Apple Pay : Apple sous le coup d'une accusation d'abus de position dominante en Europe

Stéphane Moussie |

Les ennuis continuent pour Apple en Europe. À la suite d'une enquête ouverte en juin 2020, la Commission européenne a informé Apple d'un possible abus de position dominante sur le marché du paiement mobile sur iPhone.

« Nous disposons d'éléments nous indiquant qu'Apple a restreint l'accès de tiers à la technologie clé nécessaire pour développer des solutions de portefeuilles mobiles concurrentes sur les appareils d'Apple, déclare Margrethe Vestager, la vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence toujours à la manœuvre. Dans notre communication des griefs, nous avons considéré, à titre préliminaire, qu'Apple pourrait avoir restreint la concurrence, au profit d'Apple Pay, sa solution propriétaire. S'il était confirmé, un tel comportement serait illégal au regard de nos règles en matière de concurrence. »

Margrethe Vestager, le 2 mai 2022. Image European Union

Seul Apple Pay peut exploiter la puce NFC de l'iPhone pour du paiement mobile sans contact, et ce depuis le lancement du service en 2014. Or, les conditions d'utilisation d'Apple Pay, notamment la commission prise par Apple sur chaque transaction, ont été très critiquées par différents acteurs à travers le monde. « [Les banques] se sentent contraintes d’accepter, car leurs clients sont très demandeurs de ces nouveaux services », avait commenté l'année dernière la présidente de l'Autorité française de la concurrence, qui se disait très vigilante à l'égard d'Apple Pay.

Les services qui ne veulent pas se plier aux conditions d'Apple peuvent imaginer d'autres techniques de paiement, comme le font WeChat ou Lyf Pay avec des QR code, mais la Commission européenne note que « la technologie NFC offre une expérience de paiement plus fluide et plus sécurisée, et bénéficie d'une plus large acceptation en Europe. »

En restreignant la NFC de l'iPhone à Apple Pay, le régulateur européen estime qu'Apple « produit des effets d'éviction pour ses concurrents, affaiblit l'innovation et restreint le choix des consommateurs en ce qui concerne les portefeuilles mobiles sur iPhone. »

Durant l'investigation, Apple avait tenté de se défendre en arguant qu'Apple Pay contribuait à la concurrence du secteur bancaire en faisant cohabiter au sein d'une même app, Wallet, de grandes banques comme de petits établissements. Jennifer Bailey, la responsable du service, avait également tenté de minimiser l'importance d'Apple Pay sur le marché européen en faisant valoir que 70 % des consommateurs européens achètent des smartphones Android incompatibles avec Apple Pay, qu'il est possible d'utiliser d'autres méthodes de paiement que la NFC sur iPhone et que le paiement mobile reste très largement minoritaire.

La Commission européenne ne prononce aucune sanction pour l'heure, la communication des griefs est une étape formelle des enquêtes permettant aux accusés de prendre connaissance des éléments contre eux et d'y répondre. La communication présentée aujourd'hui ne porte que sur l'accès restreint des développeurs tiers de portefeuilles mobiles à la NFC pour les paiements en magasin. Pas de griefs communiqués à ce stade sur les deux autres aspects de l'enquête, à savoir les restrictions en ligne et les refus d'accès à Apple Pay que subiraient certains concurrents spécifiques.

Ce coup de semonce intervient alors que la nouvelle législation européenne sur les marchés numériques (DMA) prévoit que les développeurs aient accès aux composants des smartphones dans des conditions équitables. Autrement dit, le DMA pourrait forcer Apple à ouvrir la NFC de l'iPhone à d'autres services. En conférence de presse, Margrethe Vestager a balayé d'avance l'argument de sécurité que l'entreprise pourrait invoquer pour échapper à cette future obligation. La bête noire d'Apple ne compte pas attendre l'entrée en vigueur du DMA pour agir, elle veut « faire avancer cette affaire aussi vite que possible. »

« Apple Pay n'est qu'une des nombreuses options offertes aux consommateurs européens pour effectuer des paiements, a réagi l'entreprise. Nous continuerons à collaborer avec la Commission pour garantir que les consommateurs européens aient accès à l'option de paiement de leur choix dans un environnement sûr et sécurisé. »


avatar Cinefil | 

J’ai un peu de mal à saisir le problème. Certes Apple profite de sa situation dominante, mais elle offre un gage de sécurité qui rassure les clients de cette manière. Ceux qui ne sont pas satisfaits par cette proposition ont d’autres solutions, donc une concurrence, avec les smartphones Androïd.

avatar hogs | 

Apple restreint l'accès au NFC aux applications de payement sans contact

avatar Cinefil | 

@hogs

Oui… sur ses appareils. Ça me semble normal en fait. On ne peut pas payer avec une autre application mais en même temps, Wallet assure une sécurité qui fait qu’on peut l’utiliser les yeux fermées, alors que les applis tierces, rien ne peut nous l’assurer…

avatar raoolito | 

@Cinefil

c'est le noeud du probleme, "ses" appareils ne sont plus les siens à partir d'un niveau critique de quantité disponibles sur le marché. On pourrait sans probleme reporter certaines questions sur le mac aussi, sauf que celui-ci est largement plus minoritaire sur le marché informatique que l'iphone ne l'est sur le marché des portables. Ajoutez le marché des tablettes et des montres connectées et vous depassez cette masse critique.
la rançon du succès en quelque sorte...

avatar hogs | 

C'est la responsabilité de l'utilisateur de choisir à qui il veut faire confiance.
Les banques sont dignes de confiance pour y mettre son argent, effectuer des transferts, etc. et pas fiables lorsqu'il s'agit de payer avec ?

avatar Cinefil | 

@hogs

Oui mais est ce que sur des questions comme l’argent et l’identité, il est pas plus simple de faire un cadre strict et sécurisé pour tous les utilisateurs, du nerd expert à la mamie du cantal, afin d’éviter justement les abus de confiance faciles ?

avatar iPop | 

@Cinefil

On peut faire un cadre oui, d’ailleurs il en existe mais le challenge est de les respecter.

avatar Shawny | 

@hogs

Du coup si l’utilisateur a choisi de faire confiance à Apple en achetant son iPhone, alors tout va bien non ? ;)

avatar iPop | 

@hogs

Vous avez un peu la mémoire courte. Vous vous rappelez quand Samsung a lancer le payement sans contact et qui fut lancer à la va vite. Le résultat fut une catastrophe en terme de sécurité avec les dégâts qui vont avec.

avatar killabling | 

Ah pas vu,je devais pas être encore née du haut de mes 40ans!!!

avatar r e m y | 

Mais une banque pourrait mettre sa carte dans Wallet de la même façon ! Ce qui bloque c'est l'interdiction d'utiliser la NFC, pas l'accès à Wallet qui est totalement libre.

avatar Krysten2001 | 

@r e m y

Qui vous qu’elles utiliseront Wallet ? Wallet est à Apple.

avatar r e m y | 

Non Wallet n'est pas à Apple... Wallet est une fonctionnalité des iPhones, mise à disposition de tous les développeurs par Apple.
Et je ne vois pas pourquoi une banque qui développerait une solution de paiement sans contact se passerait de Wallet qui permet à la carte d'être appelée au 1er plan dès la détection d'un terminal de paiement.
( et si l'une de mes banques quittait ApplePay pour proposer une solution n'utilisant pas Wallet, je changerais de banque... je commence à avoir l'habitude, je change de banque ou j'ouvre un nouveau compte dans une nouvelle banque 1 à 2 fois par an depuis quelques années)

avatar BLM | 

@r e m y

Il n'empêche que pour l'instant, les banques n'ont pas jugé utile d'intégrer leur carte à Wallet.
Ce qui ne permet pas d'utiliser l'authentification Apple (Face ID ou Touch ID) Pour des paiements en ligne.
Je soupçonne (voire plus) les banques de vouloir entraver les activités bancaires de Apple sous prétexte de manœuvre anti concurrentielle Sur la base de la non ouverture de la puce NFC. Le paiement dématérialisé avec un smartphone va au-delà de l'utilisation du smartphone sur un terminal de paiement sans contact. Il n'empêche que les banques restent crispées sur l'utilisation matérielle de leur carte (avec des procédures de mise en place et des mesures d'authentification dignes de 1980) sans proposer de méthode moderne, ce qu'elles seraient pourtant en position de faire (pour autant que je ne me trompe pas. Je n'ai pas creusé la question).

avatar r e m y | 

Mais à quoi ça leur servirait aujourd'hui d'intégrer leur carte à Wallet, vu qu'il leur est interdit par Apple d'utiliser la NFC pour payer sans contact ??? Leur carte serait jolie dans Wallet, mais inutilisable le protocole de communication nécessaire étant justement la NFC!

(Cela dit ce n'est pas tout à fait exact, car certains services de paiement par lecture de QRCode existent et ont leur carte, avec le QRCode, dans Wallet)

avatar Krysten2001 | 

@r e m y

Apple ne leur interdit pas.

Les banques cherchent à entraver la concurrence car elle n’arrive pas à faire mieux avec leur carte.

avatar r e m y | 

Apple n'interdit pas l'usage de la NFC des iPhone pour le paiement sans contact???
Mince, vous avez un scoop là... 😳

avatar Bigdidou | 

@Cinefil

« Wallet assure une sécurité qui fait qu’on peut l’utiliser les yeux fermées, alors que les applis tierces, rien ne peut nous l’assurer… »

C’est beau la confiance de l’amour, mais, non.
Les appli tierces n’assurent ni plus ni moins de sécurité.
Par quel miracle ?

avatar byte_order | 

On se demande comment certains ici osent encore venir visiter ce site. Il n'est pas sécurisé par Apple, son certificat SSL provient d'un tiers, il est hébergé par un autre tiers, mais les gens continuent de venir dessus sans crainte, incroyable.

Je propose que Safari propose désormais une option "bloquer les sites web non sécurisés par Apple".

J'imagine que ces mêmes personnes n'utilisent jamais Google pour chercher quoi que ce soit sur Internet, elles font uniquement leur recherche via... via, ah ben non, Apple n'a pas de moteur de recherche.

avatar byte_order | 

@Cinefil

> Oui… sur ses appareils.

Non.
Sur des appareils qu'elle a vendu à autrui. Vous louez votre iPhone à Apple, vous !?
La puce NFC d'un iPhone vendu ne lui appartient plus.
Et pourtant elle s'en reserve l'exclusivité de pouvoir l'utiliser pour faire des communications permettant des paiements sans contact, et donc exclusivement à son profit.

Sans la puce NFC qui appartient au propriétaire de l'iPhone, Apple Pay ne génère aucun profit pour Apple car aucune transaction sans contact ne peut avoir lieu avec l'iPhone d'autrui.
Apple squatte une puce NFC qui ne lui appartient plus pour son seul bénéfice. Ni le propriétaire de l'iPhone ni les développeurs tiers n'ont la possibilité de l'utiliser librement.

Et ça, c'est un abus de contrôle sur une plateforme vendue créant une entrave à la concurrence, et là elle est clairement volontaire, afin de booster artificiellement les profits issu du service annexe Apple Pay d'Apple.

> Ça me semble normal en fait.

Pas à la commission de l'UE.
A votre avis, qui est celui qui décide le plus probablement ce qui est normal ou pas dans l'UE ? Vous, moi, Apple ou l'UE ?

> On ne peut pas payer avec une autre application

Et en quoi cette impossibilité n'est pas une entrave !? Et pour l'utilisateur qui pourrait le souhaiter, et pour les développeurs d'apps qui pourraient souhaiter le proposer ?

En quoi cette impossibilité, arbitraire et mise en place par Apple, ne bénéficie pas directement à Apple de manière déloyale, du fait qu'aucune autre app n'a la possibilité d'exploiter un composant physique, vendu, qui n'appartient donc plus à Apple, mais critique pour réaliser des paiements sans contact ???

Les iphones seraient loués par Apple, vous auriez raison. Mais c'est pas le cas.

avatar Bigdidou | 

@byte_order

Oui, c’est plus clair que je que j’essayais d’écrire.
Je comprends pas bien comment (ni pourquoi) contester ça..

avatar Godverdomme | 

Dire: Apple est tout permis, ceux qui ne sont pas contents n'ont qu'à aller sur Android est stupide

avatar Cinefil | 

@Godverdomme

Il n’est pas question d’accorder toute permission à Apple, mais quand on choisit un de leurs produits, on connait les règles et on les accepte, autant que ceux qui choisissent un Androïd.

avatar Bigdidou | 

@Cinefil

« Il n’est pas question d’accorder toute permission à Apple, mais quand on choisit un de leurs produits, on connait les règles et on les accepte, autant que ceux qui choisissent un Androïd. »

Heu, on parle de concurrence ici.
Il ne s’agit pas ou peu directement de l’utilisateur, mais d’une fermeture à la concurrence d’Apple Pay.
Cette concurrence est nécessaire à des tas de choses et nous est en tant que consommateurs finalement et indirectement en principe bénéfique.
Mais cela n’est pas forcément l’objectif premier.

De toute façon, il ne s’agit ici que d’introduire du choix, et je suis toujours pour.

avatar Krysten2001 | 

@Bigdidou

L’iPhone n’est pas un marché appart. L’iPhone a de la concurrence et Apple Pay aussi.

avatar bibi81 | 

L’iPhone a de la concurrence

Ce n'est pas le sujet.

Apple Pay aussi.

Bah non, c'est justement ce qui est reproché à Apple.

avatar Bigdidou | 

@Krysten2001

« L’iPhone n’est pas un marché appart. »

Non, c’est un marché de smartphones : on peut pas habiter dedans.

« C’est comme si on voulait interdire à Tesla de mettre son logiciel auto car il faut de la concurrence dans sa voiture… »

Non.

avatar r e m y | 

Non pour une banque qui veut offrir une solution de paiement sans contact à ses clients, ApplePay est en situation de monopole sur la plateforme iOS, car il est interdit de développer une solution concurrente. (C'est la définition d'un Monopole et c'est LE point faisant l'objet de cette communication de griefs)

avatar Appleseed | 

@Krysten2001
"L’iPhone n’est pas un marché appart. L’iPhone a de la concurrence et Apple Pay aussi."

C’est l’une des choses qui est étrange dans toutes les poursuites de ce genre: vouloir considérer Apple comme un marché en soit alors qu'Apple n’est qu’une composante d'un marché ultraconcurrentiel (celui des mobiles).
Il n'y a qu'a voir la dénomination du grief: "un possible abus de position dominante sur le marché du paiement mobile sur iPhone."

Il faut rappeler qu'Apple pay n'est qu'un conteneur.
Derrière c'est votre banque et vous pouvez y adjoindre les cartes de pleins de banques.

Le problème de Apple pay, ce sont les banques qui habituellement sont celles qui ponctionnent tous les paiements chez les commerçants par exemple et qui avec Apple pay se retrouvent dans la position des commerçants qui se font ponctionner.

https://www.legalstart.fr/fiches-pratiques/banque/taux-commission-carte-bancaire-commer%C3%A7ant-2021/

Cette ponction ne pose habituellement pas de problème quand elle est pratiquée par les banques, mais là si ...

---

@remy
"Non pour une banque qui veut offrir une solution de paiement sans contact à ses clients, ApplePay est en situation de monopole sur la plateforme iOS, car il est interdit de développer une solution concurrente. "

Plateforme faisant partie d'un marché global, celui des mobiles sur lequel elle n'est pas (et largement) en position dominante, cette place étant occupée par Android.

Un monopole n'a rien d'illégale.
Tout commerçant vendant uniquement dans sa boutique des produits de sa marque est en position de monopole dans sa boutique par exemple.
Doit on interdire les boutiques de "marque" et obliger tout commerce d'un marché à vendre chez lui tous les produits de ses concurrents ?
Ce serait ridicule et anticoncurrentiel car ça n'autoriserait qu'un seul type de magasin à l'échelle d'un marché entier.

avatar Bigdidou | 

@Appleseed

« Doit on interdire les boutiques de "marque" et obliger tout commerce d'un marché à vendre chez lui tous les produits de ses concurrents ? »

Ton iPhone est une boutique Apple ?
Faudrait peut être arrêter avec les comparaisons plus ou moins métaphoriques qui n’ont strictement rien à voir..

avatar Appleseed | 

@Bigdidou
"Ton iPhone est une boutique Apple ?"

Apple a fait le choix de n'autoriser sur son OS que son app store et que son système Apple pay, donc oui, un appareil tournant sous IOS est aussi une boutique.
Apple est proprio des deux et les faits tourner sur son système de façon exclusive, elle a lié le tout.
Rien d'illégal.
Libre a elle de faire ensuite des partenariats de distribution, mais il n'y a aucune obligation à le faire dans ses boutiques.
C’est un choix.
Un paquet de commerce fonctionnent sur le même principe.

Ce que souhaite faire ces commissions c'est au contraire obliger à vendre dans une boutique proprio des produits non souhaités par le proprio au motif de libre concurrence de marché alors qu'il existe sur le même marché une multitude d'autres boutiques le permettant déjà.
Vouloir imposer à tout un marché un seul et unique fonctionnement c'est rendre de fait ce marché anticoncurrentiel.

avatar webHAL1 | 

@Appleseed :
« Apple est proprio des deux et les faits tourner sur son système de façon exclusive, elle a lié le tout.
Rien d'illégal. »

Si, abuser de son monopole ou de sa position dominante est illégal. Apple est-elle dans ce cas de figure ? Aucun jugement n'a été rendu pour le moment en Europe, mais il est clair que suffisamment d'indices laissent penser que c'est le cas.
Les "choix" qu'Apple a faits de n'autoriser sur son système d'exploitation que sa propre boutique et que son système de paiement peuvent parfaitement être considérés par la Commission Européenne comme faussant la concurrence. On voit d'ailleurs que plusieurs pays estiment que c'est le cas et intiment à la Pomme de changer ses pratiques. Ce n'est pas parce qu'une entreprise commerciale fait un "choix" sur les produits qu'elle vend que, comme par miracle, elle n'a plus de compte à rendre aux autorités.

avatar Appleseed | 

@webHAL1
"Si, abuser de son monopole ou de sa position dominante est illégal"

Un monopole n'a rien d'illégal.
Un abus de position dominante l'est effectivement, sauf que Apple n'est pas en position dominante sur le marché de la téléphonie.
Des boites comme Samsung ou Android rappelles suffisamment souvent leur place de leader.

---

"Aucun jugement n'a été rendu pour le moment en Europe, mais il est clair que suffisamment d'indices laissent penser que c'est le cas."

Donc juridiquement, non.

---

"Les "choix" qu'Apple a faits de n'autoriser sur son système d'exploitation que sa propre boutique et que son système de paiement peuvent parfaitement être considérés par la Commission Européenne comme faussant la concurrence."

Des commissions peuvent le penser, mais de là à dire que par ce qu'elle le pense ce n’est pas légale, il y a de la marge.
Ces commissions sont dans un conflit économique sur fond de politique.
La loi est subsidiaire dans ces histoires pour les commissions, sauf qu'au final c’est elle qui prévaut.
Interdire à Apple d'avoir un fonctionnement différent de celui d'Android par exemple ce serait fausser le marché de la téléphonie mobile dans son ensemble, puisque ce serait interdire toute solution autre que celle mise en place par Google.
La libre concurrence s'en trouverait donc réduite sur l'ensemble d'un marché ce qui irait à l'encontre de la loi.

---

"On voit d'ailleurs que plusieurs pays estiment que c'est le cas et intiment à la Pomme de changer ses pratiques. Ce n'est pas parce qu'une entreprise commerciale fait un "choix" sur les produits qu'elle vend que, comme par miracle, elle n'a plus de compte à rendre aux autorités."

Ce n'est pas par ce que d'autres pays souhaitent mélanger là aussi économie et politique que ça leur donne pour autant raison.

avatar Bigdidou | 

@Appleseed

« Un monopole n'a rien d'illégal »

Si on exclut le monopole public, il n’est jamais désirable, et en dehors ce ceux qui le détienne, néfaste à tous.

On ne peut évidemment pas rendre illégal une situation lorsqu’elle s’impose.
Si un monopole, ou plutôt une position dominante existe parce qu’on a créé un marché et/ou qu’on y est vraiment très très fort par rapport aux autres, on voit mal pourquoi et comment punir…

En revanche, c’est tout de même bien rare que cette position dominante ne finisse pas par être utilisée d’une façon ou d’une autre pour empêcher d’autres acteurs de venir concurrencer.
Et là…

Bref, aucun intérêt pour personne (sauf à ceux qui en sont acteurs) à laisser s’installer des monopoles.

avatar Appleseed | 

@Bigdidou
"Si on exclut le monopole public, il n’est jamais désirable, et en dehors ce ceux qui le détienne, néfaste à tous."

