La musique s'écoute de plus en plus en streaming en France

Mickaël Bazoge |

L'an dernier en France, la musique s'est beaucoup écoutée en streaming, selon le pointage du syndicat des producteurs, le Snep. Le nombre d'écoutes en streaming a bondi de 52% par rapport à 2016, soit un total de 42,5 milliards d'écoutes — dont 1 milliard durant la seule dernière semaine du mois de décembre. Le téléchargement légal, c'est à dire l'achat à la pièce, a enregistré de son côté une baisse sensible de 18,6% d'une année sur l'autre.

Malgré tout, le streaming n'est pas encore passé devant les ventes physiques traditionnelles en termes de chiffre d'affaires : les écoutes en ligne ont pesé 41,6% des ventes (243 millions d'euros), alors que les bons vieux CD et vinyles représentaient 51,2% du montant généré par l'industrie (298 millions d'euros). Néanmoins, les ventes de streaming ont augmenté de 23% par rapport à l'an dernier et si on ajoute au streaming l'achat à la pièce, le numérique pèse 48,8%.

Le marché physique recule de 4,7%, mais on notera l'épatante forme du vinyle dont le volume des ventes est en hausse pour la sixième année consécutive : la galette représente 12,2% du chiffre d'affaires du « physique », un résultat en hausse de 5,3 points par rapport à 2016 !

Évolution de la structure des ventes.

En revanche, c'est la soupe à la grimace pour l'achat définitif de morceaux et d'albums en ligne, qui ne pèse plus que 6% du chiffre d'affaires : à ce rythme, on craint une disparition à plus ou moins court terme. C'est clairement le streaming qui a le vent en poupe en France : on dénombre ainsi 4,4 millions d'abonnés à un des services disponibles, soit 500 000 de plus qu'en 2016.

La progression des indicateurs du streaming.

La part des abonnés payants est en hausse de 21%, ils représentent 35% du total des revenus engrangés par l'industrie, et 83% de ceux du streaming. Le Snep ne précise pas la ventilation suivant le service, mais rappelons qu'Apple Music a dépassé le seuil des 36 millions récemment (dans le monde).

Le marché de la musique en France a représenté 583 millions d'euros l'an dernier, un chiffre en hausse de 3,9% (si on ajoute dans la balance les droits voisins et l'utilisation de musiques dans les films, les jeux vidéo et la publicité, on atteint 723 millions). C'est toujours près de trois fois moins qu'en 2002, mais le marché a repris du poil de la bête depuis 2015.

Tags
avatar ludmer67 | 

Avoir presque tout un catalogue pour 10€ par mois, faut dire que c'est alléchant ! Sur le retour du vinyl, je trouve qu'il y a une part de snobisme et de désinformation. Un vinyl d'époque sonne parce que toute sa chaîne de production était analogique. Le vinyl, c'est le support de l'analogique. Mais aujourd'hui les vinyls neufs sont issus de masters numérisés. On a donc le symbole de l'analogique qui contient en réalité des fichiers... Ajoutons à cela le craquement et la fragilité du vinyl, qui ajoute peut-être un frisson, mais un piano, une guitare ou une voix n'a pas ce craquement. C'est le support qui s'impose à la musique. Un inconvénient que le dématérialisé de qualité n'a pas.

avatar Orus | 

"on notera l'épatante forme du vinyle"

On constate ainsi que le matraquage médiatique autour du vinyle a fait son effet sur les gogos.

avatar Ricobtz | 

Le vinyl d’il y a 25-30 ans oui. Actuellement, comme dit précédemment c’est des fichiers numériques gravés sur du vinyl. C’est du plaqué or qu’on fait passer et vendre comme un bijou Cartier

avatar ludmer67 | 

@Ricobtz

Sans compter les différents remasters. J’ai un copain qui se fait une collection de vinyles depuis octobre et il a acheté Dark Side of the Moon en neuf... C’est le son du remaster de 2011, c’est à dire un son irrespirable, compressé et basseux. Finalement le vinyl d’aujourd’hui, c’est un CD de trente centimètres de diamètre.

avatar Ricobtz | 

@ludmer67

Exactement 😂

avatar 421 | 

J’ai 35 ans et quand il y a 15-20 ans j’allais acheter mes vinyles jazz, classique, rock, électronique, pop, certains de mes potes me moquaient de moi, le même qui se «refont leur discothèque, parce que tu vois quoi, le vinyle c’est vachement plus authentique...»

avatar pommedor | 

C'est pareil qu'avec les jeux videos ou le fait d'écouter de la musique avec un walkmann/lecteur cd dans les années 90 - début 2000. Regarde maintenant, même les vieux qui critiquaient ces comportements font exactement ce sur quoi ils crachaient avant...

