Fin du roaming en Europe : Jean-Claude Juncker retoque le projet de sa Commission

Mickaël Bazoge |

Si la Commission européenne a décidé de l’abolition des frais d’itinérance sur le vieux continent à partir de juin 2017, elle a assorti cet arrêt d’une douceur pour les opérateurs : ces derniers pourront facturer des frais à leurs clients après 90 jours d’utilisation de leurs forfaits à l’étranger (lire : Fin du roaming en Europe : il y aura bien des frais malgré tout).

Il faut dire que le roaming, c’est une manne pour les opérateurs qui représente 800 millions d’euros chaque année. Difficile de s’asseoir complètement sur une telle vache à lait… Mais voilà, dès l’annonce des propositions de la Commission, la contestation parmi les consommateurs a pris de l’ampleur, jusqu’à pousser le président de l’exécutif bruxellois, Jean-Claude Juncker, à remiser le texte au placard.

Il reste un peu plus de 24 millions de secondes avant la fin de l’itinérance en Europe —

Margaritis Schinas, porte-parole de la commission, avait dit ce mercredi que l’UE avait dans les faits « mis fin aux frais d’itinérance », expliquant qu’en moyenne, les Européens voyagent 12 jours par an dans un autre pays que le leur. Certes, mais que fait-on des étudiants Erasmus, des hommes d’affaires et des voyageurs au long cours ? Et plus globalement, l’ambition de ce projet était d’abolir complètement le roaming.

L’équilibre trouvé par la Commission penche donc trop du côté des opérateurs, estiment plusieurs associations de consommateurs. C’est le cas du Bureau européen des unions de consommateur (Beuc), pour qui « la Commission met la barre trop bas, et n'a pas l'objectif de mettre fin au roaming dans l'Union européenne ».

Mais le président de la Commission européenne souhaite retravailler le texte. Ce dernier sera sans doute plus raccord avec l’esprit de la proposition originelle, à savoir une « vraie » fin des frais d’itinérance en Europe. Que va-t-il sortir du bureau de Jean-Claude Juncker ? Difficile à dire, on ignore quand les nouvelles propositions sortiront de ce nouveau brainstorming à l’échelle européenne.


avatar MacGruber | 

Hank Hul... !!!!

avatar vache folle | 

Cool pour l'UE
En Suisse, nos sept sages (singes? les 7 conseillers fédéraux de l'exécutif) on décidé d'un statut-quo
Je ne vous dit pas comment les opérateurs s'en mettent plein les fouilles au détriment de nous, utilisateurs.

avatar occam | 

@ vache folle :

On « décide » de maintenir le statu-quo autant qu'on « décide », for the time being, de maintenir la force de la gravitation universelle.

Mais vous avez raison, cete affirmation de la passivité comme un choix est bien dans l'ADN idéologique de la Suisse.
Friedrich Dürrenmatt observait :
« Chaque État dispose d’une idéologie qui est la résultante de sa structure économique, internationale, historique et émotionnelle. L’idéologie de la Suisse consiste en l’affirmation de sa passivité. La Suisse est un super-loup qui se déclare neutre, comme un super-agneau.»
(F. Dürrenmatt, Helvetisches Zwischenspiel, 1998, p.182)

John Le Carré, qui a étudié à Berne et qui séjourne souvent en Suisse, paraphrasait le mot de Churchill : le Conseil fédéral est un collège dont les membres, individuellement, sont ordinairement inaptes à faire quoi que ce soit, et qui collectivement décident que rien ne peut ni ne doit être fait.

avatar SMDL | 

@occam :

"Friedrich Dürrenmatt observait :"

En effet il y a beaucoup à penser au sujet des états-tampon. Bien entendu la littérature est abondante.
Ils sont d'ailleurs aussi vieux que leurs homologues. Leur nécessité s'est donc fait sentir très vite. Antédiluviens ? Sans doute. Pays de chiens ? Hou hou hou.

avatar Pse | 

Millions non?

avatar R1x_Fr1x | 

Les lobbies n'existent pas que dans les films. Et les politiques, mêmes bien intentionnés, s'en rendent souvent vite compte.

avatar MacGruber | 

Grave !!! faut que ça cesse

avatar Oby1 | 

Ça remet en cause le décompte ?

avatar byte_order | 

Non, la date du 15 juin 2017 a été voté par le parlement européen et validé par le conseil d'état.
Passé cette date, il n'y aura plus de frais de roaming applicables immédiats dès qu'un opérateur de l'autre côte de la frontière prend en charge pour le compte de votre opérateur la communication.

Aujourd'hui, le cas par défaut c'est frais de roaming automatique, sauf accord particulier entre opérateurs (cas de Free Mobile à l'étranger dans 15 pays, par exemple).

