Spotify revient en partie sur sa politique controversée à l'égard des artistes inculpés

Stéphane Moussie |

Le rappeur américain XXXTentacion va réintégrer les playlists proposées par Spotify après y avoir été banni en raison d’une accusation de violences conjugales. Cette « réhabilitation » est la réponse du service musical à la controverse qu’il a créée en instaurant récemment une nouvelle politique conduisant à la mise au ban potentielle des artistes aux agissements répréhensibles.

Une politique critiquée en externe comme en interne en raison du rôle de censeur moral que l’entreprise s’attribue et du choix des premiers artistes mis à l’index, XXXTentacion et R. Kelly. Des dirigeants de l’industrie musicale américaine se sont étonnés en coulisses que les artistes non afro-américains coupables d’actes violents n’aient pas été déclassés eux aussi.

Des artistes, dont le rappeur Kendrick Lamar, ont fait part à Spotify de leur mécontentement et ont menacé de retirer leur musique du service. Selon Bloomberg, Troy Carter, le responsable des relations avec les artistes (le Jimmy Iovine de Spotify), a mis son départ dans la balance pour faire machine arrière.

Si XXXTentacion va réapparaître dans les playlists proposées par le service, ce n’est apparemment pas le cas de R. Kelly — sa discographie reste néanmoins accessible, la censure se limitant au retrait des morceaux des playlists suggérées. Apple a également retiré R. Kelly de certaines des listes de lecture d’Apple Music.

Tags
avatar spece92 | 

Quels bande de branquignolles, ça fait les moralisateurs sans réfléchir aux conséquences et ça recule ensuite … 🤦‍♂️
Et le titre est faux : ce ne sont pas des artistes inculpés, seulement des mis en examen (sauf pour XXX) !
XXXtentacion est plus dans la mode donc il est pardonné mais R. Kelly est trop vieux pour être réintégré ? 🤣
Oui c’était raciste comme mesure : c’est que les artistes hip hop qui étaient visés. Vous l’aviez pas noté dans le premier article à ce sujet.
Spotify Raciste !
Merci à Kendrick Lamar. 👍

avatar etienne2pain | 

@spece92

Certes, pas mal de rappeurs devraient avoir des problèmes dans ce cas

avatar spece92 | 

@etienne2pain

Oui le célèbre rappeur Bertrand C. a eu des tas d’ennuis 😂

avatar asseb | 

Inculpation et mise en examen c’est chou vert et vert chou.

avatar spece92 | 

@asseb

Oui c’est vrai j’ai confondu avec condamné

avatar A884126 | 

@spece92

Il n'a ni inculpation ni mise en examen. Pour le moment il n'y a qu'une plainte qui a été émise et celle-ci n'a pas encore donné lieu a un procès.

Néanmoins, R.Kelly cumulent un nombre impressionnant de plaintes pour abus sexuels sur mineur depuis 1994. Et dont la majorité ont été réglées par de belles sommes d'argent. Comme quoi s'il était innocent il serait allé en procès.

http://www.complex.com/music/2017/07/r-kelly-sexual-abuse-allegations-ti...

avatar Bigdidou | 

@A884126

"Comme quoi s'il était innocent il serait allé en procès. "
Ou pas.
Même innocent, le bouleversement et l'étalage de la vie privée et intime que constitue un procès, surtout de ce type, on préfère l'éviter, tu crois pas ?

avatar A884126 | 

@Bigdidou

Ces accusations sexuelles datant depuis 1994 et tout ce qui a écrit sur ce sujet, sans compter les retours de ses ex petites amies, est déjà un étalage de sa vie privée.
Les Français ne sont pas au courant car ces sujets ne traversent pas toujours l'atlantique. Mais sa réputation n'est plus à faire dans le monde musicale.

avatar Bigdidou | 

'Des dirigeants de l’industrie musicale américaine se sont étonnés en coulisses que les artistes non afro-américains coupables d’actes violents n’aient pas été déclassés eux aussi.'

Spotify a effectivement mis le doigt dans un engrenage dangereux, une sorte de vis sans fin...
Le mieux est de laisser aux auditeurs le choix de ce qu'ils ont envie d'écouter ou pas.
Un système qui permet d'exclure soi-même des artistes des playlists, par exemple.

avatar oomu | 

queuah ? laisser un total contrôle aux consommateurs et les outils pour tout maitriser, mais on a des publicitaires à nourrir nous monsieur, des plans comms d'éditeurs à assister, des artistes à lancer (youhouhouuu.. splaf!) , on a des RES-PON-SA-BI-LI-TES, monsieur Bigdidou !

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou
« Spotify a effectivement mis le doigt dans un engrenage dangereux, une sorte de vis sans fin...
Le mieux est de laisser aux auditeurs le choix de ce qu'ils ont envie d'écouter ou pas.
Un système qui permet d'exclure soi-même des artistes des playlists, par exemple. »

Je suis tout à fait d'accord avec ça.
Il faut cependant faire attention à la différence entre :
1. Exclure un artiste.
2. Ne plus le mettre en avant.

Dans le premier cas, pour moi ce n'est pas acceptable tant que la justice n'a pas rendu son verdict. Ce n'est pas à Spotify ou Apple de décider quels artistes sont "fréquentables" et lesquels ne le sont pas.
Dans le deuxième cas, je pense que c'est inévitable qu'une boutique cesse de faire la promotion d'un artiste qui commence à sentir le souffre. Il y aura forcément des injustices, malheureusement, mais je crains que ça soit partout pareil...

Cordialement,

HAL1

avatar byte_order | 

@webHAL1
> Dans le premier cas, pour moi ce n'est pas acceptable tant que la justice n'a pas rendu
> son verdict. Ce n'est pas à Spotify ou Apple de décider quels artistes sont
> "fréquentables" et lesquels ne le sont pas.

J'irais même plus loin : tant que la justice n'interdit pas (censure légale, pour parler clair) la diffusion de ces oeuvres, que leur auteur soit condamné ne doit pas entrainer la condamnation de son oeuvre. Y'a hélàs quelques exceptions notoires tel que (attention, point Godwin) Mein Kampf, mais on notera que tous les pays ne le censurent pas, alors qu'on parle d'un auteur ayant probablement la responsabilité de plusieurs centaines de millions de mort sur les mains...

Pour le second, cela relève d'une ligne éditorial et/ou de sponsoring qui, par définition, sont de toute façon libres. Aux consommateurs, ensuite, de faire jouer leur pouvoir d'achat pour sanctionner des choix éditoriaux et/ou de sponsoring qui ne seraient pas en accord avec leurs valeurs.

avatar klouk1 | 

@byte_order

Non mais mein kampf n’est pas une œuvre d’art, que je sache. Ce n’est pas une bonne référence. Il aurait fallu plutôt parler de Voyage au bout de la nuit

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

"c'est inévitable qu'une boutique cesse de faire la promotion d'un artiste qui commence à sentir le souffre"

Oui, mais il s'agit juste de l'inclure dans des playlists (écoutez cette musique, selon vos goûts qu'on a analysés), pas de faire la promotion de l'homme (regardez à quel point ce type est formidable)...
Si les playlists commencent à être construites selon les critères moraux de tel ou tel service de Spotify, ça devient n'importe quoi. Et il faut commencer par exclure les Rolling Stones et un bon gros paquet de groupes à l'histoire au moins un temps sulfureuse, et lyncher Michael Jackson à qui je ne donnerais pas cher si son procès était refait avec le prisme actuel (cf. les "révélations" de 2016, pas envie de les mettre en lien).
Et puis ça met une ambiance malsaine au possible : les désignés à la vindicte se défendent au même niveau que leur accusateurs (très en dessous de l'égout), et ça donne des défenses du type : ouai, moi, d'accord, mais pourquoi pas lui, lui, et lui ?
Je ne sais plus qui disait que l'accusation de pédophilie était devenue la lettre de cachet du XXIe siècle, te rendant sujet à toutes les turpitudes arbitraires. On descend d'un cran, maintenant il suffit d'être désigné harceleur (un jugement, c'est has been). Bientôt ça sera juste d'avoir l'air louche. Ou con, ou trop gentil, va savoir.

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou
« Si les playlists commencent à être construites selon les critères moraux de tel ou tel service de Spotify, ça devient n'importe quoi. »

Oui, ça je suis d'accord.
Sur des listes de lecture créées manuellement, ça peut se justifier de moins utiliser un artiste, mais sur celle qui sont automatisées, c'est difficilement justifiable.
Je pense quand même que byte_order soulève un point intéressant, mille fois débattu, qui est de savoir s'il est possible de dissocier l'artiste de son œuvre. Comme dirait Manu Larcenet :
"Mon boucher est un bonhomme abominable, mais son jambon sec est un pur bonheur…". :-)

« [...] et lyncher Michael Jackson à qui je ne donnerais pas cher si son procès était refait avec le prisme actuel (cf. les "révélations" de 2016, pas envie de les mettre en lien). »

Cela ne me dit rien du tout. :-?
Pourrais-tu m'envoyer un lien en message privé ou donner quelques éléments ici ? Merci par avance !

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou

Je te remercie. Je n'avais jamais entendu parler de cette histoire.
Il me semble qu'il y a (au moins) une énorme incohérence dans l'article et je trouve que le tout est traité avec un côté sensationnaliste assez discutable.

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

"que le tout est traité avec un côté sensationnaliste assez discutable."

Assez abject, oui, vis à vis de quelqu'un qui ne peu plus se défendre.

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou
« Assez abject, oui, vis à vis de quelqu'un qui ne peut plus se défendre. »

👍🏼

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

"s'il est possible de dissocier l'artiste de son œuvre"

On peut retourner ça dans tous les sens, il n' y a que des réponses individuelles à ça.
Ceci nous renvoie, entre autre, à de multiples questions à propos de l'art, de sa transcendance, tout ça...
Toutefois, pour faire court, la réponse des philosophes est généralement : oui.
C'est la position de l'éducation nationale, qui fait par exemple étudier Céline en classe.

avatar A884126 | 

@Bigdidou

Ce qui malheureusement à été le cas, car les écoutes en streaming de ces chansons ont sensiblement augmentées.

As the allegations have grown in number, pressure has grown on Kelly. A Chicago concert was cancelled this month following protests, and Spotify removed his songs from their own curated playlists as part of a new policy against “hateful conduct”. However, the policy hasn’t affected Kelly’s popularity – the number of weekly streams of his music has increased slightly since the policy change.

https://www.theguardian.com/music/2018/may/22/r-kelly-sexual-abuse-lawsu...

avatar oomu | 

"inculpés" ?
"aux agissements répréhensibles" ?

heu, chaque cas est spécifique, mais vous allez vite en besogne.

-
je ne suis pas certain qu'il soit sage et raisonnable de virer des œuvres d'un catalogue chaque fois que le dit auteur/autrice devient problématique pour la bonne réputation d'une boutique.

Les éditeurs peuvent remettre en question les accords en cas de manquement manifeste aux engagement d'un artiste mais faire une police privée ou morale me parait des plus dangereux.

Au début c'est pour des actes auquel on est tous d'accord que c'est répugnant, demain ça sera pour quoi ?

La Justice et le Droit, pas spotify/apple/amazon/le jugement de Oomu (vous êtes tous coupable)/vindicte populaire des zozieaux sociaux.

avatar Paul_M | 

@oomu

je ne suis pas certain qu'il soit sage et raisonnable de virer des œuvres d'un catalogue chaque fois que le dit auteur/autrice devient problématique pour la bonne réputation d'une boutique.

Personne n'a viré les oeuvres d'aucune boutique, note bien. On parle juste de la mise en avant via les playlists du service.

avatar A884126 | 

@oomu

Et pourquoi donc ?
Tiger, comme certains sportifs, perdent du jour au lendemain leurs sponsors suite à de sinistres histoires. C'est le choix du distributeur comme du sponsor.
Comme Apple ils sont propriétaire de leur plate-forme et peuvent en disposer comme bon leur semble.

avatar Bigdidou | 

@A884126

"Comme Apple ils sont propriétaire de leur plate-forme et peuvent en disposer comme bon leur semble."