S'il fallait tenir compte de l'avis de la plèbe on en serait encore à se laver à l'eau froide.

avatar alan1bangkok | 

Le vrai vinyl , c’était avant .
Maintenant c’est un produit pour être IN....ou Moi je ...
Le streaming a gagné

avatar JOHN³ | 

Oui... je vais faire mon nostalgique mais j’ai un magnifique iPod Classic U2 édition et un iPod Touch 4 qui du coup qui prennent la poussière depuis Apple Music justement.

avatar toto_tutute | 

4,4 millions d'abonnés à une formule de streaming payant, ça me paraît beaucoup. Ça fait quand même 120 euro/mois et jamais, même au meilleur de la musique dans la première moitié des années 2000, les français n'ont acheté plus de 2,5 albums/an (~45 euro) !

À mon avis, de nombreux essais gratuits ou à 1 euro (mais facturés par les majors) doivent être prises en compte : les 3 mois offerts d'Apple, les nombreux mois d'essais de Google Play Music, le mois offert de Napster, les offres récurrentes à 1 euro de Spotify et Deezer, etc.

Je pense qu'on doit être plus proche des 2,5 à 3 millions "d'abonnés réels".

avatar armandgz123 | 

Perso depuis 1 an je suis entièrement passé au streaming, plus de limite, plus de restriction, je découvre et redécouvre la musique, quel bonheur !

avatar Almamida | 

Pire que les gogos, les sachants qui viennent apporter leur commentaire tout en condescendance.
Et ce fil n’en manque pas.

Perso, j’achète à nouveau des vinyls parce que j’ai accès pour la première fois à une platine via mon partenaire et que je n’ai pas de lecteur CD.
C’est un moyen comme un autre de rester attaché à un support physique.
Pour le reste mon abonnement Apple Music fait l’affaire.

avatar ludmer67 | 

Pire que les trolls, les donneurs de leçons qui distribuent des sentences définitives... Répond aux commentaires au lieu de t'en prendre aux commentateurs. C'est la base du dialogue. On dirait que tu es obligé de te justifier d'acheter aujourd'hui des vinyls, comme pour te détacher de la masse de ceux qui vont vers le vinyl sur de fausses croyances. Tant pis pour toi...

J'ai aussi des vinyls d'époque, un peu plus d'une soixantaine, que je garde parce que chaque disque a une histoire et/ou une pochette qui me plait. Mais je préfère utiliser mon streamer pour écouter directement l'album de mon choix sur Qobuz. Et le son du vinyl ne me plaît plus.

avatar Almamida | 

@ludmer67

Oui donc t’aurais dû t’en tenir à ne pas me répondre si tu suivais tes propres conseils.
Mais non...

Et puis je ne me justifie pas je présente juste une des raisons qui me fait acheter des vinyls aujourd’hui.

avatar pommedor | 

"C’est un moyen comme un autre de rester attaché à un support physique."

Ta réponse, c'est un moyen comme un autre de justifié d'être un pigeon.

Si tu veux rester attaché à un support physique t'achètes une carte SD ça sera plus rentable. Tu met les masters qui ont servi aux vynils ou leur équivalent chez apple music dessus et t'auras exactement le même rendu pour chacun d'eux...

avatar Almamida | 

@pommedor

C’est cela oui...
Et je vais imprimer une mini jaquette pour ma carte SD.