Après le 15 juin 2017, le cas par défaut sera _pas_ de frais de roaming, sauf conditions particulières définies par un cadre communautaire.

Ce que cela remet en cause, c'est les conditions de l'encadrement de cette future situation par défaut. Le texte proposé par la commission partait sur une limite de 90j par an, autorisant le retour des frais de roaming passé ce quota, avec la crainte de grille tarifaire abusive pour compenser le manque à gagner (environ 800 millions annuel tout opérateur confondu) sur le dos de ceux qui passent plus de 90j a l'étranger par an.

Sous le bad buz, la commission va revoir ces conditions d'encadrement. Faute de le faire à temps (mais c'est peu probable), y'aura aucune condition autorisant des frais de roaming.

avatar un visionnaire | 

C'est plutôt une bonne nouvelle les non?

Le but c'est de moins se faire baiser

avatar byte_order | 

Tout dépend si le nouveau texte à venir est plus avantageux pour les consommateurs, tous les consommateurs, ou pas.

avatar ddrmysti | 

Une bonne nouvelle, pas forcément. Là l'objectif était d'éviter le marché noir, pour que des personnes n'en profite pas pour prendre des forfaits chez des opérateurs dans des pays où le coût de la vie est nettement inférieur que dans le leur.

Et même si Free à montré que d'une certaine manière dans notre pays les opérateurs sa gavaient, si les clients désertent pour des opérateurs de pays de l'Est meilleurs marché, la marge de manoeuvre n'est pas infinie.

Et à terme, de la même façon que les gens ayant désertés le made in France pour le made in China parce que c'était moyen cher ne se sont pas rendu compte qu'ils tuaient le travail en France, la désertion massive des opérateurs nationaux risque de poser de gros problème quand les revenus ne seront devenus insuffisant pour améliorer et entretenir le réseau, car ce ne sont pas les opérateurs Bulgare qui vont payer pour installer des antennes en France même si 30% des Français profitent de leurs tarifs ne finançant pas la sécu et le chômage Français (je dis Bulgare au hasard, je ne connais pas leurs tarifs, et je parle de la France car j'en suis, mais c'est valable pour les autres pays).

avatar Vince-mac | 

Bien vu @ddrmysti. Je partage ton point de vue à 2000%.
En réalité, c'est même pire que ce que tu dis. Pauvre France, ce pays que tant de gens aiment maudire, tant la qualité de vie y est inférieure à absolument partout, y compris la Bulgarie. Car si ici, les opérateurs ont des obligations légales (de couverture et de continuité de service notamment sans parler des taxes récoltées), ce n'est pas le cas partout. Autrement dit, certains opérateurs européens sont légalement avantagés par leurs Etats de tutelle. A parier que certains vont même les avantager pour en faire des champions européens.
Et pour soi disant créer un marché de concurrence libre et non faussée, on va détruire une part substantielle de l'économie de ce marché. Parce que ces directives ne sont simplement pas réfléchies, dans toutes les conséquences qu'elles ont sur les économies des pays membres. La seule solution française sera d'abolir les obligations des opérateurs. Ceux-ci se diront qu'après tout, si y'a pas d'antenne en Auvergne, c'est pas grave. C'est pas beaucoup de gens. Et puis d'ailleurs, la ville de Nantes est assez petite, ça ne justifie pas l'investissement en'équipement. Pourquoi leur déployer la 5G ? Alors que Free pourrait par exemple couvrir Madrid d'antenne, là où ça peut bien rapporter.
Dans cette directive, on trouve l'absurdité totale du système bruxellois, avec sa figure de proue Juncker, le grand démocrate, qui disait il y a peu "Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens." Un système qui se pose en défenseur du consommateur pour le show, et qui en réalité va le réduire à un pauvre. Et peu à peu dissoudre le tissu économique et social qui constituait les nations...

avatar kino | 

Oh bichette, pauvre France....
Bé oui, pendant que les Bulgares vont s'enrichir grâce à vos forfaits téléphoniques..( mdr) la France mieux à faire...vendre des armes, par exemple....Troisième pays dans le monde, pour vendre des armes. Bravo.....
Mais le problème, c'est que ce n'est pas du con qui gagne du fric avec ça...mais Dassault et comparses.....
C'est peut-être la faute des bulgares aussi, l'évasion fiscale...

