achats qui seront faits via les solutions propriétaires des éditeurs.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR