Apple Card : premier lancement, premières impressions

Florian Innocente |

L'Apple Card fait officiellement ses premiers pas aujourd'hui aux États-Unis, après qu'Apple a commencé à envoyer ses invitations à des utilisateurs qui avaient manifesté leur intérêt. Le lancement général est prévu avant la fin du mois, une fois que le service aura été rodé au-delà des seuls employés de la Pomme.

Quelques médias comme TechCrunch et The Verge ont été mis dans la boucle, ils livrent leurs premières impressions. Incomplètes puisque la carte physique, en titane et livrée dans un emballage équipé d'une puce NFC pour l'ajouter facilement à son iPhone, n'est adressée que dans un second temps. Apple pousse toutefois à la dépense au moyen de son iPhone ou de son Apple Watch : la carte physique n'est pas compatible avec le sans contact.

Les premiers avis sont positifs, Apple a soigné l'interface de gestion de son compte, empruntant et améliorant des idées trouvées chez les néo-banques. Comme de catégoriser automatiquement les dépenses et de les présenter en graphes. Petite subtilité, selon la nature de la dépense, la couleur du visuel de la carte à l'écran de l'iPhone change au moment du paiement : dégradé d'orange pour les restos, rose-orangé pour les divertissements, jaune pour le shopping, vert pour les voyages…

Pour payer le crédit consommé durant le mois, l'application Wallet propose un curseur circulaire qui permet d'étudier plusieurs scénarios dans lesquels on devra payer plus ou moins d'intérêt (mieux vaut donc régler le maximum possible, voire l'intégralité pour être tranquille). On sait donc où on va. La carte ne présente aucun numéro sur sa surface, tout est dans l'iPhone, avec en complément la possibilité de générer des numéros virtuels révocables à volonté pour des achats en ligne sur des sites n'offrant pas Apple Pay.

Comme pour Apple Cash, le service de transfert d'argent entre personnes via Messages, l'Apple Card est proposée par Apple mais tout repose sur les prestations d'un tiers, en l'occurrence la banque Goldman Sachs (et la banque américaine Green Dot dans le cas d'Apple Cash). C'est elle qui gère en arrière-plan, ce sont ses employés aussi qui assurent l'assistance technique via Messages. Goldman Sachs peut exploiter les données de dépenses pour générer ces rapports mais elle n'a pas le droit de s'en servir à des fins marketing, ni avec des partenaires.

Outre que le principe de ces cartes de crédit n'est pas aussi répandu chez nous, un obstacle à l'arrivée de l'Apple Card en Europe et en France réside dans cette nécessité pour Apple d'être épaulée par un acteur présent localement. Apple ne peut pas tout faire seule, elle n'est pas (encore ?) une banque.

Tags
avatar oomu | 

Vous résilieriez donc votre VISA ?

La possibilité de payer des intérêts si on laisse file ses dépenses me parait comme un risque inutile. Il y a déjà tant de risques au quotidien.

avatar neac | 

Connaissez-vous des banques en lignes (ou pas) qui offrent la possibilité de générer un numéro virtuel pour les achats en ligne comme celle de l’Apple card?

avatar Rifilou | 

@neac

Bunq je crois

avatar Boboss29 | 

Credit Agricole avec Virtualis.... je le fais régulièrement

avatar romainB84 | 

@neac

Je sais pas si c’est à ça que tu penses ?
Mais le crédit mutuelle fait des numéros de carte virtuel

https://www.creditmutuel.fr/fr/particuliers/gerer-au-quotidien/paywebcar...

avatar mateodu13 | 

@neac

Orange

avatar umrk | 

Cette solution ne peut intéresser que les américains.

avatar neac | 

Merci !

avatar Mike Mac | 

@oomu

"Après, concernant la "crise financière" que GS aurait créé et qui est la goutte de trop pour vous, veuillez être + précis ;)"

Un petit coup de pouce pour enrichir ta culture...

"Goldman Sachs incarne tous les excès et dérives de la spéculation financière. Après s’être enrichie pendant la crise des « subprimes » en pariant sur la faillite des ménages américains, elle a été sauvée de la faillite grâce à ses appuis politiques. Quand le krach financier traverse l’Atlantique, Goldman Sachs devient l’un des protagonistes de la crise de l’euro en pariant contre la monnaie unique, après avoir maquillé les comptes de la Grèce. Quand les gouvernements européens tombent les uns après les autres, « la Firme » en profite pour étendre son formidable réseau d’influence sur le Vieux Continent...

Goldman Sachs a su profiter de ces cinq années de crise pour accroître sa puissance financière, augmenter son emprise sur les gouvernements et bénéficier de l’impunité des justices américaines et européennes."

https://vimeo.com/134308032

Apple a de remarquables alliés mains propres.

Je ris aussi avec tous les adeptes du paiement sans carte Apple Pay - chantres de la modernité - qui vont se remettre au paiement old school histoire d'afficher leur nouveau signe d'allégeance au logo pommé.

avatar oomu | 

"Un petit coup de pouce pour enrichir ta culture..."

Ma culture est irrécupérable. Alors qu'Autrui lui est sauvable.

bien entendu c'était une boutade pour sous entendre qu'il fallait être + précis quand on parle de GS tellement cette banque a de casseroles coupables derrière elle.

Merci d'avoir pris le temps de faire ce petit rappel.

"Je ris aussi avec tous les adeptes du paiement sans carte Apple Pay - chantres de la modernité - qui vont se remettre au paiement old school histoire d'afficher leur nouveau signe d'allégeance au logo pommé."

ho je crois qu'on peut juste se contenter de la laisser dépasser "négligemment" de son (garni) porte-feuilles. "laisse moi payer avec mon mobile voyons, oups...vlà que tombe ma Apple Card Titanium" (en moins "geeky" bien sur, faut jauger son auditoire).

En vrai, ce qui m'impressionne le plus ce sont tous les commentateurs et actus pour parler d'un énième service payant pour payer.

Et pour moi le choix par Apple de Goldman Sachs est signifiant. C'est à dire que cela m'informe plus que bien d'autres discours sur les valeurs de l'entreprise et de ses dirigeants.

avatar webHAL1 | 

@oomu
« Et pour moi le choix par Apple de Goldman Sachs est signifiant. C'est à dire que cela m'informe plus que bien d'autres discours sur les valeurs de l'entreprise et de ses dirigeants. »

:-(

avatar stef41 | 

Oh j’aimerais trop l’avoir dans ma collection des produits Apple lol

avatar diegue | 

Ayant une Visa avec paiement différé je ne vois pas en quoi je pourrais être intéressé par cette Apple card.
Néanmoins le principe est intéressant bien que limité, comme pour l'Apple Pay aux iPhones !
A voir ce que les autres banques proposeront ultérieurement.

avatar romainB84 | 

@diegue

« comme pour l'Apple Pay aux iPhones ! »
J’étais super septique comme toi sur Apple Pay, me disant « c’est du sans contact en gros... ma CB fait la même chose ... »
Et depuis 1 semaine, j’ai une CB éligible Apple Pay donc j’ai pu essayer !
Et honnêtement c’est vraiment pratique (ça doit l’être encore plus avec la watch), ayant toujours mon iPhone dans la poche... des que tu veux payer (dans un lieu qui accepte le sans contact) tu sors juste ton iPhone et c’est tout.
Et petit bonus ça t’envoie une notification en temps réel avec un libelle correspondant exactement à l’enseigne ou tu as payé et même l’endroit (carte) ou tu as payé (je suppose qu’il faut quand même que l’enseigne soit répertorié dans plan 😅)
Mais en tout cas, c’est loin d’être indispensable c’est sûr, mais je me suis surpris à trouver ça vraiment très pratique et conviviale ! (Et j’aurais vraiment pas cru au départ 🙂)

avatar marc_os | 

Gaspiller du titane pour des cartes de paiement, non mais allô quoi !
Comme si c’était un métal courant inutile par ailleurs. Mais où sont donc passées les bonnes résolutions écolos d’Apple ?

Et Goldman Sachs, cette banque qui a menti et mal conseillé la Grèce, c le moins qu’on puisse dire, pour faire payer le citoyen ses gabgies non merci, boycott !!!!

Pages

CONNEXION UTILISATEUR