Spotify licencie 600 personnes, 6% de ses employés

Florian Innocente |

C'est au tour de Spotify d'annoncer un plan de licenciement. 600 personnes vont quitter le service de streaming, soit 6 % de ses effectifs mondiaux qui comptent 9 800 employés. Cette réduction du personnel est accompagnée d'une restructuration au sommet, avec une centralisation des activités de l'ingénierie d'une part et celles de la publicité d'autre part sous la houlette de deux vétérans : Gustav Söderström et Alex Norström. Ce dernier récupère la charge de Dawn Ostroff.

Ostroff s'occupait depuis cinq ans de développer les podcasts notamment, elle a décidé de quitter l'entreprise. Daniel EK la crédite d'avoir multiplié par 40 le contenu de podcasts et doublé le chiffre d'affaires publicitaire en le portant à 15 milliards de dollars. Pour sa part, Daniel EK dit vouloir retrouver du temps pour travailler sur les projets de son entreprise.

EK explique également avoir été trop « ambitieux » dans ses décisions d'investissements. Spotify dépense deux fois plus qu'il ne dégage de chiffre d'affaires. Une tendance qui serait délicate en tout temps et qui l'est d'autant plus dans les circonstances économiques actuelles. « Je prends toute la responsabilité des décisions qui nous ont conduits là », dit-il.

Sur son précédent trimestre, Spotify a annoncé un chiffre d'affaires de 3 milliards d'euros (+21 % sur un an) — 2,7 milliards grâce aux abonnements premium et 385 millions par ceux financés avec la pub — et des pertes s'élevant à 228 millions.

Le 8 mars, Spotify tiendra sa conférence Stream On où sont dévoilés ses grands projets pour l'année. On y apprendra peut-être ce qu'il en est de l'offre HiFi prévue en 2021…

2022 s

2022 s'est refermée sans Apple Classical ni Spotify HiFi


Tags
avatar Nesus | 

Comme toujours, c’est la faute d’Apple.

avatar Urubu | 

avatar victoireviclaux | 

« Je prends toute la responsabilité des décisions qui nous ont conduits là » C'est tellement facile de dire ça... prendre des responsabilités en virant des gens. Bref.
Ça va en faire des chômeurs, et bonne année 2023 bien sûr

avatar lmouillart | 

Virer les gens comme les boîtes IT le font maintenant alors qu'il n'y a pas encore de grosses difficultés économiques et un très faible taux de chômage c'est plus sympa et sain que de le faire dans 1 à 2 ans quand le chômage se sera inversé et que ce sera bien plus compliquer de trouver un emploi.

avatar calotype | 

Je trouve toujours intéressant ce genre de chiffres. Étant à mon compte je sais le travail qu’il y a derrière ce qui est vendu et que l’on ne peut pas toujours imaginer.
Pour le coup je me trouve du côté du client qui pourrait se dire, 9800 personnes pour envoyer de la musique en streaming !??? Et si ça se trouve il n’ont même pas leur propre serveurs !? mais que font tous ces gens ?

avatar Desseaux | 

@calotype

Je me pose la même question
Ça me semble complètement dingue autant de ressources humaines

avatar Furious Angel | 

@calotype

Il y a beaucoup de postes. Négociation des droits, développeurs (probablement en plusieurs groupes, selon les parties à développer), marketing (avec pas mal d’événements sponsorisés, de concerts etc), des gens pour l’aspect technique, des éditeurs de playlists, des gestions pour le SAV, et tour ce qu’implique une si grosse boîte (RH, comptables etc).

Moi ce qui m’interroge surtout, c’est que tous les acteurs de la tech annoncent de gros licenciements sans changement apparent côté utilisateur (en tout cas à court terme).

avatar Paquito06 | 

@Furious Angel

“Moi ce qui m’interroge surtout, c’est que tous les acteurs de la tech annoncent de gros licenciements sans changement apparent côté utilisateur (en tout cas à court terme).”

Parce qu’il n’y en a pas. On ne va pas virer les ingé qui travaillent sur le prochain produit qui va se retrouver dans les mains de l’utilisateur. C’est transparent pour l’utilisateur final (sauf en cas de faillite certes). On va plutot geler les embauches/mobilites, donc commencer par virer les admin/op/HR, couper les depenses marketing et se passer des content/research/campaign marketers, mettre fin aux projets foireux (portal chez meta, stadia chez alphabet, apple ca filtre moins mais on a des rumeurs de projet titan et de casque ar/vr depuis des annees), etc.

avatar Furious Angel | 

@Paquito06

Apres il y a aussi des choses à long terme. Peut-être que les services vont moins évoluer à cause de ça.

avatar Paquito06 | 

@Furious Angel

Ca n’impactera pas les services, chez apple du moins. Les services sont le prochain relai de croissance pour apple. On observe la hausse a 2 chiffres chaque trimestre, et la part du CA se fait de plus en plus importante. Apple continue ses acquisitions/partenariats dans la diffusion de contenu (apple tv+, sport), apple n’a pas enterré l’apple card meme si ca rapporte walou apres 3 ans, y a les offres apple one qui s’etoffent petit a petit, on a les sos via satelittes qui risqueraient de passer payant dans 2 ans, apple renforce ses plans apple care+, etc. Quand apple va nous mettre de l’AR/VR dans les mains, ca sera pire 😅

avatar blopi4 | 

@calotype

Sur les licenciés de Google, sur Twitter, il y'en avait un qui expliquait ce qu'il y faisait depuis 5 ans.
Il était chef de produit sur les annonces en amont des résultats de recherche.
En 5 ans ils ont changer la couleur jaune en blanc 🤡

avatar Sgt. Pepper | 

« Je prends toute la responsabilité des décisions qui nous ont conduits là »

🙄
Et donc ?