Que ce ne soit pas souhaitable c’est une chose, que ce soit illégal s'en est une autre.

--

"En revanche, c’est tout de même bien rare que cette position dominante ne finisse pas par être utilisée d’une façon ou d’une autre pour empêcher d’autres acteurs de venir concurrencer.
Et là…"

Et là la justice intervient à raison.
Sauf que Appel n’est pas dans une position de monopole.

avatar webHAL1 | 

@Appleseed :
« Un abus de position dominante l'est effectivement, sauf que Apple n'est pas en position dominante sur le marché de la téléphonie. »

Bien sûr que si. Apple engrange la très grosse majorité des profits réalisés sur ce marché, Samsung étant en deuxième position mais bien derrière.
Mais surtout, on ne parle pas du marché de la téléphonie, mais du marché du paiement via un téléphone. En termes de transactions réalisées via un téléphone mobile aux États-Unis par exemple, Apple Pay s'arroge 92% en valeur et 44% en volume.

On est exactement dans la même situation qu'Amazon qui est parfois accusé d'abuser de sa position dominante. Pourtant, Amazon ne réalise qu'un tout petit pourcentage des ventes en ligne. Sauf que leur taille et leur puissance financière les placent de fait en position dominante, dont l'entreprise abuse régulièrement. Apple est dans le même cas de figure.

« Des commissions peuvent le penser [...] Ces commissions sont dans un conflit économique sur fond de politique. »

Waow. Il va te falloir aller te renseigner sur ce qu'est la Commission Européenne et comment elle fonctionne, hein ! Il ne s'agit pas de ce qu'elle "pense" (ce qui ne veut rien dire, au passage), mais de ce qu'elle décide par rapport aux lois et traités européens. Si elle arrive à la conclusion qu'Apple abuse de sa position dominante avec son service de paiement et qu'elle doit ouvrir l'usage de la puce NFC aux concurrents, la Pomme n'aura pas d'autre choix que de se plier à cette décision ou cesser de proposer Apple Pay en Europe.

« La libre concurrence s'en trouverait donc réduite sur l'ensemble d'un marché ce qui irait à l'encontre de la loi. »

J'adore ce genre d'énormités. Donc si demain l'utilisateur d'un iPhone a le choix entre Apple Pay et d'autres solutions de paiement, la libre concurrence s'en trouvera réduite !
Une perle, vraiment...

avatar Appleseed | 

@webHAL1
"Bien sûr que si. Apple engrange la très grosse majorité des profits réalisés sur ce marché, Samsung étant en deuxième position mais bien derrière."

Oui, et ?
Ca ne fait pas d'Apple une entreprise en position de monopole sur le marché de la téléphonie.
Ca fait juste d'elle une société exploitant super bien son commerce.

--

"Mais surtout, on ne parle pas du marché de la téléphonie, mais du marché du paiement via un téléphone."

Ce n’est pas un marché en soit.
C’est un secteur du marché de la téléphonie.
Et sur ce secteur Apple est dominée par Android pour l'OS, ou par des boites comme Samsung pour le matériel.

--

"On est exactement dans la même situation qu'Amazon qui est parfois accusé d'abuser de sa position dominante. Pourtant, Amazon ne réalise qu'un tout petit pourcentage des ventes en ligne. Sauf que leur taille et leur puissance financière les placent de fait en position dominante, dont l'entreprise abuse régulièrement. Apple est dans le même cas de figure."

Comparaison n’est pas raison.
Ce sont des marchés différents avec des fonctionnements différents, et des entreprises tout aussi différentes.

avatar Appleseed | 

"... Il ne s'agit pas de ce qu'elle "pense" (ce qui ne veut rien dire, au passage), mais de ce qu'elle décide par rapport aux lois et traités européens. Si elle arrive à la conclusion qu'Apple abuse de sa position dominante avec son service de paiement et qu'elle doit ouvrir l'usage de la puce NFC aux concurrents, la Pomme n'aura pas d'autre choix que de se plier à cette décision ou cesser de proposer Apple Pay en Europe."