Il doit y avoir tout de même des relations définies quelque part par un contrat..

avatar A884126 | 

@Bigdidou

En règle général ces contrats stipulent que tout atteinte à l'image de la marque ou inculpation judiciaire est cause de rupture sans dédommagement. Une marque ne peut sponsoriser et voir son image associée un un sportif qui se drogue ou abuse de mineurs....

avatar Bigdidou | 

@A884126

"Une marque ne peut sponsoriser et voir son image associée un un sportif qui se drogue ou abuse de mineurs...."

Même si c'est juste une rumeur ?
Et, encore une fois, c'est une chose de prendre des mesure en gardant une certaine confidentialité et une autre d'en faire un battage et en utilisant l'autre comme bouc émissaire pour montrer avec un cynisme absolu à quel point on lave plus blanc. Ou plus vert.

avatar Bigdidou | 

@A884126

"Comme Apple ils sont propriétaire de leur plate-forme et peuvent en disposer comme bon leur semble."
Dans le cadre d'une relation qui reste privée ou confidentielle, certainement.
Si ça commence à être médiatisé et instrumentalisé, c'est abject.

avatar garba50 | 

R. Kelly n’a jamais disparu des playlists et des stations radio sur Apple Music.
J’ai testé juste après la polémique.

avatar Stéphane Moussie | 
@garba50 : Si. Pas de toutes, mais de certaines, comme précisé dans le précédent article. Au cas où ce ne serait pas clair, on parle des playlists générés par les services eux-mêmes, pas des playlists créées par les utilisateurs.
avatar oomu | 

voilà qui est plus clair en effet.

avatar MiniMac | 

Que penser des meurtriers qui ont été reconnu coupables et ont «  purgé «  leur peine …? On leur donne des sous en permettant d’acheter leur musique … ou pas ?

avatar klouk1 | 

Je ne vois pas comment Spotify arrive à justifier de telles ségrégations. Qu’est qui permet à une chaîne de streaming de faire des choix artistiques en fonction de pseudo critères moraux. C’est comme si un musée décidait de « saboter «la présentation de tableaux dans une exposition sous prétexte que l’artiste n’a pas payé ses impôts.
Merde aux censeurs à la petite semaine

avatar webHAL1 | 

@klouk1
" C’est comme si un musée décidait de « saboter «la présentation de tableaux dans une exposition sous prétexte que l’artiste n’a pas payé ses impôts. "

Je suis d'accord avec toi sur le fait que l'approche de Spotify et d'Apple est erronée, mais la comparaison avec un musée ne me semble pas correcte. Il s'agit de deux entreprises privées, qui peuvent choisir la manière dont elles gèrent leur boutique. Et si une majorité de leurs clients approuvent cette façon de faire, elles garderont ce cap.
(ce qui ne semble pas être le cas, puisque Spotify revient en arrière et qu'apparemment la popularité de R. Kelly s'en est trouvée renforcée).

avatar klouk1 | 

@webHAL1

Bon nombre de musées sont privés et les musées publics fonctionnent quand ils sont bien gérés comme des entreprises privées. La comparaison reste valable. D’autant que Spotify affiche des valeurs culturelles

avatar webHAL1 | 

@klouk1
« Bon nombre de musées sont privés [...] »

Sur quoi te bases-tu pour dire cela ?
Voici un article qui fournit les informations suivantes :
"Chez nous, ils sont habituellement publics et financés sur fonds publics. Cela va de soi, puisque dans la logique française il s’agit d’un service public."

"Grosso modo, les fonds d’origine publique représentent de 60% à 90%, voire plus, du total des ressources des grands musées européens [...]"

Source : http://www.libres.org/actualite/2021-un-musee-est-il-un-service-public-....

La situation est cependant très différentes aux États-Unis.

CONNEXION UTILISATEUR