Pour ton information : Mes vinyls ne me coûtent que $7 l’unité. Tu iras traiter quelqu’un d’autre de pigeon.

avatar pommedor | 

7$ pour quelques pistes en numérique c'est très cher. Un abo spotify c'est 9.99$/€ mensuel et t'as accès à des dizaines de millions de titres en numériques...

avatar Almamida | 

@pommedor

Tu coupes ton abonnement et tu n’as plus rien.
Voilà la différence entre posséder et louer.

Merci, au revoir.

avatar pommedor | 

Si t'as de quoi te prendre 2 vinyles/mois tu peux largement avoir un abo sans problème. Le reste n'est que mauvaise foi.

Pas la peine de faire son bobo hipster avec ses vinyles à la con pour faire genre on écoute des vinyles... Un fichier numérique reste un fichier numérique quel que soit le support.

Donc tant à qu'à faire autant arrêter de péter plus haut que son cul avec des vinyle en numérique pour se donner un genre. Mais bon yaura toujours des abrutis qui cherchent juste le paraitre face aux autres.

Ca écoute du vinyle numérique avec un casque/installation hifi de merde mais on se sent audiophile.

avatar Almamida | 

@pommedor

Et sinon tu fais pas chier les gens à leur faire la morale sur comment ils doivent écouter de la musique.
Parce que pour l’instant le gars hautain et condescendant c’est toi.

J’ai du streaming et des vinyles et je suis heureux comme ça.

avatar pommedor | 

Faut faire remarquer aux gens qui font de la merde, qu'ils en font. Sont pas capable de le voir tout seul, trop aveuglé par leur besoin de paraitre. ;)

Et puis j'adopte le ton qui convient face aux gogo qui s'imaginent écouter de la musique de "meilleure" qualité parce qu'elle sort d'un vinyle. Ces gens tu leur mets un mp3 128kbp/s à côté ils font pas la différence. ^^

avatar Sindre | 

@pommedor

A qui parles tu ?

avatar pagaupa | 

@Sindre

C'est vrai! Insupportable c'est gens qui répondent à la cantonade! 😜

avatar pagaupa | 

@pommedor

Acces peut-être mais qu'as-tu écouté réellement de ces millions de tîtres?

avatar ludmer67 | 

@pagaupa

C’est vrai qu’il y a une abstraction à parler de millions de titres. La difference ne devrait pas se faire sur le volume du catalogue, mais sur son contenu. Comme Qobuz vend aussi sa musique, on peut se faire une idée sur ce que contient la plateforme.

avatar pommedor | 

C'est juste pour mettre en perspective le prix qu'il paie pour quelques fichiers numérique vs leur prix dans le monde réel.

Payer aussi cher des 1 et des 0 du début à la fin de la chaine... Faut vraiment être un gogo en manque de reconnaissance sociale.

C'est comme les mecs qui convertissent des mp3 en flac. Comme si la convertion en losseless allait faire revenir par magie ce qui a été perdu lors du passage en mp3...

avatar Arnaud33 | 

Le streaming en augmentation ....
Baisse de l'achat physique...
Baisse de l'achat définitif ...

Mais alors c'est bon on peut arrêter de payer la taxe sur la copie privée dans ca cas... non?

avatar iPop | 

@Arnaud33
Mais alors c'est bon on peut arrêter de payer la taxe sur la copie privée dans ca cas... non?

Que nenni, ils vont en trouver une nouvelle...a ajouter avec l’autre bien sûr.

avatar pagaupa | 

@Arnaud33

Tu as raison de poser la question...
La vérité, c'est que le système défend de plus en plus les ayants droits...
Finis les prêts, finis le CD offert, finis les ripper...

avatar dito | 

J’achète encore des Cds de temps en temps ; j’écoute en streaming de temps en temps (sur Deezer en gratuit faut pas dec’ non plus..) et j’achète des vinyles ; et oui les supports/technologies ne sont pas forcément concurrentes. Pour moi elles sont complémentaires ; après vinyle numérisé ou analogique, j’en possède des 2 catégories ; pas un problème pour moi qui aime le vinyle d’abord pour le support/pochette ...

avatar gwen | 

J’ai une bonne collection de vinyles, mais je suis loins du compte de certaines de mes connaissance. Le vinyle ne s’est jamais arrêté contrairement aux cassettes ou bientôt les CD. En plus d’une belle pochette il y a cette action de se lever et d’apprécier sa musique car on a fait l’effort de placer le diamant au bon endroit. Cet action disparaît avec le numérique et la profusion de titre apparaît soudainement. Ce sont deux mode de consommation de la musique complémentaire et non conçurent, voilà pourquoi le vinyle est toujours là.