EK va dédommager personnellement les employés licenciés, ou c’est la même phrase creuse que l’on entend depuis 6 mois .

avatar Phiphi | 

« Je prends toute la responsabilité des décisions qui nous ont conduits là »
Belles paroles …
Responsable mais pas coupable disait-on dans d’autres circonstances !
Ils sont tous toujours prêts à prendre leurs responsabilités tant que ce n’est pas à eux d’en assumer les conséquences 🤷‍♂️

avatar quincyramses | 

Dans le même article : 15 millards de chiffre d’affaires pour les podcasts et quelques lignes plus bas 3 milliards d’euros.

avatar Strix | 

Les 15 milliards, c'est les revenus publicitaires dégagés sur 5 ans.

Les 3 milliards, c'est sur le dernier trimestre, abonnements et revenus publicitaires.

Donc rien d'anormal.

avatar toto_tutute | 

Spotify existe depuis 2008 et n'a toujours pas dégagé un seul bénéfice ? C'est dingue. Comment ce business peut-il tenir ?

En attendant, ce sont les majors qui se goinfrent puisqu'elles touchent l'argent avant (en négociant l'accès à leur catalogue) et après (pour chaque écoute).

Donc Si vous êtes en bourse, n'achetez pas du Spotify mais bien du UMG (Universal Music Group) !

avatar Sgt. Pepper | 

@toto_tutute

Les majors ne font pas ce qu’elles veulent.

La preuve Spotify impose ses propres rémunérations des artistes en deçà de ce que proposent les autres (comme Apple Music ) 😡

avatar toto_tutute | 

@Sgt. Pepper

En tout cas pour l'accès à leur catalogue, ce sont elles qui sont en position de force dans les négociations avec Spotify. Surtout que Spotify n'est plus toute seule (Deezer, Amazon, Google, Apple...).

Pour preuve, la boîte ne dégage pas encore un centime de bénéfices.

Pour les écoutes, ce sont davantage les artistes (auteur, compositeur, interprète...) qui sont lésés. Les majors sont vraiment les boîtes qui ont pu tirer leur épingle du jeu de la musique en streaming.

Suffit de voir le pactole amassé par Vivendi lorsqu'elle a mis en bourse sa pépite Universal Music.

avatar macosZ | 

@toto_tutute

avatar marenostrum | 

c'est des suédois, pas des américains. sont pas les mêmes en affaires. les américains ont des idées plus simples et pragmatiques.

avatar debione | 

Il aurait mieux fait de se taire, comme les autres, cela lui aurait fait moins de mauvaises publicités...

avatar marc_os | 

des pertes s'élevant à 228 millions

Pourquoi cette entreprise n'est-elle pas mise en faillite ?
C'est ce qui arriverait à n'importe quelle entreprise normalement avec de telles pertes - et même avec des pertes beaucoup moindre.
Ça m'énerve ce genre de truc, le deux poids, deux mesures appliqué par les créanciers (les banques je suppose).

avatar lome_bbrr | 

idem de mon petit point de vue je ne comprends pas comment une telle entreprise fait pour tenir sans gagner de l'argent.

Si quelqu'un veut bien nous éclairer ?

avatar Paquito06 | 

@lome_bbrr

“idem de mon petit point de vue je ne comprends pas comment une telle entreprise fait pour tenir sans gagner de l'argent.
Si quelqu'un veut bien nous éclairer ?”

C’est du risque. Si tu penses que ca va rapporter malgré les trimestres/annees deficitaires, tu investis car tu auras (anticipé) un retour sur investissement qui vaut (largement) ce risque. C’est ce que ne comprennent pas certains quand il y a redistribution aux actionnaires (principalement avec les dividendes), oui on engraisse les actionnaires, mais les mecs etaient là pour te faire confiance et t’apporter du cash bien frais au debut quand t’etais pas profitable et que tout le monde te raillait.

avatar Paquito06 | 

@marc_os

“des pertes s'élevant à 228 millions
Pourquoi cette entreprise n'est-elle pas mise en faillite ?
C'est ce qui arriverait à n'importe quelle entreprise normalement avec de telles pertes - et même avec des pertes beaucoup moindre.
Ça m'énerve ce genre de truc, le deux poids, deux mesures appliqué par les créanciers (les banques je suppose).”

Parce que tu as un CA de $3 mrds derriere (+21%), belle croissance, c’est pas moche. Faut analyser les 228 M de pertes, (charges exceptionnelles? Investissements? Putes a vegas?). Si les perspectives de croissance sont interessantes, les investisseurs suivent. Certes, les banques ne s’attardent pas sur n’importe quelle pme du coin de la rue.

CONNEXION UTILISATEUR