La commission Européenne propose des textes de loi qu'elle essaye ensuite de faire respecter, elle se positionne donc comme juge et partie devant la loi.
Sauf que la loi, qui elle n'est pas juge et partie, se rappelle souvent à elle.
Rappelez moi ce n’est pas la commission Européenne qui avait condamnée Apple à rembourser 13 milliards d'impôts impayés à l'Irlande et dont la décision a ensuite été annulée par Le Tribunal de l'Union européen ?
Voilà le jugement qui avait été rendu: "la Commission n’est pas parvenue à démontrer « l’existence d’un avantage économique sélectif » accordé à Apple."
Pourtant selon la Commission c'était plié !

Un autre exemple:

https://siecledigital.fr/2022/01/27/au-bout-de-13-ans-la-justice-de-lue-annule-une-amende-prise-par-la-commission-contre-intel/

--

"J'adore ce genre d'énormités. Donc si demain l'utilisateur d'un iPhone a le choix entre Apple Pay et d'autres solutions de paiement, la libre concurrence s'en trouvera réduite !
Une perle, vraiment..."

Apple pay est anecdotique dans ce cas.
Ce qui importe est ce que ça implique derrière sur un marché tout entier.
A partir du moment ou Apple est contrainte de faire comme tout le monde c'est le modèle Android (découplage de l'OS et de l’appareil) qui est considéré comme étant le seul modèle acceptable devant la loi.
Sauf qu'à partir du moment ou il n'y a plus qu'un seul modèle d'acceptable à l'échelle d'un marché entier, ce marché devient anticoncurrentiel.

avatar webHAL1 | 

@Appleseed :
« Ca ne fait pas d'Apple une entreprise en position de monopole sur le marché de la téléphonie. »

En effet, elle n'est pas en situation de monopole, ce que d'ailleurs je n'ai jamais dit. Elle est en situation de position dominante. Les mots ont un sens.

« Ce n’est pas un marché en soit. »

Bien sûr que si que c'est un marché en soi. Mais évidemment, refuser de reconnaître cela revient à avoir un raisonnement complètement biaisé et finir par utiliser des sophismes de type "comparaison n’est pas raison", le plus classique d'une personne qui ne sait plus quoi dire.

« La commission Européenne propose des textes de loi qu'elle essaye ensuite de faire respecter, elle se positionne donc comme juge et partie devant la loi.
Sauf que la loi, qui elle n'est pas juge et partie, se rappelle souvent à elle. »

J'ai rarement lu pareille absurdité. Donc la Commission Européenne fait des lois, mais elle est juge et partie devant ces lois, et ces lois se rappellent souvent à elle...

Sinon, vous lisez les articles que vous donnez en lien ?
« [Dans l'affaire Intel] le Tribunal estime qu’il y a bien matière à condamner Intel pour abus de position dominante dans certains aspects de l’affaire [...] »

Et, au passage, le fait que des entreprises parviennent, via des procédures juridiques interminables, à faire annuler des amendes et des condamnations ne signifie en aucun cas que ces dernières n'étaient pas fondées. Les exemples de personnes, physiques et morales, qui ont échappé à la justice en se servant d'un vice de procédure ne manquent malheureusement pas.

avatar Bigdidou | 

@Appleseed

« Apple a fait le choix de n'autoriser sur son OS que son app store et que son système Apple pay, donc oui, un appareil tournant sous IOS est aussi une boutique. »

Donc ?
A ce niveau de paralogisme, aucune discussion n’est possible. Ni utile, ni désirable.

avatar Appleseed | 

@Bigdidou
"Donc ?
A ce niveau de paralogisme, aucune discussion n’est possible. Ni utile, ni désirable."

Je ne peux pas changer un fait !
Apple est bien également une boutique faisant partie d'un marché sur lequel elle n’est pas seule.

avatar Bigdidou | 

@Appleseed

« Apple est bien également une boutique »
Ah, cette affirmation est sensée soutenir la proposition que, donc, l’iPhone est une boutique d’Apple et que c’est normal ?

Apple est une entreprise qui s’est énormément diversifiée, et comme toutes les entreprises vend des produit et/ou des services.
Parmi ces services il y a des boutiques, réelles (Apple Stores) et virtuelles, les AppStores, entre autres.
Parmi les produits, il y a des iPhone qu’elle nous vend très cher, comme objet généraliste qui nous appartient à l’issue de la transaction, et en aucun cas ne nous les donne, les loue, ou les fournit à un prix cassé, comme simple objet bridé dont la nature serait de permettre l’accès à un service précis, par exemple ou boutique.