Perso, j’achète (j’ai acheté) beaucoup de galettes en brocante et j’ai vu les prix passer de 1 € à 5 € puis maintenant 10 € pour des vieux titres tout râpés. Certains croient avoir de l’or dans leurs greniers.

L’avantage aussi du vinyle c’est que dans 100 ans avec une simple aiguille et un cornet de papier on pourras toujours les écouter.

avatar Sokö | 

Le vinyl, c’est snob. Le streaming également. Et c’est un peu un racket.

avatar Moumou92 | 

@Sokö

Génération tout gratuit???? C’est du racket de rémunérer les artistes? On verra quand tu ira bosser, si ton patron ne te paie pas en expliquant que c’est du racket ta paie...

avatar Sokö | 

@Moumou92

Pauvre naze, j’ai 70 ans, j’ai bossé toute ma vie et j’ai vécu sans streaming en payant ma musique. Sois heureux avec ton Apple Music qui t’envoie une bande son bien standardisée.

avatar Moumou92 | 

@Sokö

Le pauvre naze à été éduqué dans le respect de l’autre, et n’insulte pas les inconnus sur internet... a 70ans c’est triste de ne pas connaître les principes fondamentaux de politesse...

Traiter un service de racket, c’est simplement ne pas savoir ce qu’est le racket, c’est dégradant pour toutes les vraies victimes, et ça serait assimilé dans ce cadre à de la diffamation...

Considérer que 10 euros par mois pour écouter avoir accès à la quasi totalité du répertoire musical disponible, c’est un peu juste... je vous rappelle ce que représente 10 euros: 3 cafés en terrasse, ou 1,5 paquets de cigarettes...c’est moins d’un menu macdo, ou à peine le tarif d’une séance de cinéma (plutôt 13€ le cinéma aujourd’hui, voir 20€ en 4dx). A ce tarif vous pouvez aussi acheter un CD... que vous pourrez écouter en boucle à la maison...

Excellente soirée à vous aussi.

avatar Sokö | 

@Moumou92

Merci pour la leçon. Je vais pouvoir mourir moins con. Maintenant allez agresser quelqu’un d’autre, svp.

avatar Moumou92 | 

@Sokö

Qui agresse qui ici? Bref, un très bon week end

avatar Sokö | 

@Moumou92

« On verra quand tu ira bosser, si ton patron ne te paie pas en expliquant que c’est du racket ta paie... »

Qui parle ?

avatar jack atreides | 

Physique à 100%
Jamais de streaming

avatar Bigdidou | 

"En revanche, c'est la soupe à la grimace pour l'achat définitif de morceaux et d'albums en ligne, qui ne pèse plus que 6% du chiffre d'affaires : à ce rythme, on craint une disparition à plus ou moins court terme. "

Disparition, j'espère que non.

Sinon, du chiffre d'affaire de qui ?
Il y a relativement peu d'acteurs dans la vente de musique dématérialisée, surtout lossless (la seule qui se conçoive).
Par exemple, pour des structures comme Qobuz, on sait quelle part du ca et des revenus ça représente ?

avatar Biking Dutch Man | 

@Bigdidou

Ce scénario est intéressant, il viendra un jour où il faudra choisir entre payer un abonnement tout le temps ou ne plus avoir de musique du tout, si l'achat définitif n'existe plus. Je suis content avec les 200 vinyles, 600 CDs et 3 TB de flac sur mon NAS.

avatar Bigdidou | 

@Biking Dutch Man
Oui, j'ai énormément de musique, à peu près comme toi, 4à 5 To dans un syno, archivé deux fois ailleurs (l'horreur de tout perdre...), sauf que les vinyls sont en Bretagne et que je n'en achète plus depuis longtemps, les cd à la cave après avoir été rippés, et je n'en achète quasiment plus, mais toujours beaucoup de musique dématérialisée (100 € ce mois-ci, par exemple).
Ça m'embêterait beaucoup que cette possibilité disparaisse.