Allez, sur ce...utilisez un peu vos cerveaux avant de pleurer et vouloir ramasser les miettes.....

avatar ddrmysti | 

Euh… Ouai.
Si t'es capable d'avoir un raisonnement cohérent, entre deux insultes, tu nous expliquera le rapport entre la désertion de l'emploi en France et la manufacture d'armes ?

avatar fousfous | 

En tout cas ça arrive trop tard, je vais faire comment pendant 10 semaines à l'étranger juste avant juin 2017?

avatar byte_order | 

acheter une carte mobile préchargée au tarif le plus intéressant à un opérateur local.
cela revient moins cher que les frais de roaming actuels.

avatar cecemf | 

Apres 90 jours me semble honnête. Les personnes normale ne voyage pas tant que ça a l'étranger et le business man c'est la compagnie qui our donc il sans foute.

avatar byte_order | 

Y'a les cas des étudiants Erasmus qui sont à l'étranger 6 à 9 mois par an, par exemple.

avatar albanet | 

Autant les opérateurs non ont saigne pendant des années autant la franchement 90 jours de Data an Europe c'est loin d'être ridicule.

Après on serait tombé dans des tracées du style forfait roumains à 2€ le mois tout illimité. Il faut quand meme préserver un peu l'emploi ...

avatar fousfous | 

@albanet :
Bah sinon il suffit juste de ne laisser que la possibilité d'acheter un forfait dans son pays de résidence, ce serait logique.

avatar clemens94 | 

Attention on parle ici de roaming et non de communication vers un numéro étranger ! Nous sommes encore loin du forfait européen. Nous continuerons à payer pour communiquer avec un numéro étranger, européen ou non !
Il n'y a donc pas de risque à ce que tous le monde prenne un forfait roumain (plutôt estonien en fait, le forfait roumain étant au même niveau que le français).

avatar Gladjessca | 

@albanet :
Exact, même si le procédé des opérateurs dans les coulisses est répugnant, il faut reconnaître que le premier effet boomerang aurait été l'arrivée de forfaits sur le net à très bas prix d'opérateurs étrangers...

avatar esteban94220 | 

C'est complètement contraire au droit européen...

avatar MiRouF | 

Les nouvelles proposition pour un "bon usage raisonné" du roaming et éviter les abus potentiels des consommateurs devraient être présentées avant début décembre.
De toute façon, à part les opérateurs, ces propositions ne satisfaisaient pas grand monde, et il était probable qu'elles auraient été refusées par le Parlement européen.
Reste une zone d'ombre que je trouve assez dommageable : la fin du roamming, comme son nom l'indique ne fonctionne que lorsque l'on est à l'étranger, mais dans l'état actuel des choses, appeler de France en Italie ou en Belgique pourra toujours être facturé au prix fort. Ce n'est que quand vous êtes en Italie ou en Belgique et que vous appelez en France ou dans un autre pays qu'il n'y aurait plus de roaming. C'est assez dommage je trouve...

avatar béber1 | 

Ça doit batailler ferme dans les discussions,
avec d'un côté tout le puissant lobby des opérateurs qui ont leurs contraintes de développements et leurs bouts de gras à préserver,
et de l'autre celui des associations de consommateurs qui doivent appuyer sur le désir urgent de certains membres de la Commission de re-populariser l'Europe, l'administration de Bruxelles ainsi qu'elle-même aux yeux des Européens.

Ça doit être tendu dans la tête de Juncker

avatar byte_order | 

Au contraire, je pense que, depuis le Brexit en particulier, y'a une fenêtre politique ouverte pour pousser des mesures populaires dans les dents des puissants lobbys, et comme cette fenêtre ne restera pas ouverte bien longtemps, la Commission a décidé de l'exploiter au maximum.

avatar béber1 | 

t'as sans doute raison

avatar SMDL | 

@béber1 :

"Ça doit être tendu dans la tête de Juncker"

Tu me diras, avec un nom pareil :)

avatar MonsieurZed | 

Apple doit payer ses impôts à l'UE car, c'est un manque à gagner considérable pour « nous » mais là, faire perdre quelques millions aux télécoms ça pose un problème de conscience économique. Et, surtout : "Au diable le consommateur !"

Je sais que c'est deux poids, deux mesures mais quand on entreprend de grands projets la moindre des choses est d'être cohérent.

avatar softjo | 

Erasmus: abo sur place
Vouloir du roaming gratuit illimité, c'est comme vouloir payer des impôts dans le pays qui taxe le moins en vivant dans celui qu'on veut. Le financement des infrastructures n'est simplement plus assurés et tout le monde serait perdant.

Un opérateur français ne peut pas rivaliser avec un opérateur de l'est. A moins de virer tous les français, investir le moins possible et sous-traiter à dès installateurs de l'est....

L'extrême radinerie n'a jamais amener du bon. Enfin à moins d'accepter de la merde même si le prix est bas. Comme la viande de cheval dans les lasagnes. Les gens veulent du bon marché et s'en plaigne lorsqu'ils remarquent que c'est pas de la super qualité.....

Il y a un milieu!

avatar jmlelundi | 

Plutôt que la volonté de moins payer à l'étranger c'est surtout l'idée d'une Europe où l'on se déplacerait librement (déjà fait!) et où l'on communiquerait avec son forfait habituel sans crainte de se faire allumer à la prochaine facture qui me plaît. Quitte même à payer mon forfait français quelques euros de plus.

800 millions d'euros de pertes, soyons sérieux, ce sont des miettes de pain pour les opérateurs européens et ce n'est pas ce qui détruira des emplois ou ralentira l'investissement.

avatar gwen | 

90 jours ça fait presque des appelles au tarif locale chaque week-end de l'année.

Ça fait 7 à 8 jours de téléphone par mois.

Donc pour un commercial qui gère bien son forfait ça peut être jouable. Il n'est pas obligé de téléphoner tous les jours et peut regrouper ses contact à prendre en début de semaine ou au milieux si ça l'arrange. Le reste du temps, il prospect sur le terrain et arrête de jouer à Pokémon pour économiser la data.

avatar byte_order | 

Théorie intéressante : Juncker veut pouvoir jouer à Pokemon sans que le roaming entre Bruxelles, Paris et le Luxembourg lui fasse exploser son forfait.

Ca se tient :-)

avatar ancampolo | 

Perso grâce a la carte sim apple de l'iPad pro fini le roaming, je paie un petit forfait dans le pays ou je me trouve et c'est réglé.bien moins cher que le roaming.

avatar charlie105 | 

A quand le roaming de la carte Navigo?

avatar diegue | 

L'objectif de Junker, face à la montée des populismes en Europe veut prouver que dans l'Europe on circule et les frontières du roaming disparaissent en conséquence !
Bien joué !

avatar poco | 

Si on veut vendre le projet Europe aux peuples Europées, il est grand temps de leur montrer l'intérêt dans leur vie de tout les jours. Brexit aidant il y a une fenêtre de tir à siaisir à Bruxelles.

Maintenant si l'on veut être cohérent avec une Union Européenne, il suffit de comparer le nombre d'opérateurs en Europe avec celui aux USA par exemple. Certains opérateur ayant déjà des participations (même majoritaires) dans des opérateurs étrangers, il est incompréhensible qu'ils facturent du roaming à leurs clients dans ces différents pays.

avatar otop | 

Pour une fois que la commission européenne propose un texte relativement "juste" on ne va pas se mettre a gueuler. Malgré ma nature "eurosceptique" je trouve que le compromis est correcte pour la bonne et simple raison que si on ouvre le marché des telecom a l'europe entiere il suffira juste de prendre le forfait le moins cher de l'union (en tant que francais par exemple) et profiter du reseaux national.
Resultat : stagnation des investissements et secteur en berne.

avatar supairduc | 

Le terme étrangers fait quand même bizarre... Exemple : les habitants français des DOM payent des forfaits très cher... Orange et SFR facturent des forfaits à 80€ (illimités) ... On est très loin des 20€ metropole... Quand il se déplacent en métropole on leur applique des frais de roaming ??? Pas de changement d'opérateur et juste un changement de département !!
Est ce normal ? Imaginez vous, vous habitez en bretagne et vous allez visiter votre famille en Normandie.... La on vous facture des frais de roaming !!!
On n'a pas quitté la France ???

avatar MiniMac | 

Quand je pense que le roaming devait être aboli pour Noël 2015 …!!!
Mais ça c'était avant qu'ils ne virent Nelly K. Histoire de tout retarder
Jusqu'à quand ???

avatar optimanu | 

Je voudrais juste rappeler que ce même Juncker président de la commission européenne est le Juncker qui a contribué à la mise en place de l'évasion fiscale au Luxembourg lorsqu'il était élu dans ce pays via les tax rulings. Pleurer sur les 800 millions d'euros des opérateurs européens qui investissent d'énormes quantités d'argent pour déployer des réseaux mobiles sur ce territoire me semble déplacé face aux milliards d'euros qui s'évaporent chaque année en passant la frontière luxembourgeoise ou irlandaise pour nourrir les GAFA. Pratiquement tous les consommateurs bénéficient déjà de 5 semaines de Data et d'appels illimités vers les fixes à l'international depuis l'étranger ..... Je ne vois pas ce qu'il y a de plus à demander. Pour tous ceux qui restent plus de 5 semaines dans un pays étranger et bien prenez une sim chez un opérateur local en attendant l'Apple Sim ou son équivalent sur Android.

CONNEXION UTILISATEUR