En quoi cela devrait faire que l’iPhone devienne une boutique dont Apple devrait se réserver l’accès ???

Quand j’achète un iPhone, j’achète pas une franchise d’Apple, hein.

avatar Appleseed | 

@Bigdidou
"En quoi cela devrait faire que l’iPhone devienne une boutique dont Apple devrait se réserver l’accès ???"

Qui a parlé d'iPhone ?
L'iPhone est accessible à des tas de boutiques non réservées à Apple..
Vous pouvez commander depuis un iPhone sur Amazon, FNAC, ebay, ou n'importe quel site internet sans le moindre consentement d'Apple.
Ce n'est pas l'iPhone en lui même qui est une boutique mais Apple à travers son app store et Apple pay dont vous n'êtes pas propriétaire.

--

"Quand j’achète un iPhone, j’achète pas une franchise d’Apple, hein."

Vous achetez l’appareil sur lequel tourne un système propriétaire.
L’appareil vous appartient, l'OS non.
Libre à vous d'essayer de virer iOS et d'essayer de le remplacer par autre chose pour pouvoir faire exactement ce que vous voulez avec le matériel sans l'aide de l'OS d'Apple.

avatar Bigdidou | 

@Appleseed

« Qui a parlé d'iPhone ? »

Ne perds pas le fil, chest trop facile.
Toi.
Tu dis que l’iPhone une boutique.
Ben non.

avatar IceWizard | 

@Bigdidou

« Tu dis que l’iPhone une boutique. »

Toi mal parler la France ?

avatar Bigdidou | 

@IceWizard

Manifestement je t’hypnotise et suis devenu très important dans ta vie, mais je crains que tu vires un peu érotomane. ..

avatar IceWizard | 

@Bigdidou

« Manifestement je t’hypnotise et suis devenu très important dans ta vie, mais je crains que tu vires un peu érotomane. .. »

🎠🎠🎠🎠

avatar Bigdidou | 

@Appleseed

« Libre à vous d'essayer de virer iOS et d'essayer de le remplacer par autre chose pour pouvoir faire exactement ce que vous voulez avec le matériel sans l'aide de l'OS d'Apple. »

Quel rapport avec le problème soulevé, c’est à dire le contrôle total de l’accès à la puce NFC par Apple ?
Ça n’est en aucun cas inféodé à l’OS…
La puce NFC existe et donc son accès et son contrôle.
C’est précisément le problème, puisqu’App’e se le réserve pour forcer à l’utilisation de ses service sur un appareil qui ne lui appartient plus.
Si cet accès n’était pas activement bloqué, il n’y aurait aucun problème pour accéder au contrôle de cette puce sans rien toucher à l’OS.

avatar r e m y | 

"Plateforme faisant partie d'un marché global, celui des mobiles sur lequel elle n'est pas (et largement) en position dominante, cette place étant occupée par Android."
Ok donc votre réponse aux banques qui veulent développer leur propre offre de paiement dematerialisé c'est "vous n'avez qu'à n'accepter que les utilisateurs de smartphone Android dans votre banque". C'est ca? 🤦‍♂️

avatar Appleseed | 

@r e m y
"Ok donc votre réponse aux banques qui veulent développer leur propre offre de paiement dematerialisé c'est "vous n'avez qu'à n'accepter que les utilisateurs de smartphone Android dans votre banque". C'est ca? 🤦‍♂️"

Mais de quoi parlez vous ?
Une chose oblige t'elle les banques à développer une solution applicative pour le paiement sans contact sur tous les systèmes d'exploitation ?
Elles ne peuvent pas faire de choix et dire notre appli pour les paiements sans contact n'est dispo que sur Android ou autre ?
Le fait de ne pas pouvoir payer sans contact avec votre iPhone va rendre votre carte inactive concernent le paiement sans contact ?
Non, uniquement dans le paiement sans contact AVEC votre tél.

De mémoire certaines banques étaient dispo sous Android bien avant IOS.
Comme quoi ça ne posait pas de problème.

Effectivement votre argumentation est pour le coup 🤦‍♂️

Pages

CONNEXION UTILISATEUR