avatar pagaupa | 

@Biking Dutch Man

On est pareil...
Pas besoin d'abonnement pour écouter la musique sur mon nas...
Et si j'ai envie de nouveautés, j'aime fouiner à la fnac.

avatar AppleBZH | 

Pour ma part c’est 100% streaming aussi via Spotify ! Ce mois ci je fait un test Apple Music et je dois dire que je suis déçu ! Pas de vrai égaliser de son, pas de fondu entre les morceaux , interface plus jolie mais moins pratique ( bizarre pour du Apple..) lancement mois instantanés .. bref malheureusement je ne ferai pas 2 mois !!

avatar IPICH | 

Je n'aime pas la tournure que ça prend... le jour où on arrête de payer zona abonnement chaque mois on perd tout.
Alirs qu'un achat de musique en cd couplé à l'achat sur itunes et l'utilisation de SoundCloud et youtube gratuitement: pour moi cela suffit pour se faire plaisir musicalement parlant.

avatar Sindre | 

Je n’ai jamais arrêté le vinyle. Ni les CD. Ils sont quelques milliers à orner les murs chez moi.
Je suis d’accord avec le premier com’ sur la qualité des vinyles aujourd’hui. C’est de la daube. Quand je vois des séries limitées de 500 copies alors qu’à la belle époque ces 500 copies servaient à rôder le master et étaient jetées ...
Ne sous estimez pas les progrès réalisés sur les tailles de diamant, les platines, les préamplificateurs phono.
Je fais du streaming à partir de mes vinyles numérisés en wave. Cela reste un poil en dessous de l’original, mais peut être est ce psychologique.
Et que dire d’un CD parfaitement gravé lu sur un beau lecteur avec un gros DAC!
Le dématérialisé c’est comme le CD au début. C’est pratique.
Et puis, je ne peux pas me passer de mon disquaire. Installé depuis plus de 40 ans. Il me connaît, il me fait découvrir des pépites. La dernière : Crucifer. Première heure. Prog alsacien des années 70. Album jamais sorti.
Je ne sais pas si une plateforme le proposera un jour.

avatar ludmer67 | 

La question de la disponibilité devrait moins se poser avec le streaming. N’importe quel musicien peut enregistrer sa musique pour la vendre directement. Il n’y a pas besoin d’un support physique. C’est du musicien à l’auditeur, avec la plateforme comme seule intermédiaire (et encore...). Qobuz propose des albums disponibles qu’à l’achat, mais j’avoue n’acheter un album que s’il est dispo en studio master (abo Sublime oblige !).

Je comprends celui qui a grandi avec le vinyl, qui écoute aujourd’hui les albums qui lui ont fait plaisir il y a trente ou quarante ans. En revanche, je ne comprends pas la démarche d’un ado d’aujourd’hui, qui ne vit que dans une idée qu’il se fait de la nostalgie de ses parents.

Je trouve formidable d’avoir l’artiste que l’on veut, dans les catalogues abstraits composés de millions de titres. Sans cela, je n’aurais pas découvert d’immenses artistes morts, mais autrement plus vivants que ceux que l’on célèbre aujourd’hui, à coups de succès et de récompenses immérités... Mais c’est pour un autre débat !

avatar Sindre | 

@ludmer67

Mais ces musiciens n’existent plus en tant que groupe, certains sont morts, et seule la passion de quelques frappadingues les fait exister 44 ans après.
J’ai essayé Qobuz pour la qualité.
Pour ma part, et je ne donne que mon appréciation, cela reste de la musique en boîte, toujours ce côté métallique et impersonnel. Trop propre.
Peut être que mon matériel d’écoute n’est pas adapté. Ou alors que j’arrête le wifi et passe au câble ethernet.
Par contre, mes trois filles se sont déjà partagé ma discothèque. 😀. Un vinyle reste un objet, souvent magnifique.
Mais là où j’enterre le streaming, c’est quand j’allume mon juke-box Rock-Ola de 1962. 😉

avatar pagaupa | 

Oups "ces"...😜

CONNEXION UTILISATEUR